AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Isidore * Les ASPICs seront bientôt là

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 231 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 45 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : on peut légèrement me blesser

MessageSujet: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Mer 20 Juin - 14:37
Cette année était la dernière que la jeune Aleksandra passerait à Poudlard et cela avait quelque chose d'intimidant, quelque chose de profondément inquiétant aussi. L'après Poudlard lui faisait se poser plein de questions sur son avenir, sur sa voie et elle avait peur de se tromper en route évidemment. La demoiselle craignait un peu l'université et l'idée de quitter Poudlard la rendait triste, naturellement. Elle avait passé tellement de temps ici, ne pas revenir en septembre serait probablement très étrange. A lui donner des envies de pleurer. Elle était un peu chagrine ces derniers temps elle devait bien le reconnaître. Elle se sentait à une étape charnière de son existence et ce n'était pas tout les jours facile à vivre d'autant plus que la fin de l'année et les ASPICS seraient rapidement là. La jeune femme angoissait et en même temps elle devait absolument se tenir prête pour tout ça.

En rejoignant la bibliothèque ce jour là, la jeune femme a comme toujours la ferme intention de travailler. Elle ne peut pas se permettre de louper cette année, elle est une serdaigle et elle a bien vu comme ses collègues ont été particulièrement dégueulasses avec Isidore Hepburn comme ce dernier a raté ses ASPICs l'an passé, ce qui le contraint à les représenter cette année et subir la méchanceté des serdaigle appréciant fort peu que l'on dévalorise leur maison. Ce qui agace au plus haut point la sorcière, laquelle pensait autrefois que sa maison avait un peu plus de sagesse et d'ouverture d'esprit,  à croire qu'elle s'est trompée.

Posant ses affaires sur la table, la sorcière sort ses affaires dans ce coin reculé de la bibliothèque pour être au calme et commence à travailler, quoique perturbée par les piaillements de quelques étudiants, plus jeunes, qui n'ont pas autant de pression sur les épaules que les septième années.

«- Cela vous ennuierait beaucoup de la boucler !?» finit-elle par demande agacée, en perturbant au passage toutes les personnes aux alentours, cependant au moins autant excédés qu'elle ou presque par les discussions parasitaires.

I'm a wizzard !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ravenclaw Princess

You know nothing
©crack in time

Le coeur a ses raisons que la raison ignore.:
 


Dernière édition par Aleksandra E. Robinson le Dim 23 Sep - 2:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 112 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 209 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Ven 27 Juil - 7:03
Spoiler:
 


Isidore était devenu presque studieux. Il était le premier surpris, mais il lui arrivait d’aller à la bibliothèque et de lire quelques livres en rapport avec le cours. Il faisait même ses devoirs avec applications. C’était devenu un véritable Serdaigle, sauf qu’il avait triché : il avait déjà eu ces cours. Et les professeurs ne changeaient jamais leurs cours ni les devoirs à rendre. Il faisait toutefois l’effort de recommencer chaque rédaction de zéro, afin de revoir ses connaissances, car cette fois-ci il comptait bien obtenir ses ASPICS.
S’il avait songé avoir de l’avance cette année et être le meilleur de la classe, il s’était trompé. Les Serdaigles faisaient honneur à Rowena et il se sentait encore plus idiot.
Mais il s’en moquait. Il peinait simplement à retrouver son équilibre antérieur, son indépendance au monde. Il avait l’impression que ses nouveaux camarades étaient bien plus bruyants et envahissants. Alors, lorsqu’il ne s’évadait pas quelque part dans le château ou les jardins pour dessiner, il se rendait à la bibliothèque pour étudier. Il ne savait pas trop à quoi ça lui servait, mais il faisait des efforts.
Soupirant, le jeune homme reposa sa plume sur la table en observant la rature sur le parchemin. Il ne se souvenait plus de ses cours de Défense contre les forces du mal de l’année précédente et il était incapable d’avancer dans la rédaction de ces trente-cinq centimètres qu’il lui fallait terminer pour la semaine prochaine. Il s’y était pris en avance, une habitude surprenante, mais qui lui plaisait puisqu’il pouvait ensuite avoir du temps pour dessiner, et donc gagner de l’argent puisqu’il vendait désormais quelques-unes de ses créations.

«- Cela vous ennuierait beaucoup de la boucler !?»

Isidore sursauta presque en entendant ce cri de colère, teinté de désespoir à son avis, résonner dans l’immense bibliothèque. Un silence surprenant se fit et le Serdaigle savoura cet instant, car il n’y avait pas vraiment prêté attention, mais le lieu était plutôt bien rempli et bruyant. Mais une sorcière avait décidé d’y mettre un terme. Se penchant légèrement en arrière, faisant basculer légèrement sa chaise, Isidore tendit le cou afin d’observer celle qui avait eu le courage de prendre la parole. Aucun doute que la bibliothécaire ne tarderait pas à venir en quête de punition.
Le regard brun du jeune homme survola ses voisins de tables pour observer un peu plus loin, dans la direction du bruit et… Il s’immobilisa. La vélane était là. Soudainement, il crut entendre sa voix hurler et il se mordit les lèvres.
Depuis qu’ils étaient dans la même classe, sa vie était devenue bien plus compliquée, car côtoyer une vélane était la pire des tortures. Il mourrait d’envie de l’observer, mais il savait qu’il ne pourrait pas décrocher son regard d’elle et… En cet instant il était en train de succomber. Sa chevelure, sa silhouette lointaine…
Au prix d’un immense effort, Isidore ferma les yeux, cherchant à chasser de son esprit la vision de Robinson, mais c’était tellement dur. Elle était la tentation pure et… Il mourrait d’envie d’y succomber.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 231 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 45 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : on peut légèrement me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Ven 27 Juil - 11:36
La jeune femme n'en pouvait plus de ce boucan, de ce bruit incessant, de ces chuchotements qu'ils avaient, tous et qui, mit bout à bout, devenaient on ne peut plus désagréables. Ils étaient dans une bibliothèque, un lieu de travail qu'ils n'étaient pas censé perturber. Et ils le faisaient malgré tout et ce sans se soucier du confort des autres étudiants ou de leurs révisions, de leur désir de travailler et de ne pas se planter à la fin de l'année. La demoiselle n'y tenant plus finit par appeler au calme, le réclamant assez violemment par ailleurs pour que certains de ses camarades sursautent et la regarde. Mais personne ne bronche, parce qu'ils savent tous que la sorcière a raison de crier, raison de s'agacer, raison de se manifester et que si elle ne l'avait pas fait, ils auraient finit par le faire eux-même.

La demoiselle fixe les impolis de son regard d'azur, légèrement froid et ils comprennent rapidement qu'il vaudrait mieux qu'en effet, ils se taisent, avant que la vélane n'aille chercher la bibliothécaire pour les faire écoper d'une retenue. De fait, ils se taisent, quoique la fixant légèrement avec plus ou moins de bêtise dans les yeux. Une bêtise à laquelle elle est habituée, de par sa nature. Un air niais qui ne lui est pas inconnu. Elle hausse les épaules sans plus perdre son temps et détourne son attention pour l'accorder, de nouveau, à ses ouvrages posés devant elle.

C'est qu'Aleksandra n'a pas de temps à perdre et ce plus encore si elle veut pouvoir aller voir son jumeau Léandre un peu plus tard, qui sera probablement avec Anthyme d'ailleurs. La jeune femme se doit donc d'être rapide dans ses révisions sans quoi elle manquera les deux Poufsouffles. D'autant plus qu'en tant que capitaine de l'équipe de quidditch de la maison des bleus et bronze, elle a un entraînement de prévu avec le reste de son équipe à dix-huit heures. SI bien qu'elle se préoccupe de nouveau, très rapidement, de ses révisions, profitant du calme revenu, sans plus accorder d'attention à qui que ce soit. Pourquoi faire ? Elle sent bien quelques regards sur elle, mais elle en a tellement l'habitude que ne pas y faire attention est certainement la meilleure des solutions. Rien de nouveau sous le soleil. Rien qui ne puisse la défaire de son travail.

I'm a wizzard !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ravenclaw Princess

You know nothing
©crack in time

Le coeur a ses raisons que la raison ignore.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 112 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 209 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Dim 12 Aoû - 1:02
Au diable la prudence !
Isidore sentait son coeur s'emballer à l'idée de s'approcher de la demi-vélane et toutes les raisons qui parvenaient à le tenir éloigné d'elle venaient de brusquement disparaitre. Alors, pourquoi ne pas s'approcher de cette douce créature ?
Elle était en train de travailler, donc il pourrait la dévisager sans qu'elle ne le remarque. Secouant la tête, Isidore eut un éclair de lucidité. Non, c'était bien trop flippant ! Il ne pouvait pas la traiter comme un morceau de viande tendre et juteuse, ni même...
Le jeune sorcier gémit tandis qu'il réalisait que ses pensées s'envolaient toujours en direction de la rousse. Même s'il parvenait encore à contrôler son corps, il sentait que son esprit était en train de dérailler, que rien que sa présence à quelques sièges de lui lui mettait l'esprit en ébullition.
Effrayé par ce qu'il pourrait se passer si jamais il regardait une nouvelle fois Robinson, il jugea plus prudent de quitter la bibliothèque. Il s'enfermerait dans un placard quelque part dans le château et prendrait le temps nécessaire à retrouver toute sa lucidité.

Soufflant afin d'essayer de calmer ses nerfs, le Serdaigle glissa toutes ses affaires dans son sac d'un geste sec et se leva. Toutefois, après avoir effectué quatre pas en direction de la porte du lieu d'étude, il réalisa qu'il lui faudrait passer à côté de la vélane. S'arrêtant immédiatement, le jeune homme observa cette chevelure rousse et soyeuse, se sentant sur le point de perdre sa lucidité. S'il passait à côté d'elle... Il fallait qu'il coure, éventuellement, et espérer que rien ne le détourne de sa destination finale, car sinon il perdrait la raison, et agirait tel un moustique attiré par une flamme. La jeune Serdaigle était sa flamme, et il devait faire attention à ne pas s'y brûler...
Alors, Isidore se mit à courir. C'était idiot, il le savait, mais il espérait de ne pas songer à la demoiselle qui se rapprochait de lui, à ses yeux, à sa peau douce et.. Non. Il ferma les yeux et essaya de faire le vide dans son esprit. Sauf que courir les yeux fermés, ce n'était pas une idée particulièrement lumineuse, et il le réalisa lorsque son pied gauche se prit dans la bretelle d'un sac qui dépassait et s’étala de tout son long. La dureté du sol le sortit de sa transe au même instant où il réalisait qu'il s'était écrasé juste à côté de la chaise où étudiait Robinson et que sa tête ne se trouvait qu'à une trentaine de centimètres de ses chevilles.
Et merde.... Il était foutu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 231 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 45 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : on peut légèrement me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Dim 12 Aoû - 17:31
La jeune femme travaille encore, le nez sur son parchemin, inconsciente, indifférente, des tracasseries qu'elle fait naître dans l'esprit faible d'Isidore. La plupart du temps les hommes savent plus ou moins résister à l'attraction naturelle qu'elle exerce. Caleb y était pour sa part absolument insensible. Pourtant de temps en temps il y avait des garçons plus impactés que d'autres par sa nature de vélane, et elle n'y faisait plus attention depuis des années, ayant bien conscience qu'elle ne pourrait de toute façon rien y changer. Elle prenait parfois le partie de s'en amuser, ne pouvant faire autre chose. Et la plupart du temps elle avait simplement cessé d'accorder de l'attention à ce genre de comportements.

Pourtant le destin décide rapidement qu'elle doit s'inquiéter de ces pouvoirs et de l'effet qu'elle fait à certains, comme Isidore, l'étudiant de la maison serdaigle qui avait redoublé sa septième année, échouant aux ASPIC, s'étale de tout son long, juste à côté de sa table, à deux pas, peut-être moins, de ses chevilles, dans une chute magistralement pathétique. Redressant la tête comme elle est attirée par le mouvement, la vélane ne peut que le voir embrasser rapidement le sol comme il tombe. Elle hausse un sourcil en ne comprenant même pas pourquoi il est tombé, comment, jusqu'à ce qu'elle voir un sac, potentiel responsable de la chute mais ce n'est pas en marchant qu'on se serait prit le pieds dedans. Elle reste surprise.

«- Prit d'une soudaine envie de déclarer ta flemme au parquet ? J'ignorais que tu avais à ce point des problèmes avec les filles pour jeter ton dévolu sur quelques lattes de bois...» fait remarquer la jeune femme avant de noter quelques mots sur son parchemin, de peur de perdre le fil. Pourtant elle le regarde de nouveau, assez rapidement. «Rien de cassé quand-même ?»

I'm a wizzard !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ravenclaw Princess

You know nothing
©crack in time

Le coeur a ses raisons que la raison ignore.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 112 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 209 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Sam 18 Aoû - 4:41
Isidore était allongé par terre, et se disait que c’était probablement le pire jour de sa vie. Enfin s’il oubliait sa déclaration d’amour à des statues ainsi que tous les évènements survenus à cause de Faucett.
Le seul gros problème de la chute, n’était pas la chute en elle-même, il savait qu’il s’en remettrait sans trop de mal, puisqu’il se moquait éperdument de l’opinion de ses camarades. En fait, le problème se situait plutôt à l’endroit où sa chute l’avait menée. Au pied de celle qu’il fuyait.
Il fallait avouer qu’une demi-vélane avait tous les atouts pour captiver son esprit rêveur et Isidore ne tenait pas particulièrement à perdre la tête. Malheureusement pour lui, il était tombé pratiquement à ses pieds et elle lui avait adressé la parole.

«- Prit d'une soudaine envie de déclarer ta flamme au parquet ? J'ignorais que tu avais à ce point des problèmes avec les filles pour jeter ton dévolu sur quelques lattes de bois...»

Le jeune homme se demanda si elle faisait référence à son passé, et releva les yeux juste avant de se gifler mentalement. C’était la chose à ne pas faire, car c’était la première fois qu’il se trouvait aussi près de la vélane et il venait de la regarder.
Il n’apercevait que son profil, vu de dessous, puisqu’elle continuait à travailler, mais c’était déjà trop pour lui. Il sentit son esprit peiner a fonctionner et il paniqua. Il demeura immobile, comme un idiot, à la dévisager la bouche entrouverte.

«Rien de cassé quand-même ?»

Cette fois-ci, la créature a baissé les yeux vers lui et il fut immédiatement captivé par l’océan de ses prunelles et s’y noya avec délices. Il perdit la notion du temps. Il fut incapable de discerner les frontières de son corps. Et oublia totalement où il était, et même qui il était. Tout n’était plus qu’Alexandra. Son visage fin, sa longue chevelure rousse, sa peau laiteuse, ses yeux envoutants, ses lèvres rouges et…
Isidore demeura immobile, navigant sur la perfection qu’il découvrait enfin. Pourquoi ne l’avait pas fait plus tôt ? Cette fille était magnifique ; un véritable chef-d’œuvre. La perfection personnifiée. Ses yeux bruns glissèrent sur les courbes qui composaient la Serdaigle, serpentant sur son visage, glissant le long de son cou, oubliant où il allait et d’où il venait pour s’attarder sur ses mains fines et…
Il oublia.
Isidore oublia tout et se laissa emporter. Découvrant Alexandra et tentant d’imprégner chaque parcelle d’elle en lui.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 231 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 45 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : on peut légèrement me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Dim 19 Aoû - 3:40
La jeune femme lève un sourcil comme elle questionne le bleu et bronze qui ne lui décoche pas une seule réponse et qui a vraiment l'air d'un imbécile à la regarder comme ça, fixe, sans dire le moindre mot. L'étudiante l'observe sans comprendre le fait qu'il reste muet, immobile, à simplement la fixer, croiser son regard mais dans un même temps elle sait parfaitement ce qui se passe, pourquoi l'homme est dans cet état car ce n'est pas la première fois qu'elle déclenche ce genre d'effet chez un homme. Et cela ne manque pas de l'agacer. La demoiselle aime bien jouer avec les hommes, les draguer oui. Mais quand ils se laissent avoir par son pouvoir c'est de suite beaucoup moins drôle. Pas réglo en quelques sortes même si elle n'y peut rien. La jeune femme soupire et commence à replonger le nez sur sa dissertation sans plus faire attention à ce type, lassée de ces réactions même si elle sait aussi que ce n'est pas la faute de ces derniers s'ils sont sensibles à son pouvoir. Peu importe aujourd'hui ne sembla pas être le jour pour elle.

La demoiselle relève pourtant le nez de sa copie et observe ce garçon qui continu de la regarder sans bouger d'un pouce, sans bouger d'un millimètre. La jeune femme attrape sa baguette, alors et jette un petit aguamenti en direction du visage de l'étudiant en bleu et bronze de manière à sortir ce dernier de sa torpeur et elle se replonge immédiatement dans son devoir en poussant un long soupir. Elle s'arrête pourtant presque immédiatement et relève la tête vers l'homme abant de reposer sa plume.

«- Tu va rester là les bras ballant longtemps ou tu va te décider à retourner à ta table ou à dire un mot ? Le regard de merlan frit je suis désolé mais j'ai déjà un abonnement à celui-ci ! »

I'm a wizzard !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ravenclaw Princess

You know nothing
©crack in time

Le coeur a ses raisons que la raison ignore.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 112 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 209 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Dim 9 Sep - 5:31
Isidore est confus. Subjugué. Perdu. Son esprit vagabonde il ne sait où. Isidore Hepbrun cesse d’exister, même si depuis son voyage dans le passé, Hepburn n’est plus. Mais qu’importe la discussion philosophique qui peut en découler, il n’a plus conscience de rien et seul un jet d’eau glacée lui permet de retrouver le chemin de la raison.
Isidore papillonne des yeux, égaré. Il se redresse, repousse les mèches de cheveux trempées qui lui sont tombées devant les yeux et essaye de reprendre pied dans la réalité. Mais c’est difficile, ce vide béant de contemplation était tellement agréable. Il lui semblait impossible de ressentir un oubli total si agréable, qui ne soit pas la mort.
L’amour ? Il aurait aimé connaitre ça, ça aurait pu être grisant aussi comme sensation.
Mais qu’importe, son esprit se souvient, de la raison de son absence prolongée et c’est très inquiétant. Il est aux pieds de la vélane ! Il doit donc trouver un moyen de s’éloigner –de s’enfuir pleutrement quoi- sans que son regard ne se pose sur elle. Malheureusement pour lui, elle lui adresse la parole et instinctivement il tourne le regard vers elle.

«- Tu vas rester là les bras ballants longtemps ou tu vas te décider à retourner à ta table ou à dire un mot ? Le regard de merlan frit je suis désolée mais j'ai déjà un abonnement à celui-ci ! »

Le brun observa la demoiselle, en s’interrogeant. Quel mot pourrait-il bien dire ? Il ne controlait plus son corps depuis belle lurette, c’était la raison pour laquelle il était toujours agenouillé devant la Serdaigle, donc il ne lui restait plus que l’option de dire un mot alors.. avec un eu de concentration, il allait y arriver.

-Belem.

Voià, il se souvenait de son faux nom, c’était déjà pas mal. En fait, il trouvait ça même particulièrement impressionnant ! Il ‘était incapable de se lever, mais il se souvenait de son nom, c’était vraiment un bel effort. Parce qu’il aurait dit Hepburn, il aurait foutu en l’air sa couverture. Enfin, ça aurait certainement pu se rattraper vu qu’il passe allègrement pour un fou en cet instant. Et de manière générale.

-Une fois j’ai contemplé un coquelicot pendant une journée entière, devant la serre de botanique.

Pendant qu’il parlait il avait réussi l’exploit de se mouvoir légèrement et de faire glisser ses yeux jusqu’au visage parfait de la Vélane. Il se plongeait désormais dans son regard opalin avec délice. Sentant son esprit sur le point de sombrer, il reprit la parole.

- Je te laisse imaginer pendant combien de temps je pourrais te regarder, avant que je ne parvienne à satiété et que je puisse porter mon regard sur autre chose.

Toutefois, en parlant il réalisa que le charme se brisait un pue. Enfin, il lui semblait moins puissant et il lui était possible de continuer à penser, même si ses pensées étaient désordonnées et particulièrement… futiles. Pour ne pas dire idiotes.

-Je tâcherais de reculer lentement jusqu’à ce que tu disparaisses de ma vue et que je puisse retrouver la pleine possession de mes capacités.
Se faisant, Isidore recula, toujours à quatre pattes par terre. Je me condamne à te payer des gaufres jusqu’à l’arrivée des aspics pour me faire pardonner mon comportement outrancier, ridicule et gênant.

Ses yeux le brulaient à force de demeurer écarquillés en fixant la demoiselle. Il aurait aimé cligner des yeux, mais ça lui semblait impossible, comme si son esprit se refusait à lui laisser une infime fraction de seconde qu’elle pourrait utiliser à profit pour disparaitre.
Au moins comme ça, il aggravait son cas et s’assurait de n’avoir aucun ami jusqu’à la fin de l’année. Les ragots allaient repartir et il allait devenir encore plus « paria » qu’il ne l’était. Youpi. Mais au moins, il aura eu la chance d’observer Robinson, et il avait désormais la certitude de pouvoir mourir comblé.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 231 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 45 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : on peut légèrement me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Dim 9 Sep - 17:49
La sorcière peut ne pas sembler très douce, très gentille, sur le moment, alors qu'elle pose son regard sur Isidore, lequel la regarde, genou à terre, d'une drôle de manière, après être tombé sur le sol. La jeune femme n'a pas de patience sur l'instant. Peut-être parce qu'elle voudrait travailler. Ou parce qu'elle a le ventre vide présentement. Peut-être un peu de ces deux options. Ou parce qu'elle a trop l'habitude de ce genre de regards sur elle, comme si ce qu'elle était ne comptait pas, que seule sa nature avait une importance, plus que son essence, tout ce qui faisait qu'elle était elle.

L'homme se présente, comme si elle ignorait qui il est. Il s'agit de l'homme qui a raté ses ASPICs à la fin de l'an passé. Tout les aiglons le connaissent, parce que l'homme subit les foudres de la majorité d'entre eux qui en ont honte, un comportement qui dérange prodigieusement Aleksandra. Parce qu'il ne mérite pas ce genre de traitement selon elle, malgré cet échec. Cela peut arriver à tous, ils ne savaient pas ce qu'il avait vécut pour en arriver là. Il avait peut-être de bonnes raisons.

"- Je sais." se contente-t-elle de répondre alors.

L'homme parle d'un coquelicot, subitement, qu'il aurait regardé une journée entière une fois, en lui laissant deviner le temps qu'il pourrait passer à l'observer, elle, avant d'en être lassé. La demoiselle hoche la tête. D'accord. Un malade. Carrément. Il faut bien l'être un peu pour admirer un coquelicot toute une journée et plus encore pour avouer que l'on pourrait être un vrai stalker. La jeune femme est un peu mal à l'aise en imaginant qu'il puisse la fixer aussi longtemps et ce même si les regards sur elle, la demoiselle en a l'habitude. Elle ne répond rien, considérant que c'est vraiment trop gênant. Elle préfère ne pas y accorder plus d'attention. Vraiment.

Il commence à reculer, toujours à quatre pattes, tout en tenant un étrange discours et la demoiselle lève un sourcil en le regardant faire alors que ce comportement est on ne peut plus étrange. La jeune femme ne s'attendait pas à ça. Elle lève de nouveau les sourcils dans une expression de sincère consternation.

"- Tu sais que tu as l'air ridicule, un peu ? Je ne vais pas te jeter le mauvais oeil, j'ai autre chose à faire, je t'assure."


Spoiler:
 

I'm a wizzard !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ravenclaw Princess

You know nothing
©crack in time

Le coeur a ses raisons que la raison ignore.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 112 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 209 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Ven 21 Sep - 8:21
"- Tu sais que tu as l'air ridicule, un peu ? Je ne vais pas te jeter le mauvais œil, j'ai autre chose à faire, je t'assure."

Isidore s’immobilisa. Oui, il s’en doutait. Mais il était terrifié. Terrifié par cette fille et le pouvoir qu’elle avait sur lui. Elle était telle semblable à une sirène, sauf qu’elle n’avait même pas besoin de chanter. Il était envouté rien qu’en la regardant. Il n’était pas question de mauvais œil ou de quoi, mais il était trop faible pour résister à son charme. Et en avoir conscience le terrifiait.

-Tu as du sang de vélane, même si tu m’ignores et que mes yeux tombent sur ton visage… je serais happé. Je suis trop faible pour ne pas m’échouer comme tous les autres sur les rivages de ta beauté. Je ne veux pas tomber amoureux, ni te regarder comme un merlan fri. J’aimerais pourvoir te regarder dans les yeux et te dire « T’as un bout de salade coincé entre les dents » ou « tu t’es trompée dans ton devoir de potion, c’est la feuille d’érable du japon qui permet d’accélérer le processus d’infusion des plumes de griffons ». Mais je sais que j’en serais incapable. C’est la triste vérité. Alors je me dis, ramper comme un lombric dans toute la bibliothèque ne pourra guère affecter ma réputation pitoyable, mais épargnera la tienne.

Isidore se tut. Un tel monologue lui avait quelque peu asséché la bouche, et puis, il se demandait une fois encore pourquoi il avait parlé, il s’était éloigné du sujet initial et ces derniers mots ne devaient pas avoir grand sens…

-Bon, et puis la bibliothèque mérite un petit nettoyage, je vois beaucoup de poussière sur le sol, alors je me dis que je rends service à la communauté.

Voilà, il avait touché le fond. Il était foutu. Et un peu triste, car il avait envie de regarder Robinson. Il aurait aimé découvrir la personne derrière le corps ensorcelant, mais il savait qu’il en serait incapable. Il devrait se contenter de sa mémoire pour redessiner son visage et essayer de transcrire sur papier tout son charme. C’était un défi intéressant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 231 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 45 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : on peut légèrement me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Ven 21 Sep - 19:43
La demoiselle lève un sourcil en écoutant le discours de l'homme, un discours qui l'amuse parfois car elle aime être une vélane mais qui peut aussi largement l'agacer. A croire qu'elle n'est que cela et qu'elle mérite qu'on ne l'approche pas, qu'elle mérite d'être toute seule, parce qu'on risque de perdre la raison à son contact si l'on est un homme, ou parce qu'elle risque de nous « voler » notre petit ami, si l'on est une fille. Parce qu'évidemment être une vélane sous-entend souvent pour la gent féminine que l'on est la dernière des traînées, en quête d'un jeune homme à séduire et que l'on ne sait pas s'abstenir. Mais bien sûr. Elle en a assez, assez d'être toujours relayée au seul rang de «vélane » elle n'a pas choisit, elle n'a rien demandé. Voir les garçons se comporter toujours devant elle comme de parfaits idiots n'est pas toujours une partie de plaisir, n'est pas toujours amusant. La demoiselle est courroucée, contrariée, par leur comportement à tous. Ses yeux envoient des éclairs alors que l'homme se perd dans le débit de ses idioties alors qu'il parle du sol sale et poussiéreux à nettoyer. Comme si les elfes de maison ne passaient pas un temps fou à nettoyer chaque coin et recoin de poudlard sitôt que ces derniers étaient désertés par les étudiants. Il ne devait pas y avoir plus de grains de poussières dans cette salle que de cheveux bruns sur la tête de l'aiglonne évidemment. La bleu et bronze le jauge.

«- Vous êtes sérieux, tous ? C'est à celui qui me sortira le plus de bêtises, le plus de singeries ? Quoi, je ne suis donc qu'une vélane c'est ça ? Je ne peux pas juste être Aleksandra, une élève comme les autres ? Je ne peux pas être une fille comme toutes les autres étudiantes parce que vous décidez que ma nature fait de moi une pestiférée ? Mais tu es sérieux ? Toi plus que les autres, tu es bien mal placé pour me dire quoi que ce soit alors que j'imagine qu'il ne t'ai aps agréable d'être pointé du doigt et laissé de côté pour ton redoublement. Spoiler, je ne suis pas un réservoir à foutre vos hormones en ébulition !» s'énerve-t-elle sérieusement.

Cependant, elle l'est, elle le sait, elle sait ce pouvoir qu'elle a sur les hommes, certains étant plus sensibles que d'autres ? Et parfois cela avait des airs de malédiction.

I'm a wizzard !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ravenclaw Princess

You know nothing
©crack in time

Le coeur a ses raisons que la raison ignore.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 112 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 209 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  Ven 5 Oct - 3:50
Isidore demeura stoïque tandis que la Serdaigle parlait. Il ferma les yeux et se mit debout tandis que des mots aiguisés tournoyaient autour de lui. Il comprenait la colère et appréciait peu les critiques à peine voilées qu’elle lui faisait… Mais qu’y pouvait-il ?
Il se posait beaucoup trop de questions. Il était trop sensible. Il avait une âme de poète, une âme torturée, une âme à la recherche de la beauté. Avec le temps il avait appris à se connaitre et à refouler toute trace de sentiment. S’il sentait la colère le gagner tandis que Robinson parlait, il parvint facilement à l’étouffer.
Sa vie n’avait plus de sens. Loin de son cousin, la vie lui semblait sombre et monotone. L’absence d’Amber aggravait sa solitude. Il peinait à trouver une raison de continuer à avancer. Même la promesse de le rejoindre ne suffisait plus à lui donner la force. Il était tel un pantin trop éloigné de ses marionnettistes. Un noyé à la dérive tandis qu’elle, Aleksandra Robinson, était une sirène qui l’appelait. Elle le guidait. Elle lui procurait un apaisement qu’il n’avait pas connu depuis sa rentrée à Poudlard.

Il demeura immobile, réalisant que la bibliothèque était désormais devenue silencieuse. Les regards devaient s’être tournés vers lui et la vélane, son coup d’éclat était remarquable. Il comprenait la raison de sa colère et se demandait s’il devait y répondre. Il se savait terriblement sensible à son charme inhumain, il aurait aimé pouvoir l’ignorer comme les autres, mais c’était impossible, il ne pouvait pas la regarder et cette obligation d’ignorer sa présence lui en donnait plus encore. C’était illogique, et il avait l’impression que s’il fuyait, comme à son habitude. Une alternative semblait s’esquisser dans son esprit. Peut-être était-il temps de prendre des risques.
Isidore s’avança d’un pas, précautionneusement puisqu’il avait toujours les yeux clos et craignait de s’étaler une nouvelle fois au sol, cherchant à définir cette idée qui le titillait.
Elle pourrait devenir son amie, si elle manquait de compagnons… Les yeux clos, il pouvait l’approcher, discuter, devenir un autre, oublier qui il était.
Il hésitait. Le temps ne se suspendait que dans les romans, il se doutait qu’en cet instant, les secondes s’écoulaient sans qu’il ne réponde. Ni qu’il ne bouge. Il était terrifié. Terrifié par une idée, et plus encore par son esprit qui ne l’avait pas repoussé. Il pouvait devenir un autre, pour elle.
Au moins, essayer.
Godric, où qu’il soit, serait fier de lui. Étrangement, c’est l’idée de son cousin, de son rire et de son caractère enthousiaste qui l’encouragèrent à se jeter dans le vide. Il allait essayer.
Isidore Hepburn n’était plus, place à Isidore Belem.

Alors le jeune homme inspira, chassa l’air de ses anciennes habitudes hors de ses poumons.

-Ta nature fais de toi une femme fatale, contre lequel il m’est impossible de luter. Les grenouilles chantent pour séduire, toi tu n’as même pas à ouvrir la bouche. Je ne remets pas en cause ta malédiction, mais… Tu sais vivre avec, me laisserais-tu la chance d’apprendre à vivre également avec ? Je ne te demande pas de répondre immédiatement, je crois que tu as un devoir qui t’attends, mais à la tombée de la nuit, je t’attendrais à la sortie de notre salle commune pour que l’on se prouve l’un à l’autre, que ta nature, pas plus que la mienne, n'est un maléfice. Apprenons à surpasser nos craintes, nos faiblesses et nos préjugés.

Bon, il avait une fois encore complètement déraillé et malgré ses bonnes intentions, c’était Isidore du futur qui avait repris le dessus avec ses discours alambiqués. Il lui fallait donc essayer de remonter la pente et… Il adressa un clin d’œil accompagné d’un demi-sourire bright et d’un claquement de doigts en direction de la Serdagile. Sauf que les yeux fermés ça devait rendre nettement moins bien. En attendant, il n’était pas encore prêt à la regarder droit dans les yeux.
C’est pour ça qu’il voulait la rencontrer à la nuit tombée. Dans la pénombre, peut-être que son attraction serait moindre. Et au pire, il emporterait de quoi se bander les yeux, ça devrait résoudre son problème.
Enfin, si jamais elle venait à son rendez-vous idiot. Et ça.. ce n’était pas gagné.



[HRP : Si ça te dit, on peut prolonger le RP avec une rencontre nocturne, ou plusieurs, où je jouerais Isidore en mode "Perceval-de-Merlin" avec un caractère tout autre. C'est juste un petit kiff de ma part, si ça ne te tente pas, on peut conclure à la bibliothèque Wink]
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Isidore * Les ASPICs seront bientôt là  
Revenir en haut Aller en bas
 
Isidore * Les ASPICs seront bientôt là
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Légendes et secret, ils seront bientôt mien! [Validé]
» [fini] Les choses ont changé et ne seront plus jamais les mêmes. (John Watson)
» Chacun chez soi et les hippopotames seront bien gardés. | misha
» weronika ღ Heureux les cœurs qui peuvent plier, car ils ne seront jamais brisés. Heureux les cœurs qui peuvent crier car ils seront heureux. Mais le sont-ils vraiment ? Car un cœur qui n’est pas brisé ne peut pas guérir...
» Bientôt la fin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Poudlard :: Quatrième étage-
Sauter vers: