AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Goia - A new challenge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 366 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 0 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Goia - A new challenge Jidc
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptyVen 7 Déc - 11:01

A new Challenge
Leroy Odgen & Goia Goyle
Leroy était assit à une des tables de chez Comaéthylic. S’il bossait au Chaudron Baveur, il appréciait l’endroit de l’allée des embrumes, un lieu mal fréquenté comme on disait mais où la pitié ne semblait pas existée. Les gens qui avaient pitiés de sa pauvre vie, il en avait vu plus d’un, mais si Leroy avait pour habitude de ne pas relever, il n’aimait pas plus que ça être prit en pitié. Il avait eu une vie que beaucoup ne connaitrait jamais, mais cela ne l’avait pas empêché de réussir, d’avoir une identité et une vie plus ou moins convenable. Le jeune homme avait décidé de se créer par lui-même ne pouvant compter sur personne, ou s’il avait pu compter sur Kayla pour l’épauler quand il en avait besoin, aujourd’hui il savait que sa petite personne ne préoccupait personne. Peut-être se trompait-il, peut-être qu’il ne se rendait pas compte ou simplement qu’il ne voulait pas y croire. Oublier ce qu’il s’était passé, passer à autre chose … ne pas s’occuper de tout ça, de l’attachement des liens familiaux, des erreurs des autres et de leur choix. Mais le jeune homme avait beau tenter d’oublier, il ne pouvait pas. Il ne pouvait pas ignorer cette sensation qu’il avait ressenti, cette envie de se préoccuper de quelqu’un d’autre au lieu de s’occuper que de sa petite personne. L’inquiétude ressentit, la peine éprouvée, l’envie d’appartenir à une famille, de savoir qui il était. Non il ne pouvait pas oublier tout ça, car il savait que malgré tout ses efforts, les évènements qu’il avait vécus l’avait changé. Lui qui se pensait insensible, lui qui avait tant cette manie de mettre mal à l’aise les autres avec ses questions, l’amusement qu’il avait de tenter de rentrer dans l’intimité des autres par sa propre façon désagréable pour la plupart. Il était ce qu’il était et s’occuper des autres l’avaient poussé à éprouver des sentiments, à s’attacher à des personnes qu’il avait perdues ou qu’il allait perdre. Leroy observe son verre de whisky, cette liqueur d’une couleur ambrée qui flottait à la surface de son verre. L’alcool, certain s’y plongeait pour oublier, pour ne plus penser et se donner une excuse de leur acte. C’était une solution à laquelle le jeune homme ne voulait pas se plier. Le bar semblait vide de monde, ou peut-être était-ce simplement Leroy qui n’écoutait plus le brouhaha de la taverne, se focalisant sur ce liquide qu’il allait boire, sur ce qu’il se passait dans sa vie, ayant presque besoin de faire une rétrospective de ce qu’il s’était passé dans les derniers mois. Kayla lui manquait, elle aurait été d’une grande aide face à tout ce qu’il se passait, elle aurait pu lui conseiller ou au moins lui changer les idées. Elle était la seule à le connaitre, à savoir quoi dire, mais il devait se débrouiller seul maintenant. Comme autrefois. Il porta le verre à ses lèvres buvant un peu de sa boisson, sentant le liquide brûler sa gorge tel un réveil dans l’après-midi. Ce whisky était bon, d’une certaine manière il en avait besoin. Il releva la tête, son regard dans le vide, s’adossant au canapé dans lequel il se trouvait en observant la salle et les clients. Il ne connaissait personne ici, enfin à part le barman qui lui avait servi, et son père n’était pas présent dans le bar à l’heure actuelle. Leroy se demandait ce qu’il faisait de ses journées maintenant qu’il ne pouvait plus enseigner à Poudlard. Le jeune homme avait du mal à croire que Callaghan avait été son professeur, son géniteur lui ayant enseigné des choses que Leroy n’avait jamais retenu. Si ses yeux déambulaient dans l’espace du bar, ses pensées n’étaient plus concentrées sur ce qu’il voyait, tel une enveloppe vide, incapable d’émettre le moindre geste. Dans ses songes et ses pensées troubles, Leroy n’avait pas remarqué cette jeune femme. Il la connaissait pourtant, ayant déjà tenter de lui adresser la parole, sans grand succès, mais peut-être qu’elle se souvenait de lui, en s’asseyant près de lui. Son regard se détourna de la foule et Leroy posa les yeux sur elle. Oui il la connaissait, Goia Goyle. Elle était encore à Poudlard et le jeune homme avait maintes fois tenter de la comprendre. Il afficha un rictus. « Je ne m’attendais pas à te voir dans un tel endroit.  » Il l’observa. Elle semblait beaucoup plus confiante ici qu’elle ne l’avait été la dernière fois qu’il l’avait vu. Quelque chose changeait et Leroy sentait que la discussion n’allait en être que plus fascinante.  

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptyDim 9 Déc - 12:06

A new challenge

ft Leroy Odgen |Goia Goyla

Travailler c'était une obligation quand on était une jeune femme comme Gioa parce qu'elle ne pouvait pas compter sur sa mère prostituée comme elle qui galérait à avoir de quoi vivre, et son père n'avait pas daigner s'occuper d'elle ne trouvant pas qu'il était utile d'élevé une jeune femme aussi peu respectable qu'elle sans même la connaître. Alors comme tout les soirs elle se trouvait dans le bar qui l'employait en temps que fille de joie elle était là pour contenter ses messieurs avec son corps et ses talents et elle arrivait à plutôt bien le vivre, contrairement à beaucoup de ses condisciple. La seule chose qu'elle souhaitait était de garder ce job secret pour ne pas avoir à subir à Poudlard les jugements et les commentaires désobligeant de ses camarades qui ne pourrait sans doute que condamner cette pratique sans même connaître l'histoire de la brune qui ne dévoilait jamais la noirceur et la douleur entourant sa naissance son enfance et son nom de famille seul chose qu'elle tenait de son foutu géniteur. Mais son secret allait être mis à mal alors qu'elle travaillait elle tomba sur un mec qui avait été à l'école avec elle et qui maintenant travaillait dans un bar du bon côté sorcier il c'était toujours montré curieux envers elle cherchant a percer le mystère qui entourait toute sa vie et qu'elle tenait à maintenir
" Je ne pensais pas non plus que tu fréquentais ce genre d'endroit sinon je pense que je n'aurais pas travaillé sous mon réel visage si je savais que quelqu'un me connaissant viendrait là"
Après tout c'était pas un métier très gratifiant qu'elle faisait et elle ne voulait pas qu'on puisse le savoir alors si elle avait eut conscience du risque elle aurait changer son visage pour pouvoir bosser en toute anonymat.
" Et toi alors tu est du genre à venir voir des putes ou tu trouve juste que cet endroit est mieux que ton bar pour te noyer dans de l'alcool ?"
Essayer de garder la face n'était pas simple pour Gioa mais elle faisait tout un tas d'effort pour ne pas montrer qu'elle était terriblement mal à l'aise à l'idée que son activité sorte d'ici, elle devait lui demander de ne rien dire mais demander quelque chose à quelqu'un était difficile pour la brune qui avait apprit à tout gérer toute seule et à ne dépendre de personne.
" Je peux te demander de ne rien dire de mon activité même si cela me tue de devoir faire une telle chose je n'ai pas envie d'être la traînée de Poudlard à cause de ce que je dois faire ici"
Et si elle l'assumait pleinement dans le bar elle n'était pas encore prête à le dire à tout le monde une fois ses études terminée elle n'aurait plus à se cacher parce qu'elle ne cotôyerait sans doute pas beaucoup de gens bien qui pourrait la juger et lui faire des leçons de moral sur le fait de se respecté.

" Bon normalement je suis censé te demandé si tu souhaite un peu de compagnie féminine"
Cependant Gioa ne savait pas si son ancien camarade veuille coucher avec une fille qu'il connaissait de l'école qui était une prostituée en plus. elle savait que personne de censé ne voudrait d'elle en dehors des gens qui était payer pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 366 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 0 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Goia - A new challenge Jidc
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptyMar 11 Déc - 14:38

A new Challenge
Leroy Odgen & Goia Goyle
Clairement, Leroy ne s’attendait pas à voir Goia Goyle dans ce genre d’endroit. Mais d’un autre avec tout ce qu’il se passait en ce moment de quoi pouvait-il encore être surpris ? Tout et n’importe quoi pouvait arriver, ça Leroy en était complètement certain et la voir ainsi confiante dans ce bar était autant surprenant que normal. Elle semblait travailler ici et pourtant jusqu’alors Leroy ne l’avait pas reconnu ni aperçu, son esprit bien trop concentré sur autres chose. Non il n’avait pas fait attention, ni à elle ni même à tous les clients présents dans ce bar. Le jeune homme savait que l’enseigne n’était pas seulement un endroit pour se saouler, après tout sa mère faisait bien partis de ce bordel. Il ne lui avait pas reparlé depuis qu’il avait sut par rapport à son véritable père, préférant éviter de la voir sous ce jour-là. Il n’était pas contre le métier qu’elle faisait, il s’en fichait simplement mais d’un autre côté si sa mère était un prostitué, elle ne pouvait l’aider réellement. Leroy avait simplement voulu savoir qui il était. Le jeune homme n’avait pas eu le temps d’en parler à Kayla, n’étant pas très lettre, il avait préféré attendre de la voir en vrai pour le faire, mais c’était trop tard pour le faire. Le regard du jeune homme se porta sur Goia. Il se souvenait d’elle, il se souvenait de la froideur qu’elle avait eu envers lui alors qu’il ne cherchait qu’à percer le mystère de sa carapace et maintenant qu’il la voyait ainsi dans ce bar, le jeune homme commençait à comprendre beaucoup de chose. Elle travaillait ici. Depuis combien de temps, il ne le savait pas vraiment, mais vu sa manière d’être, son air assuré et son aisance dans ces lieux, ce n’était pas sa première journée. Il l’observa attentivement avant de lui exprimer sa pensée. Non il ne pensait pas voir une jeune femme comme elle dans ce genre d’endroit, mais d’un autre côté tout ceux qu’il connaissait à Poudlard n’aurait probablement pas fréquenter ces lieux. Et encore ça dépendait sans doute de l’évolution de chacun. Lui-même ne pensait pas se plaire autant dans ce bar. Elle lui expliqua qu’elle ne pensait pas non plus le croiser ici et qu’elle aurait sans doute mieux fait de ne pas se montrer sous son vrai visage aujourd’hui. Le jeune homme eu un sourire. Il avait oublié qu’elle était encore élève, il était vrai que savoir ce genre de chose à Poudlard ne l’aiderait pas. Heureusement sans doute qu’elle était tombée sur Leroy, combien de secrets avait-il gardé pour lui ? Il lui lança un regard, le genre de regard curieux, mais qui d’un autre côté montrait qu’il ne gagnerait rien pour le moment à divulguer ce genre d’information. Elle lui demanda à son tour ce qu’il faisait là si c’était pour les putes ou pour l’alcool. Elle n’avait sans doute pas tort quand elle parlait de se noyer dans l’alcool, mais ce genre de comportement était pour le faible. Il reporta son attention sur le bar, avant de lui répondre : « Voir des putes ou se noyer dans l’alcool, que de bonnes idées … J’avais simplement besoin de voir comment se porte la concurrence. Et je me rends compte que c’est beaucoup plus agréable. » Leroy afficha un petit sourire. Un endroit de fou, un endroit qu’il pourrait sans doute fréquenter plus souvent qu’autrefois. Il sentait que Goia ne savait pas encore s’il allait dire à quelqu’un par rapport à ce qu’elle faisait comme travail en dehors de ses études et la demande ne manqua pas d’arriver. Leroy se retourna vers elle, intrigué et amusé par la situation. Il n’avait pas grand-chose à gagner de le crier sur tous les toits, mais en la voyant aussi mal de savoir que cela pourrait s’ébruité, le jeune homme sentait qu’il pourrait peut-être en tirer quelque chose. S’amuser, se changer les idées. « Techniquement pour me demander une telle chose il faudrait que tu me donnes quelque chose en échange n’est-ce pas ?  » répondit-il, affichant un petit rictus, tout en fixant le liquide ambré dans son verre. Il n’aurait sans doute rien dit si elle n’avait pas été aussi ennuyé qu’il le sache, mais maintenant que c’était dit, Leroy ne comptait pas la laisser partir ainsi. Il s’installa confortablement dans son siège, la regardant, se demandant ce qu’elle pourrait répondre. Goia lui proposa alors de rester, de lui tenir compagnie, bien que l’appellation qu’elle utilisa voulut dire bien plus que simplement discuter avec lui. Il laissa le silence s’installer avant de lui répondre : « De la compagnie, je ne serais pas conte et puisque tu es là.  » Clairement Leroy n’avait pas répondu à toute la question, il ignorait complètement si la jeune femme voulait vraiment rester ou si elle le faisait uniquement pour gagner des sous à la fin. « Tu fais ça depuis longtemps ?  »demanda alors le jeune homme. Goia devait sans doute connaitre sa mère, mais il ne craignait pas que cette information s’ébruite, après tout personne n’était au courant.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptySam 29 Déc - 22:43

A new challenge

ft Leroy Odgen |Goia Goyla

Le voir lui ici n'était pas une bonne nouvelle bon en même temps il n'était plus à Poudlard mais il devait y avoir encore des contact cela prendrait seulement quelques heures de plus pour que toute l'école le sache si il décidait à la balancer, elle entama donc la conversation sur les raisons de sa présence ici c'était normalement un lieu ou on venait soit pour se soûlé sans être jugé ensuite soit pour baiser une pute à bon prix dans une des chambres au dessus et lui ne semblait pas être bien partit ni pour l'un ni pour l'autre ce qui l'intriguait réellement. D'après lui il n'était là que pour voir comment se portait la concurrence bon cela pourrait être plausible si on ne savait pas qu'ici ne venait que la vermine du monde sorcier, le genre d'homme comme son père qui se croyait tout permis car caché derrière une cape et un vilain masque pour pouvoir ramper au pied d'un autre sorcier qui avait tout les pouvoirs sur eux cela n'était donc pas le genre d'endroit qui faisait concurrence au lieu ou travaillait Leroy mais elle ne savait pas si se permettre de le souligner était une bonne chose ou non bon sang elle n'était tellement pas douée pour les conversation civilisé. Comme à chaque fois elle doutait de tout ce qu'elle disait ne sachant pas si cela était à dire ou non si cela serait bien prit ou non.
" J'ai toujours de bonne idées elles ne plaisent juste pas à tout le monde, la concurrence parce que tu pense que deux bars aussi différent que nos deux lieux de travail sont en concurrence ? On ne peut pas faire plus différent je ne vois pas qui pourrait aller autant chez toi qu'ici nous on a que les rebut de la société les vilains sorcier qui tue des pauvres gens pas le genre des autres bars qui veulent une bonne image et une bonne clientèle. Plus agréable tu le pense vraiment ou tu fait de l'ironie. ou tu apprécie réellement un endroit aussi sombre que celui ci ?"
Pas que l'ambiance ni soit pas bonne les gens ici riait et discutait comme tout un chacun mais tout le monde était inquiétant dégageait une aura un peu noir et rendait le lieu un peu froid et sombre bien que vivant à la fois un drôle de paradoxe fait uniquement pour des gens pas forcément très bien dans leur tête d'après Gioa. D'ailleurs inquiète de savoir si sa réputation allait être entacher ou non après cette conversation elle prit le risque de demander à son ancien camarade de ne rien dévoiler cela n'était sans doute pas la meilleure stratégie car elle mettait à nue un point faible qui pourrait être utilisé contre elle mais elle préférait avoir une personne à géré plutôt que tout un château qui allait la juger et l'insultée.
" Oh parce que tu est comme ça tu ne fais rien gentillement juste pour évité aux gens d'être lynchée bon bah en échange je peux te proposer de coucher avec toi mon corps c'est la seule chose que j'ai à donné tu sais"
La brune ne possédait rien d'autre aucune richesse aucune possession de valeur juste un physique avantageux qui lui permettait d'avoir de quoi se nourrir et s'habiller quand elle n'était pas à Poudlard.. Du coup elle lui proposa de lui tenir compagnie laissant le terme ouvertement large pour tenter de savoir ce qu'il attendait réellement d'elle mais il ne répondit pas de manière clair et la jeune femme n'était pas plus avancé qu'avant et puis elle sentait que si elle devait lui donner son corps pour son secret elle ne gagnerait pas d'argent et ne pas avoir une part à donner à celui qui les gérait serait problématique.
" Je suis plutôt une bonne compagnie si on se fit aux hommes qui viennent ici tout dépend ce que l'on attend de moi bien sur"
Comme tout être humain elle avait ses limites bien entendus même si pour avoir foule de clientèle elle faisait des choses que peu de femme acceptait de faire en générale.
" Depuis mes onze ans ma mère ma mise sur le marché elle ne sait faire que ça d'ailleurs elle à été engrossé par un client alors bon j'étais vouée à faire la pute dans un bar ou une rue malfamé triste décadence d'une vie voué à l'échec dès son début"
Assumée d'avoir été mise dans une pareille situation par sa propre mère n'était pas simple mais elle devait le faire de temps en temps pour ne pas oublier comment elle en était arrivée là et le peu de contrôle qu'elle avait eut sur la situation.
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 366 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 0 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Goia - A new challenge Jidc
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptyLun 14 Jan - 16:57

A new Challenge
Leroy Odgen & Goia Goyle
Avoir un secret et vouloir le cacher c’était quelque chose de totalement compréhensible. Pourtant Goia ne connaissait pas Leroy, tout comme lui en la connaissait pas aussi bien qu’il aurait pensé la connaitre. Après tout elle avait toujours pris un malin plaisir à l’envoyer promener dès qu’il avait essayé de l’approcher, mais maintenant qu’il avait découvert ce qu’elle cachait, tout allait changer. Leroy savait qu’elle ne voulait pas que tout le monde sache qu’elle vendait son corps pour gagner de l’argent et d’un côté c’était le genre de secret qu’on aimait plutôt garder pour soit, il pouvait comprendre. Ce que Goia ignorait pour l’instant c’était que Leroy ne gagnerait rien à aller tout balancer que ce soit à Poudlard ou à d’autres personnes. Il pourrait, il aurait fortement pu c’était si simple de lancer une rumeur ou même de balancer des choses sur les autres, mais le jeune homme avait bien vite compris que la meilleure des manières d’y faire face était de ne pas s’en occuper. Alors elle s’était inquiéter que tout ça s’ébruite, elle était venue le voir et avait commencé la conversation comme si de rien n’était. Ils ne se connaissaient pas et sans nul doute que si elle n’était pas venue Leroy aurait garder tout ça pour lui. Elle s’intéressait de savoir pourquoi il se trouvait là, dans un endroit où peu de personne venait au final, enfin pas des gens bien. Mais Leroy était-il quelqu’un de bien ? Est-ce que quelqu’un à part Kayla le lui dirait ? Après tout si on regardait bien ses géniteurs, entre un mangemort et une prostituée, sa place était bel et bien ici, il n’y avait pas de doute là-dessus. Leroy était très content de son bar et de son petit boulot tranquille, il n’y avait rien à dire là-dessus, mais depuis quelques temps il se demandait ce que son futur allait lui réserver. Il se demandait s’il était bel et bien du bon côté, si son âme ne tombait pas lentement vers les ténèbres, mais à quoi bon cela lui servirait d’en parler à Goia ? Elle n’avait pas besoin de savoir, tout ce qu’elle avait besoin de savoir pour le moment c’était que lui pouvait dévoiler son secret et elle ne pourrait pas vraiment l’en empêcher. Il sourit en l’entendant parler, en l’entendant se poser des questions sur le fait qu’il s’intéresse à la concurrence alors qu’au des deux bars n’étaient comparables. Elle ne semblait pas comprendre, mais elle était très intriguée de connaitre la vérité sur les raisons qui avaient poussé Leroy a venir ici. « Tu sais que tu poses beaucoup de questions ? » répondit-il, très amusé. Mais il ne comptait pas la laissé ainsi sans explication, alors il reprit directement après. « Peut-être que j’interprèterais mal tes propos mais de ce que je comprends en soit il n’y aucune bonne raison ni d’aller ici ou d’aller où je travailles. Il n’y aurait pas de concurrence ? Savais-tu que le whisky servit ici est meilleur que celui que je sers ? C’est ce qu’on appelle de la concurrence. La clientèle ne fait pas tout, il faut savoir parler service, qualités et ambiance. Si je conçois que l’ambiance est le fait de chacun, un service comme proposer des femmes peut être un plus, tout comme proposer des chambres pour dormir en est un. » Oui Leroy venait de lui expliquer les grandes différences qu’il pouvait y avoir, mais ça n’en restait pas que les deux bars avaient le même but : amusé la galerie, faire boire les gens et surtout gagner de l’argent. A part ça les deux endroits étaient différents, mais ressemblant dans un sens. « Mais je te dirais simplement qu’ici personne ne me connait vraiment et que par conséquent je peux me plaire à penser librement contrairement au lieu où je travaille, sans que personne ne vienne m’embêter. » reprit-il. Mais ce n’était pas le plus intéressant dans la conversation qui se déroulait sous leurs yeux. Leroy avait bien compris que Goia ne voulait pas que son secret s’ébruite et ne tarda pas à lui demander de ne rien dire. Il aurait pu dire simplement oui, il aurait pu, mais il n’en fit rien demandant ce qu’elle lui donnerait en échange. Oui Leroy aurait simplement dû promettre de ne rien dire, mais il comptait bien profiter pour s’amuser un petit peu avec elle. Leroy avait déjà décidé qu’il ne dirait rien, il savait très bien qu’à part pourrir la vie de Goia ça n’apporterait rien de bon, mais il ne pouvait pas nier qu’avoir un peu de pouvoir sur la jeune femme lui plaisait bien. Goia semblait surprise qu’il veuille quelque chose en échange, mais lui proposa simplement de coucher avec elle. C’était un bon compromis pour garder un tel secret et sans nul doute ne se rendait-elle pas compte de la chance qu’elle avait que ce soit Leroy qui ait découvert et pas quelqu’un d’autres. Il n’était pas foncièrement méchant et s’il comptait bien coucher avec elle, il n’en profiterait pas outre mesure. Le jeune homme but une nouvelle gorgé de son whisky avant de répondre à l’offre de Goia :   « C’est bien triste si tu penses que ton corps est la seule chose que tu puisses offrir. Mais imaginons que je dise oui, j’imagine que je ne devrais pas payer pour en profiter ? » Tout le monde pouvait posséder quelque chose d’autre que son propre corps, après tout si ce n’était pas uniquement de l’argent, ou autre chose, il y avait pleins de possibilités de remplir les conditions de Leroy. Elle aurait pu lui proposer de lui rendre un service, de l’accompagné quelque part, de lui faire voir quelque chose qu’il n’avait jamais vu, mais oui coucher avec elle, semblait bien plaire à Leroy. Sans rien d’autre après, sans soucis, sans problème et surtout sans interrogation. Elle lui proposa de lui tenir compagnie en attendant, chose à laquelle Leroy ne put lui répondre que de manière énigmatique. Après tout elle lui tenait déjà compagnie sans même avoir proposé et comme le disait les autres hommes, c’était plutôt une bonne personne avec qui discuter. Mais ce n’était pas ça qui intriguait Leroy, lui demandant depuis combien de temps elle faisait ça. Il n’avait rien dit concernant sa mère et en l’écoutant parler, il trouva ça bien triste qu’une gamine de onze ans se mette à faire ce genre de choses. Mais bon sa mère faisait déjà ça, et était tombé enceinte par le biais d’un client. Décidemment ils avaient un problème de contraception dans le coin. « On dirait que les prostitués se font facilement engrossé ici. » répondit-il en s’affalant dans le canapé. Il espérait que ce ne soit pas le cas de Goia, ou si ce soit le cas qu’elle arrive à se débrouiller avec. L’abandon était une chose horrible qu’il avait déjà vécu et ce qu’il en pensait des gosses, c’était qu’il valait mieux ne pas en avoir.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptySam 2 Fév - 21:34

A new challenge

ft Leroy Odgen |Goia Goyla

Son secret n'en était plus totalement un se soir car si une seule personne était au courant c'était déjà une personne et cela mettait le secret en danger car à tout moment le garçon pouvait laisser échapper l'information qu'il possédait soit de manière voulue soit pas erreur alors elle n'était pas très à l'aise. Pour évité de pensé trop à cela elle posa des questions au garçon afin de savoir pourquoi il était ici et fut surprise de sa réponse elle ne voyait pas la concurrence possible entre les deux établissement mais visiblement lui en trouvait et trouvait aussi qu'elle posait trop de question mais elle était un peu obligé n'ayant pas l'habitude de voir des gens de l'école ici cela l'intriguait forcément.
" J'en pose beaucoup mais il faut en poser pour pouvoir cerner les gens et savoir à qui faire confiance et de qui se méfier comme la peste je ne vis pas dans un joli monde rempli de bonne personne bien intentionné"
Ici tout était plus dangereux qu'ailleurs et elle ne voulait pas prendre de risque sa vie était bien assez pénible comme cela elle n'allait pas se rajouté une dose de problème parce qu'elle ne c'était pas assez méfié et que son secret avait explosé aux yeux du grand public.
" Je ne dis pas qu'il n'y a aucune raison, je dis simplement que les deux mondes ne sont pas tellement comparable et que je ne pense pas qu'on puisse parler de concurrences entre les deux établissement. Le whisky peut être meilleur ce n'est pas pour autant que ta clientèle viendra le boire ici ou n'aura l'envie de tenter l'expérience de la comparaison, la clientèle fait vivre l'établissement quel qu’il soit et ta bonne clientèle ne viendra jamais ici ni pour l'alcool ni pour les putains que nous somme simplement parce qu'ils ne veulent pas de ce genre de service, les gens bien ne se sauta pas une femme contre de l'argent, et un hôtel n'est pas comparable à un bar chacun sa catégorie cet endroit n'a de bar que la façade on pourrait sans doute dire que c'est une maison close si le terme et l'activité n'était pas illégal"
Et finalement la réponse qui lui donna ensuite lui était plus correcte et elle appréciait plus d'entendre cela qu'une simple histoire de concurrence entre bar qui l'avait poussé à venir dans un endroit malfamé comme celui-ci.
" Je préfère cette réponse à mon sens plus proche de la réalité que cette histoire de concurrence. Tu ne peut pas pensé chez toi ? Bon je pose encore une fois sans doute trop de question mais un bar pour pensé cela me semble un peu bruyant"
Et Gioa se trouva bête alors qu'il lui demandait ce qu'elle avait a offrir en échange du silence sur son activité ici elle n'avait rien à offrir elle ne possédait rien pour le moment elle avait de l'argent bien sûr mais il lui servait à vivre durant les congés quand elle n'était pas à Poudlard et c'était tout elle ne pensait pas avoir grand chose à offrir à qui que se soit. Une jeune femme aussi brisée qu'elle n'était pas le genre à se pensée capable d'une telle chose pour Gioa c'était simple elle n'était bonne à rien d'autre qu'à s'envoyé en l'air contre de l'argent sa mère le lui avait bien fait comprendre et la leçon était entrée elle n'allait à l'école que parce qu'il était pour le moment obligatoire qu'elle y aille mais elle ne poursuivra pas ses études à la fin de ses années à Poudlard elle le sait.

" Ce n'est pas triste c'est mon quotidien je m'y suis faite, je suis une coquille vide totalement brisée et habitée de colère juste bonne à aider des mecs ayant de l'argent à se vidé d'une manière que leur femme ne tolérerait pas et trouverait irrespectueuse envers elle. Je n'ai jamais fais l'amour, j'ai toujours baisé, là où toute mes copines sont amoureuses je connais tellement la perversion des hommes que l'idée d'en aimé un me donne la nausée je n'ai rien de beau à offrir en dehors de ce que je vend ici. Vu que je te l'offrirais non tu ne devra pas payer mais on ne pourra pas le faire ici sinon j'aurais des soucis avec le maton qui s'occupe de nous et j'ai pas de quoi avancer une passe"
Clairement, et si elle venait à perdre se boulot elle n'aurait pas de quoi manger cet été et serait obligée de faire le trottoir dehors en prenant le risque de se faire agressée ou arrêté et de ne plus voir le soleil pendant longtemps, on aimait pas les filles comme elle dans le monde sorcier, enfin pas les bien pensant qui ne voulait pas voir de tapins sur le trottoir du monde sorcier pour garder une belle image malgré tout ce qui s'y déroulait. Et alors qu'elle proposait au garçon de lui tenir compagnie il lui posa une question un peu indiscrète sur la manière dont elle avait terminée ici, faire ce métier n'était pas une vocation c'était clair et net et souvent quand on finissait comme elle c'était à cause d'une sordide histoire, raconté la sienne n'était pas simple mais si il gardait le secret elle lui devait au moins l'honnêteté de dévoiler le pourquoi du comment qui n'était pas si complexe que ça simplement monstrueux et honteux à ses yeux. Dire qu'on était devenue une putain parce que sa propre mère nous avait vendu à nos onze ans à des hommes pour se faire de la thune n'avait rien de reluisant ou de favorisant Gioa avait toujours été un objet dont on disposait rien de plus, pas un être humain un objet.
" Comment ça ? Tu en connait d'autre tombé enceinte de leur client ?"
Il avait piqué sa curiosité avec cette phrase.
" Simple pourtant de ne pas le faire un sort de contraception et le tour est joué pas une vie pour un gamin du coup je crois que je suis vouée à devenir une vieille femme sans famille vu que je ne saurais pas me nourrir autrement qu'en faisant ça"
Parce qu'elle ne se voyait pas avoir un petit dans les conditions dans lesquelles elle vivait et elle ne voyait pas comment vivre autrement alors elle ne créerait sans doute jamais de famille jamais rien de bien dans sa vie qui serait pitoyable pathétique et probablement courte car une fois vieille et moins attirante elle serait virée et créverait de fin.
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 366 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 0 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Goia - A new challenge Jidc
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptyJeu 21 Fév - 14:48

A new Challenge
Leroy Odgen & Goia Goyle
Leroy se rendait compte que le secret de Goia lui était très précieux. Avoir des secrets n’était pas une bonne chose selon lui, c’était quelque chose qu’on pouvait facilement utiliser contre vous et à tout moment vous anéantir. Il avait découvert celui de la jolie demoiselle, mais n’avait nullement l’intention de le dévoiler au monde, il ne voyait pas à quelle occasion cela pourrait être dit. Leroy n’avait pas vraiment de secret qu’il gardait pour lui, de choses qu’il ne voulait pas être dévoiler, mais il avait sans doute quelque faiblesse qu’il gardait bien pour lui. Des faiblesses que personne ne devait découvrir surtout pas son propre père. Le jeune homme était bien conscient qu’à partir du moment où Silvius Callaghan se rendrait compte de cette particularité chez son fils, il l’utiliserait contre lui. Alors il devait le cacher au fond de lui, l’enfermer profondemment pour ne rien laisser transparaitre. Mais le secret de Goia était assez visible, incapable à cacher à part avec du polynectar. Cela serait bien trop complexe sans doute pour faire son travail, surtout si les effets prenaient fin dans un moment inopportun. Leroy la regardait, semblant inquiète que son secret ne s’ébruite, et elle continuait à lui poser des questions, sur ce qu’il faisait là notamment. Le jeuen homme aimait les gens qui s’intérrogeaient mais pas sur lui, il aurait préféré ne pas être prit sous le joug d’un interrogatoire, alors il le lui fit remarquer. Il n’était pas le dernier a en poser et il comprit rapidement ce que Goia voulait dire dans sa réponse. Evidemment avoir des informations pouvaient être crucial dans ce genre d’endroit et d’un côté Leroy se demanda si la jeune femme n’en savait pas plus sur ses clients que ces derniers ne l’auraient pensé. Cela pourrait être pour le moins intéressant d’en savoir plus. Après il était fort probable que Goia lui en parle. « Je connais ce sentiment, ce n’était pas un reproche de ma part, je dirais même que poser des questions est une forme de qualité. Et tu poses des questions ainsi à tes clients ? » demanda-t-il. Etait-il ainsi intrigué par ce qu’elle pouvait lui dire sur les gens d’ici ? Est-ce qu’il allait lui aussi commencé à poser des questions dans cette conversation ? Sans doute, après tout il pouvait en savoir plus sur elle, plus sur l’établissement et plus sur certaines personnes qui pouvaient lui être utile. Leroy aurait aimé qu’elle puisse lui parler de son père ou même plus amplement de sa mère, n’ayant pas eu la foi d’en poser à Jessica, le jeune homme avait simplement demander des informations concernant sa natalité. Il tenta de brouiller les pistes sur sa venue ici, en parlant du fait qu’il voulait voir ce que la concurrence faisait mais elle était loin d’être stupide. Enfin elle ne voyait que la surface, le relationnel des clients et cette envie d’une ambiance plus que d’une autre. Mais en tant que professionnel, Leroy avait d’autres idées, d’autres pistes. Il sourit quand elle parla que la façade du bar ne faisait que cacher le bordel planqué derrière. C’était sans doute le cas, mais c’était aussi un repère pour ceux qui ne voulaient pas aller dans les lieux où ils étaient recherchés. Lui d’ailleurs n’aurait sans doute dû jamais mettre les pieds ici, d’un côté il ne se pensait pas le bienvenu, mais il avait plus d’un tour dans son sac. « Ho je pense que les gens bien profitent également de ce genre de service, enfin j’imagine. Après personne n’est parfait. Mais ce que je voulais dire par concurrence c’est surtout non pas un échange de clientèle mais principalement de voir ce que l’autre fait, de ce qu’on peut apporter dans notre établissement. On appelle généralement ça de l’espionnage commercial, mais soit. » Il reprit la parole pour lui exposer ses véritables raison, quelques peu stupides et banales, cette idée qu’il pouvait pensé dans ce bar plus que dans le sien ou même chez lui comme le lui fit remarquer Goia. Elle semblait assez curieuse de savoir pourquoi Leroy se trouvait ici. « Pensé chez moi … je pourrais oui c’est une chose que les gens font généralement, mais si j’ai envie de pensé ici c’est mon droit. » répondit-il ne laissant pour le coup aucune raison à Goia de s’opposer à cette réponse.

Intrigué le jeune Leroy lui demanda ce qu’elle lui donnerait en échange de son silence. Il avait bien vu que ça la tracassait qu’il puisse aller tout raconter à quelqu’un et il devait bien l’avouer que la situation l’amusait beaucoup. En même temps elle ne se rendait pas compte que dévoiler son secret ne lui apporterait rien, mais que s’il y avait quelque chose à la clé pour pouvoir le garder pour lui, Leroy ne comptait pas dire non. Il fallait saisir les opportunités quand elles venaient à vous et tout ce qu’elle lui proposa ce fut sa compagnie pour un petit moment intime. La seule chose qu’elle savait faire d’après elle, s’allonger et voir ce que ça donnait. Le jeune homme l’observa, même si la proposition était très alléchante, il trouvait cette situation bien triste qu’une jeune femme comme elle n’ait que ce genre de chose à proposer. Mais elle le contredit à nouveau en lui disant faire ça depuis tellement longtemps. Elle n’avait jamais connu l’amour et n’avait pas envie d’être amoureuse comme ses autres copines à cause des hommes qu’elle avait pu rencontrer. D’un côté Leroy aurait pu comprendre, mais il fut surpris par ses propres paroles. « Donc tu ne tomberas jamais amoureuse ? Parce que l’homme te répugne dans sa manière d’être. Excuse-moi mais je trouve cette vision des choses bien triste. Et question tristesse je m’y connais. Tous les hommes ne se ressemblent pas et j’espère pour toi qu’un jour l’un d’entre eux te montrera que c’est le cas où tu n’auras plus qu’à te retourner vers la gente féminine. Ça doit être aussi plaisant que de coucher avec un homme pour une femme. Enfin je pense. Toujours mieux que de coucher avec un homme. » C’était ses propres expériences d’homme qui parlait, des choses vécu qu’il ne vivrait plus jamais. Mais la vie de Goia était faite ainsi, pouvait-il la changer ? Pouvait-il imaginer ce qu’elle avait vécu ? Il s’approcha un peu d’elle et gentiment commença à jouer avec l’une des mèches brunes de la demoiselle. « En soit tu me proposes quelque chose que tu ne peux pas me donner maintenant, sauf si je payes. C’est un pur paradoxe. » reprit-il avec un petit sourire. Il continua à jouer ainsi en entendant l’histoire de Goia. Elle lui expliqua que sa mère faisait le même métier et qu’elle s’était fait engrosser par un de ses clients, qu’elle avait ensuite poussé sa fille à en faire de même. Mais sans doute que ce qui marqua le plus Leroy fut cette sensation que les filles de joies tombaient facilement enceinte. Sa mère avait préféré l’éloigner de tout ça et au final il en était bien content, se demandant ce qu’il serait devenu s’il avait dû être élevé ici ou même par son propre père. Il aurait été différent c’est certain, mais d’un autre côté Leroy aurait été tout aussi renfermé qu’il ne l’était déjà. Il lâche la mèche avec laquelle il était en train de jouer et répondit à la question que lui posa Goia. « J’en connais oui. » Clairement il ne voulait pas parler de sa mère, non seulement parce que ce n’était pas les affaires de la jeune femme et qu’en plus il ignorait ce que cela amènerait comme complication si jamais cela se savait. Fils d’un prostitué et d’un mangemort, on ne faisait pas mieux. Goia avait raison c’était simple de ne pas tomber enceinte, même avec les moyens sorciers. Il fixa la jeune femme lorsqu’elle lui parla de finir seule toute sa vie et il reprit une gorgé de whisky. « Tu sais la vie n’est qu’une question de choix. Si tu veux finir vieille fille sans famille, c’est à toi de faire ce choix, si tu veux être autre chose, tu es la seule à pouvoir décider. » Même avec les contraintes, on ne pouvait pas simplement exister par le désir des autres, on devait apprendre à prendre son destin en main et choisir. Peut-être que Leroy devrait en faire de même après tout … tenter quelque chose.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptyJeu 28 Fév - 0:08

A new challenge

ft Leroy Odgen |Goia Goyla

S'intéressée aux gens, posé des questions et leur donné de l'attention aux hommes présent ici c'était son job en plus de coucher avec eux contre de l'argent bien sur parce que les hommes venant ici aimait souvent être le centre de l'attention et parler, se vanter et raconté tout un tas de chose faisait partit du délire mégalomane des trois quart des clients ici c'était tellement simple de savoir un tas de chose sur eux, sans doute parce qu'ils pensaient que les filles ici était trop cruche pour se souvenir de quoi que se soit ou qu'elles n'allaient pas en parler car elles devraient assumé la façon dont elles ont apprit toute ces choses. Poser des questions une qualité ? On lui disait pourtant que c'était un défaut que de se montrée trop curieuse tout devant être dosé dans l'esprit des gens il ne fallait posé des questions que quand c'était utile d'après la bonne société mais elle ne faisait pas partie de la bonne société même si elle tentait de le faire croire quand elle était à Poudlard.
" C'est la première fois qu'on me dit que poser des questions n'est pas un défaut, ici on aime pas trop les questions en règle générale parce qu'ils ont tous un tas de truc à cacher mais dès qu'on leur parle un peu sa débite et une fois que sa commence tu apprend plein de choses des trucs que tu ne veut pas réellement savoir d'ailleurs souvent"
Parce qu'il n'y avait pas beaucoup de belle chose raconté ici plus des trucs un peu noir et glauque les récits de trahison, de torture, de meurtre et de viol c'était terrible pour une personne normale qui n'était pas porté vers ce genre de chose. Car si Gioa était habité par la colère elle n'était pas méchante pas mauvaise du tout et toute cette noirceur l'atteignait en plein cœur à chaque fois mais elle ne devait rien montré et tenter de faire de son mieux pour écouté de manière neutre. En tout cas l'asiatique savait que le garçon ne lui donnait pas la réelle raison de sa présence ici car elle ne croyait pas à son histoire de concurrence qui n'avait pas lieu d'être pour elle car les établissements ne pouvaient pas être comparer du tout même si c'était deux débit de boisson ils ne proposait pas du tout les même service.
" Si tu travaillait dans un autre bar comme celui-ci je pourrais croire que tu viendrais pour voir si tu peut piquer de nos idée pour ton lieu de travail mais franchement je ne vois pas nos services pouvoir se passer dans ton bar et le notre se fiche de vos pratique, tu peut tenter de noyer le poisson tu sais je comprend juste que tu veux taire la réelle raison de ta présence ici"
Le fait de pouvoir pensé ici plus librement que dans son bar était déjà mieux à entendre pour les oreilles de la brunette qui lui demanda quand même pourquoi venir ici plutôt que de resté au calme chez lui pour réfléchir en tout cas elle n'arrivait pas à réfléchir quand c'était bruyant.
" Tant que tu consomme oui c'est ton droit c'est pas pour autant que je me priverais de dire que pensé ici n'est sans doute pas la meilleur solution pour trouvé des solutions je suis chez moi ici et je ne suis pas politiquement correct alors je me fiche de te froisser un peu"
Tant qu'il fermait sa bouche sur son secret.

Et bien sur le silence ne serait pas sans contre partie elle avait l'habitude de ce genre de chose rien n'était gratuit dans la vie mais malheureusement pour elle Gioa n'avait pas mille et une chose à offrir en dehors de son corps elle n'était pas douée dans grand chose et ne possédait pas de belle chose qui faisait envie. C'était terrible sans doute pour une jeune femme de son âge que d'avoir un tel discours car la jeune femme ne possédait pas beaucoup d'espoir sur son avenir elle savait qu'elle ne serait qu'une putain pour le reste de ses jours puis soit une femme entretenue si elle trouvait quelqu'un voulant d'elle ou une sans abri toxico comme sa mère qui faisait la manche dans le monde moldus pour pouvoir vivre. Pour elle c'était une vérité acceptée elle savait qu'elle ne serait jamais amoureuse d'un homme vu tout ce qu'elle avait d'eux et que le sexe ne serait jamais réellement un plaisir partagé pour elle.
" Je le pense oui, tu sais quand tu vie cette vie tu ne vois que la perversité des gens rien qui te donne envie. Je ne veux pas d'amour de toute façon alors je ne trouve pas ça triste juste normal dans mon cas, l'amour à fait faire n'importe quoi à ma mère je veux pas être comme ça je préfère être seule. Et les femmes ne m'attire pas j'ai déjà été payée pour m'occuper d'une femme les hommes ne sont pas les seuls à être pervers mais je ne ressent aucune excitation pour elle alors que je peux être excitée pour un homme alors je suis clairement hétérosexuelle même si on se fiche de mes préférence dans ce métier."
Gioa ne savait pas donc pas quoi pensée de cette situation car le jeune homme ne montrait pas si il était réellement intéressée par elle ou non mais il se rapprocha d'elle pour jouer avec une mèche de ses cheveux signe pour elle qu'il pouvait être pour ce qu'elle lui avait proposée.
" Si tu peut attendre que je termine mes heures de présence je t'offrirais cette chose dès aujourd'hui, parce que je me sentirais vraiment sale de me faire payer par un mec ayant été à l'école avec moi je n'ai jamais couché avec personne sans être payée en plus sinon ce n'est pas t'offrir quelque chose de réellement personnel pour toi"
Et il lui posa une question sur sa vie pour savoir comment elle en était arrivée là car clairement devenir une fille de joie n'était pas un but de vie pour personne et elle lui avoua les choses avec sincérité elle n'allait pas jouer la fille mystérieuse le mystère était de ne pas savoir qu'elle était une prostituée la façon dont elle l'était devenue bien que triste n'était pas un secret pour Gioa. Mais visiblement ce qui fit le plus tiquer le châtain était le fait que sa mère soit tomber enceinte d'un client visiblement ce n'était pas une situation qui lui était inconnu mais il ne développa plus quand elle lui posa la question et elle comprit que cela était un sujet sensible. Une question de choix elle ne pensait pas avoir le choix elle n'avait jamais eut le choix et elle ne voyait pas quoi faire d'autre en dehors de ça comment survivre.
" Ai-je réellement le choix d'arrêté ? Si je ne fais pas ça je ne mange pas en dehors de Poudlard je suis à la rue l'été, je n'ai aucun talent pour aucun boulot normal je n'ai jamais rien apprit à faire car je n'ai pas été élevé ou éduquer comme tout le monde on ma lâcher dans un monde de sexe, de perversion et on m'y a laissée je ne sais même pas ce que c'est que de choisir réellement"
Choisir était même inquiétant pour elle mais il avait sans doute raison sur le fait qu'il fallait parfois tenter de faire des choses qu'on avait pas l'habitude de faire pour changer sa vie.
" On peut réellement choisir"
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 366 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 0 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Goia - A new challenge Jidc
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptyJeu 14 Mar - 22:38

A new Challenge
Leroy Odgen & Goia Goyle
Amusé, Leroy écoutait la jeune femme parler. Il l’écoutait poser des questions. En venant ici, il n’avait pas prévu d’être dérangé par quelqu’un qu’il connaissait, mais il ne pouvait pas nier que cette rencontre en dehors de poudlard était plaisante. Gioa posait des questions, elle en posait beaucoup, sans doute pour savoir sur quel pied dansé avec lui, mais nombreux étaient ceux qui avaient comprit qu’on ne pouvait pas trouver qu’un seul pas de danse avec Leroy. Si le jeune homme avait son caractère bien à lui, cela ne l’empêchait pas de souffler le chaud et le froid en même temps dans la même discussion. Il pouvait se montrer distant, réticent, froid et parfois beaucoup plus amusé, ouvert à la discussion. Cela dépendait et comme une huître, il ne laissait qu’entrevoir une partie de lui-même pour éviter qu’on ne le découvre entièrement. Il avait compris avec les questions que l’on pouvait savoir énormément de choses sur la vie des autres, qu’il fallait simplement savoir comment on répondait à ses interrogations, mais surtout comment on devait les poser pour obtenir la réponse qu’on attendait. Et surtout se montrer patient, continuellement. Certaines personnes étaient plus complexes à cerner, plus timide à donner des informations, mais avec la patience on pouvait obtenir ce qu’on souhaitait à la fin. Pour Leroy avait la capacité de poser des questions n’étaient pas un défaut, c’était une ouverture sur l’autre, qui pouvait se montrer autant bénéfique que néfaste pour l’autre. Les gens n’aimaient pas ça de manière générale, ils détestaient qu’on rentre dans leur intimité de cette manière abrupte, mais c’était le seul moyen que Leroy connaissait. Gioa semblait être pareil, même si comme beaucoup l’avait déjà dit au jeune homme, être curieux n’était pas une qualité. C’était vrai, sans doute pour certains, mais pas pour lui. Il l’écouta lui dire que les gens ici parlaient au bout d’un moment, quand on trouvait la manière de faire et qu’ils dévoilaient des choses qu’ils n’auraient pas avouer habituellement. C’était sans doute ça qui intéressait le plus Leroy à ce moment précis, mais pouvait-il simplement obtenir quelque chose de la jeune femme ? Elle ne serait pas dupe, pourtant il n’avait rien à perdre. Il fallait simplement bien jouer. Il apprendrait peut-être des choses, ou peut-être pas, qu’importe. « Poser des questions n’est pas toujours un défaut quand au fait que ce ne soit pas très apprécié par toutes personnes ayant des secrets, disons que ça dépend de la manière dont on pose la question. J’imagine que tu as appris pas mal de choses sur les gens d’ici qui pourrait leur coûter cher si c’était répété ?  » demanda-t-il. Ce ne devait pas être facile pour Gioa de vivre ici, elle devait sans doute fréquenter des personnes peu fréquentables que Leroy pensait à fréquenter un jour. Ici tout ne semblait être que noirceur, cruauté et méchanceté, et même si la jeune femme avait vécu toute sa vie ici elle semblait presque pure comparé aux autres. Mais il ne la connaissait pas assez bien pour le dire, la noirceur pouvait se cacher dans un écrin de velours, il pouvait toujours se tromper sur la jeune femme. Pourtant il ne pouvait pas vraiment la tromper sur les raisons qui l’avaient poussé à venir ici aujourd’hui. Leroy avait joué la carte de la concurrence, bien que conscient que ce n’était pas une très bonne raison, le jeune homme avait essayé de se dépatouiller avec son mensonge, se rendant compte au fur et à mesure que ça ne fonctionnait pas. Et à nouveau Gioa lui montra par A plus B que les deux bars n’avaient rien de comparable. Leroy la fixa un instant, tenter de la cerner sans réellement y accéder, avant de pousser un léger soupir et de lui répondre d’un air détaché : « Je n’ai jamais été doué pour mentir. » Mentir n’était pas une de ses qualités, il jouait simplement avec les mots, il laissait les autres interprétés ses paroles, conscient de la puissance des mots.

Les mots pouvaient blesser, ils pouvaient être source de malheur comme de bonheur, ils étaient comme des baumes qu’on étalait sur les cœurs, pour dissimuler ou pour soigner, on pouvait toujours les utiliser dans le sens que l’on souhaitait. Il fallait les comprendre et avoir développer la capacité de les amadouer pour amadouer les autres. Leroy avait appris à le faire, il ne s’en sortait pas trop mal et aimait voir les gens tenter d’en faire de même. Certains y arrivaient d’autres moins. Les mots étaient si puissants. Le jeune homme finit par avouer qu’il était simplement là pour penser, dans un endroit où personne ne le connaissait et où personne ne viendrait l’embêter. Peut-être fuyait-il aussi ceux qu’il connaissait, cherchant des endroits où personne ne le reconnaîtrait. Pour réfléchir. Et il en avait besoin, il avait besoin de mettre ses idées au clair, mais n’y arrivait jamais. Même sans la présence de la demoiselle à côté de lui, il n’aurait réussi à rien d’autre que de boire pour ne plus penser. Gioa préférait la deuxième réponse, mais tiqua lorsqu’il lui parla du fait qu’il avait le droit de penser ici s’il le voulait. Pour elle ce n’était pas le meilleur endroit pour ça, mais à part les soirs dans la nuit quand il rentrait chez lui, Leroy avait rarement le temps de penser seul. « Ho tu ne me froisses pas. Ici personne ne sait encore qui je suis, personne ne viendrait m’embêter, à part toi. » Personne pour le moment. Qui pouvait savoir si un jour les gens qui se pressait dans le bar ne le reconnaîtrait pas comme l’un des leur. En pensant ainsi, Leroy jeta un coup d’œil à la salle. Des têtes inconnues pour lui, nombreux, mais peu bruyant aujourd’hui. Il comptait bien revenir souvent dans cet endroit, il devait apprendre et comprendre les gens qui s’y trouvaient. Comme il devait comprendre Gioa qui lui proposait ses services pour qu’il se taise sur son secret. La jeune femme lui expliqua sa vision de l’amour, lui expliqua qu’elle ne pensait pas tomber amoureuse en ayant baisé toute sa vie sans être capable de faire réellement l’amour. Sa vie n’avait pas été parfaite et en voyant sa mère la procréer par amour, mais en la jetant dans un monde de perversion, Gioa n’avait pas envie d’aimer. Leroy pouvait comprendre, mieux qu’elle ne le pensait sans doute, mais le jeune homme avait grandi. Trop vite contrairement à certains autres, mais il savait que rien ne pouvait rester fixe et on ne décidait de rien. On ne pouvait pas décider de nos sentiments, c’était sans doute la seule chose qu’on ne pouvait contrôler complètement. « Au final on en revient toujours à ce sentiment d’amour. Les choses changent, les gens également et si tous se ressemblent en quelques sortes, qui peut savoir ce que te réserves le futur ? Tu tomberas peut-être amoureuse même si tu ne le veux pas. Tu ne contrôle pas ça, comme on ne contrôle rien. On a simplement l’illusion de contrôler. » Leroy s’en était rendu compte. Il avait voulu contrôler sa vie de A à Z et n’y était pas parvenu malgré lui. Les choses étaient arrivées pour lui et les sentiments qu’il avait longtemps rejetés faisaient partie de lui aujourd’hui. Il ne contrôlait uniquement que ses choix, il ne contrôlait rien d’autres, ne pouvant décider pour les autres au moins il était maître de ce qu’il voulait faire.

Machinalement Leroy se rapprocha et commença à jouer avec une mèche brune de la jeune femme. C’était un geste simple, qu’il faisait par automatisme, les cheveux de Gioa étant doux sous ses doigts. Elle lui expliqua qu’en acceptant sa proposition elle se devait de ne pas le faire sur son lieu de travail. Cela semblait être bizarre pour elle de ne pas être payer pour ses services. « Je peux attendre.  » Il pouvait et la curiosité l’emportait presque pour le coup. Leroy n’était pas très intéressé de savoir qu’il avait le pouvoir par rapport au secret de Gioa, comme une sorte de chantage, ce qui ne lui ressemblait pas vraiment, mais il avait envie de voir et s’il pouvait profiter pour oublier l’espace d’un instant, pourquoi se priver. Pourtant il trouvait ça bien triste la manière de faire de Gioa, sa vie d’ailleurs n’avait pas été très belle non plus et il se demanda si cela lui serait arrivé également si sa mère l’avait gardé. De l’autre, Leroy savait que s’il était resté ici, son père l’aurait probablement tué avant son premier pleur. Le jeune homme répondit vaguement à la jeune femme, ne voulant pas vraiment parler de sa génitrice qui pouvait sans doute connaitre Gioa. A la place il parla du fait qu’elle avait le choix de choisir sa vie malgré tout ce qu’elle pensait, qu’elle ne finirait pas vieille ici. Le jeune homme savait qu’elle pouvait le faire, elle ne trouvait simplement pas la force par peur. C’était compréhensible, tout quitter était effrayant surtout quand on connaissait la suite des événements. Et pourtant, le jeune homme continuait à croire que dans la vie seul le choix qu’on faisait été notre capacité à contrôler un peu celle-ci. « Je comprends, oui. Mais on a toujours le choix, peu importe ce que tu me dis, on l’a et même si parfois le choix nous amène vers quelque chose de douloureux à supporter, qui peut savoir si ça n’amènera pas vers quelque chose de positif par la suite ?  » Gioa le pouvait et elle commençait sans doute à comprendre ce qu’il voulait dire en rajoutant qu’elle pouvait choisir. Leroy eu un petit rictus. « Exactement. » Gioa pouvait choisir, elle pouvait se lancer dans l’inconnu et peu importait ce que c’était, il ne fallait pas hésiter.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptyDim 24 Mar - 11:54

A new challenge

ft Leroy Odgen |Goia Goyla

Poser des questions on avait apprit à Gioa de ne plus le faire car en arrivant ici elle en posait beaucoup sans doute trop et dans un milieu comme le siens cela n'était pas toujours bien vu et depuis elle c'était rendu compte qu'on pouvait apprendre plein de chose sans avoir à ouvrir la bouche il suffisait d'écouté, et ça tout le monde ne le savait pas. Mais Leroy n'était pas un client il était avant tout un garçon avec qui elle avait été à l'école un temps avant que lui ne quitte le château étant plus âgé qu'elle, et elle voulait s'assurer qu'il n'était pas là pour chercher des informations qui pourrait être compromettante pour elle ou pour le lieu dans lequel elle bossait elle avait besoin de ce bar elle pour ne pas avoir à retournée sur les trottoir et ne pas prendre le risque de se faire tuer sans qu'on ne la cherche ensuite ou ne puisse venir l'aider. On pouvait croire que ce bar n'était pas un bonne endroit que les filles n'y étaient pas bien mais la plupart était là de leur plein grès et se santé plus protégée ici que dehors alors même si elles devaient donné de l'argent en contre partie des clients et de la protection apporté par le lieu c'était beaucoup mieux que la rue.
" Je vais t'apprendre une chose ici ne pose pas de question ce n'est pas bien vu écoute seulement et là tu aura toute les réponses que tu veux j'ai vite appris à ne pas trop poser de question ici c'est très mal vu même si cela permettrait de cerner un peu plus rapidement la personne qu'on a en face de nous, toute question n'étant pas posé avec une arrière pensée mais ici ils sont parano alors qu'eux même livre toute les informations bonne à savoir sans s'en rendre compte simplement en faisant la conversation"
Ce qui était rigolo pour Gioa qui pourrait tenir un journal de bord et envoyé les trois quart des hommes venant régulièrement ici en prison pour la fin de leur vie si elle le voulait heureusement qu'elle n'était pas en colère contre eux et simplement contre son père sinon beaucoup aurait pu payer à sa place et cela aurait sans doute servit de leçon à ces hommes. En tout cas elle ne faisait pas cent pour cent confiance à Leroy pour le moment ne sachant pas pourquoi il était réellement là, pensé, enquêté, sauter une fille il pouvait y avoir un tas de raison, il pouvait même avoir rejoins leur rang qu'elle n'en saurait rien si il ne le disait pas, mais visiblement il disait la vérité parce qu'il lui avoua ne pas savoir mentir et elle ressentit la vérité de cette phrase et eut un beau sourire sur son visage.
" Apprend à le devenir chéri c'est essentiel pour survivre dans ce monde de requin ou chacun essaye de dévorer l'autre le plus rapidement possible"
Elle même n'appréciait pas le mensonge mais elle s'y était faite pour se protéger dans un premier temps.

Mais Gioa ne se contenta pas de sa réponse elle ne le laissa pas tranquille sur le fait qu'il est le droit de pensé librement ici pour elle ce n'était pas l'endroit idéal pour pensé, c'était bruyant on pouvait venir à tout moment nous interrompre comme elle l'avait fait mais visiblement pour le blond c'était le top car il ne se faisait pas remarquer elle ne savait pas trop comment il faisait ici tout le monde se faisait toujours accosté pour un oui et pour un non.
" On a pas besoin de savoir qui vous êtes pour venir et puis je ne t'embête pas je t'empêche de pensé et c'est souvent une bonne chose car quand on pense c'est rarement des bonnes pensées et du coup on déprime, je t'évite donc la dépression"
Oui elle voulait avoir une importance positive sur lui même si cela n'était sans doute pas réellement vrai en tout cas elle ne semblait pas le déranger de trop parce qu'il continuait à lui parler sans l'envoyé bouler pour qu'elle lui fiche la paix et aille voir ailleurs. Ils parlaient amour c'était un sujet qui créait souvent débat certain y croyait d'autre non, certain le cherchait quand d'autre l'attendait seulement, différent point de vue qui n'arrivait pas forcément à se rejoindre pour tomber d'accord. Gioa était team anti amour elle ne voulait pas s'attacher et on ne pourrait pas la forcer à le faire car même si une personne lui plaisait elle n'était pas insensible elle faisait tout ce qui était en son pouvoir pour ne pas s'attacher.
" Si je ne le veux pas alors je ne serais pas amoureuse on pourra me donner envie d'une personne mais c'est moi qui décide si je faiblis ou non, si je craque alors là oui je serais amoureuse moi je crois au contrôle on nous oblige à emprunter une voie qui nous mène à un point choisit pour nous on emprunte les petites voie qui nous sont propre"
La brune ne pouvait pas se voir comme un pion de la vie elle luttait trop contre ça pour pouvoir accepter cette optique de vie que possédait beaucoup de personne qui ne pensait pas pouvoir lutter contre le karma, destin ou tout autre nom donné à cette même chose.

En échange de son silence, Gioa avait proposé de coucher avec lui c'était à ses yeux tout ce qu'elle pouvait lui offrir et visiblement cela intéressait le jeune homme qui voulait bien attendre qu'elle termine sa nuit de travail pour qu'elle puisse lui donner ce qu'elle lui devait visiblement l'attrait du sexe avait un fort pouvoir chez les hommes, et la jeune femme allait pour la première fois à la fin de la nuit coucher sans être payer pour ça.
" Je ne devrais pas en avoir pour encore longtemps j'ai pas l'oeil sur la montre mais je termine à une heure du matin pour logiquement pouvoir retourné à Poudlard pas trop tard, pour ne pas éveillez les soupçons"
Tout dans la vie de Gioa était faite faux semblant et de mensonge, elle vivait dans un monde d'entourloupe ou personne ne se jouait réellement carte sur table mais elle ne se plaignait pas elle trouvait son compte dans ce mode de vie qui n'était certes pas tellement sains, personne ne voulait réellement devenir une putain ce n'était pas un plan de carrière mais c'était une chose dans laquelle elle excellait et si elle n'y était pas arrivée par choix prostituée par sa propre mère elle avait réussit à tourner ça de manière positive pour elle alors si on lui laissait le choix elle ne savait pas tellement ce qu'elle ferait d'autre, si elle choisirait de partir ou non elle n'était pas à plaindre elle ne trouvait pas en tout cas.
" Mais je crois pas qu'on puisse réellement choisir une vie est faite pour nous dans son gros ensemble comme je le disais plutôt on peut choisir dans quelle petite voie on se lance mais les gros points de notre vie son tracer, je peux choisir d'être une prostituée de luxe ou une de bas étage mais je n'aurais pas fortement d'impact sur mon métier qui est fait pour moi, qui colle avec ce que je suis au fond de moi même si on nous voit comme des merdes, des jouets, on est pas que ça et je crois que si je pouvais réellement choisir je resterais là, parce que je sais faire ce que je fais, je suis douée et on m'apprécie, ce n'est pas une chose dont je peux réellement me vanter mais c'est une chose que je réussie et je préfère restée dans un domaine que je maîtrise plutôt que d'aller vers un domaine que je ne maîtrise pas"
C'était sans doute ça son choix de restée là ou elle était et continuée à manger à sa faim en dehors de Poudlard c'était son truc de se prostituée et si un jour elle devait changer elle ne savait même pas vers quoi elle se tournerait.
" Je ne saurais même pas quoi faire d'autre"
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 366 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 0 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Goia - A new challenge Jidc
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge EmptyDim 31 Mar - 0:06

A new Challenge
Leroy Odgen & Goia Goyle
Ecouter, ne pas poser de questions, Leroy était capable de le faire. C’était d’ailleurs une des choses qu’il aimait bien faire, apprendre et observer ce que les autres faisaient. Il utilisait les questions pour en savoir plus, mais peut-être que Gioa avait raison sur le fait qu’ici les choses étaient différentes. Oui il ne pouvait pas le nier, le bar dans lequel i les trouvait avait des lois qui était qui lui était propre, il était venu souvent ici et avait bien remarqué les aller et venus de chaque client. Chaque personne se connaissaient, certains ne s’aimaient pas et les tensions se lisaient sur le visage. On voyait la crainte, mais on voyait également une sorte d’admiration chez certains. Cependant jamais Leroy n’avait remarqué quelqu’un qui n’était pas à sa place ici, tous semblaient trouver leur point de repère dans les discussions, tous semblaient avoir quelque chose à chercher et trouvait le moyen d’y parvenir. Il n’avait pas vu de débordement, ou pas de gros en tout cas, mais peut-être arrivait-il toujours au mauvais moment. Gioa semblait penser que s’il voulait parler avec des personnes ici il ferait mieux d’écouter, au lieu de poser des questions, mais la vérité c’était que jamais Leroy n’avait adresser la parole à quelqu’un, à part le barman pour lui passer commande, le jeune homme n’avait rien fait d’autres qu’observer et penser. Peut-être que Gioa était différente et qu’elle appréciait les questions qu’on lui posait, ou alors tout simplement était-elle comme lui. Leroy penchait pour les deux. Elle répondait à ce qu’il lui demandait et surtout il venait de lui dire que poser des questions étaient une qualité pour lui, cette manie d’être curieux pouvait être une bonne chose. Il écouta pourtant ses conseils, acquiesçant tout simplement avant de répondre : « S’ils disent tout lors d’une conversation, ceux sont des idiots. Mais je comprends, pas trop de questions gênantes ici donc. » Bon il n’était pas certains que traiter des gens d’idiots étaient une bonne chose, surtout ici, mais dans tout les cas si on lui cherchait des noises, Leroy avait un joker dans sa poche qu’il n’hésiterait pas à utiliser. Il espérait simplement ne pas devoir le faire avant le bon moment qu’il attendait depuis un bon moment. Il ne pouvait pas tout dévoiler, il ne pouvait pas lui dire que son père pourrait se trouver dans le bar à ce moment-même, il était venu ici pour réfléchir, pour penser à tout ce qu’il se passait dans sa vie et à ce dilemme qu’il avait en lui. Le pire était sans doute que le choix qu’il voulait faire, il se l’était imposé lui-même tiraillé entre deux parties de lui-même. Le jeune homme savait très bien qu’il pourrait faire un choix, mais d’un autre côté il attendait que le choix se propose à lui, qu’on lui montre quelque chose pour que cela soit plus simple à faire, incapable de prendre sa vie en main, en se laissant porter tel une lague sur l’océan. Après avoir essayer de duper lamentablement Gioa sur ses véritables attentions, Leroy finit par avouer qu’il était simplement venu là pour réfléchir à tout ça, sans expliquer réellement ses pensées, ne considérant pas que c’était le plus important. Le jeune homme n’avait jamais été un bon menteur, mais il n’en avait jamais eu besoin, jouant simplement sur les mots pour ne pas tout dévoiler d’un coup. Il ne craignait pas que ne pas savoir mentir soit un problème pour lui, Leroy saurait s’en sortir. « Je ne suis peut-être pas doué pour mentir, mais je pense me débrouiller pour m’en sortir face à ses requins. J’ai plus d’un tour dans mon sac. » répondit-il assez fier de lui. Mais Gioa avait raison, ici tout ce qui était dit pouvait se retourner contre lui, même lors d’une conversation privée.

Si la conversation sur ce qu’il faisait ici sembler être close pour lui, Gioa ne le laissa pas tranquille, demandant alors pourquoi il venait réfléchir ici et pas ailleurs. Pour Leroy c’était assez simple : il ne pouvait pas réfléchir dans son appartement. Là-bas il se rappelait qu’il était seul, il se rappelait tout ce qui pouvait l’emmener dans les ténèbres et la dernière fois qu’il avait pensé tout seul chez lui, son appartement en avait payer le prix. Depuis il sortait pour réfléchir, allait sur les toits, il se baladait dans la ville lorsque la nuit tombait et venait régulièrement dans ce bar pour entendre le brouhaha des personnes présentes ici. Leroy avait besoin de ne pas être seul pour penser, il n’y arrivait pas, au moins en ayant des gens autour ou du bruit, cela lui évitait de penser un câble. Apparemment Gioa ne comprenait pas, mais elle semblait être heureuse d’avoir briser le fil de ses pensées. Il l’écouta lui dire que lorsqu’on réfléchissait trop on commençait à avoir de mauvaises pensées et il haussa un sourcil. « Tu penses que je déprime ? Enfin que j’ai l’air de déprimer ? » Un peu curieux de voir l’image qu’il pouvait renvoyer aux autres, Leroy se rendait compte qu’elle avait peut-être raison sur le fait de réfléchir. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher, il avait toujours été comme ça et vu l’état de sa vie actuelle, il ne pouvait pas faire autrement. Au moins sa présence ne le dérangeait pas, il la trouvait amusante et les rencontres qu’on pouvait faire avec les gens nous amenaient sans nul doute à réfléchir différemment. Elle ne l’avait pas interrompu dans ses pensées, sa simple présence pouvait stimuler toutes les réflexions qu’il avait que ce soit celles de leur conversation, ou celles plus profondes qu’il gardait pour lui. Parler était agréable, même s’ils parlaient d’un sujet sur lequel Leroy n’était pas un expert, mais voir la vision de Gioa le ramenait des mois auparavant, des années même ou lui aussi ne voulait nullement ressentir de sentiment. Les choses étaient différentes, leur vie l’avait été, mais quand il l’entendait dire qu’elle ne voulait pas tomber amoureuse, Leroy rigolait intérieurement. Elle pouvait croire qu’elle contrôlerait tout ça, qu’en gardant ses distances, qu’en ayant la volonté de résister, jamais elle ne pourrait avoir de sentiments. Il l’écouta attentivement et lorsqu’elle eu finit, il se rapprocha d’elle lentement pour lui murmurer à l’oreille : « Je vais t’avouer que quelque chose : On ne choisit pas quand il est question de sentiments. Tu auras beau tout faire contre, ne pas le vouloir, tu ne pourras rien y faire. »  Il se recula par la suite, reprit ses distance avant de reprendre : « Et si je suis d’accord sur l’idée de plusieurs chemins, quand cela concerne les sentiments rien n’est jamais certain. » Il détourna le regard pour observer deux hommes qui discutaient bruyamment. Piégé dans les sentiments, la tristesse et la souffrance, Leroy s’était préserver toute sa vie de ce genre de choses, mais tout être humain le ressentait un jour où l’autre, c’était une évidence qui était impossible à contrôler. La mort et l’amour était les deux seules choses sur lesquels on avait aucune influence.

L’influence était quelque chose qui était important dans ce monde et Leroy possédait en ce moment-même un moyen de pression sur Gioa. Elle ne voulait pas que son secret s’ébruite et avait proposer de coucher avec lui sans qu’il la paye. Leroy avait accepté, se disant après tout que cela pourrait être sans doute être agréable. Il était plutôt pour se demandant simplement s’il devrait attendre la fin du service de la jeune femme puisqu’elle ne pouvait pas le faire devant son patron. Il la comprenait, lorsqu’elle était ici, son corps ne lui appartenait plus, une fois le pas du bar franchit elle reprenait alors possession d’elle-même. Il se demanda un instant si elle avait déjà couché avec un garçon sans qu’on ait besoin de lui payer. Elle finissait à une heure, pour rentrer à Poudlard après sans avoir de problème. Mais si elle devait renter, il ne se voyait pas l’accaparer plus longtemps, elle aurait peut-être besoin de dormir aussi. « Ho si tu dois retourner à Pourdlard, on peut faire ça une autre fois ça ne me gêne pas. » répondit-il, assez détendu. Il n’était pas à un jour près, il sentait qu’elle remplirait sa part du contrat le jour voulu et puis Leroy n’avait nullement l’intention de dévoiler son secret à quiconque, même si le moment venu devait ne pas arriver ce soir. Gioa semblait vivre une double vie, une vie qu’elle ne voulait pas dévoiler aux gens ce qui semblait être normal pour elle, mais elle n’avait jamais rien connu d’autre. Leroy ne comprenait pas, il ne comprenait pas vraiment comment elle voulait continuer là-dedans et surtout il se disait que si elle avait envie de changer, elle le pouvait, mais Gioa ne semblait pas de son avis. Enfin elle l’écoutait, imaginant presque ce qu’elle pourrait faire, mais elle restait figée sur ses capacités ayant toujours vécu la même chose toute sa vie. C’était dur de sortir de ce qu’on connaissait, surtout quand on avait toujours vécu ça. Elle ferait sans doute la même chose si elle avait le choix, et il trouvait encore une fois cela bien triste de la voir se dévaloriser de cette manière même s’il ne la connaissait pas vraiment. Après tout chaque personne avait une raison d’exister, chaque personne était unique et pouvait se dévoiler au monde d’une manière inattendu même pour eux. Il l’observa un instant, la regarda attentivement, avant de détourner à nouveau le regard. « Je vois où tu veux en venir, mais n’es-tu pas un peu excité par le danger de te lancer dans l’inconnu ? De tenter quelque chose que tu n’as jamais fait, simplement parce que tu as le pouvoir de le faire ? Si tu es bonne à ça, tu pourrais être surprise d’être bonne à quelque chose d’autre. Mais si vraiment ça te convient, je ne vois pas comment je pourrais te faire changer d’avis. » Il aurait aimé le faire sans doute, pour lui montrer qu’elle avait autre chose à montrer au monde, mais il ne la connaissait pas aussi bien qu’il le pensait. Après tout il l’avait vu à Poudlard, sans jamais vraiment lui adresser la parole outre mesure et maintenant qu’il avait une discussion avec elle, la découverte de qui elle était, était tout à faire. Elle lui avoua ne pas savoir ce qu’elle pourrait faire autrement que son boulot. Il réfléchit et répondit de manière pensif : « Que fais-tu de temps libre à Poudlard ? Qu’est-ce qui te passionne ? Tu as surement d’autres intérêt que simplement offrir ton corps ?  » On ne se dénigrais toujours nous-même, il fallait les autres pour voir qui on était vraiment.  

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

Goia - A new challenge Empty
MessageSujet: Re: Goia - A new challenge  Goia - A new challenge Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Goia - A new challenge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Challenge Cup Dragons vs BPA
» Challenge Volat Ciclista a Mallorca (2.1) => Karsten Kroon (BMC Racing Team) MAJ
» [BD] Mon Nuzlocke Challenge en BD :p
» [Challenge] - Les marines de Grim
» Open Challenge : Antonio Cesaro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques-
Sauter vers: