AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
❝ Invité ❞

MessageSujet: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Dim 2 Sep - 16:13
Choisis bien ton camp mon petit… feat. Leroy M. Odgen
Il leur manquait de sorciers du coté du Seigneur des Ténèbres. Ils étaient nombreux, mais pas encore assez. Pourtant, il y avait beaucoup de sorciers qui rejoignaient les rangs, mais certains venaient par peur. Il y avait beaucoup de peur actuellement. Anthony n’avait plus peur depuis longtemps. Il était devenu un véritable de coeur de pierre depuis que ce sorcier affilié à l’Ordre du Phénix avait tué sa famille. Quelque chose s’était brisé en lui. Pourtant, quelquefois, il avait envie de retrouver sa vie d’avant, mais c’était impossible maintenant. Marqué au fer rouge par le Seigneur de Ténèbres, il n’allait pas pouvoir retourner sa veste ou alors difficilement. L’homme soupira. Il venait de finir sa journée de travail et il avait besoin de prendre un verre. Puisqu’il passait près du Chaudon Baveur, pourquoi ne pas s’y arrêter ? Personne ne savait qu’il était un Mangemort et il n’avait pas de raison de passer son chemin. Bien sûr, il y avait peut-être un petit danger.

Anthony avait été l’un des Mangemorts qui avaient attaqué Ginny Weasley et James Potter quelques temps plus tôt. Bien sûr, les deux membres de l’Ordre ne le savaient pas. Le Mangemort savait que la jeune femme travaillait au Chaudron Baveur, mais il y avait très peu de chances qu’elle ne le reconnaisse. Dans l’action, on pouvait croire certaines choses. Le tireur d’elite décida de faire un tour au Chaudron Baveur, il avait vraiment besoin de boire un verre et il n’avait pas envie de se retrouver entourer de Mangemorts. Il sortit donc du Ministère de la Magie et transplana dans une ruelle près du Chaudron Baveur.

Lorsqu’il était toujours du bon côté de la balance, Anthony adorait passer du temps au Chaudron Baveur. Il y avait toujours quelqu’un d’intéressant à rencontrer. Sa femme aimait aussi passer du temps avec lui dans ce bar. Les souvenirs commencèrent à remonter dans l’esprit du Mangemort, mais il secoua la tête pour les chasser. Ce n’était pas le moment de déprimer. Il poussa la porte du bar et entra.

L’ambiance du bar était toujours aussi calme. Il y avait quelques sorciers et personne sur les tabourets du bar. Il se dirigea vers un pas lourd vers le bar. Il vit un jeune homme derrière celui-ci. La rouquine ne semblait pas être présente. Tant mieux, il n’avait pas envie de devoir s’expliquer ou causer une émeute si elle le reconnaissait. Il s’assit sur un des tabourets et dit d’une voix lente :

”Un Whisky Pur Feu avec de la glace s’il vous plait.”

Le blondinet devant lui le regarda avant de le servir. Il avait l’habitude de se faire observer, mais aujourd’hui, il observa aussi le jeune homme. Ce dernier semblait fatigué, limite malade. Anthony posa son verre sur le comptoir et dit :

”Vous semblez être sur le point de tomber de fatigue…”

S’il devait converser, autant essayer de le faire doucement.
code par EXORDIUM. | Images par Tumblr


Dernière édition par Anthony E. Carthew le Ven 5 Oct - 18:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 359 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 433 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Dim 2 Sep - 17:20

Choisis bien ton camp
Leroy Odgen & Anthony Cartew
Leroy commençait à avoir l’habitude des va et vient des clients. Il parlait avec beaucoup de ceux qui venaient prendre un verre ou plusieurs, rencontrant diverses personnes de toutes sortes, apprenant leur histoire et leur vie, cela lui permettait parfois d’arrêter de penser à ses problèmes. Il n’aimait pas penser à tout ça, même si seul dans sa chambre ses pensées revenaient régulièrement dans son esprit l’empêchant même de dormir. Ses nuits étaient remplies de cauchemar, de conversations qui ne pourraient jamais avoir lieu, de craintes qu’il espérait ne se concrétiserait jamais et il revoyait sans cesses Kayla. Mais avant qu’il n’ait pu lui parler il la voyait s’échapper loin de lui. Il voyait tout ses visages partir sans avoir prononcer un mot et il avait beau tenter de courir après, aucun ne restait. Tous le fuyaient et peut-être était-ce ça la solution ? La seule chose qui restait était souvent un rire ou un sourire dont il ne pouvait identifier la provenance comme si un destin auquel il n’avait jamais cru se moquait de lui. Ce genre de cauchemar le réveillait souvent de son sommeil. Alors pour éviter de trop y penser à tout ça, il s’acharnait dans son travail jusqu’à n’en plus pouvoir, jusqu’au moment où il s’effondrait dans son lit pour ne se réveiller que le lendemain. C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour fuir les cauchemars. Il n’avait pas voulu que tout ça vienne à lui, se languissant de ce temps à Poudlard où rien ne venait perturber sa vie, où rester loin des autres avaient été sa solution, mais que celle-ci était calme et sans problème. Il avait sans nul doute l’air extrêmement fatigué, bien qu’ayant toujours eu un teint blafard, un corps de lâche, il remerciait le ciel que Ginny soit là pour l’aider au travail. Mais elle n’était pas toujours là et Leroy ne rechignait jamais pour bosser. Non au contraire et un jour il serait son propre patron, un jour il pourrait à nouveau faire des nuits sans rêves, sans cauchemar. Un jour tout cela serait loin derrière lui. Mais encore fallait-il qu’il puisse atteindre ce rêve. Il se devait de le faire pour sa meilleure amie, car elle aurait aimé qu’il continue à y croire. Leroy se voyait parfois à la campagne dans une petite ville tranquille loin de tout soucis. Simplement voir les aller-venu des gens qui viendraient se reposer après une dure journée. C’était ça qui lui plaisait le plus sans doute, voir d’autres personnes sans forcément se lier avec eux. Simplement prêter une oreille attentive à leur histoire et être là pour écouter leur problème. Lui ne parlait pas de sa vie, lui ne parlait pas de son histoire et c’était sans doute mieux ainsi. La journée avait été calme, tout le monde travaillait ailleurs et rare étaient ceux qui traînaient dans le bar pendant la journée, mais quand venait l’heure cela se remplissait. Cela ne tarderait pas Leroy le savait. Installé derrière le bar, debout depuis plusieurs heures, le jeune homme servait, nettoyait faisait son travail habituel, lorsqu’il entendit une commande au loin. Un homme s’était assit au bar, seul, sans doute pour finir sa journée en beauté au Chaudron Baveur et le blond ne put s’empêcher de fixer le nouveau client. Evidemment il les regardait tous, il les retenait. Certains parlaient d’autres non. Leroy s’avança vers l’homme, relativement grand de ce qu’il voyait, dans sa carrure on pouvait supposer qu’il ne faisait pas un métier de bureau. Chopant un verre, il lui servit sa commande puis la déposa devant lui. L’homme le fixait également, ce qui était assez troublant pour le jeune barman. Non pas qu’on le regarde, ça arrivait quand on ne s’en fichait pas de lui, mais il avait une sensation très étrange face à ce client. Et finalement quand il prit la parole, ce fut pour dire à Leroy que ce dernier avait l’air prêt à tomber sous le coup de la fatigue. Le jeune homme ne put contenir son rictus. Pas le premier à le lui dire. « J’ai toujours l’air livide, mais je pense que des vacances ne me feraient pas de mal. » Ouais et s’il en prenait que ferait-il ? Leroy y avait pensé mais à part déambuler dans les rues de Londres, il ne voyait pas d’utilité à prendre des vacances. Partir n’était pas une option, l’argent qu’il gagnait était pour réaliser son but par pour prendre des vacances. Mais oui il était fatigué et alors qu’ils continuaient à se fixer avec le client, Leroy reprit la parole : « Je ne vous ais jamais vu dans le coin si je puis me permettre. » Peut-être que l’homme lui donnerait des informations sur lui, ou peut-être pas qui pouvait savoir.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Dim 2 Sep - 22:43
Choisis bien ton camp mon petit… feat. Leroy M. Odgen
Anthony était venu au Chaudron Baveur pour avoir un peu de calme. C’était le cas ce soir. Il avait besoin d’être plus ou moins seul. S’il allait dans le bar de l’Allée des Embrumes, il allait encore devoir supporter les autres Mangemorts et leurs excès de tout genre. Ici, il savait que c’était plus calme. Il avait l’habitude d’y venir quelques années plus tôt.

Il entra dans le bar et alla tout de suite s’installer au bar, devant un jeune homme qui semblait être plus épuisé que lui même. Pourtant, le barman était beaucoup plus jeune que lui. Il ne devrait pas être aussi fatiguer. Des cauchemars peut-être ? Une mauvaise expérience avec cette guerre ? Peut-être qu’il y avait des gens qui le faisaient chanter, comme ses chers collègues. Anthony commanda son Whisky Pur Feu avec de la glace et le jeune homme lui servit dans la minute. Bien sûr, il semblait être mal à l’aise parce que le Mangemort le regardait longuement, mais il lui dit tout de même qu’il était livide d’origine, mais qu’il ne serait pas contre quelques vacances. Anthony n’avait pas prit de vacances depuis trois ans maintenant. De toute façon, il ne pourrait pas le faire puisqu’il devait rendre des comptes au Seigneur des Ténèbres. Il bu une gorgée de sa boisson tout en continuant de regarder le barman. Ce dernier l’observait aussi. Le Mangemort savait qu’il était impressionnant. Il avait un carrure qui imposait le respect et ce n’était pas pour rien qu’il avait choisi d’être Tireur d’Elite. Mais ce soir, il avait presqu’envie de rester un homme normal. Ce qui n’était pas gagner. Le jeune homme lui dit alors que c’était la première fois qu’il le voyait dans ce bar.

”Il y a bien des années, je venais ici avec ma femme. Mais je ne crois pas que vous étiez déjà le barman… Tom était toujours derrière son bar.”

Sa voix était calme et posé, mais intérieurement, le fait de parler de sa femme le faisait souffrir. Il ne serait jamais devenu un Mangemort si elle était toujours en vie. Si son fils était toujours en vie, il aurait été en troisième année à Poudlard cette année… Le Mangemort serra son poing gauche et s’obligea à boire une autre gorgée avant de rajouter :

”Mais il y a bien des années que je ne suis pas venu. J’étais sur le chemin pour rentrer chez moi. Cela fait des années que je passe devant le bar, mais ce soir, j’avais besoin d’un peu de compagnie, mais calme.”

Il n’allait tout de même pas lui dire qu’il était un Mangemort qui avait besoin de solitude… Anthony but une autre gorgée avant de demander :

”Je ne crois pas que je vous connais. Vous êtes ici depuis longtemps ?”

code par EXORDIUM. | Images par Tumblr


Dernière édition par Anthony E. Carthew le Ven 5 Oct - 18:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 359 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 433 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Lun 3 Sep - 20:05

Choisis bien ton camp
Leroy Odgen & Anthony Cartew
Oui le chaudron baveur était calme. Ça n’était pas tous les jours ainsi et Leroy se souvenait que pendant les vacances il y avait énormément de monde. Dans ce genre de cas beaucoup de monde ne faisait pas attention à lui, il les servait tout simplement et ne prononçait pas un mot. Il détestait quand il y avait trop de monde car il avait rapidement l’impression d’être invisible, il courrait partout pour que tout le monde soit content et ne se posait qu’une fois le travail fini. Mais heureusement il pouvait toujours compter sur les habitués pour lui taper la discussion, lui parler et savoir comment il allait. Parfois certains se permettaient des réflexions sur sa vie, son état de santé, sa manière d’être et l’un d’eux avait même tenter de lui donner des conseils pour trouver une fille. Leroy trouvait ça amusant et même s’il n’était pas là depuis longtemps il savait que les habitués l’appréciaient beaucoup. Le bar silencieux dans son ensemble, n’entendant qu’un brouhaha dans la pièce principal, Leroy essayait de s’occuper comme il pouvait alors qu’il n’avait pas énormément de clients à servir. Jusqu’à l’arrivé de cet homme. Il ne l’avait jamais vu et pourtant le jeune homme avait vu énormément de monde au Chaudron Baveur depuis qu’il avait commencé. Mais ce genre de personne l’aurait marqué il le savait, ce n’était pas le genre d’homme qu’on loupait, imposant et qui n’aurait sans doute pas eu sa place dans ce genre de lieu. Leroy aimait bien imaginer ce que les clients faisaient comme métier, mais bien souvent il utilisait les mains pour savoir. Mais quand il le voyait il l’imaginait bien garde du corps de quelqu’un d’important. C’était le genre de métier moldu qui lui venait en tête, mais cela l’aurait étonné. En même temps avoir été élevé par des non-sorciers le poussaient souvent à penser à ce genre de choses avant les métiers sorciers. Le jeune homme devait être étrange à l’observer comme ça mais ne tarda pas à donner la commande de l’homme assit au comptoir. Ce dernier s’inquiéta de son état de santé, lui disant qu’il avait l’impression que Leroy allait tomber de fatigue dans quelques minutes. Le jeune homme lui répondit qu’en effet il aurait adoré pouvoir prendre des vacances, mais ce n’était point dans ses projets. Le jeune barman aurait pu s’arrêter là, passer à un autre client, mais au lieu de ça il continua à fixer l’homme et lui fit la remarque qu’il ne l’avait jamais vu auparavant. Leroy écouta sa réponse essayant d’occuper ses mains en nettoyant un verre à la manière moldu. Un ancien habitué sans doute. Leroy se sentait intrigué, se demandant ce qui avait pu pousser l’homme ne plus revenir. Il continuait à le fixer, silencieux notant les nuances dans sa voix, supposant un drame ou quelque chose dont il ne voulait pas parler quand l’homme lui fit la remarque qu’il ne l’avait jamais vu non plus. « Cela fait quelques mois que je travaille ici. Depuis la fin de Poudlard. » répondit Leroy en posant son torchon. Il se retourna pour ranger son verre, avant de se retourner pour reprendre : « Vous avez bien choisis votre jour pour avoir du calme. Il n’y a pas grand monde pour le moment. » Oui et Leroy en était heureux, si tous les jours pouvaient être ainsi, il pourrait se faire un plaisir de dormir derrière le comptoir. Mais pour le moment, dormir ne lui était pas encore possible. Le jeune Barman reprit un verre et continua à nettoyer avec son torchon. « Et pour la compagnie, à moins que vous ne souhaitiez parler avec un autre client, je suis tout ouïe. » Peut-être que l’homme accepterait de lui raconter son histoire ou au moins d’entreprendre une conversation avec lui. Sans qu’il ne sache vraiment pourquoi quelque chose l’intriguait chez l’homme assist en face de lui et le seul moyen de comprendre cette intrigue était de lui parler.

electric bird.


I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Lun 3 Sep - 21:29
Choisis bien ton camp mon petit… feat. Leroy M. Odgen
Anthony aimait bien le jeune homme. Il semblait être aussi seul que lui et il semblait être discret. C’était sans doute une qualité lorsque l’on travaillait dans un bar. Le Mangemort aurait pu travailler dans un bar lui aussi. Il gardait les secrets de tout le monde. De part son travail actuel, il n’avait pas vraiment le choix. Et d’une autre part, le fait qu’il soit devenu un Mangemort était tout aussi secret. Il fallait beaucoup de volonté pour éviter que les autres découvrent sa véritable identité. Parce que personne ne pouvait se douter qu’il soit enfoncer dans les ténèbres. On disait seulement qu’il était déprimé parce qu’il avait perdu sa famille. Mais ce n’était pas de la déprime. Oh non. C’était de la colère et de la tristesse pure et dure.

Le Mangemort n’avait jamais vu le jeune barman lorsqu’il venait encore ici. Peut-être qu’il était là que depuis quelques mois. Il lui posa la question et il eut sa réponse tout de suite, le jeune homme lui confirma qu’il était là depuis qu’il était sorti de Poudlard. Anthony bu une autre gorgée et lui dit :

”Vous ne devez pas être très âgé alors…”

Un esprit corruptible, mais l’homme n’était pas là pour effectuer du recrutement. Il avait l’intention de profiter de sa soirée tranquillement avant de rejoindre son appartement et de se reposer avant une nouvelle journée de travail le lendemain. C’était une routine rassurante pour le Mangemort, même si parfois, c’était difficile de rester concentrer. Il avait tellement de choses en tête… Le barman lui dit alors qu’il avait bien choisi son jour pour trouver du calme. Anthony approuva d’un signe de tête et termina son verre avant de le pousser vers le jeune homme, lui faisant comprendre qu’il voulait la même chose. S’il voulait rester concentrer cependant, il allait devoir se calmer sur sa descendre parce que sinon il n’allait pas avoir les idées très clair. Le blondinet lui dit alors que, sauf s’il voulait discuter avec un autre client, il était disposé à discuter avec lui. Levant légèrement son verre vers lui, Anthony lui dit :

”C’est appréciable, vous semblez être quelqu’un de discret. C’est rare de nos jours…”

Il regarda derrière lui et vit qu’il n’y avait pas beaucoup de clients à qui il aurait pu faire la conversation. Il se retourna vers le jeune homme, toujours son visage froid, en lui disant :

”Et puis entre nous, il y a peu de choix parmi les clients… à la limite, s’il y avait une jolie fille…”

Le Mangemort essayait de réagir comme un sorcier normal, mais ce n’était pas facile. C’était une chose qu’il n’avait pas fait depuis longtemps. Il regarda le blondinet et lui dit :

”Parlant de jolie fille… Je pensais qu’une petite rouquine travaillait ici ? Elle a démissioné ?

Anthony avait le don de poser des questions qui pouvaient mettre mal à l’aise. En attendant la réponse, il continua de boire son verre.


code par EXORDIUM. | Images par Tumblr


Dernière édition par Anthony E. Carthew le Ven 5 Oct - 18:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 359 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 433 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Mar 4 Sep - 22:52

Choisis bien ton camp
Leroy Odgen & Anthony Cartew
Depuis qu’il était là, Leroy n’avait jamais vu l’homme qui lui faisait face. Peut-être était-ce un nouveau venu, mais tout le monde était déjà venu au chaudron Baveur. Il était certain que tout le monde était déjà venu une fois ici ne serait-ce que pour aller au chemin de traverse, mais depuis qu’il travaillait là, le jeune homme en avait vu des visages passés. Il avait vu tant de personnes qu’il ne pouvait retenir que quelques prénoms, mais jamais aucun visage ne lui restait étranger. Sans leur parler, Leroy retenait des traits, des yeux, des lèvres. Il était pourtant si souvent invisible pour leur autre, mais lui savait. Et pourtant l’homme qui était assit lui était totalement inconnu. Quelqu’un qui n’était pas venu dans le bar depuis un bon moment. En y pensant cela allait bientôt faire un an qu’il travaillait ici au moins six mois s’il calculait bien. Quand l’homme lui fit la remarque qu’il était jeune pour bosser ici, le blond se fit la réflexion qu’il ne l’était pas tant que ça. Il travaillait depuis qu’il avait quatorze ans. Et cela à chaque vacance dès qu’il rentrait à l’orphelinat. Il ne rechignait pas à travailler et bientôt il aurait dix-neuf ans. Pour lui ce n’était pas bien jeune. Un vieillard pouvait avoir vu beaucoup de chose, ou trop peu, mais l’histoire pour chaque personne était différente, on ne pouvait juger quelqu’un sur son âge. « Je vais avoir 19 ans si vous voulez savoir. Je m’appelle Leroy. » Leroy était jeune encore il le savait bien, il pouvait être facilement manipulable pour un esprit qui savait s’y prendre, mais il voulait croire qu’il saurait déceler les signes. L’homme lui tendit son verre vide, et Leroy en bon barman le chopa pour le remplir à nouveau. Il déposa le verre plein devant l’homme avec qui il était en train de discuter car après tout le bar était vide et l’homme qui lui était inconnu semblait chercher compagnie et calme. Leroy avoua que le bar était bien silencieux ce soir ce qui n’était pas pour lui déplaire. Un hochement de signe comme réponse, le jeune blond reprit la parole pour lui dire qu’il était disposé à entreprendre une conversation avec lui. Leroy était intrigué par l’homme assit en face de lui et bien qu’il ne connaisse pas encore son nom peut-être apprendrait-il à le connaitre. L’homme lui fit remarquer que le jeune homme semblait être quelqu’un de discret. Leroy eu un petit sourire : « De discret oui, je pense qu’on peut le dire. Je pense que beaucoup trop de monde se mêle de la vie des autres. » Lui le premier mais ce n’était pas quelque chose que Leroy avouerait rapidement. Il aimait simplement poser des questions et voir comment les gens réagissaient face à ce genre d’interrogation. Et surtout Leroy respectait ceux qui ne voulaient pas parler. Il suivit des yeux le regard de l’homme qui observa la salle. Peu de choix parmi les clients, Leroy était d’accord. A nouveau un rictus se dessina sur le visage du jeune homme alors qu’il rangeait un nouveau verre. « Une jolie fille pourrait être intéressante, mais vous savez les filles se baladent souvent en groupe, ou rarement seule. » Elles étaient bien souvent accompagnées surtout en venant dans ce genre d’endroit, rare était les demoiselles qui se retrouvaient seules. Leroy en avait vu quelques-unes, mais boire seule pour une femme était rare et souvent elles attendaient quelqu’un. L’homme reporta son attention sur Leroy et lui demanda alors si une rousse travaillait ici ou si elle avait démissionné. Curieux, le jeune homme fronça les sourcils. Ainsi l’homme était venu ici et avait vu Ginny ? Ou bien l’avait-il rencontré autrement ? Ginny travaillait rarement seule, il était souvent dans le coin prêt à aider, il aurait forcément remarqué l’homme sans nom. « Elle travaille toujours ici, mais pas aujourd’hui. Il n’y a que moi. » Oui aujourd’hui il n’y avait que lui, mais Leroy restait intrigué par cette demande. « Vous l’avez déjà rencontré ? » La question était partie. Il aurait peut-être dû fermer sa bouche, mais il n’avait pas pu résister.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Mer 5 Sep - 21:10
Choisis bien ton camp mon petit… feat. Leroy M. Odgen
Anthony avait parlé de l’âge du jeune homme et peut-être qu’il n’aurait pas dû. Après tout, peu importait l’âge pour faire un métier. Il en savait quelque chose. Mais il était un peu curieux de savoir comment il s’était retrouvé ici. Cela ne semblait pas le déranger puisqu’il faisait son boulot conrrectement. Avec des années de pratiques en observation, le Mangemort pouvait se rendre compte lorsque quelqu’un n’était pas à l’aise dans l’activité qu’il faisait ou si c’était une couverture. Pour l’instant, le jeune homme, qui se faisait appeler Leroy, passait le test de vérité haut la main. L'aîné lui posa son verre devant lui pour qu’il puisse le remplir et lui dit :

”Et moi, c’est Anthony.”

Oui, il prenait un risque en lui donnant son vrai prénom, mais il n’était pas sûr que le jeune homme soit du côté de l’Ordre du Phénix. Il ne l’avait vu avec personne d’autre que la petite rouquine qui travaillait avec lui et ils ne semblaient pas parler autre chose que de leur boulot. Oui, le Mangemort avait fait sa petite enquête depuis qu’il avait croisé la route de Ginny Weasley. Mais il n’en avait parlé à personne. Ils n’avaient pas besoin de savoir que ces deux jeunes le fascinaient. Il regarda Leroy lui verser un autre verre et le remercia d’un signe de la tête. Anthony fit remarquer à Leroy qu’il semblait être quelqu’un de discret et ce dernier lui répondit qu’il pensait que oui et surtout qu’il n’aimait pas les gens qui se mêlaient de la vie des autres. Pourtant, en étant barman, ce n’est pas ce qu’il faisait. Le Mangemort resta silencieux pendant quelques instants. Il était sûr que la vie de plusieurs sorciers étaient passées entre les mains de ce jeune homme. Il devait savoir plus de choses que la plupart des sorciers qui passaient cette porte. Mais cela ne le dérangeait pas, parce qu’il pouvait peut-être avoir des informations importantes.

Le Mangemort regarda la salle pendant un moment avant de dire à Leroy qu’il allait rester au bar pour discuter sauf si une jeune femme seule se pointait. Bien sûr, il y avait très peu de chance et Anthony n’avait pas la tête à s’envoyer en l’air avec la première venue. Leroy lui dit qu’une jeune femme pourrait être intéressante à condition qu’elle ne soit pas entourée d’amies. L’aîné approuva d’un signe de tête. Il est vrai qu’il était de plus en plus rare de voir une femme seule dans les rues ou dans les bars. Elles avaient trop peur de se faire attaquer depuis quelques temps. Ce qui était compréhensible. Le Mangemort regarda de nouveau le plus jeune, lui demanda si une jeune femme, rousse, travaillait ici. Il lui avait posé la question à savoir si Ginny travaillait toujours au bar. Leroy le regarda pendant quelques secondes, les sourcils froncés. Anthony venait d'éveiller sa curiosité. Tant mieux, c’était un sujet de conversation tout choisi. Leroy lui dit qu’elle travaillait toujours ici, mais qu’elle n’était pas là ce soir. Sans doute son jour de repos. Anthony but une nouvelle gorgée de son verre et entendit le jeune homme lui demandé s’il avait déjà rencontré sa collègue. Anthony pris quelques secondes avant de répondre. Il ne fallait pas qu’il lui dise qu’il avait faillit la tuer. Ce serait un peu trop directe.

”Oui… enfin, on ne se connait pas… mais je l’ai vu entrer ici un jour quand je sortais du travail et je me suis dis qu’une jolie fille comme elle ne devait pas travailler dans un bar… Mais je suis vieux jeu après tout.”

Il bu son verre au complet et le posa devant lui. Il regardait toujours le plus jeune dans les yeux, sans avoir peur de lui mentir. Il lui demanda alors :

”Mais… peut-être que vous êtes son petit ami ? Je ne voudrais pas causer de problème.”

Un petit sourire se dessina sur les lèvres d’Anthony. Bien qu’il n’eut plus sourit depuis des années, ces muscles se rappelaient du geste. Leroy s’amusait à poser des questions, le Mangemort pouvait en faire autant...

code par EXORDIUM. | Images par Tumblr


Dernière édition par Anthony E. Carthew le Ven 5 Oct - 18:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 359 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 433 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Jeu 6 Sep - 21:03

Choisis bien ton camp
Leroy Odgen & Anthony Cartew
Anthony. C’était le prénom de l’homme. Leroy ignorait s’il pourrait l’appeler ainsi un jour déjà qu’il le vouvoyait, mais au moins il pouvait mettre un prénom sur un visage. Ce n’était pas utile d’avoir un nom de famille, jamais le barman n’irait chercher des informations sur ce fameux Anthony. Ce n’était pas son genre, ile ne voulait pas chercher dans les passés des autres bien qu’apprendre des informations sur les autres pouvaient toujours être utile. Leroy avait beau être jeune, tant qu’on disposait assez d’informations sur les autres cela pouvait toujours être utile. Même s’il avouait que se mêler de la vie des autres n’était pas une bonne chose, beaucoup aimait à parler de leur vie. Après tout que raconter d’autre ? Parler de la vie en général ? Se lancer dans un débat philosophique ? Se demander quel Whisky valait plus le coup ou encore quelle bière était la meilleure entre celle sorcier et celle moldu ? Oui il y avait énormément de sujets de discussions, mais le préféré de tous était sans doute celui de parler de ce qui n’allait pas. Rare était les moments et les gens à qui Leroy racontait la sienne. Il n’aimait pas ça, il préférait se débrouiller tout seul plutôt que de chercher de l’aider et puis ceux qui voulaient l’aider pouvait se mettre en danger alors il évitait. Après s’être présenté tout en servant le verre de l’homme, Leroy ne put s’empêcher de répondre un « Enchanté. » en apprenant le prénom de son client. C’était important, il ne pouvait pas le nier. D’autant que le barman était vraiment enchanté de rencontrer son client. Il était intriguant, jamais venu ici depuis que Leroy travaillait dans le bar. Il avait dû arriver un truc, mais le jeune homme ne savait pas s’il arriverait à obtenir cette information de la part d’Anthony. Etait-ce vraiment nécessaire ? Leroy ne savait pas s’il voulait vraiment savoir, ça ne le regardait pas après tout et il ne forcerait pas Anthony à parler. C’était son choix, il devait le faire seul. Le barman lui fit remarquer qu’en effet il était quelqu’un de discret, amenant le sujet sur les gens qui se mêlaient trop de la vie des autres, mais il sentait au fond de lui que l’homme en face de lui serait capable de poser des questions pour comprendre qui était vraiment Leroy. Ce dernier ne craignait pas les questions, il était généralement doué pour retourner la situation à son avantage, bien qu’en se demandant si ce serait une bonne chose de le faire avec un homme comme Anthony. Oui le gringalet avait un peu l’impression que son client pourrait très bien le fracasser s’il le voulait, alors autant être comme à son habitude et pas trop entreprenante ou dérangeant. L’homme ne répondit pas à la remarque de Leroy et ce dernier ne poussa pas la conversation plus loin, proposant simplement ses services pour discuter si besoin. Après tout le bar était presque vide, calme et relativement silencieux. L’homme observa la salle, réfléchissant sur l’idée de parler à une jolie fille, mais il n’y avait personne. Personne d’intéressant selon Leroy et puis elles étaient souvent en groupe ou attendant quelqu’un. Bien sûr si Ginny avait été là, il se demandait comment Anthony aurait pu agir avec elle. Parler avec une fille et parler avec un garçon c’était bien différent. D’ailleurs l’homme semblait avoir déjà vu la rousse qui travaillait avec Leroy. Surpris, intrigué, Leroy demanda directement s’il la connaissait, trouvant ça curieux qu’Anthony lui demande ça alors qu’il n’était pas venu ici depuis un moment. Le silence s’installa à la suite de la question, mais l’homme répondit quand même. Il l’avait déjà vu rentrer ici, trouvant qu’elle n’avait pas sa place dans ce genre d’endroit. Le verre vide se posa sur le comptoir et comme un reflex, Leroy versa un nouveau contenu. « Sans doute qu’elle ne devrait pas. Vous la voyez travaillez où dans ce cas ? » demanda-t-il curieux. Leroy aurait pu poser des questions plus dérangeantes, il en avait suite à ce que venait de dire Anthony mais il préférait garder l’information dans un coin de son esprit. Tendant le verre à nouveau plein, les deux regards se croisèrent quand l’homme reprit la main sur les questions en demandant si Ginny et Leroy sortaient ensemble. Le barman eu un rictus, avant de répondre presque automatiquement : « Non. Je ne sors pas avec elle. » Anthony souriait aussi, pensant sans doute avoir piéger Leroy , mais le jeune homme avait plus d’un tour dans son sac. « Mais je ne pense pas qu’elle soit intéressé par vous, sans vouloir vous offenser. » reprit le jeune homme soudainement se servant par la même occasion une bière pour continuer sa discussion avec l’homme assit en face de lui.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Jeu 6 Sep - 23:29
Choisis bien ton camp mon petit… feat. Leroy M. Odgen
Anthony s’amusait bien avec ce petit. Il lui posait des questions et il lui répondait et vice versa. C’était un peu comme le jeu du chat et de la souris comme disait les Moldus. Mais Anthony était un Mangemort, il n’avait pas l’intention d’en dire plus à Leroy qui ne le devait.

Anthony avait commencé à poser des questions sur Ginny. Elle avait été impliqué dans une mission avec James Potter et c’était tout juste si les Mangemorts ne les avaient pas capturés. Le Mangemort serra son poing non visible sous le comptoir. Il aurait voulu capturer un des deux… Il aurait pu les torturer. Mais, ils étaient membres de l’Ordre du Phénix et les autres membres se seraient sans doute lancer à leur poursuite. Surtout pour le jeune James Potter. Il ne comprenait pas pourquoi il était si important… Pour la rouquine, elle ne semblait pas être très importante, mais il ne fallait pas la sous estimée. Il prit une dernière gorgée et reposa son verre devant Leroy. Le Mangemort lui répondit au jeune homme en lui disant qu’il avait seulement croisé la jeune femme lorsqu’il sortait du travail et qu’il se disait qu’elle n’avait pas sa place dans ce monde des barmans. Le plus jeune lui demanda où il la voyait travailler… Anthony prit quelques secondes et lui répondit :

”Je ne sais pas… peut-être du côté des Aurors. Elle me semble être très intelligente.”

Il allait finir par éveiller les soupçons de Leroy, mais pour l’instant, il n’était pas sur une pente ascendante. Il pouvait se permettre de jouer avec les mots, les questions, de chercher à comprendre. Puis le Mangemort eut une question un peu déplacé. D’accord, ce n’était pas très habile de sa part, mais il se doutait déjà de la réponse. Si Ginny Weasley était une ancienne Gryffondor avec le caractère qui allait avec, Leroy semblait plus poser et il n’était pas le genre de garçon à s’encombrer d’une minette… Du moins, c’est ce qu’Anthony pensait. Il pouvait se tromper bien sûr, mais il se trompait rarement. Le plus jeune eut une espèce de sourire et lui répondit trop rapidement qu’il ne sortait pas avec la rouquine. Un sourire se dessina sur les lèvres du Mangemort, cachées par son verre devant sa bouche.

”Oh pardon…”

Une voix faussement désolée et la phrase que prononça par la suite Leroy fit disparaître son sourire. Il pensait qu’il était là pour la rouquine. Pendant un moment, son visage ne laissait plus paraître la moindre émotion. Il n’y avait même pas penser et cela ne lui viendrait pas à l’esprit. Il avait presque 20 ans de plus qu’elle et il avait autre chose à faire que de s’occuper d’une gamine.

”Ne vous méprenez pas, mais je ne suis pas venu dans ce bar pour elle. Je voulais juste savoir si elle travaillait toujours aussi.”

Se murant dans un lourd silence, Anthony se concentra davantage sur son verre. Il avait pensé avoir un moyen de pression sur le jeune homme, mais décidément, il était beaucoup plus doué qu’il ne le semblait. Peut-être qu’il pouvait anticiper les questions du Mangemort… Ce dernier allait devoir réfléchir à une autre approche. Pour l’instant, il préférait rester silencieux. Il savait que Leroy allait avoir une autre question à poser sous peu...

code par EXORDIUM. | Images par Tumblr


Dernière édition par Anthony E. Carthew le Ven 5 Oct - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 359 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 433 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Ven 7 Sep - 16:53

Choisis bien ton camp
Leroy Odgen & Anthony Cartew
Leroy ne pouvait nier que la discussion qu’il avait avec Anthony était des plus intéressantes. Le jeune homme aimait connaitre les autres et il avait été toujours doué pour poser les questions qu’il ne fallait pas ou encore trouver les bonnes tournures de phrases pour mettre mal à l’aise. L’homme qui se trouvait en face de lui semblait être assez doué dans ce genre de chose également, et c’était vraiment plus que passionnant de pouvoir parler à quelqu’un un peu comme lui. Ho évidemment Leroy savait que dans ce monde beaucoup de personne pourrait lui tenir tête avec ses questions dérangeantes, mais comme le jeune homme savait également à qui il devait où non se montrer sous ce jour-ci il en trouvait peu. Et étrangement la discussion était allée sur Ginny. Un sujet pour le moins intriguant pour le jeune homme. Leroy avait commencé sa relation avec elle d’un ton très agressif, puisqu’elle avait compris ses penchants pour le camp des mangemorts, mais en lui parlant calmement le barman s’était attaché à elle. Et il savait qu’elle soutenait le camp adversaire, avoir quelqu’un qui lui posait des questions sur la jeune rousse était plutôt curieux car Leroy se demandait s’il devait s’inquiéter de cette demande. Est-ce qu’Anthony savait pour l’ordre ? Ou bien faisait-il partis. Le barman était curieux dans tous les cas et fortement sur la défensive, ne voulant pas que Ginny se retrouve dans de beaux draps à cause de lui. Alors il demanda si Anthony l’avait rencontré, mais apparemment cela n’avait été qu’un aperçu et un questionnement sur le choix de carrière de la jeune femme. Auror oui cela aurait pu convenir à Ginny et elle aurait bien aimé comme elle l’avait confié à Leroy autrefois. « Oui elle l’est. » répondit-il calmement. Ginny était intelligente, mais dans son état de solitude et de vulnérabilité, la manipuler pourrait être simple. Méritait-elle un tel destin ? Le barman ne le pensait pas, mais qui était-il pour s’imposer dans sa vie. Le visage restait impassible et il répondit presque automatiquement à la question d’Anthony sur une potentielle relation amoureuse entre Ginny et Leroy. Entendant l’air faussement désolé de l’homme, Leroy ne prit même pas la peine de répondre. Les sentiments et lui restaient compliqué, il n’était pas un homme pour la rousse, clairement pas. Même s’il y avait surement des rumeurs les concernant, au moins les deux intéressés savaient ce qu’il en était. Si Anthony avait pensé gêner Leroy, ce fut ce dernier qui reprit la parole en sous-entendant que l’homme pourrait être intéressé par Ginny. C’était totalement stupide, mais bon qui pouvait vraiment savoir. Anthony répondit presque aussi rapidement que Leroy l’avait fait en démentant la supposition du jeune homme qui ne put s’empêcher de sourire mentalement. « Pardonnez-moi. » répondit-il, plutôt amusé par la conversation. « Je dois avouez que l’intérêt que vous lui portez m’intrigue. Même si vous n’êtes pas intéressé par elle. » Mais bon il n’allait pas plus parler de Ginny que nécessaire, d’ailleurs Leroy se demandait comment elle réagirait si elle savait qu’il avait ce genre de discussion. Au final le barman reposa son verre et se servit une pinte de bière, après tout Tom n’était pas là et il n’y avait pas énormément de monde qui passait commande. « Alors que faites-vous comme travail ? » demanda Leroy en prenant une gorgée de sa bière.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Mer 12 Sep - 18:17
Choisis bien ton camp mon petit… feat. Leroy M. Odgen
Le sujet de conversation avait été trouvé sans vraiment qu’il ne puisse comprendre pourquoi il avait posé la question. Anthony avait une légère obsession pour Ginny Weasley. Il ne comprenait pas pourquoi la jeune femme était avec l’Ordre du Phénix, il ne se souvenait pas avoir entendu parler d’une Ginny Weasley avant il y a deux ans. Il avait regardé dans les registres de naissance au Ministère, il avait beaucoup de Weasley, mais aucune Ginny… Peut-être qu’elle avait choisi un autre prénom… Secouant la tête, il se concentra de nouveau sur Leroy. Le barman était le collègue de la jeune femme. Il semblait être surpris quand Anthony parla de la rouquine, mais il répondit à ses questions, même lorsqu’il lui demanda si les deux jeunes gens sortaient ensembles. Au  vu de la tête que tirait le jeune barman, le Mangemort avait posé une question un peu trop direct, mais il répliqua en lui disant qu’il ne pensait pas qu’il était le genre de Ginny. Anthony ne réagissait pas à la remarque. Comment pouvait-on penser ce genre de chose ? Les gamines ne l’intéressaient pas. Il répondit alors qu’il était surtout là pour savoir si elle travaillait. Leroy lui demanda pardon et lui dit alors qu’il était bizarre que le Mangemort s’intéresse à sa collègue. Haussant les sourcils, Anthony ne dit rien, mais après tout, peut-être qu’il devrait dire que Ginny était une personne intéressante…

”Disons que son… profil m’intéresse.”

Il but encore une gorgée et se tut. Il n’avait pas envie que le petit barman aille dire à sa collègue que quelqu’un la cherchait. Même s’il se doutait qu’ils n’étaient pas totalement intimes… Le Mangemort cherchait une autre question à poser, mais c’est Leroy qui lui en posa une. Haussant de nouveau les sourcils, il lui demanda son métier. Bon, ce n’était pas un secret pour personne, mais il n’aimait pas trop en parler. Il bu une nouvelle fois et lui répondit :

”Je ne pense pas que c’est important, mais si ce l’est pour vous, je suis Tireur d’Elite au sein de la Brigade d’Elite. C’est un métier passionnant, mais parfois exigeant. Par ces temps, c’est un peu compliqué, mais je fais avec.”

Il regarda le jeune homme et eut un petit sourire. Oui, il avait bien fait de venir dans ce bar. En plus d’en apprendre un peu plus sur la jeune Weasley, peut-être qu’il pourrait emmener Leroy avec lui… Mais, ce n’était pas encore pour tout de suite. Il changea totalement de sujet :

”Je ne sais pas si cela se demande, mais je vais quand même poser la question, vous avez le droit de ne pas y répondre.”

Il fixa le jeune homme dans les yeux. Son bras gauche le chauffait un peu, comme ça fois que le maître était en colère ou s’apprêtait à les appeler. Il fit un geste d’habitude, il posa sa main droite son bras gauche et vit que Leroy l’observait avec intensité. Peut-être qu’il avait déjà deviner ?

”Je suis sûre que vous avez un penchant pour un côté ou l’autre dans cette guerre. Personne ne peut être totalement neutre.”

Sa main droite se serra contre son bras gauche. Il venait de lancer un sujet sensible, mais c’était un sujet comme les autres…

code par EXORDIUM. | Images par Tumblr


Dernière édition par Anthony E. Carthew le Ven 5 Oct - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOUTIEN VOLDEMORT
Leroy M. Odgen
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 359 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 433 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Mar 2 Oct - 20:41

Choisis bien ton camp
Leroy Odgen & Anthony Cartew
Leroy avait l’habitude de rencontrer des personnes de tout horizons. Des bons, des gentils, des gens qui aimaient parler, d’autres qui n’aimaient pas du tout, le jeune homme avait vu tant de monde en si peu de temps qu’il pouvait sans nul doute classer ceux qu’ils rencontraient dans des catégories. Il ne se prétendait pas capable de dicerner la personnalité des autres, mais il pouvait comprendre, il pouvait interpréter et apprendre des choses. De plus l’alcool parlant parfois pour certains, il était si simple d’obtenir des informations de la part de ceux qui habituellement n’aurait rien dit. Et Anthony qui se présentait à lui était une personne totalement différente des autres, Leroy sentait que quelque chose en cet homme n’était pas habituel. Non il n’était pas un client comme les autres, n’importe qui s’en serait rendu compte. Par une histoire qui aurait mal tourné ? Ou tout simplement parce qu’il avait l’impression que l’homme donnait l’impression d’être sans cesse sur ses gardes ? Ses réponses étaient pourtant franches envers le barman, mais d’un certains côté Leroy était habitué à ce qu’on lui confie tout. Il avait la capacité à trouver les mots pour percer à jour les autres et à avoir ses réponses, même si en parlant de sa collègue, Anthony avait bien sûr éveillé sa curiosité. Et il était bêtement tombé dans le panneau que lui avait tendu l’homme. Leroy avait foncé, se demandant ce que son client pouvait bien avoir à faire de la rousse, il lui avait demandé pourquoi il présentait tant d’intérêt pour sa collègue. Si dans un premier temps, Anthony lui avait répondu simplement que Ginny n’avait pas sa place ici, mais cela n’empêchait pas d’éveiller les sens de Leroy qui sentait que quelque chose clochait dans cette simple demande. Après tout oui Ginny était jolie, oui elle n’avait rien à faire ici, mais était-ce à cet homme en face de lui de supposer tout ça ? Leroy s’inquiétait il ne pouvait pas le nier, il le montrait même clairement jusqu’à sans doute éveiller chez son client l’idée qu’il puisse être en couple avec sa collègue. N’importe qui aurait pu s’offusquer n’importe qui aurait pu paniquer et répondre abruptement à cette demande. Mais Leroy répondit calmement la vérité. L’amour, la mort régissaient le monde, il était d’ailleurs assez amusant autrefois de voir à quel point cela pouvait conduire à des situations totalement stupides qui pouvaient causer la mort de l’être aimé. Ce devoir de protection, cette envie d’aimer et d’être aimé, Leroy l’avait longtemps rejeté, jusqu’à peu. Maintenant il comprenait ce que cela pouvait faire. Il observa son client répondre que le profil de Ginny l’intéressait et sans montrer un tic d’inquiétude ou de curiosité, Leroy produisit un son avec sa bouche. « Hum. » S’il devait en savoir plus ce n’était pas tout de suite qu’il le saurait. Le jeune homme semblait commencer à comprendre que la confiance pouvait pousser plus d’une personne à se dévoiler, tout comme le fait d’avouer des choses sur soi pour que la personne puisse parler d’elle-même. Leroy interrompit là la discussion concernant Ginny Weasley pour poser une autre question à Anthony. Question banale sur son métier, une demande à laquelle Leroy espérait une réponse depuis que son client s’était assit au bar. Après tout un gaillard comme lui, on ne voyait pas ça tous les jours. Il ne fut pas surpris en entendant la réponse, bien qu’il ne pu s’empêcher d’esquisser un léger sourire.   « Brigade d’élite … mettre sa vie en danger pour les autres. Une bien grande responsabilité si je puis dire. A croire qu’il n’y a que des altruistes dans ce monde. » répondit-il. Anthony n’était pas le premier a faire ce genre de chose que Leroy rencontrait, ni même le premier à vouloir dédier sa vie pour ce qu’il pensait être la vie d’autrui. Si tout le monde pouvait avoir ce genre d’instinct, le barman n’avait jamais ressentis ce genre d’envie. Enfin … il se retourna pour reposer le verre qu’il nettoyait. Il avait ressenti plus d’une fois le besoin de protéger quelqu’un, mais dans ses maigres moyens n’avaient jamais vraiment passer le cap. Et il ne s’était jamais voulu seigneurs de gens qui ne le méritaient pas. Leroy se retourna prenant une nouvelle gorgée de sa bière, observant le sourire qui s’était dessiner sur le visage d’Anthony. Haussant un sourcil, Leroy entendit ce que lui disait son client, écoutant attentivement et attendant patiemment la suite. Il ne dit rien en attendant la demande fixant le regard de l’homme assit en face de lui. De quel bord penchait le jeune homme, une question qu’on lui avait rarement posée ou tout simplement pour confirmer une intuition. Leroy ne cessa pas de fixer son interlocuteur lorsqu’il répondit. « Certaines personnes peuvent l’être. J’imagine. Des opportunistes, des gens craintifs, mais en ce qui me concerne ... » Les yeux de Leroy dévièrent d’un geste vif vers la main d’Anthony qui se posait sur son bras gauche avant de se reposer finalement sur ses yeux. « Cependant puisque vous posez la question, n’est-ce pas parce que vous avez déjà une réponse en tête ?» reprit-il d’un ton qui laissait supposer non seulement qu’il avait comprit l’allégeance de son client, mais qu’en plus cette question était loin d’être anodine.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE

« On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C'est seulement à travers l'amour et l'amitié que l'on peut créer l'illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls. » Orson Welles

FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  Ven 5 Oct - 18:37
Choisis bien ton camp mon petit… feat. Leroy M. Odgen
Anthony avait pour habitude de ne poser aucune question, mais le sujet et le personnage devant lui lui donnait envie de le connaître de savoir de quel côté il était. Il pourrait peut-être essayer de l’emmener du mauvais côté, de le retourner contre sa collègue si proche de l’Ordre du Phénix. Oui, il pourrait se servir de Leroy pour essayer de lui faire du mal, il ne se salissait pas les mains… Et pourtant, il se dit qu’il ne devait pas le faire. Après tout, Leroy était un jeune garçon était intelligent. Il allait sans doute se douter de quelque chose, mais il posa quand même la question. Bien malgré lui, Anthony posa quand même sa question, posa en même temps sa main contre son bras gauche. Le geste n’échappa à Leroy qui le regarda et lui dit que s’il posait la question, c’était parce qu’il avait une idée de la question. Anthony eut un petit sourire avant de répondre :

”Aussi clair que puisse être l’avenir de ta collègue, je n’arrive pas à te cerner complètement Leroy… Pourtant, ton esprit semble être encore en pleine hésitation…”

Il se pencha un peu plus vers lui, ne voulant pas que les rares clients présents puissent l’entendre et rajouta :

”Mais saches que le camp pour lequel tu penches, il y a beaucoup plus d’opportunité que dans l’autre… Tu pourrais… Faire ce que tu veux de ta collègue par exemple”

La dernière phrase avait été prononcé avec une intonation légèrement perverse, comme si Anthony était ravie que Ginny Weasley puisse être entouré de son collègue dans les rangs des Mangemorts… Il serait tellement facile de la contrôler… Anthony ne regardait plus Leroy, perdu dans ses pensées. Il serait tellement facile de la tuer… L’Ordre pourrait enfin reconnaître le meurtre de sa famille…


code par EXORDIUM. | Images par Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: "Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}  
Revenir en haut Aller en bas
 
"Choisis bien ton camp mon petit..." {feat. Leroy M. Odgen}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut bien plus qu'un petit rayon de Soleil pour réveiller le grand Lion paresseux.
» "Entre sorcières, on se supporte bien" Heaven C. Weather feat Selena C. Megara
» MARIE DE LORRAINE ♛ « Je suis de grande taille, mais j'ai le cou petit. »
» Affiche pour petit job bien payé
» « ... Et juste là, un petit géranium ! Ouais, ça va être bien. Ça va être très bien même. » + Cheryne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques-
Sauter vers: