AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer. - Feat Tristan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer. - Feat Tristan Empty
MessageSujet: Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer. - Feat Tristan  Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer. - Feat Tristan EmptyJeu 17 Nov - 21:04

 

 
❝Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer.❞

 
 Alex & Tristan
 
Une phrase  △
L'infirmerie, mon petit coin de paradis ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, pour mon grand plaisir bien entendu. Enfin, heureusement que j'ai trouvé des petits stratagèmes pour ne pas me faire envahir par une horde de blesser qui veulent simplement sécher les cours, non, je ne prête pas mon petit coin de paix. La sieste est pour moi un moment précieux que je ne raterai pour rien au monde. C'est donc pour cela que je suis tranquillement allongé sur l'un des lits au fond de ma grande pièce dans un parfait silence, une petite alarme sur l'encadrement de la porte me réveille si quelqu'un entre, mais je ne pense pas en avoir besoin non, j'ai mis sur la porte un petit mot disant que je m'absente une petite heure et que l'infirmerie est fermée, il n'y a que la vieille peau qui pourrait venir et encore vu le nombre de fois où je vais dans son bureau pour me plaindre de mon salaire, elle ne risque pas de descendre. Voilà une matinée comme je les aime, je ferme les yeux et me plonge dans mes songes de gloire. Je ne sais pas vraiment de quoi je rêve, personne ne sais vraiment ce qui se passe durant ces rêves, je sais juste qu'ils me sont toujours agréables en ce moment, des fois plus que d'autres, j'ai souvent une silhouette d'homme qui me semble familière sans pour autant que je parvienne à mettre un nom ou bien même une image sur son visage, ce qui est frustrant, mais quand j'ouvre les yeux, je ne me rappel déjà plus vraiment les traits qui faisaient cette silhouette devant moi et quand je referme les yeux, je ne la revoit pas avant ma phase de sommeil profond, j'ai donc abandonné de savoir ce que voulait me faire passer comme message mon cerveau, à quoi bon.

Un bruit étrange qui ne ressemblait aucunement à mon alarme a finit par me réveiller de ma nuit paisible. À moitié endormi, une espèce de halètement ou bien grognement se fit entendre prés de mes oreilles, je me suis étiré tranquillement me demandant ce qui pouvait se passer ou si je rêvais encore, quoi que, pourquoi je rêverais d'un truc pareil… J'ai soupirais avant de m’extirpai complètement de ma cachette moelleuse, le bruit était proche, mais il n'avait pas dépassé ma porte, on aurait dit une bête en pleins désespoir et j'entendis ensuite des sanglots, un sourcil relevé et voulant savoir ce qui se tramait dans le couloir, je suis sorti pour découvrir un étudiant à genoux devant ma porte tenant une sorte de fox-terrier dans ces bras en sang, l'animal avait dut se faire attaquer, il n'était pas beau à voir, le gamin complètement en larme était pitoyable, mais quand il relevait les yeux et qu'il m'a vu, je ne pouvais plus faire comme si je n'avais rien entendu. Je soupire intérieurement, il n'arrive pas à me parler, mais je comprends qu'il me parle de son croup, l'animal dans ces bras. Le problème, c'est que je ne soigne pas les animaux magiques, encore un vrai chien, je n'aurais pas dit, mais un croup ça doit avoir besoin de soins spéciaux, je suppose… Je réfléchis à comment me débarrasser du problème et une idée lumineuse m’apparaît subitement, le brun frisé ! Enfin plutôt le professeur de soin aux créatures magique, il devrait pouvoir en faire quelque chose. En premier lieu, je voulais envoyer le gamin, mais vu sont état de choc et le fait qu'il ressemble à un légume dégoulinant, je m’abstiens et m'occupe en premier lieu de lui en l'installant sur l'un des lits, prenant son nom, puis lui donnant de quoi dormir pendant quelques heures et je pars avec la bête qui continue de couiner dans mes bras vers la salle des profs. Le trajet se fait rapidement, l'animal n'est pas en danger de mort, mais bien amoché tout de même, j'ouvre la porte et heureusement, je le trouve. Je ne connais pas son nom, bien que je l'aie déjà croisé plusieurs fois et que son corps quant à lui et bien gravé dans mon cerveau, je n'ai donc aucun mal à l'aborder.

« - Je m'excuse, mais j'aurais besoins d'un coup de bras ? »

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DE L'ORDRE
Tristan A. Allister
Tristan A. Allister
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 288 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 0 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer. - Feat Tristan Empty
MessageSujet: Re: Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer. - Feat Tristan  Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer. - Feat Tristan EmptyDim 20 Nov - 19:37


“ Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer”



Alex & Tristan




Les semaines s’enchainent, et se ressemblent quelque peu. Désormais Tristan a bien pris ses marques à l’école de Poudlard en tant que professeur de soins aux créatures magiques. Ses cours se passent relativement mieux, et il est surtout beaucoup plus à l’aise qu’au premier jour. Ce week-end, il avait réussi à bien se débrouiller pour ne pas avoir de tour de ronde à faire dans les couloirs. Débarrassé de cette corvée, il avait pu se rendre à Londres pour y passer ses deux jours de repos, et pour fêter dignement cette fin de semaine. Tristan adorait son poste de professeur, mais il restait encore jeune, et voulait également prendre un peu de bon temps, loin de ses petits élèves. Surtout que ceux-ci ne lui laissait que trop peu d’espace quand il se trouvait entre les murs de l’école. En effet, les étudiants étaient loin d’être autonome. Ils venaient souvent le voir pour qu’il vérifie leur devoir avant le prochain cours, ou pour qu’il leur donne une référence de livre pour pouvoir étudier correctement. Bon Tristan avait été étudiant comme eux avant, il comprenait donc. Il prenait d’ailleurs beaucoup de son temps pour être un bon enseignant et pour aider les élèves du mieux qu’il pouvait. Mais comme tout le monde, il avait besoin de pause par moment, et c’était pourquoi il avait décidé de passer son week-end loin de l’école. Il était parti seul retrouver quelques amis à la capitale, et ils étaient sortis dans des clubs le soir, avaient mangé de la bonne nourriture, et surtout avaient beaucoup rigoler. Oui le week-end du professeur avait été très sympathique. Mais toutes les bonnes choses avaient une fin et finalement il avait bien dû retourner sur son lieu de travail ce dimanche en fin d’après-midi. Il passa le reste de sa journée à corriger quelques copies avant de partir se coucher tôt, dans l’idée d’avoir une bonne nuit de sommeil, et d’être en forme le lendemain lorsqu’il devrait commencer sa journée, et sa semaine de boulot.

La nuit fut plutôt agitée pour le jeune homme. En effet, son sommeil venait à être dérangé par quelques mauvais rêves : il se voyait retourner chez ses parents pour un diner. Sa mère avait absolument tenu à ce que son fils vienne chez eux, ça faisait bien trop longtemps à son goût qu’ils ne s’étaient pas retrouvés en famille. Un bon repas, et beaucoup de rire. Dans une ambiance sereine, le Tristan dans ce rêve pensa que c’était l’occasion rêvé pour lui de parler à cœur ouvert de ses envies, de ses désirs les plus profonds, et surtout de ses attirances. Alors il commença à expliquer à ses parents qu’il était également attiré par les hommes, et qu’il ne s’était marié avec une femme que pour faire plaisir à son père. Un verre fut brisé, des cris et des pleurs de la part de sa mère, et un regard assassin de la part de son père. Il criait. Il ne voulait plus voir ce fils chez lui. Il lui faisait tellement honte avec ses déviances. Tristan se réveilla en sursaut, et en sueur. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait ce genre de rêves. Mais à chaque fois, il se réveillé chamboulé. En comprenant que tout ce qui s’était passé n’était pas réel, il eut un soupir de soulagement. Il but un peu d’eau et retourna se coucher pour finir sa nuit.

Le lendemain, il était donc temps de reprendre le chemin de sa salle de classe. Les élèves étaient plutôt calmes aujourd’hui, à croire qu’ils avaient, eux aussi, fait la fête tout le week-end et qu’ils étaient désormais trop fatigué pour faire les idiots, et pour perturber son cours. Bon Tristan n’allait quand même pas se plaindre de ça, même s’il aurait préféré qu’il y ait un peu plus de participation. Parler tout seul n’était pas la chose la plus intéressante au monde. La journée défila. Après son dernier cours, Tristan se rendit dans la salle des professeurs. Il fallait qu’il reprenne sa petite routine et qu’il se mette un peu à ses corrections pour ne pas se retrouver très vite déborder par tout ce travail. Le jeune homme commença donc à corriger ses copies.

*C’est ça de faire la fête tout le week-end, après on est en retard sur son travail, et on doit bosser deux fois plus dur.*

La salle des professeurs est déserte, il n’y a que lui dans la pièce. Tristan entend la porte s’ouvrir, il ne prend pas la peine de lever les yeux tout de suite, pensant qu’il s’agit simplement d’un autre professeur qui vient pour profiter du calme de la pièce. Mais non, il est loin du compte. En effet, il se fait interpeller. C’est l’infirmier qui est venu le trouver avec un animal amoché dans les bras. Il s’excusa et lui demanda s’il pouvait lui donner un coup de main. En ce qui concernait les créatures magiques, Tristan était sans doute celui qui s’y connaissait le mieux dans toute l’école.

Le jeune professeur reconnait tout de suite qu’il s’agit d’un croup. En effet l’animal ressemble à un gros fox-terrier, et a la particularité d’avoir une queue fourchue. Ce genre de chien est plutôt sympathique. Ils sont très fidèles aux sorciers, mais plutôt féroce contre les moldus.

– Oui bien sûr.

Répondit Tristan en prenant l’animal dans ses bras. Il le pose sur la table, pour pouvoir l’examiner de plus près. Pauvre petite bête, elle s’est visiblement faite attaquer par un animal plus gros que lui, surement dans la forêt interdite. Tristan a une pommade magique dans son sac pour ce genre de plaie. L’animal aura besoin d’un peu de repos, mais il devrait s’en sortir et s’en remettre plutôt bien.

– Tu sais ce qui s’est passé avec cette pauvre bête ?

Demanda le jeune homme. Oui après tout, il était intéressé par ce qui était vraiment arrivé. L’infirmier en savait surement plus. Après tout, c’était lui qui avait amené l’animal jusqu’à lui. Tristan regarde un peu plus attentivement l’homme. Ce n’est pas la première fois qu’il le voit ou qu’il le croise. En effet, Tristan a eu l’occasion de l’apercevoir quelques fois. S’il y avait bien une chose qui caractérisait cet homme, c’était le fait qu’il soit vraiment très sexy.

*Et bien dis donc monsieur Allister, du calme les hormones, t’es plus un ado.*

Non il fallait être totalement aveugle pour ne pas voir qu’il dégageait quelque chose. Tristan n’avait jamais vraiment eu l’occasion de lui parler, alors finalement l’accident du petit animal n’était pas une si mauvaise chose que ça. Tristan planta son regard dans celui de l’homme.

– Vraiment mignon.

*Euh …*

– Enfin je parlais du petit chien.

*Tellement bien rattrapé, espèce d’idiot.*



par humdrum sur ninetofive

I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
 
Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer. - Feat Tristan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maëlle Awen Guivarch : « Il y a deux choses en équitation : la technique et l'âme. »
» « Deux hommes regardent à travers les mêmes barreaux. L'un voit la boue, l'autre les étoiles. » - Dio ♠
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Fiche Technique de Danaël Ashlott [Ange ou démon ? Pourquoi pas les deux]
» Nain et armes a deux mains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques-
Sauter vers: