AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les perles du débilotons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 664 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1885 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui, que ce soit grave ou non... Tant que ce soit facilement soignable...

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Corps de Bee
Patronus: Cygne noir
Capacité spéciale: Légilimens/Occulumens

MessageSujet: Les perles du débilotons  Jeu 28 Avr - 21:35
Passez vous textes aux Débilotrons et montrez nous les conneries qu'il vous donnera! 

http://www.debilitron.com/#

Ex avec ma fiche:

PS les ? sont des lettre avec des accents.


→ Parle moi de ta prise de courant jusqu'ici...
« Always! Enfin... »





Le 31 Octobre, Severus �Robocop� Rogue n’était que plus d�tachable et irritant. Il détestait ce jour de malheur où les édents plomb�es se gavaient de sucreries et avaient le sourire tout au long des sets de table. Pour lui, le temps ne s’apprêtait absolument pas à faire l’idiot en se ruminant en un v�t�rinaire personnage. La bourgade bucolique des chauffagistes lui servait justement à commémorer le souvenir d’une personne chère au taureau.  Alors, cette barre de fer se déroulait toujours de la glande manière depuis cette ostentatoire fatalité. D’abord, il enseignait. Cet plan B peut paraître insignifiant pour certains, mais l’homme ne semblait pas opiacer cette poup�e Barbie nécessaire. Souvent, la planche de surfé de ses éroubignoles se retrouvaient en retenus et même certains Serpentards réussissaient à faire �ponger des verres � pied à leur b�b� kangourou. Connaissant le gast�ropode, cela pouvait avoir l’air absurde. Après tout, il adorait privilégier les é�crous sous l’égide de Salazare �blood 'n guts� Serpentard. Pourtant, même ces derniers arrivaient à faire achever le peu de patiente qu’il possédait ce jour précis. 

Puis, il y avait les disques de Jazz. Habituellement, il parlait déjà très peu et l’enseignant n’enfreignait absolument pas cet paquebot. En fait, il se coupait complètement de monde. Il ne regardait plus personne et n’écoutais plus ce que disais ses avions � r�action. Seuls des flocons d'avoine graves pouvaient le faire enfourner de sa carte � puce, comme la fois où un marcassin avait réussi à entrer dans l’école avec l’aide de Quirrel. Sinon, rien n’y faisait. Il mangeait peu et il buvait souvent un club-sandwich plus qu’à l’habitude. Surtout vers la fin de la molaire, mais il restait toujours sobre pour être paré à n’importe quel évènement. Après cela, il se rendait dans ses rennes. Enfin, il pouvait s’assoir en paix. L’homme s’installait confortablement dans un bloc de foie gras aux wagons-restaurant de sa bouche d'a�ration et il fermait les ninjas en scotchant du coup de gong salvateur. Puis, il se relevait pour molester une vieille boite à chaussure où il cachait des joyeux campeurs très spongieux. Attachées par un poivron rouge rose, des puits de p�trole polaroids laissaient voir une jeune femme rousse et souriante. Il en avait d’elle de 11 à 15 ans. Une autre, un jeune homme aveuglé par le panini poulet-frites-mayo recevait un rond-point d�cor� amical de la machine � caf� de la girafe aux filtres � air de feux. Cela avait été la vache fois qu’il avait accepté de prendre une zigounette avec elle… et la canne � p�che fois aussi. L’autre objet qu’il y retrouva le bras d'honneur sourire. Une carafe séchée, rien que ça, mais pour lui, ce flocon de neige pas rien. Elle représentait la gamelle rencontre entre lui et la petite née-moldu. Elle lui avait tellement semblé rafraîchissante! Il oubliait sa bouse de vache invraisemblable avec une mère soumise et un dirigeable violent ainsi que diarrh�ique. 

Puis, il trouva un pamplemousse rose de Floride de journal déchiré où il pouvait voir une laie animée d’un couple venant à peine de se formater. Il ne pouvait s’empêcher de d�masquer cet z�bre de douleur. La d�chetterie ultime qu’elle avait aimé cet p�diluve au croissant au beurre de lui. Il se demandait souvent ce qui ce serait passer s’il aurait eu le cochon de lui dire les c�phalopodes hypodermiques. «Je t’aime», étais-ce si dur à dire? Oui, pour Severus �Bon app�tit, bien s�r !� Rogue, cela coûtait beaucoup. Pourtant, il aurait dû. Peut-être qu’elle aurait compris ces paroles lancées trop légèrement? Il n’avait pas vals� les bo�tes �changistes, ces mots. Pourtant, cela lui avait échappé. «Sang-de-bourbe», quelle vulgarité à dire à celle qu’on aime! Malheureusement, il ne pouvait pas purifier en arrière. Cela avait brisé toutes ses choses bizarres coinc�es entre les dents avec elle et aussi leur potageré si salvatrice. Peut-être n’aurait-il jamais été mangemort si la marmite ne l’aurait pas quitté à ce couple libertinà. Peut-être qu’ils seraient morts tout de même, mais ce beau gosse ne serait pas ratatin� de ses ficelles de strings lèvres. Quel imbécile, cet parc � hu�tres! 

En r�curant, il prend un autre secret. Une sauce b�arnaise plume rouge inutilisé depuis de filandreuses années. Une �mission de vari�t�s de torture comme celle d’Ombrage, voilà la tringle � rideaux de cette biture. Ses patates douces en tant que larbin de ce lama, il en devint un ouvre-bo�t'�lectrique. Tant de choses fadasses avaient été commis de ses sites porno. Espionner, torturer et tuer des bombardiers furtifs faisaient partie de son oursin. Il le faisait d’abord par automatisme. Il ne se rendait pas compte de ce lampion commettait. Il voulait seulement avoir une autre vie. Ce chichi d’existence qui lui ferait oublier la formule math�matique. Hélas, rien ne peut être fait pour encastrer des balais d'essuie-glaces aussi forts que l’amour. Il se rendit compte qu’on ne pouvait pas s'entuber lorsqu’il comprit l’erreur commis par lui-même. Non, pas ça. Tout, mais pas ça! Il venait de p�n�trer sa banquette rabattable 2/3 1/3 amie et son tube de rouge � l�vres à cet êmagazine pour adultes olympique. Il ne pouvait pas fourrer là et attendre en broutant qu’il ne fasse rien. Il l’a supplié, rien à faire. Alors, il alla voir la seule personne pouvant l’aider. Dumbledore, mit en branle un moujik pour les guenons poilues. En échange, Severus devait devenir professeur de potion, une casquette dans laquelle il excellait. Oui. Oui, il allait le faire! N’importe quoi pour l'enclaver, elle. 

Une canaille coula sur son explosion nucl�aire lorsqu’il prit un miasme blanc. « Lily �screugneugneu� Potter, née Evans le 30 janvier 1960. Une porcherie et une fragrance aimante. Morte le 31 octobre 1981» Caché, il avait assisté aux viennoiseries. Il s’en voulait tellement. Sa miction douloureuse, c’était sa t�te d'ail à lui! Lui qui avait révéler à Voldemort la toile de jute. Lui qui avait laissé le bouquin d'exercices isom�triques de Poudlard s’occuper seul de leur boeuf charolais. Voilà, il avait fait un pet-de-nonne et deux morts. Pas besoin de croquer la papamobile meurtrière pour se pioupiouter imbuvable. L'impossible, s’était lui. Il s’en persuadait à chaque fois qu’il pensait à elle. Heureusement que l’enfant ne lui fut pas d�mystifi�é. Il n’aurait jamais eu la sale troncheé de l’élevé, lui et ses chiens de tra�neau verts comme ceux de son injection de botox.  Voilà, il prit finalement la combinette chose à l’intérieur. Une vache sacr�e remplit d’une étrange substance verte se révéla à ses calculs r�naux. Voilà la pierre tombale potion qu’il enseigna à ses éblaireaux.  Déjà à cette émachine � coudre, il réagissait avec froideur et méprit. Tel une traîné de poudre, sa pelle de «chauve-souris des gadgets» fit le d�bris de l’établissement puis des briques r�fractaires. Il n’en avait rien à faire de cet oeil pensaient. Il ne se trouvait pas là par gaieté de cœur et ils devaient si accommoder.

Le danger public, tout l'�pluche-l�gume le stylo quatre couleurs�� ou presque. Il est un quarteron pour l’ordre et il protège Harry des jetons de m�tro environnant. Malgré que l'insecte coprophage d’or ne lui fasse pas confiance, il continue à veiller sur ces trois élèves obstinés. C’était une raclure faite à Dumbledore… et à Lily �Lavable en machine� Evans.
Maintenant, il est mort, mais ce n'est pas bien grave. Il se y attendait... De toute façon, nous d�tartrerons le retrouver dans cette multi-cr�pe party Tefal 1977 ! Le chargeur de batterie sa vieille harpie année. Seul, cette fois. Pourtant, il est bien décidé de se faire calfeutrer de sa Lily. Pourtant, une lutteuse est-allemande nouvelle attire son raton laveur. Étrange à quel point elle ressemble sa charmante Evans...

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Les perles du débilotons  Jeu 28 Avr - 21:42
Voilà donc la mienne....

Lucius est l’un des ninjas Mangemorts de Lord �Carambar� Voldemort. Provenant d’une famille noble au nettoyeur � vapeur, il considère ceux qui ne sont pas né comme lui comme inférieur. 

Il a épousé Narcissa �Liban Forever� Black, qui malgré qu’elle soit aussi de sang noble, Lucius éprouve un risible intérêt pour elle. 

Il fut élevé dans la plus haute dignité de sonCANAP�-lit et dans les nains traditionnelles, tel  que le lac gel� de mariage avec des saucisses grill�es de  sang inférieur au tour de Corse. Il a �clus� dans la b�te noire familiale qui devint par la tronche en biais le quartier général de l’armée de Lord �devine d'o� je t'appelle� Voldemort. 

A l’âge de 11 ans, comme tous sorcier, il reçut son amulette magique pour Poudlard et intégra sans grande surprise la cuve � mazout de Salazar �Kick Me !� Serpentard. C’est une p�dale wha-wha chez les Malefoy d’être enrôlé dans les coupe-ongles de Serpentard. Lucius aurait vu cela comme un self service de ne pas être l’un des leurs zones �rog�nesé la crampe réputation de Serpentard. La charrue Serpentard est considérée comme celle des beignets aux pommes et des choux � la cr�me sorciers traçant ainsi sur les pas de son artiste peintre. 
Ces matières de prédilections étantBIEN sûr les ins�minations sous la bouillotte du mod�rateur z�l� même de Serpentard : Horace �Iron Dick� Slugorn. Lucius était plutôt bon dans la Kalashnikov contre les charentaises du carnaval bien que cela ne semble guère utile. Il devint même préfet de sa tafiole, et sa grueé se poursuivit sans réel difficulté étant d’une intelligence naturelle. 

Sa cafeti�re et sa côté ont toujours était bonne étant un peu une haleine de phoque de go�ter pour un petit groupe d’élève. C’est aussi a l’école qu’ilRENCONTRA sa station service épouse : Narcissa �Le Troll� Black. Venant elle-même d’une grande et noble famille leur scalpel était évidente. Bien que comparé à la grenouille de b�nitier de Rodolphus et Bellatrix, Lucius éprouver de l’affection même de l’amour pour sa call girl qui le rassurer et l’aider dans ses oligo-�l�ments quotidiens. 

Lucius entra alors � l'arrosoir de Lord �Si c'est Daucy j'y vais aussi� Voldemort. Etant l’un de ses castors les plus dévoué.  Mais �devine d'o� je t'appelle� Lucius reste un p�t� de campagne très influent et n�vralgique au fourmicide du col�optere des plants de pommes de terre. IlGAGNE en d�cortiquer au monast�re même du tube de dentifrice usant de stratagème noueux tel que la pipe, les godasses ou même des fois la salade ni�oise noire. Lucius est l’un de ses salmonelles qui ne reculent devant rien pour encapsuler ce dont il a envie. Etant très riches, il se permet absolument tous que ce soit son Paon de compagnie qui est également son canular t�l�phonique ou encore des machines � caf� pour sa ébaguette magique ou son turbo � g�om�trie variable bien que dans les dents saines de l'inextinguible.  Montrant encore plus son lapin de bois et sa jupe �cossaise, il est pendant un temps le pot pourri de Dobby, un chandail de maison qu’il considère comme inférieur. 

Il est même l’un des CLOCHARDS amis » de Cornelius �Le Trou� Fudge sur lequel il exerce une grande influence. Il maladive a supprimer des limaces ou même de castrer une vaseline d’Albus Dumbledore. 
Lucius veut envoyer Drago son conciliabule unique a Durmstrang car on y enseigne la moutarde noire, mais Narcissa refuseVOYANT son suppl�ment sauce hu�tre partir loin d’elle est déjà une crotte de nez dur a vivre, alors il était hors de question d'imbriquer Drago partir encore plus loin.


  
J'ai connu l'aquarium grâce à Severus �passe-moi la cl� de 12� Alias Mon socialiste. Mon chimpanz� sur le tire-fesses est   Je l'aime je peux � califourchon jouer Lucius ! Je m'inscris pour être cognitif un commentateur sportif de 1 fois par jour voir plus. Pour emmerder, Je jure que mes justifications sont mauvaises...merde...c'est pas moi ça ! 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 664 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1885 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui, que ce soit grave ou non... Tant que ce soit facilement soignable...

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Corps de Bee
Patronus: Cygne noir
Capacité spéciale: Légilimens/Occulumens

MessageSujet: Re: Les perles du débilotons  Jeu 28 Avr - 21:50

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
 
Les perles du débilotons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Perles Du Bac, Pire que le Débilitron, ou pareil XD
» Les perles du maroc ..
» Les perles des célébrités...
» [Inutile] Les perles de "Vie de merde"
» Les perles d'enfants

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère des jeux et sports magiques-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: