AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Amitié" et manipulation. - avec Mathéo Collins.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Slytherin. J'ai posté : 532 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 2079 pour une aventure ! Je suis de la génération : Etudiant de 1977. . Je suis un aventurier : Oui. A savoir sur toi : « Un peu trop fêtard parfois, j’ai surtout le chic pour me m’attirer des ennuies. Vraiment pour le coup, j’ai pas de chance du tout, donc faites attention quand vous m’approchez. Sinon je suis quelqu’un de gentil et de doux, même si je peux être un peu trop caractériel quand j’ai fini ma limite. En clair, me cherchez pas trop. J’ai toujours ce problème avec les filles. Du mal à les approcher et encore plus à conclure. Vous voyez le gars qui transpire, avec les mains tremblantes, et qui bégaye à chaque fois qu’une fille lui adresse la parole ? Bah ce type c’est moi … »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Lui-même en mangemort.
Patronus: Renard
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: "Amitié" et manipulation. - avec Mathéo Collins.  Mer 15 Fév - 16:27


“Amitié et manipulation. Difficile de voir la limite.”



Hermione & Mathéo




Mathéo était une personne à part entière, quelqu’un d’unique. Personne ne se ressemblait totalement dans le monde. Chaque individu avait quelque chose qui lui était propre. Mais malgré l’envie d’être différent, les enfants recevaient toujours quelque chose de leurs parents. Ils étaient le fruit d’un amour en général entre deux êtres. Mathéo avait l’impression d’être totalement différent de sa famille. Il ne ressemblait pas réellement à sa mère physiquement, à part peut-être ses cheveux bruns. Il ressemblait peut-être à son père mais quand pourrait-il le savoir. Il ne connaissait pas cet homme qui avait quitté le domicile familial lorsqu’il n’était encore qu’un petit enfant de cinq ans à peine. Le Vert et Argent n’avait réellement plus aucun souvenir physique de son père. Il pourrait surement le croiser dans la rue sans même le reconnaître. C’était triste et horrible dit comme ça. Mais qu’est-ce qu’il y pouvait. Cet homme n’avait jamais plus fait d’apparition dans sa vie, et sa maman avait bien omit de lui montrer des photos pour qu’il se souvienne. Ses yeux clairs devaient bien venir de quelque part. Un enfant qui grandi sans une figure parentale à ses côtés s’imagine souvent cette personne d’une certaine façon. Et n’ayant plus de père, Mathéo s’en était longtemps imaginé un. Dans son esprit, il était quelqu’un de grand et de brun comme lui, avec les yeux clairs. C’était quelqu’un d’assez fort, gentil mais qui imposait le respect par un simple regard. Quand il était petit, le garçon idolâtrait totalement cet homme qu’il n’avait jamais connu, et avait rejeté la faute sur sa maman. C’était de sa faute s’il était parti, parce qu’elle n’était pas assez bien, parce qu’elle n’était qu’une moldu, sans pouvoir magique. Il lui en avait longtemps voulu par rapport à ça. Mais en grandissant, Mathéo s’était quand même rendu compte qu’il ne pouvait pas mettre les choix de son père sur le dos de sa mère. Il était parti, certes, et elle avait peut-être une part de responsabilité, mais il aurait très bien pu prendre la décision de rester en contact avec lui, chose qu’il n’avait pas fait. Bref, Mathéo ne savait pas très bien à qui il ressemblait, de qui il tenait ce caractère calme, mais explosif par moment. C’était peut-être un tout, l’alliance de deux caractères totalement différents. Malgré tout, il ne voulait ni ressembler à sa mère, cette femme qui l’avait fait se sentir rejeté pendant des années, ni à son père qui avait été apparemment un inconditionnel coureur de jupons. Sans qu’il ne s’en rende réellement compte, ses deux parents avaient influés sur son comportement. C’était à cause d’eux qu’il avait choisi une voie plutôt qu’une autre. Si ses parents avaient tous les deux étaient des gens aimants, gentils, et attentifs pour leurs fils, peut-être qu’il aurait lui-même été totalement différent. Il n’aurait pas été le Mathéo qu’il était actuellement.

Mathéo avait toujours eu des problèmes avec sa famille, ce n’était pas nouveau pour lui, et c’était quelque chose dont il avait l’habitude maintenant. Il ne connaissait pas grand-chose aux autres familles. A part celle de Rebecca, sa meilleure amie, et pour elle c’était également le bordel la pauvre. Au moins, ils n’étaient jamais seuls et pouvaient tous les deux se soutenir en toute circonstance. Quand on a une famille de dingue, il est toujours mieux d’avoir des amis en ors pour pouvoir survivre. Mathéo ne connaissait en revanche rien de la famille d’Hermione. En même temps, ce n’était pas réellement étonnant puisqu’elle n’était arrivée que cette année à l’école de sorcellerie Poudlard, ils n’avaient pas eu le temps de créer des liens aussi fort. Il savait simplement qu’elle était une née-moldu. Si lui s’en fichait totalement, ce n’était pas forcément le cas de tout le monde, et elle avait quand même dû essuyer des méchancetés à cause de cela. La vie semblait tellement compliquée quand on était adolescent, quand on avait simplement dix-sept ans. Si tout était déjà si dur, comment était le monde adulte ? Parfois Mathéo se le demandait. Il pensait souvent à son avenir et à son entrée dans le monde et dans la société été tiraillé. Etait-ce vraiment la liberté qu’il espérait, le fait de pouvoir enfin se débarrasser de tous ses problèmes de famille, ou alors était-ce l’ouverture sur une toute nouvelle série de problèmes bien plus compliqués ? La vie n’était faite que d’embûches, et les jeunes n’étaient pas encore au bout de leur surprise. Ils découvriraient bien assez vite ce qu’était réellement la vraie vie. Et pour le coup, ils n’allaient surement pas être déçu.

Pour l’instant, l’insouciance guidait encore leurs actes. Et Hermione et Mathéo, tranquillement installés dans le canapé de la salle commune appréciait juste ce moment de liberté, le soir après les cours, quand ils n’avaient plus besoin de réviser, qu’ils pouvaient simplement se détendre en amis, autour d’une petite discussion. Ils se plaignaient en réalité. Parce que les pauvres gamins, la vie n’était pas facile pour eux, du moins c’était ce qu’ils pensaient. Hermione avait eu une sale journée, tandis que Mathéo, ça devenait une habitude pour lui. Ces dernières semaines avaient été plutôt éprouvantes à cause de ses retenues, de ses cours, des devoirs et des entrainements de Quidditch. Le pauvre garçon n’avait pas eu beaucoup de temps pour se reposer et se détendre. C’était un rythme un peu trop intense pour lui d’ailleurs. Et tout cela était de sa faute de toute évidence. En même temps, quel idiot d’avoir envoyé une lettre érotique à la plus stricte des professeurs de Poudlard : Minerva McGonagall. Il fallait être totalement fou pour faire une chose pareille. Et pourtant Mathéo l’avait fait, et avait d’ailleurs payé assez cher le prix de son insolence en écopant d’un mois plutôt douloureux de retenue. Rusard était le concierge de l’école de sorcellerie, et c’était lui qui s’était occupé des heures de colle de Mathéo. Ce mec était un grand malade complètement sadique. Et le Vert et Argent avait eu beaucoup de mal à le supporter, et encore il avait de la chance puisque le cracmol ne restait pas non plus tout le temps avec lui. Il aurait dû s’en prendre à Miss Teigne pour se venger, mais ça lui aurait valu la mort. Il y aurait surement eu des gens tristes si cela arrivait. Même peut-être le professeur de métamorphose. Mathéo avait rigolé en disant qu’elle serait plutôt heureuse de s’être enfin débarrassé de lui. Hermione ne voulait pas y croire. Elle blagua en lui balançant que tout le monde s’était ligué contre lui et qu’il ferait mieux de quitter Poudlard au plus vite.

– Je supporterais. De toute façon, il ne nous reste pas hyper longtemps avant qu’on se fasse jeter de Poudlard.

Lança le jeune homme avec un sourire. Et oui la fin de l’année approchait à grand pas, et les deux camarades étaient en dernière année. Quand les examens seront terminés, il sera l’heure pour eux de rentrer dans la vie active et de quitter les lieux qui les avaient accueillis pendant sept ans pour Mathéo, et simplement un an pour Hermione. Ça allait être surement un coup dur pour le Vert et Argent qui avait vraiment tout vécu ici, et qui avait réellement considéré ce château comme sa maison. Mais heureusement, il lui restait quand même un peu de temps devant lui.

Bon pour ce qui était de ce mois de retenue, c’était désormais derrière lui, donc il n’avait plus réellement besoin d’y faire attention. Il avait payé pour cette lettre qu’il avait envoyé à la sous-directrice, et puis voilà. Bon tout le monde savait qu’il n’en était pas le seul responsable, mais cela lui importait peu. Il se fichait totalement d’avoir été le seul à prendre, et il n’aurait de toute façon jamais lâché le prénom de sa meilleure amie à son professeur. Si elle n’était pas au courant de son implication, ce n’était pas lui qui allait lui annoncer. De toute façon, ça aurait été totalement idiot de tomber à deux. Et connaissant Rebecca, Mathéo savait pertinemment qu’elle n’aurait pas supporter de faire toutes les tâches qu’il avait lui-même fait pendant un mois. Finalement c’était mieux comme ça. Et maintenant qu’il avait terminé, et payé pour sa connerie, on ne pouvait plus rien lui dire. Couvrir son camarade, c’était comme ça qu’on voyait les vrais amis. Et Mathéo n’était surement pas le premier à le faire, ni même le dernier. Mais pour ce qui était de son professeur, elle était quand même la personne la plus stricte et la plus horrible qu’il lui été arrivé de croiser. Franchement, Mathéo s’était surement fait collé par tous les professeurs à Poudlard, mais elle, elle s’acharnait réellement sur lui. Il ne pouvait bouger un orteil sans se faire prendre, c’était totalement incroyable. Hermione défendait cette femme, et c’était assez étrange. Le Vert et Argent croyait vraiment qu’elle n’avait que des fans parmi les Gryffondor, mais visiblement il s’était trompé puisque sa camarade semblait vraiment la porter dans son cœur. Etrange, elle n’était pas normale celle-ci. Bon elle accepta qu’il l’appelle cireuse de pompe. Pour lui c’était un peu ce qu’elle était, mais pour elle, c’était simplement du respect. Et de toute façon comme il disait si bien, elle était sur lui depuis presque sept ans maintenant donc il pouvait encore encaisser un peu. Hermione le trouvait très têtu pour le coup.

– Mais non, ça m’amuse pas mais je vais non plus devenir l’élève parfait en un claquement de doigt, c’est juste mission impossible.

Déclara le jeune homme avec un sourire. Non c’était tout bonnement impossible pour lui qu’il réussisse à se faire bien voir de la directrice des Rouges et Ors. Il était cramé maintenant, il avait simplement à attendre quelques mois, et puis il n’aurait plus à la supporter, et tout irait bien dans le meilleur des mondes, c’était aussi simple que cela.

Le sujet avait pris une toute nouvelle direction : le père de Mathéo. Sujet assez compliqué en effet. L’envie de retrouver son père grandissait de plus en plus dans l’esprit du jeune homme. Il en avait besoin. Il était arrivé à un âge où il ne pouvait plus ignorer cette colère qui le rongeait, et toutes ces questions qu’il avait dans la tête. C’était un besoin, pour connaître ses origines, pour mettre un visage sur sa famille. Hermione avait été là pour écouter les désirs de son ami, mais elle e partageait pas du tout son optimisme. Bien au contraire, elle le mettait souvent en garde sur le genre de type qu’il pourrait découvrir s’il parvenait à le retrouver. Elle ne tenait réellement pas à ce qu’il fasse des illusions, même si parfois Mathéo avait réellement envie d’y croire, que peut-être il avait totalement changé de vie, qu’il était quelqu’un de bien et de raisonnable maintenant. Il avait simplement besoin de réponse, et même sans aide de ses amis, il allait quand même tout faire pour retrouver cet homme, peu importe le temps que ça prendra. Mathéo avait comparé Hermione à un ange, parce qu’elle était la fille parfaite, l’élève studieuse, qu’elle faisait toujours tout bien et qu’elle allait dans la bonne direction. Mathéo, lui, était le démon, la tête brûlée, qui allait là où il ne fallait pas, celui qui divaguait et qui n’avait pas la moindre idée d’où il mettait les pieds. Ils étaient tellement différents ces deux-là au final. Hermione lui déclara qu’être un démon, c’était plus simple que d’être un ange puisqu’on attendait rien de temps.

– Ouais personne attend rien de toi, personne en a rien à foutre. Je pourrais faire exploser l’école, je suis pas sûr que ma famille se bougerait.

Répondit le jeune homme. En fait, personne n’avait jamais rien attendu de lui. Son père n’était plus là, et sa mère avait tellement haï le monde magique après le départ de son mari, qu’elle ne s’intéressait même pas aux activités de son fils. Enfin, elle s’y était bien intéressé un peu pendant les vacances de noël mais c’était simplement pour servir son plan degueulasse avec son oncle. Mathéo chassa ce souvenir de sa tête, il n’avait réellement pas envie de penser à ça maintenant.

Ainsi, ils arrêtèrent avec ce sujet de conversation beaucoup trop sérieux pour une soirée tranquille et détente. Ils pourraient revenir à des sujets de conversation sérieux demain, mais pour le moment ils avaient besoin de rire, et d’être des adolescents à nouveau sans toute la pression que tout le monde mettait sur leurs épaules chaque jour. Ils avaient même pris des pilules magiques. Au moins, grâce à ça, ils étaient sûr de finir dans un monde totalement différent, et Mathéo avait bien besoin de ça en ce moment. C’était d’ailleurs peut-être pour cela qu’il en avait pris deux et pas simplement une seule. Hermione tentait l’expérience avec lui, ce qui était plutôt drôle pour une fille aux allures de première de la classe. Et les deux jeunes avaient donc enchainés en parlant d’Ayla, la petite amie de Mathéo. Le garçon parlait toujours d’elle avec des étoiles dans les yeux. C’était difficile de passer à côté de l’affection qu’il lui portait. Hermione lui avait demandé s’il pensait qu’elle était la bonne. Franchement, il n’en avait pas la moindre idée, la vie leur réservait tellement de surprise qu’il était bien compliqué de savoir ce genre de chose, mais il l’espérait dans tous les cas, parce qu’il se sentait vraiment chanceux de l’avoir. Hermione lui rappela qu’Ayla avait aussi beaucoup de chance de l’avoir puisqu’il était quelqu’un d’adorable. Mathéo rougit instantanément. Oui des compliments d’une fille et le voilà rouge comme une tomate le pauvre Serpentard.

– Je suis qu’un garçon complètement tarée, inattentif en cours, et qui adore se péter le cerveau en fumant toute sorte de truc. Il y a surement mieux que moi.

Lança le garçon en rigolant. Oui l’humour était sa meilleure arme quand il se sentait légèrement gêné ou mal à l’aise. Mathéo était quelqu’un de bien au fond, même s’il était un peu trop modeste pour l’admettre. Il était quelqu’un sur qui l’on pouvait compter, quelqu’un de réellement loyal, qui pourrait aller jusqu’au bout du monde pour les personnes qu’il aime. Il avait de véritables valeurs, et des objectifs.

La drogue faisait effet chez les deux camarades. Et c’était pour ça qu’ils avaient décidés de changer d’endroit en se rendant dans la salle sur demande. C’était quand même plus sûr que de rester à la vue de tous dans la salle commune. Après tout, certains de leurs camarades pourraient très bien les balancer à leur professeur. Il ne valait mieux pas sinon ils allaient avoir de très gros ennuis les pauvres. Ainsi, Hermione avait donc proposé un jeu de question réponse. Le principe était très simple. Ils avaient des jokers, mais en les utilisant, ils devraient effectuer un gage, donc ce n’était pas forcément la meilleure des choses à faire. Hermione avait ouvert le bal, mais Mathéo l’avait vite suivi en revenant sur une question, avec qui elle voulait perdre sa virginité. Le Vert et Argent avait eu sa réponse mais il continuait d’insister sur le sujet, sans forcément se rendre compte qu’Hermione n’avait pas forcément envie de développer. La demoiselle lui répondit qu’elle n’avait pas de sentiments pour le garçon, qu’elle le connaissait depuis des années et qu’il avait changé, qu’il était même devenu très séduisant. Mais elle s’arrêta, et lui balança qu’elle n’avait pas besoin de lui répondre puisque ce n’était pas à son tour de poser une question. Dommage.

– Ouh la menteuse, elle est amoureuse ! Ok ça va tranquille, je te pose plus de questions sur le serpent qui hante tes fantasmes.

Lança le jeune homme en rigolant. Bien sûr, il s’amusait simplement à la taquiner, rien de plus. C’était donc au tour de Mathéo de reprendre, et Hermione devait faire un top cinq des garçons les plus sexy de l’école. Ce qu’elle fit. Mais le Serpentard fut assez surpris d’entendre le nom du plus grand queutard de Poudlard. S’il l’apprenait, il allait surement ne plus la lâcher pour le coup. Sa camarade lui annonça qu’il n’avait pas de cerveau et un humour pourri mais qu’il était canon. Les filles étaient des êtres complètement cinglés quand même. Elle le prévint qu’il n’avait pas intérêt à aller prévenir Tibus de ce qu’elle avait dit dans cette pièce, sinon elle allait réellement se transformer en petit démon. Mathéo éclata de rire au point d’en avoir mal au ventre.

– Tu crois vraiment que je suis le fournisseur de ce type ?

Non Mathéo ne lui parlait pas beaucoup, et encore moins pour le tenir au courant de quelle fille il avait une chance de sauter ou non. Ce n’était pas forcément le genre de comportement qu’il aimait beaucoup venant d’un mec. Tibus et lui étaient les totales opposés en ce qui concernait leur approche à l’amour et au sexe. Hermione lui avait par la suite retourné la question et s’était donc à lui de se creuser la tête pour citer cinq prénoms de filles qu’il trouvait sexy. Franchement c’était une question assez compliquée pour lui qui n’avait réellement qu’Ayla dans sa tête. Il réussit néanmoins à poser quelques noms dont Rebecca et le sien. Elle le remercia d’ailleurs visiblement un peu gêné avant de rire. Mathéo rit avec elle, trouvant la situation assez marrante au final. Les deux gamins étaient complètement tarés et l’ingestion d’une pilule magie n’aidait en rien leur cerveau. Mais Mathéo se sentait tellement bien que rien ne pouvait l’énerver. Il était dans son petit monde parallèle. Même si une licorne à trois têtes passait actuellement devant lui, il ne remarquerait pas le grotesque de la situation. Mais c’était quand même à lui de poser une question. Alors il lui demanda quelle était la chose la plus horrible qu’il avait fait à quelqu’un.

Hermione avait apparemment trahi quelqu’un dans sa vie. L’un de ses amis même. Ce n’était pas très cool. Mathéo ne connaissait pas la situation, et ne pouvait donc pas condamner Hermione pour ce qu’elle avait fait.

– La douce Hermione n’est pas tellement une sainte alors.

Répondit le jeune homme, le regard dans le vague. Il était bien, franchement. Hermione reprit la parole, et lui demanda comment il réagirait si son père avait vraiment très mal tourné. Mathéo releva la tête et bloqua son regard dans celui d’Hermione. C’était étrange qu’elle ait pensé à ce genre de question dans ce jeu. Le jeune homme n’était pas sûr de comprendre mais il avait comme un doute. Il ne voyait pas de réponse logique au pourquoi la demoiselle voulait à ce point savoir ses réactions, ou voulait encore le prévenir et sous-entendre que son père avait mal tourné. Et d’un autre côté, il n’avait pas la moindre idée de sa réponse face à une question comme celle-ci.

– Tu me dis pas tout, c’est ça ? T’en a entendu parler ?

Il n’était pas réellement sûr. Ses soupçons n’étaient peut-être dû qu’à la drogue et aux tendances paranoïaques que celles-ci provoquaient parfois, mais il avait quand même besoin de poser la question, histoire d’être sûr.

– Pour répondre à ta question, j’espère qu’il n’a pas mal tourné. Parce que j’ai tellement envie de le connaître et de savoir qui il est, que j’aurais peur de me perdre moi-même.

Il répondait plus ou moins à la question. Il ne savait pas si Hermione allait accepter cette réponse ou allait lui demander plus de détail. La vérité, c’était dur de prévoir des réactions sur des scènes hypothétiques qui n’allaient peut-être jamais se produire.

– En vrai votre école, c’est quelqu’un qui la fait exploser ? Parce que votre histoire de : elle a brûlé, c’est un peu chelou quand même.

Balança le jeune homme en rigolant. C’était une question assez innocente au fond, provoqué par un abus de produits illicites. Mathéo n’avait pas réellement enquêté sur cette arrivée soudaine, parce qu’il s’en fichait, et ne pensait pas que ces élèves cachaient un si gros secret.



par humdrum sur ninetofive

I'm a wizzard !

J’étais très bien comme j’étais, occupé à me détruire, et puis tu t’es pointée et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à foutre de ma gueule. ▵ ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: "Amitié" et manipulation. - avec Mathéo Collins.  Lun 20 Fév - 0:07
Que l'on ressemble ou non à nos parents, nous n'en restons pas moins unique. Chaque être humain reste unique parce qu'il est impossible de récréer deux fois le même. Physiquement, de rares exceptions arrivent, amenant ainsi avec eux de véritables jumeaux tels que George et Fred Weasley, parfois même des siamois. C'est néanmoins psychologiquement que toute la différence se fait parce que même si des similitudes sont présentes et nombreuses, il ne peut y avoir une exacte reproduction d'un même caractère, d'une même personnalité tant il y a de facteurs qui l'influencent. Il s'agit d'ailleurs d'un phénomène qui a toujours intéressé Hermione. Dès son plus jeune âge, elle tentait de comprendre tout ce qui pouvait entrer en compte pour créer une identité psychologique. C'était étrange pour une petite fille mais déjà à cette époque là elle faisait preuve d'une curiosité intellectuelle débordante et surprenante Ca n'avait d'ailleurs pas changé.  Si Mione avait pu tout connaitre, tout savoir, lire tout les livres, elle l'aurait fait. Avant même la rentrée, elle avait déjà lu tous les livres au programme pour la première année et quelques uns supplémentaires ce qui avait fait qu'elle s'était retrouvée à lire de nouveaux livres, à prendre de l'avance. Une avance considérable que ce soit au niveau des manuels, des connaissances supplémentaires ou bien à propos des devoirs qu'elle finissait très vite après qu'ils aient été donnés. Lorsqu'elle est arrivée à Poudlard, il n'y avait pour la jeune femme que les livres et les études dans la vie. Elle était alors clairement un rat de bibliothèque. Mais ça ne la dérangeait pas. Enfin pas totalement du moins. C'était ce qu'elle aimait et pour elle ce qui semblait être primordiale. Toutefois, au fur et à mesure des jours, elle avait ressentie une certaine forme de solitude entre l'impossibilité d'être proche de Drago et le "rejet" d'Harry et Ron qui ne la considéraient pas encore à l'époque comme une amie, elle se sentait seule et isolée. Au fil des années, l'amitié qu'elle avait avec les deux garçons puis la perte de celui qu'elle connaissait depuis le berceau lui avait fait comprendre la valeur de ce sentiment, qu'il n'y avait pas que les livres et les cours dans la vie, qu'il y avait quelque chose de bien puissant et sans lequel on ne pouvait vivre.

De par sa proximité avec les Malfoy, puis par celle avec les Weasley, Hermione connaissait les variantes possibles dans les différentes familles. Elle avait apprit à ses dépends que toutes n'était pas comme la sienne, que tous les parents n'étaient pas aussi aimants et gentils que les siens et elle avait également découvert comment vivait une véritable famille sorcière normale. Sa famille n'était pas parfaite. Il était vrai qu'elle n'était pas comme celle des rouquins mais elle ne ressemblait pas non plus à celle de la meilleure amie de sa mère. Si Mione n’avait pas forcément à se plaindre de sa famille, elle enviait toutefois celle de Ron avec Molly qui était une mère si chaleureuse et aimante, avec autant de frères et sœurs même si l’amour était souvent un peu vache. Elle n’avait pas cette chance, étant fille unique. Pour elle, Harry et Ron se rapprochaient le plus de frères. Pas Drago même si elle avait grandi avec lui, c’était différent. Lui, il était son meilleur ami d’enfance, il était finalement une partie d’elle. Mais enfin bref, tout était assez compliqué et mélangé dans sa tête depuis que le blondinet lui avait demandé de choisir. Choisir, c’était un acte compliqué et qui pouvait briser des cœurs.

Hermione avait perdu son innocence jeune, très jeune. Elle avait été naïve, par exemple en espérant que Lucius Malfoy ne ferait pas marquer son fils ou en imaginant que le ministère de la magie les protégerait toujours. Foutaises. Elle avait malheureusement du apprendre à ne plus donner sa confiance aussi facilement. La guerre lui avait enlevé toute insouciance et en même temps, même si elle savait que ce n’était pas encore fini, elle profitait un peu des moments de détente, de pause que la vie lui offrait à cette époque, avec des personnes encore « intactes » si l’on peut dire.

Ce jour-là, Mione profitait justement en compagnie de Mathéo Collins, le fils d’un mangemort contre lequel elle s’était battue. Elle avait épargné le vieil homme parce que juste, il était âgé et ne tarderait certainement pas à mourir, avec un peu chance, dans une cellule à Azkaban. Les deux adolescents se plaignaient. C’était de leur âge, c’était normal qu’ils râlent après leurs professeurs qui les écrasaient de devoirs, de leçons à apprendre, d’un rythme tellement plus rapide et élevé que ce qu’ils avaient connu jusqu’à maintenant. Ainsi, ils racontaient tour à tour leur journée qui pour les deux avaient été épuisante et horrible, mais un peu plus pour le jeune homme. Le pauvre enchainait cours, devoirs, entrainements de Quidditch, retenue et son sommeil ainsi que sa vie sociale prenaient chers. Mais après tout, il l’avait cherché quand même puisqu’il avait envoyé une lettre érotique au professeur McGonagall. Il avait de cette manière récolté un mois de retenue à faire avec le concierge, Rusard, qui filait des frissons de dégoût à Hermione rien qu’à son évocation. C’était un homme bien connu pour son sadisme et Mathéo aurait désiré se venger sur Miss Teigne, ce que la jeune femme lui déconseilla. Elle dit un peu plus tard qu’il y avait un complot contre lui à Poudlard et qu’il devrait fuir mais selon lui, il avait tenu jusque là alors il n’était plus à quelques mois près. Il survivrait.

-      Ahah j’ai hâte de voir comment tu vas faire pour t’en sortir sans que ces prochains mois deviennent un enfer pour toi.

Bien sûr, elle se moquait de lui.  Se faire jeter de l’école de sorcellerie, voilà quelque chose qui allait s’avérer dure pour les élèves en dépit même du fait que ce n’était pas réellement leur Poudlard. Hermione avait beau s’y préparer elle savait pertinemment qu’au moment où ça arriverait elle serait triste et aurait du mal à se faire à l’idée. Poudlard c’était une partie de sa vie, c’était une partie d’elle. Comment le temps pouvait-il passer aussi vite ? Les quelques mois qui leurs restaient défilaient à toute allure si bien qu’elle avait une impression d’être déjà en mai.

Le mois de retenue du jeune homme était maintenant presque terminé, ou il l’était, elle ne savait pas vraiment mais en tout cas, c’était derrière lui. A présent, il allait enfin pouvoir respirer, se reposer et reprendre un rythme de vie tout ce qu’il y a de plus normal. Mione savait, comme à peu près tout le monde à l’école de sorcellerie que Mathéo n’était pas le seul derrière cette bêtise. Il était rarement seul d’ailleurs puisque son acolyte, Rebecca MacMillan l’aidait pratiquement toujours et pour cette lettre là, c’était le cas. Elle savait ce que c’était, cet élan de camaraderie, ça s’appelait l’amitié et elle y avait déjà goûté. Et oui, même elle, l’élève modèle, la très respectueuse du règlement avait déjà prit pour couvrir ses amis, et par amis, il faut bien entendu comprendre Harry et Ron. Ces deux là étaient des parties d’elle. Le professeur McGonagall, dans le futur, les connaitraient bien, les deux chenapans qui faisaient des bêtises H24. Parfois, la brunette en était désespérée et elle comprenait les retenues et les points en moins que la directrice des Gryffondors avait donnés. Si beaucoup d’élèves la trouvaient strictes et encore plus à cette époque, ce n’était pas le cas d’Hermione qui la considérait simplement comme autoritaire et exigeante. Le reste n’était que du respect ce qu’apparemment son interlocuteur ne comprenait pas, préférant qualifier la verte et argent de cireuse de pompes. Altruiste, elle lui donna quelques conseils pour s’en tirer mais selon lui c’était mission impossible.

-      Comme tu veux.

Répondit-elle simplement. Que pouvait-elle dire de plus ? Elle n’était personne pour lui dire quoi faire et s’il pensait ne pas réussir à se comporter comme un élève normalement sage, elle ne pouvait pas l’y forcer. C’était son choix, sa décision et il en assumerait pleinement les conséquences après tout.

Si ce sujet là était dérisoire, enfantin, correspondant parfaitement à leur statut d’élèves, celui qui suivit était différent, beaucoup plus sérieux. Ils enchainèrent en effet sur le père du jeune homme, attisant la culpabilité de Mione qui s’en voulait d’une certaine manière de ne pas pouvoir lui avouer la vérité. Tout aurait été si simple si elle avait pu… mais ce n’était pas le cas et il était ainsi de son devoir de s’assurer que Mathéo ne prenne pas le même chemin de son père même si pour cela elle devait lui mentir. Si au début elle n’était allée lui parler que pour des motivations réelles, une certaine amitié s’était créée entre eux et elle aimerait ne pas avoir à la gâcher. Toutefois, elle n’en oubliait pas ce pourquoi elle était venue lui parler à la toute base. Sauf que le brun eut l’air de paraitre avoir des soupçons, lui demandant pourquoi elle partait aussi pessimiste quant à ce que pourrait être devenu son père. Elle répondit qu’elle endossait le rôle du démon puisque lui avait apparemment celui de l’ange. Il avoua alors que ça lui faisait étrange de la voir en tant que telle puisqu’habituellement elle était un ange et que c’était par conséquent plutôt l’inverse. Mione déclara alors que c’était plus simple d’être un démon parce qu’ainsi on attendait rien de toi et la réponse du vert et argent lui fit mal au cœur.

-      Je suis désolée, je n’aurais pas du dire ça. Je me doute que ça ne doit pas être facile…

Malheureusement, pour le coup elle ne pouvait que se douter. Elle ne savait pas ce que c’était, elle, on attendait tellement d’elle que depuis quelques mois, cela créée une certaine pression contre laquelle elle n’était pas sûre de vouloir se battre. On attendait d’elle qu’elle ait des Optimales dans toutes les matières à ses ASPICS, on attendait d’elle qu’elle soit l’amie parfaite, on attendait d’elle qu’elle est un comportement exemplaire, on attendait d’elle qu’elle trouve la ou plutôt les solutions pour sauver le monde. Mais sinon, savoir si elle allait bien ça on s’en moquait. Certaines personnes y faisaient attention mais pour la plupart, ça n’avait aucune importance.

Ne désirant ni l’un ni l’autre s’enfermer dans des sujets si sérieux ce soir-là, ils avaient décidé de se détendre en profitant et Mathéo avait eu la brillante idée (comprenez qu’ici, il s’agit d’ironie) de proposer une pilule magique à Hermione. Or, elle avait besoin de quitter ses problèmes, ses angoisses pour entrer dans une bulle de bien-être et d’euphorie. Après s’être renseignée des effets, elle avait donc accepté et le temps que cela arrive, ils évoquaient la petite amie du brun, Ayla. Si Mione n’avait eu qu’un constat à faire ça aurait été celui là : il était totalement et éperdument amoureux de la Serdaigle. Ca ne servait à rien selon elle d’en parler pendant des heures, rien que d’évoquer la blondinette, et un sourire idiot apparaissait sur ses lèvres ainsi que des étoiles dans ses yeux. Il affirma être chanceux de l’avoir et Hermione lui rappela tout de même qu’elle aussi en avait, même s’il pensait apparemment le contraire, se trouvant taré et pleins de défauts. Elle roula des yeux d’exaspération.

-      Je confirme que tu es un idiot quand tu t’y mets mais tu es quelqu’un de loyal, de gentil, de généreux, d’amusant, d’attentif, de juste. Tu es quelqu’un d’adorable alors arrête de ne te trouver que des défauts et dis toi qu’Ayla n’est certainement pas avec toi pour rien.

En y pensant, l’ancienne rouge et or aimerait beaucoup rencontrer la petite-amie du jeune homme, elle devait être adorable et, l’ayant vu de loin dans des couloirs, elle savait que la blondinette était juste magnifique. Elle espérait qu’elles pourraient peut-être être amies.

Les effets de la pilule magique ne tardèrent pas plus longtemps et les deux adolescents quittèrent la salle commune des Serpentards, là où ils étaient à la vue de tous, pour se rendre dans la salle sur demande, là où ils pourraient profiter des effets tranquilles. Tous deux s’étaient finalement mis d’accord sur une occupation : le jeu des questions réponses mais avec gage en cas de Joker. Si Mione avait lancé le bal, Mathéo la suivait de près et avait obtenu d’elle le nom de la personne avec qui elle aimerait perdre sa virginité : Drago Malefoy. Si elle avait été totalement consciente, jamais elle n’aurait dit une chose pareille. Lui, il la pensait amoureuse et la taquinait avec ça alors qu’elle ne l’était pas. C’était simplement un sentiment profond d’amitié qu’elle ne pouvait expliquer et une attirance qui naissait de par l’évolution du corps. Que ce soit cela ou non, c’est en tout cas ce qu’elle pensait.

-      Le serpent qui hante mes fantasmes non mais sérieux ? T’as rien trouvé de plus ridicule ?

Râla-t-elle en le remerciant silencieusement de ne pas poser plus de questions sur le lien unissant les deux Serpentards. Elle ne savait pas quoi répondre à ces questions sinon et elle ne savait plus réellement où en était leur amitié. Enfin bref, tout ça était bien compliqué et shootée, elle était encore moins capable de remettre ses idées en place. Au tour suivant du brun, il exigea d’elle le top 5 des garçons de Poudlard les plus beaux et il fut apparemment étonné de voir y figurer celui de Tibus Tagel. Hermione n’aimait pas vraiment ce garçon, elle le trouvait lourd, dragueur, boulet, bref, voilà quoi mais il fallait bien avouer qu’il était assez sexy. Mais ça ne voulait pas non plus dire qu’elle voulait passer dans son lit, bien loin de là. Elle s’en voudrait toute sa vie de faire une chose pareille surtout en y perdant sa virginité. Mathéo lui affirma que si Tibus l’apprenait, il ne la lâcherait plus et elle le menaça de se transformer en véritable démon s’il disait quoique ce soit.

Et ce bouffon éclata de rire.

-      Mais ne te moque pas de moi oh !

Elle fit ensuite mine de bouder et lui renvoya l’ascenseur en lui demandant à son tour le top 5 des filles les plus sexy. Il nomma Ayla, sa meilleure amie, d’autres filles dont Jaylin et Mione qui fut d’ailleurs surprise mais qui le prit comme un compliment. Si elle était déjà bien loin et incapable de réfléchir, ça avait l’air d’être encore pire pour le vert et argent qui contrairement à elle, n’avait pas prit qu’une pilule et qui semblait être dans un état totalement second. Il lui demanda quelle était la pire chose qu’elle avait faite dans sa vie et elle avoua avoir trahi quelqu’un, un ami, son meilleur ami d’enfance à qui elle tenait plus que tout.

-      Apparemment pas.

Répondit-elle simplement. Elle ne voulait pas en parler non plus ou elle serait tentée d’avouer que la personne en question, cet ami, était celui dont ils avaient parlé quelques instants auparavant. Non, vraiment, elle n’avait aucune envie de s’expliquer là-dessus. C’était bien trop compliqué et risqué. Puisqu’ils étaient dans des questions très personnelles et qu’il s’amusait à la gêner, à la taquiner, elle allait en profiter pour tenter d’en apprendre un peu plus sur la réaction du garçon. Ainsi, elle lui demanda comment il réagirait s’il découvrait que son père avait très très mal tourné et Mathéo désira savoir s’il y avait des choses qu’elle savait et qu’elle ne lui avait pas dite. Puis, il lui donna la réponse à la question.

-      Non non ne t’inquiètes pas. C’est juste que j’aimerais savoir à quoi m’attendre si c’était le cas parce que je vais pas te demander comment tu réagirais s’il avait très très bien tourné, ça je le sais. Moi je réagirais mal, je le sais alors c’est pour ça, je me dis qu’on ne réagirait pas tous pareil. Tu entends quoi par « me perdre moi-même » ?

Ce fut autour de Mathéo de poser une question et si Hermione s’était attendue à tout, elle n’avait pas non plus imaginé ça. Si elle avait été en train de boire, elle se serait étouffée. Néanmoins, elle garda un visage impassible, se releva en position assise puisqu’étant jusqu’à alors allongée sur l’un des canapés. Elle eu l’air de réfléchir un instant à sa question avant d’avoir un rire enfantin, taquin et de sourire narquoisement.

-      Ca t’intrigue hein ? Peut-être que oui, peut-être que non. Je ne t’en dirais pas plus simplement pour te laisser dans ta curiosité. Je prends un Joker.

Et qui disait Joker, disait gage. De cette manière, elle se baissa et embrassa le sol de la salle commune avant qu’il n’ait eu le temps de lui en donner un. Avec un peu de chance, il prendrait ça pour le gage et ils passeraient à autre chose. Même si avec Mathéo, elle avait de sacrés doutes.

-      Voilà j’ai fais mon gage, on passe à autre chose ? Hum, dis moi depuis combien de temps tu as un kiff sur Ayla ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Slytherin. J'ai posté : 532 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 2079 pour une aventure ! Je suis de la génération : Etudiant de 1977. . Je suis un aventurier : Oui. A savoir sur toi : « Un peu trop fêtard parfois, j’ai surtout le chic pour me m’attirer des ennuies. Vraiment pour le coup, j’ai pas de chance du tout, donc faites attention quand vous m’approchez. Sinon je suis quelqu’un de gentil et de doux, même si je peux être un peu trop caractériel quand j’ai fini ma limite. En clair, me cherchez pas trop. J’ai toujours ce problème avec les filles. Du mal à les approcher et encore plus à conclure. Vous voyez le gars qui transpire, avec les mains tremblantes, et qui bégaye à chaque fois qu’une fille lui adresse la parole ? Bah ce type c’est moi … »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Lui-même en mangemort.
Patronus: Renard
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: "Amitié" et manipulation. - avec Mathéo Collins.  Lun 20 Fév - 2:21


“Amitié et manipulation. Difficile de voir la limite.”



Hermione & Mathéo




Mathéo n’avait pas forcément l’habitude de se confier à propos de lui, ou bien de sa vie. En général, à l’école Poudlard, il était connu pour être le clown, le garçon marrant malchanceux qui finissait toujours en heure de colle. Il était celui qui aimait faire la fête, qui bravait tous les interdits, qui consommait alcool et drogue. Celui qui ne couchait pas, et qui avait toujours eu une certaine distance avec les filles. Il avait plusieurs visages pour ses camarades. Et cela dépendait de ce qu’ils voyaient en lui en premier. Un fauteur de trouble, évidemment tout le monde le reconnaissait. Il faisait partie des élèves qui détenaient le record d’heure de colle en sept ans à l’école Poudlard. Il avait été d’ailleurs mis dans le bain dès la première semaine de cours à l’école de sorcellerie. Ce n’était pas grand-chose à l’époque, il avait simplement oublié de se lever et était arrivé bien en retard en cours. Mais cette « bêtise » avait signé le début d’une longue liste d’heure de retenue. Arrivé en septième année, il ne pouvait même plus compter toutes les heures qu’il avait vu. Il avait arrêté au bout d’un moment, ça aurait été beaucoup trop compliqué pour le pauvre garçon. Ce qu’il fallait simplement retenir, c’était qu’il était un amoureux des heures de colle, ou alors un terrible malchanceux. Pauvre garçon, à chaque fois qu’il faisait une bêtise, vous pouviez être sûr qu’il finissait toujours par se faire prendre un jour ou l’autre. C’était assez exceptionnel. Comme si ses professeurs, ou le concierge avait un radar qui leur indiquait quand Mathéo Collins avait décidé de braver le règlement. La plupart du temps, il se faisait donc avoir en étant au mauvais endroit au mauvais moment. Un professeur passait par là, et le prenait sur le fait accompli. Mais le jeune homme pouvait également compter sur ses camarades pour le balancer au corps professoral. Et le maître en la matière pour cela n’était personne d’autre qu’Allison Carter, la préfète des Serdaigle. Cette fille était vraiment relou quand elle s’y mettait. Elle était tellement à cheval sur le règlement que ça en devenait presque ridicule. Et elle n’avait aucun esprit de solidarité envers ses camarades. L’important pour elle, c’était que le règlement soit respecté à la règle. Et si ce n’était pas le cas, elle intervenait. A part être un fauteur de trouble autant en classe que le reste du temps, Mathéo était également vu comme le puceau. Oui ce garçon de dernière année qui ne semblait pas pressé de voir le loup. Impressionnant pour certains, ovni pour d’autre, ou encore phénomène de foire. Oui ses camarades ne comprenaient pas forcément, mais ça les faisait beaucoup rire. Et surtout ça alimentait quelques paris entre eux. En effet, depuis qu’il sortait avec la belle Ayla Abbot, certains garçons de Serpentard avaient commencé à prendre les paris pour estimer une date à laquelle le garçon ferait enfin sa première fois. Cela pouvait paraître assez méchant de parier comme cela sur le dépucelage de l’un de ses camarades, mais bon. Mathéo s’en fichait assez, ça le faisait plus rire qu’autre chose. Parce qu’au final il s’en fichait, il ne vivait pas le mal d’être encore vierge à son âge donc rien de bien grave. Chacun est unique et tout le monde va à son rythme.

Le garçon était actuellement dans sa salle commune en compagnie de la sympathique Hermione Granger. Après une longue journée, celle-ci avait regagné l’antre des Serpentard, et avait visiblement eu envie de passer un petit moment avec Mathéo. Le Vert et Argent appréciait la jeune femme et était donc content qu’elle soit venue lui tenir compagnie. Elle était arrivée depuis le début d’année, ici, à Poudlard, et pourtant ils avaient très vite sympathisé tous les deux. Elle était simple, et pas à cheval sur la pureté du sang, ce qui était franchement rafraichissant par rapport à certaines personnes de Poudlard. Pour autant, ils étaient réellement très différents. Mais c’était surement cela qui les avait rapprochés et cela donnait de leur force à leur lien. Pour autant, Mathéo ne savait pas tout à propos de la jeune femme. Surement trop gentil, il ne s’était jamais méfié d’elle. Elle était venue lui parler la première fois, avait été très gentille, et Mathéo s’était tout de suite senti en confiance. Ce qu’il ignorait, c’était qu’elle n’était certainement pas venue le voir sans idée derrière la tête. Non elle avait bien une mission, essayer de le garder sur le droit chemin pour les intérêts du futur. Elle le manipulait en quelque sorte pour aller dans son sens. Il l’ignorait, et c’était peut-être mieux comme ça au final. Il serait surement très déçu d’apprendre la vérité un jour. Pour lui, son amitié avec la demoiselle était réellement sincère. Mathéo n’était pas le genre de personne qui faisait semblant. S’il appréciait quelqu’un, il lui rendait bien, et si au contraire le courant ne passait pas, il ne comptait pas faire l’hypocrite. C’était quelqu’un de très franc, un peu trop parfois d’ailleurs. Il était aussi très spontané, si quelqu’un le gonflait, il allait lui dire tout de suite, sans prendre de détour, et sans faire attention à la puissance de ses mots. Et c’était cela qui faisait que certaines personnes l’appréciaient, et que d’autres ne pouvaient pas le supporter. Il fallait pouvoir supporter la vérité en face. Bon il s’était quand même attiré pas mal d’ennuie depuis quelques temps, surtout une très longue retenue avec le concierge de l’école. Hermione souleva l’idée qu’il y avait peut-être un complot contre lui à l’école. Et franchement cette réflexion n’était pas si bête que cela, c’était peut-être possible. Bon Mathéo la rassura quand même en lui annonçant qu’il avait réussi à survivre pendant six ans et demi ici, alors ce n’était surement pas six mois de plus qui allaient lui faire peur. Il pouvait encore encaisser un petit peu quand même le petit chéri. Hermione déclara qu’elle avait hâte de voir comment il allait faire pour s’en sortir sans que ses prochains mois ne deviennent un véritable enfer.

– Je vais essayer d’apprendre à pas me faire choper.

Répondit le garçon sur le ton de la rigolade. Puisqu’il avait bien compris qu’Hermione se manquait elle aussi gentiment de lui. Alors forcément il répondait sur le même ton. Il ne restait que six mois à survivre comme il l’avait bien dit. C’était long mais court à la fois. Et franchement plus ils avançaient dans le temps, plus Mathéo commençait à stresser à propos de cela. Poudlard avait été bien plus qu’une simple école pour lui, elle avait été une véritable maison, le premier endroit où il s’était réellement senti chez lui. Un lieu où il avait vraiment l’impression de pouvoir s’épanouir et où il sentait en sécurité. Et quitter un endroit qui vous a apporté tant de choses, allait être une étape beaucoup plus difficile que le Vert et Argent ne se l’imaginait. Cela allait surement représenter la fin d’une aire pour lui. Mais il devait passer par là, comme tout le monde. Il allait devoir rentrer de pied ferme dans la vraie vie, et il allait surement y arriver, comme beaucoup d’autre avant lui.

Mathéo avait enfin fini son mois de retenue, ou presque. Il ne lui restait maintenant que deux jours à faire pour être enfin totalement libre. Il attendait ce moment avec impatience. Et espérait de tout cœur, que le concierge n’allait pas lui tenir rigueur de sa petite sieste dans les toilettes un peu plus tôt dans la journée. Parce qu’il avait vraiment besoin de temps pour lui maintenant, déjà pour dormir parce qu’il avait accumulé beaucoup de sommeil en retard, et se sentait réellement épuisé, et aussi parce qu’il avait besoin de réviser pour se remettre à jour avec ses cours et ses devoirs. Et pour finir, il voulait avoir un peu de temps avec les deux femmes qu’il préférait ici à Poudlard : Rebecca sa meilleure amie, et Ayla sa petite amie. Il les avait toutes les deux négligé ces derniers temps. Pas intentionnellement évidemment, il n’avait pas le choix, mais il voulait réellement se rattraper, en essayant d’avoir plus de temps privilégiés avec chacune d’entre elles. Il était confiant, il allait réussir tout ça. Il allait reprendre sa petite vie d’étudiant insouciant. Il continuerait à profiter de la vie comme il le faisait toujours, il allait continuer ses bêtises. Mais après tout, il était jeune, il n’était encore qu’un gamin, et il ne savait pas de quoi l’avenir serait fait pour lui. Le mieux était donc de s’amuser sans se prendre la tête. Hermione avait même tenté de lui donner quelques conseils pour qu’il se calme, et qu’il réussisse à s’en tirer. Mais le jeune était assez têtu dans son genre, et il n’avait réellement pas envie de se prendre la tête avec ça. Il n’allait pas devenir un élève modèle comme ça en un claquement de doigt. Autant rester lui-même et ne rien regretter. Et même s’il devait encore subir des retenues pour ces derniers mois, au moins il pourrait se dire qu’il avait eu de bons moments en cours et avec ses amis.

Ils avaient parlé par la suite d’un sujet beaucoup plus sérieux : celui du père de Mathéo. Normalement il parlait très peu de cet homme qui l’avait abandonné quand il n’avait que cinq ans. Mais bizarrement avec Hermione, un certain climat de confiance s’était établi et il s’était senti d’en parler. Il ne lui avait pas caché qu’il voulait le retrouver. C’était un comportement normal, après tout, il voulait connaître ses origines et surtout avoir des réponses. La Serpentard s’était montré plutôt hostile en le mettant en garde encore et encore pour qu’il ne soit pas déçu s’il ne rencontrait finalement pas quelqu’un de bien. C’était l’une des possibilités bien sûr, et Mathéo en avait pleinement confiance, mais il ne voulait pas trop y penser pour le moment, il voulait garder une sorte d’espoir au fond de lui, l’espoir que cet homme avait changé. Le Serpentard était quand même suspicieux face au comportement de la demoiselle, qui lui expliqua par la suite qu’elle jouait simplement le rôle du démon, puisque lui faisait l’ange. C’était assez marrant puisqu’Hermione n’était réellement pas un démon, elle avait le rôle de l’ange en toute circonstance. Mais elle pensait que c’était plus simple d’être un démon. Mathéo lui répondit avec le sourire que ce n’était pas forcément le cas. Lui par exemple pourrait faire exploser l’école, personne n’en aurait rien à foutre. Il n’avait évidemment pas dit ces mots pour faire pitié à Hermione, loin de là. Mais la jeune femme s’excusa, avant de lui dire qu’elle se doutait que ça ne devait pas être facile. Oui elle se doutait simplement, parce que sa vie à elle n’était pas du tout la même que celle de Mathéo.

– C’est pas grave, t’inquiète. Au moins je ne reçois pas de beuglante toutes les semaines, ce qui est plutôt une bonne chose.

Répondit le jeune homme avec un grand sourire. Parce qu’il n’aimait pas s’étaler sur ce genre de sujet, préférant jouer la carte de l’humour que réellement s’ouvrir sur l’amertume, et sur ses souffrances familiales.

Ils décidèrent très vite de changer de sujet. C’était le mieux à faire pour l’un comme pour l’autre. Ils ne voulaient pas être trop sérieux ce soir, ils voulaient simplement se détendre et arrêter de penser trop au travail ou à la vraie vie : simplement être de vrais adolescents l’espace d’une soirée. Mathéo avait eu l’idée d’entrainer Miss-Parfaite dans ses combines, et lui avait proposé une pilule magique. Chose que contre toute attente, elle avait accepté. Au moins, ils risquaient de bien s’amuser les deux garnements. Mathéo avait plus l’habitude qu’elle, ce n’était pas sa première fois, et il en avait déjà consommé à plusieurs reprises. Le temps que la drogue fasse effet, les deux camarades étaient partis sur un tout autre sujet de conversation : Ayla. Quand il parlait d’elle, tout le monde pouvait voir à quel point le garçon était attaché à elle. Il parlait d’elle en de très jolis termes, il avait des étoiles dans les yeux, et le cœur qui battait la chamade. C’était tellement mignon à voir dans un sens. Il se pensait réellement chanceux d’avoir réussi à mettre le grappin sur une fille de son envergure, en oubliant parfois qu’il était quelqu’un de bien aussi, et qu’il méritait aussi ce bonheur. Mais Hermione était là pour lui rappeler. Elle confirma quand même qu’il était un idiot, mais aussi quelqu’un de loyal, généreux, amusant, attentif et juste. Ayla avait bien des raisons d’être avec lui. Mais Mathéo également touché des compliments d’Hermione à son égard.

– Merci, je fais mon maximum pour être quelqu’un de bien. Même si ce n’est pas forcément facile de supprimer la partie débile qui est en moi.

Balança-t-il en référence au moment où Hermione l’avait traité d’idiot. Hermione était quelqu’un de bien aussi. D’ailleurs, les effets de la pilule commencèrent et il était grand temps pour les deux imbéciles de quitter la salle commune et de se rendre dans la salle sur demande. Au moins, ils seraient à l’abris ici, loin des yeux et des oreilles indiscrètes. Ils avaient même trouvé une occupation à faire tous les deux : un jeu de question vérité. Le principe était assez simple. En effet, chacun son tour, ils posaient des questions à l’autre. La personne avait deux options : soit répondre, soit utiliser un joker. Mais le joker avait évidemment un prix. Si l’un d’entre eux l’utilisait, il recevait dans la foulée un gage. Ce n’était donc pas forcément le meilleur des choix à faire. Hermione avait donc lancé le bal des questions. Mathéo l’avait par la suite interrogé sur le garçon de ses pensées, et il avait appris que c’était Drago, un élève de leur maison. Elle voulait donc perdre sa virginité avec ce garçon. Plutôt intéressant et croustillant comme nouvelle. Bien sûr Mathéo était quelqu’un de très loyal en amitié, et tout ce qui se dirait ce soir entre Hermione et lui ne sortira pas de cette pièce. Il n’aimait pas les ragots, et n’allait pas colporter des rumeurs. Le jeune homme voulait quand même l’embêter sur le sujet, et compara donc le garçon à un serpent qui hantait ses rêves. Elle lui demanda donc par la suite s’il n’avait rien trouvé de plus ridicule. Le jeune homme rigola. Le ridicule, il avait l’habitude et il aimait bien ça.

– Je trouve que ça résume bien l’histoire ouais.

Elle râlait un petit peu mais rien de méchant. Mathéo décida de ne pas l’embêter plus sur le sujet, il respectait quand même un peu le fait qu’elle n’ait pas tellement envie d’approfondir le sujet. C’était son jardin secret après tout, et il n’était personne pour lui demander de tout lui confier, malgré le jeu de la soirée. Par la suite les questions s’enchainèrent, notamment avec un top cinq des garçons et des filles les plus sexy de Poudlard selon elle et lui. Intéressant. Mathéo trouvait cela très drôle que Tibus soit dans le classement, surtout en connaissant sa réputation de coureur de jupons, mais visiblement c’était un côté qui ne déplaisait pas forcément aux filles. Hermione en était l’exemple encore aujourd’hui. Il éclata donc de rire, sous les demandes de la jeune femme d’arrêter de se moquer d’elle. Mais franchement c’était bien trop hilarant pour le coup.

Elle lui avoua qu’elle avait déjà trahi une personne proche. Comme quoi le petit ange n’en était pas tellement un. Hermione ne voulait pas s’étendre sur ce sujet, et Mathéo ne fit donc pas plus de commentaires. Il voulait conserver une ambiance chaleureuse entre eux. Et l’important ce soir était réellement de rigoler et de se détendre pas d’être triste ou mélancolique. Hermione lui demanda comme il réagirait s’il découvrait que son père avait mal tourné. Mathéo fut tout d’abord suspicieux. Cette question à propos de son père le faisait se demander si la jeune femme n’avait pas entendu quelque chose à propos de lui. Et finalement il lui répondit. Elle lui demanda de ne pas s’inquiéter, elle aimerait simplement savoir à quoi s’attendre si c’était le cas. Elle lui confia que si elle était à sa place, elle réagirait mal. Mais elle se posait quelques questions sur la tournure de phrase qu’avait utilisé Mathéo, et le garçon tenta donc de s’expliquer.

– Je me connais, et j’ai peur que s’il a effectivement mal tourné comme tu le dis, je fasse fi de ça simplement pour être proche de lui, et qu’au final je puisse m’oublier moi-même en sombrant comme il l’a fait au lieu de garder mes distances.

Il n’était pas sûr d’être réellement clair dans sa réponse. Mais il savait comme il était, et si son père n’était pas quelqu’un de bien, est-ce qu’il réussirait à mettre de la distance avec cet homme, où qu’il plongerait la tête la première pour être à tout prix proche de cet homme, qui était quand même un membre de sa famille. Mais peu importe, inutile de rester sur ce sujet pendant très longtemps, ça n’avait pas la moindre importance. Alors Mathéo réfléchit un instant et posa sa prochaine question, il voulait en savoir plus sur l’école, et pensait que les élèves l’avaient peut-être fait exploser. Après tout, c’était quand même un peu étrange toute cette histoire. La demoiselle restait très mystérieuse à ce propos. Elle ne voulait pas en dire plus pour le laisser dans sa curiosité, et alla même jusqu’à prendre un joker. Pour le coup, la curiosité du garçon était piquée, encore plus comme elle ne voulait pas répondre à la question. Hermione se baissa pour embrasser le sol, avant de lui annoncer qu’elle venait de faire son gage puis de lui poser une question.

– Tu as vraiment cru que ce serait aussi simple ? Si ça t’éclate d’embrasser le sol, c’est cool mais c’est pas ton gage. Tu vas devoir … envoyer une lettre un poème à Tagel pour lui avouer à quel point tu le trouves trop sexy.

Lança le jeune homme avant d’éclater de rire, tellement il était fier de lui. Il l’avait prévenu au tout début que c’était risqué de prendre un joker avec lui, et maintenant elle allait vite le comprendre. Peut-être que finalement, elle allait vite regretter de ne pas avoir répondu à une question aussi simple. Le jeune homme se rappela quand même qu’Hermione lui avait posé une question et commença à y réfléchir pour pouvoir lui répondre.

– Depuis des années, je ne me rappelle plus exactement la date. Mais ça faisait déjà plusieurs années que je tentais de l’approcher, en me prenant veste sur veste.

Répondit le jeune homme en rigolant. Il en avait d’ailleurs parlé à Ayla lors de leur petit rendez-vous romantique il y a quelques jours.

– Cite moi une personne que tu pourrais prendre pour une nuit, une pour la vie, et une jamais.



par humdrum sur ninetofive

I'm a wizzard !

J’étais très bien comme j’étais, occupé à me détruire, et puis tu t’es pointée et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à foutre de ma gueule. ▵ ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
 
"Amitié" et manipulation. - avec Mathéo Collins.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Il faudrait apprendre, jeune homme, à ne pas envoyer de lettres de ce genre à Minerva McGonagall, non mais oh !!! [avec Mathéo Collins].
» Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^
» L'amitié c'est comme un oiseau, avec le temps c'est de plus en plus beau. [PV: Nuit d'Azur]
» Camembert président, parce que l'on ne rigole pas avec le plaisir...
» 05. Il n'y a rien de plus fort que l'amitié. L'alcool? Non, je ne crois pas vieux! {Iris}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques :: Poudlard-
Sauter vers: