AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Lenzo - Dans les bas-fonds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
NEUTRE
Victoria De Queensberry
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : serpentard J'ai posté : 61 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 3 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Lenzo - Dans les bas-fonds Tumblr_inline_p9bzlevhdw1rooebp_540

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: La solitude se métamorphosant par son propre reflet dans le miroir
Patronus: Un paon
Capacité spéciale:

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyLun 23 Juil - 13:29

Dans les bas-fonds
Victoria De Queensberry & Lenzo Calderon
Allée des embrumes, lieux malfamés, habités par des sorciers peu fréquentable. Bien. C’était sa destination aujourd’hui. Enfin pas tout à fait l’allée en elle-même, elle n’allait pas non plus déambuler comme une idiote sans but. Non, non, Victoria avait bien une destination précise et là où elle voyait les têtes de ses imbéciles apeurés d’aller dans cet endroit, elle ne comprenait pas ce qui les déranger. C’était un lieu comme un autre, remplis simplement de crapules prêts à vous sauter dessus pour vous étriper, vous violer et que savait-elle d’autre. Oui pas le meilleur endroit au monde, elle en convenait, mais pour obtenir des informations, Victoria était bien prête à y mettre les pieds. Après tout elle avait le droit d’y aller, elle avait le besoin d’y aller, alors pourquoi s’occuper des on-dit concernant l’allée des embrumes. Sa destination n’était autre que le bar Comaethylic, un lieu où elle pourrait sans aucun doute obtenir ce qu’elle voulait et qui lui amènerait sans doute à apporter un peu de son monde dans cet endroit ignoble. Victoria était au courant des vices qui sévissait dans ce bar, strip tease, trafic et autres trucs en tout genre, mais ça ne l’inquiétait pas plus que ça, bien trop sûre d’elle pour pouvoir craindre ce genre de chose. Comme à son habitude, elle était habillée d’une manière convenable, mais afin de ne pas se faire voler des objets bien trop précieux pour ceux qui traînaient dans le coin, elle avait fait un effort vestimentaire moins couteux qu’à l’accoutumé. Victoria accordait énormément d’importance à son apparence comme on le lui avait appris, ayant enfiler un short, avec collant, un pull noir et une veste en jean. Loin de se douter qu’exposer ses jambes ainsi n’était pas la meilleure idée du siècle, mais si elle voulait bien faire un effort pour ne pas porter de choses convenables, elle voulait quand même avoir l’air correct. Elle n’avait jamais mis les pieds dans l’allée des embrumes et cela depuis qu’elle était venue à Londres la première fois. Bien évidemment le passage était bien discernable au niveau de l’entrée du chemin de traverse qui grouillait de monde et elle s’enfonça dans la ruelle pour se diriger vers le bar. L’allée lui semblait miteuse, comme si faire un pas là-dedans allait lui apporter une quelconque maladie. Au fond d’elle elle bouillonnait tirailler entre l’idée d’une de salir ses chaussures, de l’autres de choper des trucs rien qu’en touchant les murs et encore bien évidemment de ramener les informations dont elle avait besoin. Ce fut donc une Victoria avec une démarche peu assurée, faisant attention au moindre endroit où elle posait les pieds, qui arriva enfin chez Comaéthylic. L’enseigne extérieure ne donnait pas envie. Clairement pas, c’était sombre peu lumineux et Victoria pouvait limite voir la crasse de là où elle était. Beurk. Prenant son courage à demain, touchant à peine la poignée pour ouvrir, elle finit par s’engouffrer à l’intérieur.  « Le bar de chez Comaethylic est remplis de monde. A tout va nous pouvons voir les femmes danser allégrement montrant seins, jambes et tout ce qui peut être aguicheur et de l’autre les hommes semblent se saouler selon leur bon vouloir. Si on reconnait quelques être civilisé, ce lieu ne représente qu’un endroit de débauche. » écrivit mentalement la jeune femme lorsqu’elle jeta un coup d’œil au bar. Pas vraiment son genre, mais bon cela ferait l’affaire. Victoria aperçu plusieurs regards jeter dans sa direction et bien qu’évocateur, elle n’en fit rien se dirigeant d’un pas déterminé vers le comptoir. Elle se sentait à son aise, comme dans tous les endroits où elle allait et s’installa à l’un des tabourets, non loin de gens qui lui paraissaient peu fréquentables, mais à qui elle ne jeta pas un coup d’œil. Voyons celui qui devait être le barman de dos, elle lui aboya : « Sert moi un whisky ! » Le coude sur le comptoir, son regard s’échappait sur la salle, cherchant à emmagasiner le moindre détail qu’elle pouvait observer, comprendre les relations qui s’exposaient, mais rien de bien concluant à ce qu’elle cherchait. Elle reporta son attention sur le comptoir avant de remarquer qu’aucun verre n’avait été posé en face d’elle. Aucun rien, nada, ni devant, ni à droite, ni à gauche. Ses sourcils se froncèrent. Elle l’avait demandé il y a deux minutes sont whisky. Victoria releva les yeux du comptoir « Hé ho ! » dit-elle d’une voix qui sous-entendait presque l’idiotie du jeune homme. « T’es sourd ? J’ai commandé un whisky et je l’attends toujours. C’est pas possible d’être aussi lent ! ». Elle semblait exaspérée de l’incapacité du barman, sa voix relativement agaçante le montrant clairement.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyMer 25 Juil - 12:17

Dans les bas-fonds

ft Victoria de Queensberry | Lenzo Calderon

Il était en plein service le bar était plein et les commandes affluait pour lui seul étant donné qu'il était le principal barman du lieu il faisait ce qu'il pouvait pour servir tout le monde dans les plus bref délai afin de ne pas avoir de client mécontent dans les pattes cela n'étant pas trop son truc à lui. Quand il entendit une voix désagréable lui ordonner une commande il la regarda de travers la petite pimbêche qui avait oser lui donner un ordre allait voir de quel bois il se chauffait et comment il réagissait avec les clients malpolie il continue à effectuez son travail tout en l'ignorant et quand il la vit commencer à s’énerver d'avantage et à pesté c'est tout sourire qu'il lui prépara son verre approchant d'elle pour le lui lancer à la figure.
" Voici le Whisky de madame la mal élève si l'envie te prend encore de me donner un ordre je passerais à un récipient plus gros"
Lenzo n'était pas un gentil petit mouton il ne travaillait pas ici par hasard après tout.
" Et si tu n'est toujours pas satisfaite du service"
Ajouta t-il en posant son vrai verre devant elle se penchant en avant pour qu'elle soit la seule à entendre.
" Je m'occuperait de te détendre la nouille après mon service un coup de queue devrait te faire redescendre un peu sur terre"
Ici beaucoup de personne ne se sentait pas trop pisser se prenant pour le roi ou la reine du monde c'était une habitude pour Lenzo et il ne se laissait jamais faire pour montrer qu'il n'était pas un elfe de maison mais un égal à prendre en compte surtout que la brune en face de lui semblait bien plus jeune que lui et qu'elle devait apprendre rapidement qu'elle ne pouvait pas exiger et attendre que cela arrive sans une once de politesse sinon elle aurait bien vite des problèmes surtout dans un tel lieu et si il n'était pas agréable avec elle c'était au final une gentille leçon de vie pour lui sauver la peau des fesses.
" Ca sera 15 gallions pour rattraper l'impolitesse ici on fait payer plus cher au personne ne connaissant ni le bonjour ni le merci"
Cela n'était pas réellement le cas mais le patron aimait avoir une caisse bien remplie et il ne cherchait jamais à savoir le pourquoi du comment il y avait autant d'argent en fin de journée trop content d'avoir plein de pièces dans les mains et les poches.

Et il attendit de voir ce qu'elle lui répondait tout en s'occupant de ranger son bar ou d'ordonner au bouteille de servir tel ou tel alcool pour satisfaire ses clients ne voulant pas avoir d'autre grincheux sur les bras il en avait assez d'une et la leçon n'était sans doute pas terminé vu l'air de la petite princesse qu'il avait en face de lui Lenzo était persuadé qu'il allait devoir continué à se montrer froid et sec pour réussir à lui faire comprendre un tant soit peu son message et encore si il y arrivait cela n'étant sans doute pas gagner surtout qu'il ne savait rien d'elle c'était sans doute la première fois qu'elle venait ici et ne devait pas être dans son élément ici ce qui pourrait sans doute lui donner à lui l'avantage du terrain étant donné qu'il y travaillait ici depuis une dizaine d'année.
" T'est pas bien rapide toi non plus d'un seul coup"
Revenir en haut Aller en bas
NEUTRE
Victoria De Queensberry
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : serpentard J'ai posté : 61 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 3 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Lenzo - Dans les bas-fonds Tumblr_inline_p9bzlevhdw1rooebp_540

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: La solitude se métamorphosant par son propre reflet dans le miroir
Patronus: Un paon
Capacité spéciale:

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyMer 25 Juil - 13:54

Dans les bas-fond
Victoria De Queensberry & Lenzo Calderon
Tout lui était dû selon elle. Victoria pensait qu’elle pouvait parler aux autres comme à des chiens sur lesquels elle aboyait ses ordres sans utiliser aucune formule de politesse. Elle savait qu’elle en avait le droit et il ne fallait pas lui dire deux fois pour qu’elle le fasse. Dans ce bar malfamé de l’allée des embrumes, elle ne se priva pas pour passer sa commande, sans un merci ni même un bonjour, sans doute ne considérant pas ça nécessaire puisque c’était le boulot du barman de lui donnait ce qu’elle voulait. Il était payé pour ça. Combien de fois par ailleurs avait-elle fait ça ? Dans de nombreux endroits elle avait toujours demandé ce qu’elle voulait aussi froidement et sèchement et l’avait toujours eu sans soucis. Alors pourquoi ça changerait ici ? Parce que les gens qui s’entassaient ici n’étaient pas fréquentable, que c’était un établissement qui semblait bine pauvre et misérable. C’était mille fois pire, elle ne s’imaginait pas un instant devoir du respect à un personne qui travaillerait ici. Peut-être aurait-elle du y réfléchir à deux fois avant de faire ça. Assise au comptoir, elle remarqua bien assez rapidement que sa boisson n’était pas là alors qu’elle l’avait expressément demandé. Capricieuse, furieuse, elle interpella le barman qui lui afficha un grand sourire. Pourquoi il souriait lui ? Elle l’engueulait. Mais Victoria était si agacée qu’elle ne prit pas la peine de le lui faire ravaler. La jeune femme vit son verre arrivé dans sa direction, mais elle comprit rapidement le sourire qu’avait le jeune homme puisqu’il lui balança le contenu sur elle. Oui sur elle. Le liquide dégoulinait sur son visage, ses fringues et elle sentit la colère prendre possession de tout son corps. Ho putain ! C’était possible de commettre un meurtre dans un endroit aussi bondé. Clairement non, par contre si ses yeux avaient pu tuer, il serait mort sur le coup. Elle allait sentir le whisky maintenant, comme si c’était l’odeur la plus enivrante au monde. Alors qu’elle cherchait une serviette dans son sac, elle entendit le bruit sourd du verre posé sur la table, suivit d’un murmure venant de l’homme qui venait de le poser. Pardon ? Elle venait bien d’entendre ce qu’il venait de dire ? Pour qui se prenait-il, par le caleçon de Merlin. Elle se sentait furax, totalement énervée, bouillonnant intérieurement et lorsqu’il se redressa, Victoria releva les yeux de son sac pour lui balancer : « J’espère au moins que c’est plus agréable que ta manière de servir.  » Son ton était agressif, énervée, mais on pouvait sentir le sarcasme dans le fond de sa voix. Mais au moins elle était servie, ne s’occupant même pas de la note, elle continua à essuyer son visage à coup de mouchoir, de lingettes, de parfum et tout un tas d’autres trucs qui se trouvait dans son sac à main. Quant à ses cheveux, elle ne pourrait pas les laver de suite, mais bon elle allait gérer avec, même si elle détestait l’idée d’avoir de l’alcool dans sa belle chevelure brune. Victoria ne fixait même pas le barman, assise les jambes croisées sur le tabouret son reflet bien plus intéressant que lui, il semblait que s’occupait d’elle avait quelque peu calmer sa colère. Dans sa concentration pour se refaire plus belle qu’elle ne l’était déjà, elle l’entendit demander de payer son impolitesse ainsi que son verre pour la somme de 15 gallions. Hé ben c’était cher payer pour ce qu’il venait de faire. Victoria ne s’imaginait pas payer ce prix vu ce qu’elle venait de subir, elle avait même pensé à l’idée de partir sans payer, mais elle s’était rappeler l’endroit où elle était et savait que ce n’était pas une bonne idée. La jeune femme ferma son miroir de poche et enfourna le tout dans son sac avant de reporter son attention sur son verre et d’en boire une gorgée. Pas terrible, mais sans doute meilleur qu’au Chaudron Baveur, elle avait goûté mieux, trop habituée à la bonne qualité que l’argent de son père permettait d’acheter. La jeune femme n’avait pas pris le temps de répondre au barman concernant la paie du service et il sembla s’impatienter de ne pas recevoir son dû. Victoria releva les yeux à nouveau vers lui et fouilla dans son sac. Elle sortit on porte-monnaie et commença à compter. « 15 gallions on a dit ? Attend on va enlever 5 pour le fait que tu m’ais jeté un verre à la figure … ah oui ! et 5 de plus pour ta petite proposition indécente, oh et puis tant qu’on y est on va enlever 2 gallions pour le goût de ce Whisky. Ce qui nous fait 3 gallions, ça me semble bien. » répondit-elle en posant les trois pièces sur le comptoir, profitant alors pour bien plonger ses yeux bleus dans celui du barman et de lui offrir un charmant sourire.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptySam 11 Aoû - 14:44

Dans les bas-fonds

ft Victoria de Queensberry | Lenzo Calderon

Recadrer les petites pestes était un jeu que le brun adorait pratiqué alors il adora voir l'éclair de colère passer dans les yeux de la jeune femme qui ne devait pas avoir l'habitude de se faire remettre à sa place de cette manière là.Avec lui elle avait trouvée un bon client il ne supportait pas les gens qui se croyait supérieur aux autres et n'hésitait pas un seul instant à leur rentrer dans le lard pour les faire redescendre sur la planète terre et leur faire voir qu'ils étaient tous égaux. la leçon serait sans doute rude mais il irait jusqu'au bout à moins que la jeune ne décide de se faire la mal avant pour ne plus avoir à le supporter et à devoir se remettre en question lui n'arrêterait pas cela n'était pas son genre et tout le monde ici le savait manque de pot pour sa victime du jour c'était une nouvelle un peu trop naïve. Il était tout sourire alors qu'il la voyait s'essuyer le visage tout en attendant sa réponse qui ne tarda pas à arriver et son sourire s'accentua encore il devait avoir l'air d'un psychopathe.
" Ma manière de servir dépend du comportement du client fait le tour ici et tu saura qu'a part ta petite personne arrogante personne n'as à sa plaindre du service, et demande au demoiselle elle ne se plaindront pas non plus de mes talents sexuels je ne suis pas un enfant comme toi je sais me servir de mon corps"
Il c'était occupé quand même de lui servir réellement sa consommation il n'était pas du genre à ne pas bien faire son travail, sinon il ne serait déjà plus employé ici, puis il avait servit deux ou trois autres clients avant de revenir vers la jeune femme lui demandé son dû et il demanda un tarif bien plus élevé qu'à la normale pour continué la leçon sauf que miss je me prend pour une reine se pensait encore en position de force et tentait de marchander avec lui mauvaise idée pour cette petite chose qui ne se rendait sans doute pas compte de l'endroit où elle avait mis les pieds, heureusement pour elle Lenzo était sympa il allait le lui rappeler avec grand plaisir.
" Très bien donc ce qui nous fait un crédit de douze gallions donc trois pipes a des clients met toi au travail sinon ton joli petit minois et ton petit cul prendrons cher quand le patron viendra réclamer son dû il aime les filles plus jeune que lui et celle qui sorte de son bureau on des jolies petit bleu sur le arrière train. Alors soit tu redescend de ton trône de duchesse et tu paye les 15 gallions demander soit tu fait la petite catin au choix mais choisit vite le proposition ne dure qu'un très cours laps de temps"
Et il la fixa avant de lui faire un clin d’œil, ici on était pas au pays des bisounours et des guimauves on était dans l'allée des embrumes et miss gosse de riche aurait dû resté du bon côté de la barrière là ou les serveurs ferment leur bouche devant les petits péteux comme sa cliente n'ayant pas le droit de froisser le client, ici on s'en fichait pas mal tant qu'on avait l'argent demandé.

" Tic Tac le temps file mademoiselle"
Lenzo aurait pu laisser couler mais la demoiselle aurait pensée avoir une nouvelle fois eut le dessus et ça il ne voulait pas que cela arrive du coup il ne lâchait rien et se montrer sous son jour le plus froid ce qu'il n'était normalement pas étant donné qu'ici il aimait taquiner tout le monde et se montrait agréable envers tout nouveau arrivant. Il restait non loin d'elle pour pouvoir observer ses réactions et voir sa proposition faisait travailler son cerveau ou ne l'atteignait pas il voulait voir si elle était réellement aussi fermée et froide qu'elle le laissait paraître ou si elle jouait un rôle pour se rendre intéressante et se valorisé dans son esprit. Son travail de barman l'avait rendu un peu psychologue sur les bords et il avait apprit à jauger les gens on les observants aimant lire en eux.
" Temps écoulé !"
Revenir en haut Aller en bas
NEUTRE
Victoria De Queensberry
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : serpentard J'ai posté : 61 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 3 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Lenzo - Dans les bas-fonds Tumblr_inline_p9bzlevhdw1rooebp_540

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: La solitude se métamorphosant par son propre reflet dans le miroir
Patronus: Un paon
Capacité spéciale:

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyVen 31 Aoû - 20:24

Dans les bas-fonds
Victoria De Queensberry & Lenzo Calderon
Victoria aurait peut-être mieux fait de ne pas poser les pieds dans ce taudis qu’on pouvait appeler un bar, mais elle avait voulu voir de ses propres yeux de quoi il s’agissait. ET elle avait une rubrique à écrire, un article sanglant. Quoi de mieux que de venir ici pour trouver le sujet adéquat. ? Le reste n’était pas intéressant, que des conversations stupides, et sans grand intérêt, mais ce lieu remplis de débauches de personnages en tout genre l’avait intrigué. Peut-être aurait-elle dû se montrer hypocrite envers le jeune barman, elle aurait obtenu plus de gentillesse de sa part, mais toujours à son habitude la jeune femme n’en avait fait qu’à sa tête, demandant sa commande de manière agressive, impatiente et notant dans un coin de son esprit la situation. La jolie princesse ne s’attendait pas à la suite, elle attendait certes d’obtenir ce qu’elle voulait comme elle l’avait demandé, mais non pas de le recevoir en pleins visage. Rage, colère et envie de meurtre s’empara d’elle alors qu’elle écoutait ce que le barman lui disait. Pour qui se prenait-il ? Il n’était qu’un larbin pour elle, quelqu’un qu’on payait pour servir et qui se devait de répondre à toutes les attentes des clients dans un certains laps de temps. Elle ne connaissait pas le gérant de ce bar, mais elle commençait à se demander comment avait-il fait pour engager un tel incompétent. Victoria était dans une colère noire, monstrueuse ne pensant même pas à l’endroit où elle se trouvait qui était loin des lieux qu’elle pouvait fréquenter habituellement. D’un geste elle commença à essuyer son visage, sortant ce qu’il fallait de son sac à main, avant de répondre à la demande du barman. Il osait lui proposer de tel chose alors que selon elle il n’aurait rien qui puisse y arriver. Et lorsqu’elle lui répondit d’un ton sarcastique et agacé, lui se mit à sourire de plus belle. Il aurait pu être beau, mais il avait plus l’air d’un tueur en série qu’autre chose sur le coup, ce qu’il devait sans doute être. Victoria écouta d’une oreille le barman lui répondre, mais elle n’écouta que la dernière partie. Enfant ? Inexpérience ? Ah oui ? Elle aurait pu rire, elle aurait pu sourire, mais il la jugeait sans la connaitre, sans savoir et elle resta stoïque lorsqu’elle répondit : « Une enfant ? T’as pas l’air bien plus âgé que moi pour me parler ainsi. » Il devait avoir peut-être quoi deux ans de plus qu’elle ? Et qu’est-ce que c’était deux années ? Pas grand-chose, la vie offrait tant d’opportunités aux être humains sur terre. Il ne la connaissait pas, elle le détestait déjà et pourtant elle ne savait rien de lui. Victoria entendit le bruit sourd du verre posé devant elle, finissant alors de se remettre dans un état correct après la petite blague du barman, lorsqu’il lui demanda l’addition. De un, elle avait goûté mieux, de deux elle ne se voyait pas payer se prix pour l’accueil dans ce bar et d’une certaine manière concéder, ce serait se montrer plus faible que lui. Alors elle joua avec les mots, elle joua avec les points un et deux, montrant tout de même qu’elle avait de quoi payer. Et il lui répondit. Nouvelle proposition indécente, la deuxième. Elle roula des yeux en l’écoutant parler de choses qu’elle ne ferait certainement pas même sous la torture. Victoria valait mieux que ça. Il parla du gérant qui pourrait se montrer moins aimable que lui. Cependant malgré toutes ces petites menaces, il lui laissait une chance de payer son dû. Elle l’observa un instant, le fixant attentivement sentant les pièces dans sa main qu’elle venait tout juste de retirer de l’addition. Et elle le vit lui faire un clin d’œil. Ce simple geste la laissa perplexe surtout quand il reprit la parole pour lui dire que le temps passait et que le deal ne fonctionnerait plus d’ici quelques instants. Victoria resta seule assise sur son tabouret quand elle l’abandonna pour aller servir d’autres clients. Les menaces restaient dans son esprit et si elle se savait capable de ne pas se laisser faire, il n’était pas certains qu’elle y arrive complètement. Tiraillé par l’idée de continuer son manège et de ne pas subir ce dont il avait parlé, elle commença lentement à jouer machinalement avec les pièces qu’elle tenait dans sa main. Fixant le comptoir crasseux en face d’elle, son verre à peine entamé, Victoria redressa soudainement la tête et fixa les clients dans le bar. Il pouvait revenir, sa décision était prise. Et il ne tard pas à revenir vers elle, la jeune femme ne pouvant s’empêcher de cacher un sourire. Temps écoulé, bien. « Tiens, tes 15 gallions. C’est cher payer pour l’accueil d’ici. » répondit-elle d’une voix sèche en posant les pièces sur le comptoir. Comme si la discussion était terminée, elle se retourna son verre dans la main pour observer la salle. La jeune femme prit une gorgée du whisky. Bon avec du recul et une incroyable volonté, il n’était pas si infect que ça. Le bar était bien rempli. Victoria posa son verre sur le comptoir, sortit un calepin de son sac et commença à écrire. Inutile d’utiliser une plume magique pour le moment du moins. Les mots s’écrivaient, étaient griffonnés, rayé parfois et finalement elle se retourna face au comptoir. Un sourire sur ses lèvres, elle sembla réussir à capter l’attention du barman et lui demanda d’une voix totalement différente de celle utilisé précédemment. « Est-ce que ce cher barman aurait un prénom et un nom à me donner ? » Victoria n’avait pas dit son dernier mot, clairement non, sa plume dans sa main, le calepin posé sur le comptoir elle attendit alors la réponse du jeune homme.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyVen 7 Sep - 15:52

Dans les bas-fonds

ft Victoria de Queensberry | Lenzo Calderon

Ici il avait l'habitude de ce genre de client qui se pensait au dessus de tout parce qu'ils avaient de l'argent ou un nom qui était reconnu mais lui s'en fichait il ne respectait que si on le respectait et souvent la leçon était comprise à la première visite, son nom à lui n'était pas connu sur Londres mais il avait réussit à le faire être respecté de gens bien plus connu et bien plus riche que lui ce qui était une énorme fierté. Cette jeune fille qui avait donc débarqué et c'était sentie supérieur à lui avait reçu un traitement made in Lenzo et il se fichait que cela ne lui ai pas plus elle agissait comme une enfant pourrie gâtée il la traitait comme tel et les enfants cela n'était clairement pas son fort.
" J'ai quand même 28 ans alors à moins que ton corps est arrêté de grandir plutôt que prévu je te donne au minimum quatre voir cinq ans de moins que moi tu est donc une enfant et ce même si ton âge ne te range pas automatiquement dans cette catégorie tu agit comme tel et c'est suffisant"" Bon choix mademoiselle. L’accueil va de paire avec le comportement du client, tu semble arrogante et sur de toi au possible mais dans la vie tu tombera sur des gens qui ne seront pas à tes pieds apprend le ou prend le risque de voir des situations de ce genre là se reproduire encore et encore"
Et il fallait mieux tomber sur un type comme Lenzo qui était froid et direct mais non dangereux qu'un type comme son patron qui n'hésitait pas à employé des moyens illégaux pour arrivé à ses fins.

La dernière question et le fait qu'elle est une plume et un calepin attira son attention et le firent tiquer était-elle une auror envoyé ici pour en apprendre plus et faire fermer l'établissement, après tout le gérant n'était pas tout blanc loin de là et il pouvait avoir des ennuis ce qui n'était pas bon pour lui qui ne voulait pas perdre son job et son train de vie.
" Cela dépend pour quoi tu le veux si tu est une auror tu as sans doute assez d'information pour faire fermer l'endroit mon nom et mon prénom ne te sont donc aucune utilité, alors dis moi plutôt pourquoi tu les veux et ce que tu compte écrire et on verra après si je possède un nom, surtout que je ne connais pas le tien non plus"
Cette conversation allait sans doute donner un grand combat de têtu car l'un et l'autre ne semblait pas prêt à laisser leur interlocuteur avoir le dessus sur la conversation et sur l'autre surtout.
" Alors auror, journaliste, espionne pour je ne sais qui ? quel est ton secret miss"
Il commençait à comprendre un peu son comportement si elle était dans une de cette branche le fait d'être aussi narcissique et hautaine se comprenait mieux du moins pour lui et il n'avait peut-être pas une façon de pensé très conventionnelle non plus mais cela n'était pas le sujet du jour bien heureusement, en tous cas si elle voulait des informations qui pourrait mettre à mal le bar elle n'obtiendrait rien de plus de sa part il aimait son job et ses clients et il comptait bien resté ici.
Revenir en haut Aller en bas
NEUTRE
Victoria De Queensberry
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : serpentard J'ai posté : 61 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 3 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Lenzo - Dans les bas-fonds Tumblr_inline_p9bzlevhdw1rooebp_540

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: La solitude se métamorphosant par son propre reflet dans le miroir
Patronus: Un paon
Capacité spéciale:

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyVen 7 Sep - 17:40

Dans les bas-fonds
Victoria De Queensberry & Lenzo Calderon
Victoria ne pouvait pas nier qu’elle était légèrement agacée et en rage face à ce barman. Elle ne savait pas ce qui était le plus dérangeant, le fait qu’il se soit permit de la traiter ainsi alors qu’il n’avait aucunement le droit d’agir de cette manière ou simplement par le fait que malgré tout dans ses propos il y avait sans doute une part de vérité. Si elle avait pu le tuer, elle l’aurait sans nul doute fait de ses propres mains, ou au moins l’aurait claqué sur le coup, mais Victoria était loin d’être stupide, elle sentait que si elle le faisait ce ne serait pas uniquement lui qui s’en prendrait à elle, mais également tout le bar. Pas folle la jeune femme allait vite comprendre tout le mécanisme de chez Comaethylic, un endroit malfamé où il était peu probable qu’elle remette les pieds. Victoria aurait dû partir, ce n’était pas le genre de lieu où elle se complaisait et craignait presque de choper un truc à force d’y rester trop longtemps et encore elle n’avait pas pris le temps de laver son siège avant de s’asseoir. Pour une fois elle passerait outre et le jeune homme qui lui parlait semblait soit très agacé par la situation soit très amusé, dans tout les cas son comportement ne lui plaisait pas. Il la prenait pour une enfant, une gamine. Selon elle il n’était pas plus âgé qu’elle et elle ne se trompait pas. D’accord il était plus âgé, de quatre ans et il était plutôt doué pour savoir la différence qu’ils avaient même s’il avait quand même osé lui donner cinq ans de moins que lui. Victoria tenta de contrôler sa hargne en l’écoutant parler, bien que cela fut difficile. « Je n’agis pas comme une enfant, j’agis comme je l’ai toujours fait et ça m’a très bien réussi. » répondit-elle d’un ton mi-agressé mi-hautaine. Oui sa manière d’agir avait toujours bien fonctionné avec les autres, mais parce que non seulement Victoria pouvait se montrer supérieure, désagréable et hautaine avec les autres, mais elle pouvait aussi se montrer espiègle et sous un jour totalement différent. Il la menaça de laisser le gérant s’occuper d’elle si elle ne payait pas tout et s’amusa avec le temps qui défilait devant leurs yeux, pour qu’elle se décide. Si Victoria aurait pu ne rien faire et continuer à se la jouer garce, elle finit par poser l’argent sur le comptoir pour payer son dû, trouvant ça extrêmement cher vu la qualité du service. Et il lui fit la morale, tentant de lui faire comprendre que son comportement ne pouvait pas convenir à tout le monde. Victoria le fixa, haussant les sourcils, puis finalement elle détourna le regard et reprit de son air condescendant : « Prendre le risque ne me fait pas peur, je sais comment le monde fonctionne et tu ne me donneras pas de leçon sur la vie. » Bon d’un côté il n’avait pas tort, Victoria en était bien consciente. Dans tous les cas ce ne serait pas comme ça qu’elle obtiendrait ce qu’elle voulait et alors qu’elle chopait son verre, se retournant pour observer la salle, la jeune femme eu une idée. Elle sortit un calepin et une plume et commença à prendre des notes rapides, indistinctes vu son écriture rapide et surtout incompréhensible pour quelqu’un qui ne connaissait pas sa manière de prendre des notes. Victoria laissa le jeune homme s’occuper de servir, ne se préoccupant plus de lui, lorsqu’elle finit par se retourner et poser son calepin sur le comptoir, essayant d’attirer son attention pour lui poser une question. Elle lui demanda son nom et son prénom, ayant besoin de ses informations pour son article, mais d’un autre côté s’il ne le lui disait pas, elle pourrait toujours chercher cette donnée toute seule. Le barman sembla être intrigué par cette demande, autant par le calepin et la plume qu’elle tenait, tandis que Victoria attendait patiemment la réponse à sa question, un sourire sur les lèvres. Elle le sentait intriguée et son sourire ne fit que s’agrandir quand il reprit la parole. « Fermer le bar ? Non ce n’est pas dans mes intentions voyons. Où irais-tu travailler si jamais il fermait après tout ? Tu n’es bon qu’à ça, n’est-ce pas ?  » répondit-elle avec amusement. Mais il ne lui avait toujours pas donné la réponse qu’elle attendait. Un prénom et un nom ce n’était pas compliqué à donner pourtant. Certes il ne connaissait pas le sien. « Je te donnerais mon prénom si tu me donnes le tiens, après tout j’ai demandé avant non ?  » Cela devait fonctionné de cette manière, Victoria le savait, elle avait la main sur la conversation car il ignorait ce qu’elle pouvait faire avec un calepin et un plume. Elle pouvait faire énormément de chose et peut-être jouait-elle un jeu en sortant ce genre de chose de son sac à main, mais elle avait réussi à piquer se curiosité et pour le coup Vicky s’en sentait très fière. Il demanda un complément d’information sur son métier et quand il parla d’espionnage, la jeune fille s’imagina dans une combinaison moulante ce qui selon elle lui irait très bien. Elle aurait pu lui répondre, lui donner la réponse, mais la jeune femme avait l’intention de jouer encore un peu avec la curiosité du brun. « Dans quel branche me verrais-tu ?  » demanda-t-elle avec un sourire. Après tout vu comment avait commencer leur discussion, Victoria en venait à être curieuse de savoir dans quelle catégorie il la mettrait. La jeune femme jouait une autre carte, ayant fortement comprit qu’être comme à son habitude ne fonctionnerait pas pour obtenir ce qu’elle voulait, mais le barman devrait peut-être se méfier de ce dont elle était capable.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyMer 19 Sep - 13:50

Dans les bas-fonds

ft Victoria de Queensberry | Lenzo Calderon

Cette fille ne semblait pas se remettre en question c'était quand même terrible de voir qu'une personne qui se faisait reprendre de la sorte ne soit pas capable de se poser une question et reste ainsi bloqué sur ses positions. Il ne disait pas que cela n'avait pas fonctionné avant pour qu'elle puisse obtenir ce qu'elle voulait mais quand on lui faisait comprendre que cela ne pouvait pas marcher ici elle devrait se dire qu'elle devait faire autrement mais même pas il était sidérer de voir que c'était ça la relève à sa génération le monde sorcier allait sans doute aller bien mal par la suite.
" Tu agit comme telle même si c'est ta manière t'agir normale tu fait l'enfant et si cela a marcher jusqu'à présent quand tu évolue dans le monde adulte agit comme telle ou attend toi a te faire recadrer sans cesse ce qui ne plaira sans doute pas à madame la petite princesse"
Dans un univers comme Poudlard ou l'université cela pouvait sans doute encore passer mais pas en dehors et cette fille allait devoir l'apprendre si elle ne voulait pas se faire détruire par plus mauvais qu'elle et même si cela n'était pas tellement le problème de Lenzo il était du genre à essayer d'aider les autres pour ne pas les laisser faire n'importe quoi mais cela ne marchait que si il était écouter avec attention et là il n'en était pas convaincu. En plus de cela elle pensait tout savoir sur le fonctionnement du monde c'était pathétiquement drôle car même lui plus âgé n'avait pas cette prétention il se retint d'éclater de rire ne voulant pas attirer l'attention sur la jeune femme autant dire qu'ici deux trois mauvais type pourrait avoir l'idée de lui montrer que prendre des risques avaient parfois certaine conséquences peut risible pour la victime.
" Oh je vois en plus d'être une enfant casse couille tu est une miss je sais tout, dis donc tu a des qualités toi ou tu n'est pourvut que de défaut ? Les leçons ne fonctionne que quand l'élève écoute et apprend tu ne semble pas être capable d'écouter autre chose que ton petit nombrils je ne vais donc pas perdre mon temps avec toi tu n'est même pas une cliente régulière autant dire que tu est aussi insignifiante qu'un vers j'aime juste t'emmerder en attendant que quelqu'un de plus courtois arrive que je puisse discuter avec lui"
Lenzo n'y allait pas de main morte mais il voulait qu'elle comprenne au moins une part de ce qu'il essaye de lui faire rentrer dans le crâne il ne demandait pas la lune juste un peu.

Par contre quand elle sortie un calepin et une plume la jeune femme attira son attention d'une autre manière qui était-elle au final et que voulait-elle à son lieu de travail il ne lui faisait pas confiance et quand elle lui demanda son nom et prénom il refusa de répondre n'étant pas d'accord pour donner des informations qui pourrait être utilisé contre lui. Au lieu de lui répondre il lui posa des questions c'était sans doute mieux ainsi il était sans doute un peu parano mais la guerre qui se jouait dehors le rendait plus sur ses gardes et c'était mieux comme ça après tout il ne bossait pas pour des enfants de coeur.
" Tu ne me connais pas petite chose j'ai plus d'un atout dans ma poche et si ce bar vient à fermer j'ai de quoi rebondir et de continué à vivre une belle vie merci de t'inquiété pour moi mais travailler ici est un choix pas une obligation"
Lenzo menait grand train dans ce bar mais il avait surtout une couverture pour une activité tout autre et surtout illégale qui rapportait plus mais qui devait être caché pour ne pas l'envoyé tout droit en prison mais il n'en parlerait pas à la jeune femme il ne lui faisait pas confiance et il ne savait pas encore pourquoi elle cherchait à en savoir plus sur lui alors il restait méfiant.
" Alors tu ne saura pas je marchande on ne marchande pas avec moi je ne suis pas un enfant de coeur sinon je ne travaillerais pas ici"
Lenzo avait apprit à ne pas se faire marcher sur les pieds pour pouvoir obtenir ce qu'il voulait sans avoir à faire de concessions car c'était pour lui accorder la victoire ou du moins une partie à l'autre. La branche dans laquelle il la voyait voilà qui le faisait un peu réfléchir analysant son comportement depuis le début pour pouvoir trouvé du premier coup.
" Une garce imbu d'elle même avec un calepin et une plume je pourrais parier un tas de gallions que tu est un de ces vautours de journaliste"
Et il en avait vu défilé beaucoup cherchant à comprendre comment le bar fonctionnait et qui pouvait avoir l'envie de bosser dans un repère de mangemort et mauvaise personne mais eux ne répondait à personne.
Revenir en haut Aller en bas
NEUTRE
Victoria De Queensberry
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : serpentard J'ai posté : 61 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 3 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Lenzo - Dans les bas-fonds Tumblr_inline_p9bzlevhdw1rooebp_540

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: La solitude se métamorphosant par son propre reflet dans le miroir
Patronus: Un paon
Capacité spéciale:

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyVen 23 Nov - 18:37

Dans les bas-fonds
Victoria De Queensberry & Lenzo Calderon
Clairement, Victoria détestait qu’on lui tienne tête et en général quand c’était le cas elle pouvait se montrer très méchante. Elle n’était pas stupide ni folle, à chaque fois qu’on lui tenait tête elle répondait, mais elle comprenait rapidement si elle faisait le poids contre son adversaire. Cependant si jamais c’était le cas il y avait toujours moyen de prendre sa revanche d’une quelconque manière. Car après tout on disait que la vengeance était un plat qui se mangeait froid et Vicky était loin de démentir cette maxime. Elle trouvait d’ailleurs que cela lui convenait plutôt bien. Alors quand elle n’arrivait pas à gagner une bataille, elle faisait tout pour gagner la guerre et face à ce barman qui osait tenter de lui apprendre des choses sur la vie, elle ne comptait pas se laisser faire. Mais elle était loin d’être naïve et savait que déjà elle était aller loin dans ses propos que tout ce qu’elle disait pouvait lui faire amener des problèmes et pourtant ce n’était pas elle qui avait cherché la bagarre la première mais bien lui. Après tout il lui avait bien renverser sa commande sur la tête. Alors peut-être qu’on pourrait prendre sa défense si elle devenait méchante. On avait beau dire que ce lieu était le repère des mangemorts, des mauvais sorciers etc, si jamais elle ne passait de ce côté, elle sentait que sa langue de vipère avait totalement sa place dans ce genre d’endroit. Tout ce qu’il fallait s’était un peu de protection, un peu d’aide, une garantie d’une certaine manière que ce qu’elle dirait ou ferait ne se retournerait pas contre elle. Mais pour cela il fallait trouver la personne adéquate ce qui dans l’assemblé ne se révélait pas être une tâche facile. Pourtant c’était plutôt une bonne idée quand on y pensait, elle pourrait y arriver, mais pour cela il allait falloir user d’une toute autre technique qu’elle appliquait en ce moment avec le barman. Oui Victoria savait obtenir ce qu’elle voulait et son interlocuteur avait beau dire qu’elle agissait comme une enfant, ce qui à l’air actuel était sans doute le cas, elle ne voulait pas se laisser insulter de la sorte. Son visage était fermé, agacé par les propos qu’il tenait. Mais elle continuait à le fixer pourtant, réfléchissant à sa prochaine pique en l’entendant prononcé les mots. « Il y a une différence entre jouer à la princesse et en être une.  » Bon ça ne rimait clairement à rien, tout deux semblaient être sur la corde la plus sensible, avançant lentement tel des funambules pour faire tomber l’autre. Alors qu’elle allait rajouter autre chose, lui faire comprendre que son comportement n’avait rien d’enfantin et que pour elle s’était normal, il reprit la parole, lui aussi semblant autant agacé qu’elle pouvait l’être.

Victoria ne voulait pas l’entendre, ni lui donner des leçons, ni même tenter de lui faire comprendre quelque chose. Les expériences elle en avait fait, elle savait comment se dérouler les choses, elle savait aussi comment s’en sortir de manière générale. Et elle savait comment manipuler son univers pour avoir ce qu’elle voulait. Mais il ne comprenait, il ne savait pas, sans doute que pour lui ce n’était pas aussi simple qu’à travers les yeux de la brune. Pourtant ça l’était. Et lorsqu’il lui expliqua qu’il ne lui donnait pas de réelles leçons puisqu’elle n’écoutait pas et qu’il ignorait complètement pourquoi il lui adressait la parole alors, Vicky faillit se mettre à rire. Non elle ne le forçait pas non plus à rester en l’occurrence. Elle ne lui avait jamais dit de rester et à moins qu’il ait vraiment décider de changer l’avis que la brune se faisait du monde, lui apprendre le respect des autres, il avait tous les droits de partir. Elle espérait simplement qu’il ne se soit pas vraiment donner cette mission parce qu’il allait vite déchanter sinon. « Tu peux partir tu sais, je ne te force ni à me parler ni à rester. Je ne suis même pas une cliente régulière comme tu dis.  » Peut-être était-il tout simplement homnibuler par la beauté de la demoiselle, mais elle préféra éviter de rajouter ce genre de pique de peur de  vraiment trop l’énerver, même si elle aurait adoré voir sa tête et sa réponse. Elle se retourna quelques minutes en observant la salle, prenant des notes dans son esprit lorsqu’elle sortit finalement calepin et plume pour pouvoir écrire ce qu’elle avait perçu dans le bar. Après tout elle devait écrire un article dessus, alors autant faire les choses bien. Elle n’était pas certains que ses mots soient publiés comme tel, mais elle ferait des révisions après si besoin. Le barman qui était retourné à ses occupation sembla tout d’un coup très titillé par ce que faisait la jeune femme, s’approchant il lui demanda ce qu’elle faisait, comme si elle allait faire un rapport pour fermer le bar. Victoria eu un petit sourire, satisfaite de voir qu’elle pouvait attiser sa curiosité. Honnête elle ne put s’empêcher de lui lancer une petite pique en lui répondant que si le bar fermait, le barman se retrouverait ainsi sans travail. Bon apparemment régir cet endroit lui plaisait. « C’est vrai il y en a qui font ce choix, j’avais oublié.  » répondit-elle avec un air taquin. Victoria sentait qu’elle avait encore un peu de pouvoir sur la conversation, ayant sortit un atout de sa manche, la corde lui appartenait tout entière pour le moment, alors qu’elle faisait des grands pas dans la direction du barman, dont elle ignorait le nom. Elle aurait aimé avoir le prénom du jeune homme. Mais ce dernier ne voulait pas le lui donner, sans qu’elle lui donne le sien. Alors elle lui proposa de le lui donner quand il lui aurait donner le sien. Ce n’était pas très compliqué mais clairement logique. Et pourtant il s’entêtait. Légèrement exaspéré, elle répondit : « Ce n’est pas vraiment marchander, ce n’est qu’un nom et un prénom, qu’est-ce que tu veux que j’en fasse à part pouvoir savoir comment tu t’appelles ?   » Mais le calepin et la plume qu’elle tenait semblait intriguer bien plus le barman que son prénom à elle, ce qui d’un côté était un peu frustrant bien qu’amusant. Car il ne savait pas dans quelle catégorie la placer et pourtant c’était assez simple. Quand il lui répondit, elle ne put qu’échapper un petit sourire. Il y en avait sans doute eu d’autres ici, Victoria venant à se demander si ce n’était pas un jeu auquel jouait son maitre de stage, mais elle ne pouvait en être certaine. Pourtant si le barman avait réussi à avoir la solution, elle ne voulait pas pour tant avouer qu’il avait toucher juste. « Pari ! peut-être que tu auras le droit à ta récompense.  » Semer le doute, ne pas lui avouer, il ne pourrait ainsi savoir que si l’article paraissait un jour, si jamais c’était le cas.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyMar 18 Déc - 21:47

Dans les bas-fonds

ft Victoria de Queensberry | Lenzo Calderon

Lenzo était sans doute trop têtu il n'aurait sans doute pas dû commencé cette conversation avec cette cliente simplement lui apprendra la politesse a avoir pour ne pas avoir d'ennuis dans son bar et continué sa petite vie comme si de rien était mais il n'était pas le genre de type à passer à autre chose facilement. Et sa réponse le fit sourire oui il y avait une différence entre être une princesse et jouer à l'être et il était certain que la brune qui lui faisait face n'était pas une réelle princesse mais une petite fille bourgeoise qui voulait profité de sa belle vie dorée pour se sentir au dessus des autres c'était clairement le genre de personne qu'il ne pouvait pas voir en règle général.
" Une énorme différence qui fait de toi une pauvre fille en cherche d'attention n'acceptant pas de ne pas être une personne réellement importante, mais tu sais jouer un rôle c'est particulièrement pathétique assume de n'être qu'une petite gosse de riche un peu hautaine te rendra moins détestable"
Car il était certain qu'au fond d'elle la jeune femme ne voulait pas être détesté mais adulé et respecté, suivie même sans aucun doute c'était le truc des filles de ce genre là et des caractères pareils il en avait vu et supporter à Poudlard. et il avait apprit à les géré son caractère de Gryffondor l'aidant à ne jamais avoir peur de foncer dans une bataille de longue durer contre ce genre de personne et il savait qu'il ne plierait pas le premier cette gosse était plus jeune que lui elle serait sans doute plus facilement soumise à ses émotions la colère en étant une, lui il était rodé ici on lui avait souvent manqué de respect et il encaissait plutôt bien pour un homme assez sanguin normalement.
" Tu a raison je te laisse à ta misérable solitude bonne chance princesse des bas étages"
Et tant pis si elle se faisait emmerdé ou autre il n'était pas nounou après tout mais alors qu'il s'occupait d'autre client de chose et d'autre il remarqua qu'elle sortait de quoi noter et il se demanda si elle était une auror en mission, ils en avaient souvent, ou une putain de journaliste venu écrire un torchon de plus sur l'établissement qui n'avait plus besoin d'article pour avoir une réputation misérable et déployable pour toute personne n'étant pas un mangemort.

Lenzo se sentit donc obligé de retourner la voir pour avoir des réponses mais elle attaqua par d'autre question et tenta d'en savoir plus sur lui mauvaise stratégie il ne donnerait rien, il savait qu'il travaillait du mauvais côté de la barrière et moins on en savait sur lui plus il avait de chance de pouvoir échapper à la prison si le bar et le patron venait à tomber c'était une règle de sécurité élémentaire dans le milieu mais la brune ne pouvait pas savoir elle n'était clairement pas de leur monde. En tout cas lui n'était pas ici par dépit il avait choisit de travailler ici et avoir du pouvoir sur son lieu de travail était une chose qui le rendait assez fier de lui pour dire qu'il avait arrêté l'école après Poudlard il n'était pas a plaindre contrairement à certain camarade à lui.
" Tu oublie sans doute tout ce qui ne te concerne pas"
En tout cas il ne donnerait pas d'information personnelle il ne faisait pas du tout confiance à cette fille et son instinct le trompait peu souvent il avait apprit à avoir du flair c'était essentielle quand on côtoyait le mauvais monde tout les jours de l'année sinon on finissait mort au bout du premier mois.
" Tu ne connais rien de la façon dont ce côté ci du monde sorcier fonctionne princesse un nom et un prénom ici c'est beaucoup, tu ne connaîtra rien de moi autre que ce que tu sais déjà tant pis si ton patron n'est pas content que ton article ne puisse pas faire tomber une ou deux tête"
Lenz' avait fait savoir qu'il était convaincu et prêt à parier qu'elle était une journaliste et il savait avoir raison cependant il ne savait pas si la personne lui faisant face serait assez honnête pour avouer qu'il avait raison ou non alors qu'elle le poussait à parier pour pouvoir avoir le droit à sa récompense.
" Le truc tu vois c'est que je sais que j'ai visé juste mais je ne sais pas si tu serait assez franche pour assumé ta défaite et puis je n'ai pas besoin d'argent j'en gagne bien assez ici pour ne pas plumer les petites filles à papounet si tu a autre chose à m'offrir pour ma victoire on peut peut-être voir pour le payement du pari"
Il voulait clairement la pousser à bout et puis il était très confiant en lui même lui aussi ce qui était un atout obligatoire pour ne pas se faire bouffer tout cru face à ce genre de caractère dominant.
Revenir en haut Aller en bas
NEUTRE
Victoria De Queensberry
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : serpentard J'ai posté : 61 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 3 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Lenzo - Dans les bas-fonds Tumblr_inline_p9bzlevhdw1rooebp_540

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: La solitude se métamorphosant par son propre reflet dans le miroir
Patronus: Un paon
Capacité spéciale:

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyVen 4 Jan - 14:50

Dans les bas-fonds
Victoria De Queensberry & Lenzo Calderon
D’un point de vue totalement extérieur la conversation qu’avait Lenzo et Victoria en ce moment aurait dû être finit depuis très longtemps. Ils n’étaient clairement pas faits pour s’entendre, chacun campant sur ses positions ne voulant pas montrer ni faiblesse ni défaite, il aurait été si simple pour des personnes avec un peu de jugeote de partir et de vaguer à leur occupation. Elle aurait pu aller chercher ses informations ailleurs, il aurait pu l’oublier pour s’occuper de ses problèmes, mais quelques choses les en empêchaient sans doute. Peut-être que Vicky attendait des excuses pour son comportement, tentant de lui montrer qu’elle en méritait et qu’il ne pouvait pas la traiter ainsi, et si lui en attendait en retour pour sa manière d’être, ils étaient suffisamment têtus l’un comme l’autre pour ne pas faire ce genre de chose. S’excuser ce n’était pas dans les habitudes de Victoria, elle ne voyait pas l’intérêt surtout pas face à une personne qui avait également à lui en donner. Elle n’allait pas s’abaisser devant lui, ni perdre la face, ni même partir. Victoria ne voulait pas s’abaisser à ce genre de chose, préférant lui montrer qu’il y avait maintes et maintes raisons de la traiter comme elle était. La jeune femme se prenait sans doute pour une princesse à qui on devait tout simplement parce qu’elle avait été élevée de cette manière et qu’on lui avait toujours tout donner. Elle avait eu des hommes à ses pieds, ses parents l’avaient couvert de cadeaux et bien que l’amour lui ait sans doute manqué comme la présence de ses géniteurs, elle avait eu tout ce qu’elle voulait. Alors pour elle, si son sang n’était pas royal c’était tout comme tel. Victoria se sentait supérieur aux autres, elle se voyait au-dessus de tout, mais bien que consciente que cela pourrait lui causer du tort à l’avenir, elle se plaisait à jouer ce rôle qui lui allait si bien mais qui semblait exaspérer son interlocuteur. Il lui fit comprendre qu’il y avait une différence entre être et vouloir être, mais que la jeune femme ne semblait pas le comprendre, la traitant de pathétique par la même occasion, et de pathétique, Victoria s’offusqua légèrement. Mais elle était trop habituée à entendre ce genre de qualificatif la concernant qu’elle ne réagit pas vraiment. Au lieu de ça elle sourit, s’accoudant sur la table.   « Le problème que tu as actuellement c’est que tu penses me connaitre alors que tu ne sais absolument rien. Tu imagines des choses par ce que je t’en donne l’impression, mais je ne sais pas qui est le plus pathétique de nous deux entre toi qui ne te fie qu’à des impressions et moi qui selon toi me donne de l’importance.  » répondit-elle très fière de cette remarque. Personne ne la connaissait, enfin à part quelques-uns, mais les plus grandes craintes et les plus grandes faiblesses de la jeune femme étaient bien garder au fond d’elle pour ne rien laisser paraitre. Après tout les livres lui avaient montré qu’on pouvait être qui on voulait tant qu’on le jouait bien.

Victoria était une fille chiante et exaspérante. Elle avait poussé à bout plus d’une personne et se complaisait dans cette tâche ingrate ce qui la rendait infernale pour la plupart des gens. Elle n’avait personne autour d’elle qui ait vraiment aimer la jeune femme, tous pouvaient sans doute lui trouver de nombreux défauts sans jamais trouver une seule qualité. Mais elle préférait largement qu’on parle d’elle ainsi, être trop mielleux c’était inintéressant pour la demoiselle. Elle fit remarquer au barman qu’elle ne l’avait jamais forcé à rester et qu’il pouvait très bien partir. Victoria continuerait à boire son verre sans lui, ce n’était pas bien grave il était libre de ses mouvements et pouvait bien continuer à faire son travail. Après lui avait lancé une phrase bien sortie et sanglante, il s’en alla la laissant dans sa solitude et vaguer à ses occupations. Victoria continua à prendre des notes sur ce qu’elle voyait de la salle, écrivant sur son carnet ses impressions, laissant son imagination prendre parfois le dessus en jouant avec les mots : « Si le Comaéthylic semble être un endroit miteux, sale et mal fréquenté, on peut sans doute lui trouver une ambiance quelques peu chaleureuse pour ceux qui cherchent une âme pour s’empêcher de penser à leur erreur. Mais la plupart des clients viennent ici se noyer dans l’alcool, profiter des services de l’endroit, des femmes qui vendent leur corps telle de répugnantes créatures dont on aurait enlevé toute l’humanité, ce n’est pas dans ce genre de lieux que vous rencontreriez quelques conversations intéressantes. D’autant que si vous avez la joie d’observer les pratiques du barman qui sont pour le moins douteuses … » Elle continua d’écrire ainsi reportant son attention sur le bar pour avoir un appui pour son calepin, ne faisant guère attention aux clients qui lui adressaient la parole, jusqu’à ce que finalement sa solitude soit brisé de nouveau par le jeune homme qui servait à boire et dont elle ignorait son nom. Satisfaite de la curiosité qu’il avait envers elle, la jeune femme ne se gêna pas pour le taquiner sur ses talents de barman, bon qu’à ça selon elle. Mais il lui rétorqua qu’il pourrait facilement retomber sur ses pieds. Et il continua en lui disant que c’était un choix, chose à laquelle Victoria qu’elle avait oublié. Cela ressemblait à un jeu, à celui qui perdrait l’équilibre le premier, le barman semblait bien comprendre l’idée, jouant aussi d’une certaine manière sans vraiment savoir ce qu’en était l’enjeu. « C’est possible après tout à quoi ça me servirait ?  » Le sourire de Victoria ne quittait pas son visage, son calepin devant elle, une information lui manquait simplement, demandant le prénom du jeune homme qui ne cessait de lui parlait, il ne semblait pas vouloir le lui donner. Pour elle ce n’était pas grand-chose, mais comme il le lui fit remarquer dans ce genre d’endroit donner nom et prénom pouvait avoir des conséquences. Et il lui parla encore comme si elle était une gamine qui ne connaissait rien au monde. Exaspéré de ne pouvoir obtenir ce qu’elle voulait, elle reprit la parole légèrement agacée : « Et je pense que ce que tu ne comprends pas ou que tu sais sans vouloir te l’admettre, c’est que lorsqu’on veut quelque chose il est aisé de l’obtenir. Si parfois ce n’est pas aussi simple que de demander, il est toujours possible d’avoir ce qu’on veut.  » Et si elle ne l’obtenait pas par lui, elle pourrait sans doute l’obtenir ailleurs.

Mais lui avait obtenue une information forte intéressante, une information qui avait échappé à Victoria sans même qu’elle s’en rende compte et bien qu’elle ait voulut jouer sur la possibilité de parié, le barman semblait déjà connaitre la réponse. Vicky l’observa un instant, lui parler du fait qu’il n’avait pas besoin d’argent pour sa victoire surtout que parié n’était pas nécessaire quand on avait obtenu la vérité. Non il voulait autre chose que de l’argent pour sa victoire, mais semblait curieux de ce que la jeune femme pouvait lui offrir. Evidemment il y avait pas mal de choses que Victoria pouvait offrir et d’une certaine manière elle se doutait presque de ce à quoi il pensait, mais d’un autre côté elle sentait également qu’il voulait voir ce dont elle était prête. Cependant puisqu’il n’avait rien parié, il n’était pas certain qu’elle lui donne quoique ce soit bien qu’il ait gagné. Ses yeux continuaient de fixer le barman, laissant le silence s’installé dans le brouhaha du bar. Et elle se mordit la lèvre avant de répondre d’un ton plutôt amusé : « C’est assez hallucinant de voir que les gens proposent bien souvent quelque chose qu’ils veulent sans se l’avouer. L’argent ne te manque pas et pourtant c’est la première chose dont tu as parlé lorsqu’il s’agissait de gagner quelque chose. Pourtant il y a tant d’autres choses désirables dans ce monde et que tu pourrais désirer. Du coup j’ignore si tu mérites vraiment ta victoire. » Et elle se mit à sourire fière de sa réponse, fière de lui montrer qu’elle ne se laisserait pas pousser aussi facilement et que s’il voulait vraiment autre chose que l’argent il allait falloir qu’il le mérite réellement.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyMar 15 Jan - 16:07

Dans les bas-fonds

ft Victoria de Queensberry | Lenzo Calderon

Lenzo ne savait pas pourquoi il restait là a continué de vouloir lui apprendre des choses sur la vie elle était persuadée qu'elle savait tout mieux que tout le monde et que sa façon de faire était celle qu'il fallait pouvoir s'en sortir dans la vie que pouvait-il faire de plus ? Il ne savait pas mais pourtant il continuait à tenter de lui faire entrer deux trois chose dans la caboche mais elle semblait fermer à tout ce qu'il pouvait dire certaine d'être dans son bon droit et c'était une chose qui arrivait souvent elle pensait qu'il la jugeait sans savoir mais il avait quand même une certaine expérience en la matière.
" Je n'ai pas besoin de savoir toute ta vie pour pouvoir te dire que tu te donne trop d'importance ta simple façon de me parler depuis le début le prouve, je n'ai en aucun cas parler d'une chose que j'ignorais n'ayant simplement fait état que de ton comportement hautain et méprisant envers ceux qui t'entoure ce n'est pas un jugement de ma part mais une simple constatation qui ne te plaît certainement pas mais qui n'est pas erroné car que cela soit ta réelle façon d'être ou un air que tu te donne tu t'est comporter comme une princesse pourrie gâtée ne pensant qu'à son nombril en arrivant ici. Personnellement je ne me trouve pas pathétique mais cela peut être ton opinion envers moi cela ne me blessera pas"
Car il était certain qu'on pouvait jouer un rôle et changer ainsi la vision des autres sur notre personne mais si tel était le cas on ne pouvait pas en vouloir au gens et les reprendre sur le fait qu'ils nous range dans une catégorie de personne car tout le monde pouvait bien sortir le discours qui disait qu'on ne devait pas juger les autres comme ça sans les connaître tout le monde le faisait et c'était une des meilleures façon de savoir si on voulait justement apprendre à connaître plus la personne ou non et si la jeune femme voulait qu'on est envie de la connaître et de creuser sur sa personne elle devait arrêter de se montrer hautaine comme elle l'avait fait avec lui.

Et il l'abandonna il avait besoin de parler avec des gens qui ne le prenait pas de haut parce qu'il était simplement un barman ce qui n'était pas grand chose pour beaucoup de monde alors que cela était un travail qui nécessitait quand même beaucoup de qualité qu'on ne soupçonnait pas tellement. Mais quand il la fit sortir une plume et un calepin il n'apprécia pas il était courant de voir des gens venir ici pour écrire de la merde en boîte sur l'endroit ou tenter de faire fermer le bar et il ne restait jamais les bras croiser quand cela arrivait sous ses yeux car si ce lieu était un simple bar pour beaucoup c'était son lieu de travail et il y tenait car il ne pourrait pas avoir le même train de vie dans un autre établissement.
" Parce qu'il vous faut un but à vous autre vautour pour écrire quelque chose de mauvais sur un établissement cela se saurait"
Par contre il ne donnerait aucune information personnelle sur lui à cette jeune femme c'était une erreur qu'on leur apprenait à ne pas commettre pour se protéger en cas de descente d'auror on était dans l'allée des embrumes ici pas dans le pays des bisounours, et visiblement elle n'avait pas les codes nécessaire pour pouvoir avoir les informations qu'elle désirait car si elle pensait qu'il fallait simplement demander à quelqu'un d'autre elle se ferait bien vite envoyer paître.
" Essaye d'obtenir quelque chose ici princesse tu te fera croquer, et puis il n'y a que les clients de confiance qui ont des informations compromettante et ceux là tout ce que tu pourra leur offrir ne leur suffira pas ou tu ne finira pas l'entrevue vivante pour pouvoir utilisé ce que tu a apprit c'est le bon dans le fait de travailler avec des gens peu recommandable ils ne sont pas des mouchards"
Ici personne ne parlerait surtout pas à une fille débarqué de nulle part comme celle qui lui faisait face car tout le monde se connaissait et les nouveaux n'étaient pas très bien vu.

Parié ne lui servait plus à rien parce qu'il était certain d'avoir trouvé mais il voulait quand même quelque chose pour sa victoire même si ce n'était pas de l'argent en ayant bien assez pour ne pas en prendre à une jeune femme qui devait être régulièrement renflouée par ses parents.
" Ne cherche pas d'excuse pour ne pas assumer ta défaite et ma victoire, tout le monde paris dans un premier temps de l'argent car c'est la chose la plus facile à demandé. Je ne pense pas que parié une partie de jambe en l'air, parier la vie d'une personne ou autre chose qui se font parfois ici t'aurait été agréable à entendre mais si tu veux on peut le faire comme ça et on voit si tu est capable d'aller au bout du paris"
Lenzo n'était pas certain qu'elle soit capable de faire une des choses qu'il avait cité elle était sans doute bien trop gentille fille dans son genre pour pouvoir faire ce qu'il était courant de faire ici.
Revenir en haut Aller en bas
NEUTRE
Victoria De Queensberry
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : serpentard J'ai posté : 61 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 3 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Lenzo - Dans les bas-fonds Tumblr_inline_p9bzlevhdw1rooebp_540

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: La solitude se métamorphosant par son propre reflet dans le miroir
Patronus: Un paon
Capacité spéciale:

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyVen 1 Mar - 21:50

Dans les bas-fonds
Victoria De Queensberry & Lenzo Calderon
Au fond Victoria n’appréciait pas vraiment le jeune homme qui lui faisait face. Elle ne l’aimait pas, non seulement parce qu’il se montrait ingrat avec elle, plus qu’elle ne pensait l’être avec lui, mais parce qu’il se permettait des choses qu’elle n’appréciait guère. Et pourtant dans un sens cette situation l’amusait quand même un petit peu. C’était amusant de rencontrer quelqu’un digne de ses pires insultes et qui lui répondait aussi aimablement qu’elle ne le faisait. Evidemment elle ne comptait pas s’agenouiller aussi facilement devant lui et il était très exaspérant dans son style. Si la jeune femme loin d’être stupide pouvait sans nul doute se rendre compte que son propre comportement n’était pas adéquat, la moindre des choses auraient été de ne pas réagir à la manière d’être de la jeune femme. Mais il essayait de lui apprendre des choses dont elle n’avait rien à faire. Elle était ce qu’elle était, bien loin de l’image qu’elle donnait, la jeune femme avait toujours eu ce qu’elle voulait d’un claquement de doigts, sans oublier le privilège qu’elle possédait, Victoria se comportait telle une princesse à qui on devrait tout. Evidemment que sa manière d’être ne plaisait pas à tout le monde, mais comme souvent les gens jugeaient à ce qu’elle leur montrait, elle se donnait à plaire, à se montrer sous un jour bien différent de ses plus profonds sentiments, tel une carapace bien créer pour que personne ne puisse rien découvrir sur elle. Et puis à quoi bon tenter d’expliquer ça au barman, il ne semblait pas comprendre la nuance entre ce qu’elle montrait et ce qu’elle était, se permettant de juger comme elle le pensait sur ce qu’elle donnait à voir. Il n’était pas mieux qu’elle. Victoria aimait être une mauvaise langue, critiquant et assénant de ses mots des blessures, elle aimait critiquer les autres sans forcément avoir envie de se valoriser. Et le jeune homme ne semblait pas en avoir grand-chose à faire qu’elle le traite de pathétique après lui avoir dit qu’elle n’était rien d’autre qu’une jeune femme hautaine et méprisante. Mais lui s’en fichait d’être critiquer, comme si c’était le dernier de ses problèmes, même s’il n’aurait sans doute pas fallu dire ça à quelqu’un comme Victoria qui aimait tellement rabaisser les autres que ça en devenait une seconde nature. Elle leva les yeux vers lui, le fusillant presque du regard, avant de reprendre la parole.   « Ho tu t’en fiches que je te dises que tu es pathétique ? Donc je peux aussi dire que tu es un mec presque aussi arrogant que moi, que parce que tu as ta place ici, tu te comportes tel un bouffon en manque d’attention. Je ne suis pas parfaite loin de là, mais tu ne l’es pas non plus et j’en viens même à me demander comment on peut donner du travail à un mec aussi talentueux qu’un coq essayant de pondre, ayant l’amabilité d’un club de golf et possédant la voix criarde d’une tortue en rut. » Peut-être avait-elle un peu tiquer des propos que le barman avait employé la concernant, mais elle aurait aussi pu jouer là-dessus. Après tout rien ne la touchait vraiment, des insultes, des moqueries et des engueulades, Victoria en avait connu. Elle jouait avec les mots, mais son talent était tout autre. Un talent qu’elle mettait à profit quand elle écrivait ses articles. La jeune femme avait appris au près de son père une certaine stratégie d’attaque, une stratégie qui consistait à utiliser tous les moyens possibles pour obtenir ce qu’on voulait. Les moyens les plus violents parfois, mais quand cela était nécessaire, Victoria pouvait se plaire à le faire. Peut-être toutefois avait-elle quelque chose encore à prouver, surtout quand dans sa situation familiale ce n’était pas le bonheur parfait. Elle se détourna du barman, observant la salle, ne voulant plus avoir de conversation avec lui, comme lui ne voulait plus avoir de conversation avec elle. Vicky ne l’avait pas forcé à rester après tout, il était simplement venu lui parler, avait continuer et même s’il ne semblait pas plus l’apprécier qu’inversement, son intérêt pour la jeune femme était quelque peu flatteur d’un côté.

Elle observa, avant de commencer à écrire son venin sur un bout de papier avant que ses impressions les plus sombres ne s’envolent de son cerveau. Mais alors qu’elle continuait à écrire, ses pensées furent interrompues par le retour du barman qui ne semblait pas vraiment apprécier qu’elle prenne des notes sur l’établissement. Victoria très amusé de le voir aussi intriguée par sa profession, commença alors à prendre une certaine place dans la conversation se rendant compte qu’elle possédait une vérité qu’il n’avait pas. Le jeune homme semblait avoir peur qu’elle ne veuille faire fermer le bar et elle ne put s’empêcher de le critiquer à nouveau sur son métier, basant sur le fait que certains étaient là par plaisir, travailler parce qu’ils étaient obligés et que si le barman avait ce poste c’était parce qu’il le voulait. Elle était très amusée, surtout de le voir tenter de comprendre ce qu’elle faisait, mais il était loin d’être stupide et sans doute que Victoria n’était pas la première à venir. Après tout venir dans ce genre d’endroit était un véritable défi, il fallait avoir la tête bien accrochée pour supporter pour les infamies de l’endroits, prostituées, hommes peu fréquentables, alcooliques et drogués. Victoria s’amusait avec lui, lui faisant comprendre que même en faisant fermer le bar le petit sort du barman ne l’intéressait pas plus et que s’en préoccupé ne l’intéresserait pas. La question avait été posé et la réponse qu’il lui donna la fit sourire légèrement. C’était un stéréotype qui s’avérait le plus souvent vrai. Le but des journalistes était bien sûr de faire réagir et les gens qui étaient assez stupide pour prendre tout au pieds de la lettre étaient légions.  Mais oui un mauvais article pouvait faire fermer un établissement. Sans doute pas comme celui de Comaéthylic. « Ho c’est vrai on écrit toujours des trucs mauvais ! Méchant que nous sommes, rien n’est fait sans rien et rien n’est fait au hasard. » répondit-elle légèrement amusée. Si leur discussion avait très mal commencé, l’intrigue qu’aménait Victoria et son calepin avait transformer tout cela en une sorte de jeu. C’était amusant pour la jeune femme, plus léger quand elle savait qu’elle pouvait avoir un peu de pouvoir sur ce qui était dit. Mais il lui manquait une information cruciale, un prénom pour le jeune barman. Un simple prénom à écrire dans son article et pouvoir savoir qui il était. Cependant pour lui ce n’était pas n’importe quoi de donner une telle information. Cela pouvait lui coûter beaucoup et tout ce qu’on disait dans ce genre d’endroit pouvait se retourner contre nous. Du moins c’était ce qu’il pensait. Légèrement exaspérer par cette réponse, Victoria tenta de lui faire comprendre que s’il ne lui donnait pas l’information, elle pourrait l’obtenir comme elle voudrait. Certes pas ici comme le lui fit comprendre le barman et encore, elle pourrait peut-être essayer quelque chose alors que dans son cerveau une idée germait. Elle esquissa un sourire de malice à cette idée, imaginant la tête du jeune homme si elle le faisait, mais préféra répondre bien différemment, toujours très amusée de la vision qui s’était créer dans son esprit. « Si je veux une information je l’obtient peu importe la manière dont je dois l’obtenir je l’aurais. Tu sous-estime peut-être les capacités d’obtenir des informations et si ce n’est pas ici que je les obtiendrais je peux toujours chercher par moi-même. Mais bon ce serait tellement plus simple si tu acceptais simplement de me donner ton prénom. D’autant que tu aurais pu me mentir en m’en donnant un faux je n’en aurais rien sut. » C’était plus qu’une simple solution en soit, donner un faux prénom était facile, elle aurait put se faire appeler Myriam pour se protéger et lui Paul, ce n’était que des informations qui faudrait vérifier à l’avenir. Mais alors qu’elle n’obtenait toujours pas sa réponse, Victoria s’embarqua dans un jeu pour le moins dangereux. Parier ce qu’elle faisait dans la vie était sans doute une ânerie, surtout quand le jeune homme en face avait sans doute deviné. Et il ne tarda pas à lui dire que c’était le cas qu’il savait et qu’il pouvait donc parier ce que la demoiselle voudrait. L’argent ne l’intéressait pas, il semblait attendre quelque chose d’autre proposant autant une partie de jambe en l’air ou parier sa propre vie. Elle n’en était pas à ce point-là et tous deux savaient que s’ils pariaient, le barman gagnerait. Victoria tenta de se défiler en supposant qu’il souhaitait de l’argent étant le premier à parler de ça, mais alors qu’elle continuait à le fixer, elle répondit à la suite : « Je ne te donnerait pas ma vie. Si tu ne me crois pas capable d’accepter ou d’aller jusqu’au bout, je peux te démontrer le contraire. Mais on peut parier une partie de jambe en l’air, je suis curieuse de nature. » Victoria continuait à le fixer, consciente de ce qu’elle faisait, mais également très intriguée de ce qu’il allait répondre. Pour une fois elle voulait bien accepter sa défaite d’une certaine manière, simplement pour voir ce dont lui serait capable.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
❝ Invité ❞

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyDim 3 Mar - 22:30

Dans les bas-fonds

ft Victoria de Queensberry | Lenzo Calderon

Lenzo était totalement mort de rire intérieurement cette conversation n'avait ni queue ni tête car aucun ne connaissait réellement l'autre et tout les deux tentaient de prendre le dessus sans savoir réellement qui était l'autre et comment il agissait dans la vie de tout les jours. Mais il était lancé là dedans et ne voulait pas arrêté cette conversation sans avoir le dernier mot il était comme ça assez têtu il lui fallait ce genre de trait de caractère pour pouvoir travaillé ici et ne pas se faire marcher sur les pieds et il ne voulait pas laisser la jeune femme penser pouvoir avoir le dessus sur lui et tout les droits dans son bar il était le chef des lieux en dehors du patron et il voulait le faire valoir.
" Oui je m'en fiche, être aussi arrogant que toi n'est physiquement pas possible tu sais je ne suis pas arrogant je suis confiant parce que oui tu est ici chez moi et je ne manque pas d'attention c'est ton cas petite princesse péteuse qui ne supporte pas qu'on ne veuille pas aller dans son sens. Je n'ai jamais prétendu être parfait aucun humain ne l'est mais je ne supporte pas qu'on me parle comme une merde et si tu avais eut un minimum de savoir vivre tu aurait eut ton verre, tu aurait bu et tu aurait fermé ta bouche de petite pisseuse qui insulte et rabaisse les gens pour cacher le fait qu'elle soit vexée qu'on la recadre un temps soit peu. Ne t'en fait pas pour moi ma voix mes talents, ou mon amabilité ne sont pas remis en cause par mes clients seulement par les connards et les connasses dans ton genre"
Et il lui fit un sourire jusqu'au oreille Lenzo était très gentil, très courtois même quand il remettait en place quelqu'un mais quand on commençait à le chauffer et à mal lui parler il savait répondre et facilement sans se prendre la tête et il la laissa en concertation avec elle même après tout lui avait d'autre chose à faire et des clients plus agréable a voir et avec qui parler.

Mais quand il la regarda pour voir si elle n'ennuyait personne ou était toujours là malgré son mécontentement vis à vis de son service et qu'il remarqua qu'elle était entrain d'écrire quelque chose sans doute sur l'établissement sa curiosité fut piquer et il retourna la voir. Oui il avait de très mauvais appriori envers les journalistes mais ceux-ci étaient toujours entrain de chercher la petite bête l'établissement n'était certes pas connu pour avoir une parfaite clientèle et des activités très recommandable mais ce n'était pas une raison pour continué à les descendre en flèche.
" Mais nous on vous demande rien, nous on est tranquille dans notre établissement que vous l'aimiez ou non ceux qui vienne ici se fiche de votre papier et les gens le lisant et le prenant au sérieux ne sont pas une clientèle que l'on veut. Vous perdez votre temps à nous descendre pour nous blesser parce que vous n'avez rien de mieux à faire dans votre vie"
En tout cas la jeune femme semblait être embêtée par le fait de ne pas savoir quel prénom donné au vilain barman de son article mais il ne lui donnerait pas l'information demandé il n'était pas le genre à se mettre en danger inutilement et qu'on sache où il travaille n'était pas une bonne nouvelle. surtout quand le bar était aussi mal réputé que Comaéthylic.
" Mais tu perdra du temps et de l'énergie pour une information qui n'aura pas beaucoup de poids. Je ne suis pas un menteur je ne donne pas de fausse information pour qu'on me laisse tranquille je ne dis rien c'est préférable et si tu souhaite perdre du temps à tenter de savoir mon prénom ce qui ne te mènera pas à grand chose tu perdra tu temps pour le découvrir chacun sa façon de faire"
Et visiblement ils ne fonctionnaient pas de la même façon tout les deux, En tout cas l'histoire des paris était pour lui plus intéressante car elle allait lui permettre de gagner quelque chose de la part de la jeune femme ce qui lui donnerait un avantage considérable dans une relation comme la leur. Il n'était pas un enfant de coeur il pouvait très bien demandé à la jeune femme de coucher avec lui ou d'être torturée pour ne pas paraître mal poli mais visiblement il pouvait se permettre de l'être.
" Je savais que même si mon caractère de coq incapable de pondre te tapait sur le système mon physique n'était pas si déplaisant à regarder et que tu choisirait cette option car moi je ne me démonterait pas je suis pas le gentil type qui choisit de ne pas profité de la fille d'une manière peu conventionnelle et peu scrupuleuse"
Lui prenait quand il voulait prendre sans se soucier de si c'était bien ou mal tant que la fille donnait son accord c'était bon pour lui et c'était elle qui avait choisit cette option.
" Nous allons donc nous envoyé en l'air qui l'aurait cru"
C'était pas une fin imaginé au début de la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
NEUTRE
Victoria De Queensberry
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : serpentard J'ai posté : 61 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 3 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Lenzo - Dans les bas-fonds Tumblr_inline_p9bzlevhdw1rooebp_540

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: La solitude se métamorphosant par son propre reflet dans le miroir
Patronus: Un paon
Capacité spéciale:

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds EmptyDim 17 Mar - 22:32

Dans les bas-fonds
Victoria De Queensberry & Lenzo Calderon
Victoria n’aimait pas qu’on lui tienne tête. Enfin elle aimait et n’aimait pas en même temps. D’un côté elle trouvait ça fascinant quand les gens étaient capables de le faire, quand ils arrivaient à jouer avec les mots pour lui rendre la pareille, mais d’un autre côté devoir faire face à une personne comme le barman en face d’elle l’agaçait vraiment. Elle était agacée par sa présence, tout simplement parce qu’ils étaient mal partis, parce qu’il avait été plus que malpoli avec elle, alors qu’elle avait demandé simplement un whisky. Un putain de whisky qui lui était arrivé dans le visage et depuis ce moment il ne cessait de jouer avec elle. Victoria était énervée et d’un autre côté, admirative, légèrement amusée également de le voir continuer à discuter avec lui alors qu’elle voyait très bien que sa simple présence pouvait être exaspérante. Après tout elle l’insultait, elle n’était pas gentille avec lui et la conversation ne devait pas être agréable pour lui comme elle l’était pour elle. Il n’avait qu’à partir s’il le voulait, aller embêter quelqu’un d’autres avec ses talents de barman pitoyable et la laisser faire le pourquoi elle était ici. Bon d’un côté Victoria n’aurait peut-être tout simplement pas dû venir ici, mais d’un autre plus elle restait dedans et plus elle s’y plaisait. Certes ce n’était pas le genre d’endroit qu’elle fréquenterait pour le plaisir, mais vu la situation cela aurait pu être pire. La voilà qui semblait prête à défier n’importe qui y comprit le barman en l’insultant de tout les noms, tentant de lui faire comprendre son agacement et son mécontentement. Mais à la place il répondit, l’insultant presque à son tour, de connasse et se justifiant de ses actes contredisant presque tout ce qu’elle voulait dire. Victoria le fusilla du regard, avant de reprendre d’un ton légèrement perplexe. « Par les connards dans mon genre ? Ne va pas me faire croire que je suis la première à te parler sur ce ton ? Je suis certaine qu’ici il doit y en avoir plus d’un. » Après tout l’endroit n’était pas réputé pour être le plus propre, ni le plus populaire pour les gens polis, et elle était presque surprise d’avoir l’impression qu’elle était la première à lui demander ça. Est-ce que c’était le cas ? Et si ce ne l’était pas, si elle avait raison, est-ce qu’il faisait ça avec tout le monde ou simplement avec elle, une étrangère du bar, loin d’être une habituée et loin d’être comme les autres ? C’était légèrement désagréable si c’était le cas, des nouveaux clients ne pouvaient même pas venir sans dégouliner d’alcool. Quelle ingratitude ! Et puis le sourire qu’il lui fit avant de partie, agaça encore plus la jeune femme, déjà bien en colère, tentant de ne pas le montrer et de se détourner de lui, pour ne plus y penser. Agaçant, il l’était clairement, mais elle n’était pas venue pour lui, mais simplement pour écrire.

Et elle commença tranquillement à écrire son venin sur son papier, n’écoutant plus ce qui se passait autour, lorsque le barman sans doute intrigué par ce qu’elle faisait se permit de la couper dans ses réflexions. Victoria était redescendu légèrement en pression, et fut très amusée presque de le voir s’inquiéter de qui elle était. Journaliste, auror ou espionne, il avait le choix, mais loin d’être stupide contrairement à ce qu’on pouvait penser, il avait touché juste. Victoria le savait, comme lui le savait, mais elle ne comptait pas avouer ou simplement à demi-mots alors qu’il parlait de journalistes comme des êtres méchants qui n’écrivaient que des saletés sur le bar. Bien sûr ils écrivaient ce qu’ils voyaient, aucun ne cherchait réellement à découvrir ce qu’il se passait derrière, ce qui pouvait y avoir d’intéressant et si pour Victoria mettre un peu de piment dans ses articles étaient plus qu’agréables, pour d’autres plus honnêtes ce n’était pas toujours le cas. Pourtant les articles semblaient largement déplaire au barman et elle esquissa un sourire en l’écoutant parler. Ça le gênait et ça se voyait. Et ça on ne pouvait pas nier que ça amusait Victoria qui s’en délectait presque. « Tu crois vraiment qu’on veut être véritable méchant en écrivant ? Les journalistes montrent simplement ce qu’ils voient. Et puis comme vous vous en fichez de toute façon, ce n’est pas bien grave, non ? Même si me donne l’impression qu’au fond ce qui est dit sur le bar te touche plus qu’il n’y parait. » La jeune femme lui demanda son prénom, une simple formalité pour savoir à qui elle s’adressait, détestant ne pas savoir, elle devrait pouvoir l’obtenir sans son aide, même si cela lui prendrait du temps et qu’elle devrait aller chercher dans des dossiers. Elle n’avait rien à perdre, investir était le travail d’un journaliste, perdre du temps ce n’était pas grande chose quand on cherchait une information et si elle le voulait vraiment elle trouverait. Surtout que si elle allait cherchait le prénom du barman, il se pourrait qu’elle tombe sur d’autres choses. Le jeune homme ne voulait rien lui donner, il ne voulait pas non plus qu’elle perde son temps, mais pour le coup c’était son choix et son droit de le faire si elle le voulait. Victoria leva les yeux au ciel en l’écoutant, borné comme il semblait l’être : « Rien n’est jamais perdu. Si je veux le savoir ce sera mon problème, je perdrais mon temps à le trouver. Mais comme tu t’inquiètes tellement de me faire perdre mon temps autant me le donner tout de suite ça m’évitera de m’égosiller pour rien. » Tandis que chacun essayait de prendre le pouvoir sur la discussion, une autre donnée rentra en compte. L’idée que Victoria était une journaliste, était une vérité, elle ne pouvait pas nier, mais ne voulant pas lui donner satisfaction, voilà qu’elle se mettait à parier ce qu’elle pouvait faire dans la vie. Malheureusement c’était un jeu dangereux pour elle qui savait très bien qu’il avait deviné. Victoria joua autour du pot pendant un moment. Elle ne pouvait pas jouer ainsi, elle ne pouvait pas, mais la situation était plus qu’intéressante pour le coup, elle ne pouvait pas le nier. Alors elle proposa simplement de coucher avec lui, comme gage du pari qu’elle venait de perdre. Coucher avec lui par curiosité, savoir de quoi il était capable, au moins il avait le mérite de ne pas être moche à regarder. Victoria ne savait pas trop à quoi s’attendre et le fixa attentivement alors qu’il parlait d’autant de son physique que de lui donner satisfaction de manière peu conventionnelle. « Ton physique est le seul truc qui rattrape le reste. » répondit-elle, amusée. Oui ils allaient couchés ensemble, apparemment, ce n’était pas vraiment ce qui était prévu en ce début de discussion, mais si on pouvait s’amuser, Victoria ne dirait pas non. Elle ne devait pas être la seule à avoir donner son corps ici, mais au moins elle l’avait choisi. « Personne, ni toi ni moi en tout cas en ce début de conversation. Le destin nous joue des tours à ce qui parait. Espérons que ça en vaille la peine. » Elle espérait que le barman serait à la hauteur, mais elle n’en doutait que très peu, la curiosité l’avait piqué et maintenant elle voulait savoir ce qui l’attendait. « On commence quand ? » demanda-t-elle. Ce n’était clairement pas le genre de chose qu’on demandait avant de coucher avec quelqu’un, mais bon vu que rien n’était prévu comme prévu, autant continuer sur cette lancée.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
MessageSujet: Re: Lenzo - Dans les bas-fonds  Lenzo - Dans les bas-fonds Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Lenzo - Dans les bas-fonds
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Et dans les tréfonds, je me morfonds.
» Dans les fins fonds des tréfonds des bas-fonds
» Dans les tréfonds de l'abîme profond [Expédition]
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques-
Sauter vers: