AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Isidore * Au pays des Liliputiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Bower
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 197 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui légères.

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Lun 21 Mai - 17:55
Si cette question est en train de le rendre fou ? Oui peut-être bien un peu songe la demoiselle alors qu'il parle de changer la vie de sa mère pour que cette dernière soit heureuse mais que cela impliquerait, pour lui, de ne pas avoir vécut. La demoiselle ne sait pas d'où lui viennent ces idées d'un coup mais en effet tout ceci n'est peut-être pas très sain. La brunette préfère ne pas trop s'attarder sur la question même si les considérations assez particulières de son interlocuteur ont quelque chose d'étrange et de potentiellement inquiétant car ce n'est pas anodin que de penser à sa propre mort de la sorte et Amber ne sait pas trop quoi en penser... tout en se promettant d'aller voir leur directrice de maison, le professeur Destiny Rosier, assez rapidement pour que les professeurs prennent garde à ce jeune homme et que l'infirmière de l'école établisse un diagnostique sur les potentielles idées ou envies suicidaires de cet homme. Car effectivement même si elle ne dit rien la demoiselle commence à se poser quelques questions sur son interlocuteur et la santé psychologique de ce dernier. Mais dans l'immédiat elle a d'autres soucis à régler et préfère lui rendre sa taille normale avant que l'homme se décide à se jeter sous la botte d'un malheureux camarade de classe qui deviendrait alors un assassin malgré lui.

La demoiselle l'emmène aux appartements du professeur de potion et installe le sorcier comme le demande le professeur Slughorn, avant de poser son regard sur ce dernier, sans comprendre ce qui se passe comme sa mine n'est pas rassurante. Quand-même, elle n'a renversé qu'un échantillon de potion et bien préparé, ils ne vont pas dire que le bleu et bronze va rester coincé dans sa situation pendant encore des heures ? La jeune femme commence à s'agacer devant la mine de leur enseignant même si elle préfère ne rien dire. Elle essaie de prendre son mal en patience en attendant que l'homme se décide à parler, dire ce qui ne va pas. Qu'ils puissent passer à autre chose et retourner à leurs révisions dans lesquelles l'un et l'autre ont prit déjà trop de retard.


(J'ai pensé que tu avais une idée en tête de fait je m'arrête là mais dis moi si tu as besoin que je rallonge)

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 109 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 188 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Ven 25 Mai - 5:47

Isidore n'aimait pas ça. Il tentait de prendre son mal en patience, mais le professeur semblait vouloir faire durer le suspense et le garçon finit par exploser. Il prit la parole d'une voix forte qui témoignait de la colère qui vibrait en lui.

-Professeur ! Qu'est-ce qui est compliqué ?

Il angoissait. Isidore Hepburn -Belem depuis qu'il s'était retrouvé dans le passé, même s'il peinait parfois à s'en souvenir- avait les nerfs à vif et commençait à se dire qu'il aimait bien sa vie d'avant, quand il avait une taille normale, et qu'être aussi petit allait être sacrément compliqué pour vivre...

-Eh bien... Le professeur se racla la gorge et regarda les deux étudiants avec un grand sérieux. Il me faut une larme d'amour. Fraîche du jour. Vous comprendrez que je n'ai rien de tel dans mes réserves...

Une larme d'amour ? Mais c'était quoi cette histoire ? En sept ans d'études, jamais Isidore n'avait entendu parler d'un tel ingrédient. Il se demandait si le professeur ne venait pas de l'inventer histoire de justifier son impossibilité à préparer la potion, uniquement dans le but de voir Isidore demeurer aussi petit.
Comme s'il semblait lire dans son esprit, le professeur Slughorn reprit.

-La potion de rétrécissement ne possède nul autre remède que le temps. Mais il est possible d'en contrer les effets avec une potion de "Retourneur de modificateurs corporels", c'est une vieille recette qui a été abandonnée à cause de ses ingrédients difficiles à trouver, et il apparait souvent des solutions plus simples que de réaliser une telle préparation.

Isidore était sous le choc. Alors là... si l'enseignant inventait, il avait une sacrée imagination.
Perdu, il tourna la tête vers Amber, afin de l'interroger. Était-elle sceptique, tout comme lui ? Ou avait-elle une idée de comment recueillir une larme d'amour ? fallait-il trouver un coeur brisé ?
Il n'en savait rien et se sentait découragé. il allait être bon pour attendre... Et étrangement, il n'avait pas envie de demeurer aussi petit plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Bower
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 197 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui légères.

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Ven 25 Mai - 20:11
Amber était contrariée, contrariée par la situation, contrariée par la mine de leur professeur, contrariée que la journée se passe aussi mal pour eux, et que sa maladresse ait été responsable de toutes ces déconvenues. La demoiselle taperait bien du pied sous le poids de l'agacement, si elle ne se sentait pas coupable de la situation dans laquelle était l'homme. Grognant alors que le professeur leur fait part de l'ingrédient manquant, la demoiselle comprend que les choses risquent de ne pas être simples pour rendre sa taille à Isidore plus rapidement. Car une larme d'amour... Comment trouver cela ? Il fallait faire pleurer une amoureuse ? La demoiselle lève un sourcil, n'ayant jamais entendu parler d'un ingrédient aussi complexe. Probablement des potions de niveau universitaires.

«- Et où sommes nous sensé nous en procurer professeur ?» questionne Amber visiblement décidée à ne pas laisser le sorcier en bleu et bronze dans un tel état, tout en étant absolument incapable de certifier sa réussite à dégoter un tel ingrédient et ce n'était pas Isidore qui l'aiderait beaucoup du fait de sa taille.

Comme le professeur répond qu'il faut trouver une amoureuse ou un amoureux en train de pleurer, la demoiselle soupire. Des couples il y en a à Poudlard, mais des couples malheureux ? La demoiselle ne sait pas, n'en est pas sûre. Quoi qu'il en soit ils se retrouvent rapidement hors du bureau de leur enseignant pour aller trouver cet ingrédient pendant que le professeur réuni le reste.

«- Tu connais un couple qui se serrait déparé récemment ?» questionne la demoiselle en portant son attention sur le sorcier qu'elle portait dans sa main. Ce serait bien s'ils avaient une piste pour ne pas chercher en vain et dans le vide, s'ils avaient déjà une idée de qui aller voir.

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 109 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 188 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Lun 28 Mai - 0:43

Isidore observa Amber et se sentit rassuré par son assurance. Elle interrogea le professeur, cherchant à découvrir comment se procurer des larmes d’amour. Un amoureux en train de pleurer… Il fallait déjà le trouver. Ou la trouver. Et ensuite il fallait récolter ses larmes, ce qui n’est pas une chose particulièrement évidente. Isidore ne se voyait absolument pas aborder un inconnu au cœur briser pour lui demander de pleurer dans son flacon. Sachant il était encore rétréci.
Soupirant, Isidore se laissa porter jusqu’à la sortie, où Amber l’interrogea. Connaissait-il un couple séparé récemment ? La question le surprit et il se sentit idiot.

-Euh.. Non. Amber, je ne suis pas particulièrement porté sur les relations, et j’ai tendance à ignorer un peu tout Poudlard…

Le garçon se passa une main sur le visage, soudain abattu par une vague de désespoir. Ils n’y arriveraient pas. Parce qu’il ignorait tout le château, parce qu’il n’avait jamais fait le moindre effort pour…
Le cœur serré, et la mâchoire contractée, le garçon releva les yeux pour observer Amber. En lui, tournoyaient la déception de lui-même, la peur, la solitude…

-Je n’ai jamais non plus aimé, ni eu le cœur brisé, alors je serais bien incapable de pleurer d’amour pour quelqu’un…

Le sorcier se tue, songeant soudainement à son cousin. S’il imaginait le pire, sa mort, ou sa douleur lorsqu’il avait été capturé par des mangemorts… Son cœur se broyait, mais aucune larme ne courrait sur ses joues. Pourtant, la vie sans son cousin lui semblait impossible. Alors pourquoi était-il incapable de pleurer ?
La carapace qui l’entourait et qui le protégeait de toute émotion était trop épaisse pour permettre à son cœur de s’exprimer.
Revenant à la réalité, qui lui semblait froide et sombre, Isidore interrogea d’une petite voix sa comparse.

-Je pense que c’est toi qui dirigeras cette expédition, je suis bien trop inexpérimenté dans ce domaine pour… être d’une quelconque utilité.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Bower
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 197 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui légères.

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Lun 28 Mai - 18:26
Voilà que ça lui retombait dessus, en plus. Certes c'était sa bêtise, son erreur, sa connerie, c'était elle qui était responsable de l'état dans lequel se trouvait Isidore. Mais elle aurait bien aimé ne pas se retrouver toute seule dans la galère pour trouver une larme d'amour. N'importe quoi, où allait-elle chercher cela ? Amber ne se préoccupait pas beaucoup plus que lui des tourments et des histoires de cœur de ses camarades, elle avait déjà fort à faire avec sa propre romance après tout. Les choses n'étaient pas simples pour elle et Eren. Mais comme elle ne parlait plus à Eren et ne pleurait plus à cause de lui, la sorcière ne pouvait même pas utiliser sa propre tristesse pour pleurer et donner ce dont ils avaient besoin. Et puis, il fallait que ce soit une larme d'amour et elle n'était pas certaine d'aimer le jeune poufsouffle à e point, car elle ne l'avait jamais dis, reconnaissant seulement une certaine affection.

«- Je vois, on va aller voir si y'aurait pas... un cœur brisé dans Poudlard.

La demoiselle  n'attend pas vraiment la réponse de sa victime et sans demander l'avis de celui-ci, elle quitte le bureau de leur professeur pour aller se perdre dans les couloirs de l'école et chercher une âme en peine qui pourrait peut-être, par ses larmes, leur venir en aide. Quittant donc le bureau de son professeur de Potion, Amber décide de monter aux tours pour passer le château au peigne fin de haut en bas, même si elle a conscience qu'ils vont y passer un temps inimaginable et que passer ce château au peigne fin est loin d'être une tâche aisé s'ils ne se font pas aider. Alors sur sa route elle demande, parfois, à des étudiants, s'ils ont vu quelqu'un pleurer récemment. Mais tous la regardent plus ou moins comme si elle était folle, sans vraiment lui répondre.

"- Mais c'est pas vrai ! On ne va jamais trouver !?' s'agace la jeune femme après de longues minutes.

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 109 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 188 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Mar 29 Mai - 3:41
Isidore est peiné de son inutilité, surtout qu’il voit d’étranges sentiments envahir le visage d’Amber. Il lui semble discerner une pointe de tristesse, de l’agacement, du découragement, le tout rapidement dissimulé sous une forte détermination.
Alors la sorcière se mit en chasse, emportant Isidore dans son sillage. Toutefois, elle avait beau interroger les étudiants dans le couloir, personne ne semblait disposé à l’aider.

"Mais c'est pas vrai ! On ne va jamais trouver !?'

Le Serdaigle sentit qu’il était temps qu’il entre en jeu. Il n’était pas très assuré, mais il devait faire quelque chose, et des idées, il en avait régulièrement beaucoup. Il suffisait qu’il laisse libre cours à son imagination.

-Je… On pourrait aller discrètement dans les toilettes de Mimi. S’il y a des cœurs brisés, elle doit être au courant.

Ce n’était pas le meilleure de ses idées, mais au moins ça leur offrait un peu d’espoir. Et du temps pour qu’il réfléchisse à un sort plus particulier. Peut-être pourraient-ils tenter un « accio » sur des larmes ? Ou alors, briser le cœur d’une étudiante, en lui annonçant que son copain la trompe et qu’il la manipule…
Mieux vaut espérer que Mimi ait des infos croustillantes ou mieux, qu’une étudiante soit en train de pleurer des larmes de crocodile dans les toilettes privées du fantôme.
Le garçon se fit la remarque qu'il pénètrerait pour la première fois dans les toilettes des filles, les fameuses. Il avait déjà rencontré Mimi Geignarde lors de sa deuxième année, par surprise, dans les toilettes des garçons du troisième étage. Sans qu'il sache trop pourquoi et comment, le fantôme s'était trompé de domicile et avait profité de son erreur pour babiller et gindre auprès d'un Serdaigle de marbre. Elle était finalement partie, vexée par son auditoire qui l'ignorait royalement. Enfin, ça, ça se passerait dans une vingtaine d'année.

-Hum, mais si Mimi pouvait ne pas me voir.. ça m'arrangerait. Elle a tendance à répondre les rumeurs plus vite que Dumbledor ne mange ses bonbons au citron.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Bower
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 197 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui légères.

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Mar 29 Mai - 11:59
La demoiselle était agacée, agacée de ne pas trouver et son agacement devait être palpable puisque Isidore, qui restait plus ou moins muet jusqu'ici, prit le parti d'essayer de fournir une idée, comme s'il voulait calmer la jeune femme. Et l'idée n'était pas bête en soit, il suffisait d'aller voir la plus grande pleurnicheuse de l'école, qui avait peut-être des informations, parce qu'elle avait accès à tout le château rapidement. Mais elle ne se déplaçait guère dans les couloirs, contrairement aux autres fantômes de l'académie de Poudlard. Pour autant, elle avait peut-être eut vent d'une âme éplorée, ou elle-même en avait croisé une dans un de ces endroits reculés qu'elle affectionnait tant dans l'école. En grommelant, Amber tourne les talons.

«- Mouai, allons la voir.»

La demoiselle commence à descendre pour retrouver les toilettes de l'ectoplasme, quand l'homme prend encore la parole, demandant à ce que Mimi Geignarde ne le voit pas, pour qu'elle n'ébruite pas sa mésaventure partout. Soit. Mais ils sont quelques uns déjà à avoir connaissance de l'état du sorcier, alors que les couloirs ne sont pas vides mais soit. Bien qu'elle soupire un peu, la sorcière place l'homme dans son sac pour le cacher et entre bientôt dans les toilettes de Mimi Geignarde où les larmes de cette dernière l'accueille. Amber se dirige vers les cabines et les ouvres une à une pour finalement trouver Mimi dans l'une d'elle.

«- Bonjour Mimi... Qu'est-ce qui t'arrive aujourd'hui ?» demande aimablement la sorcière. Mais voir Mimi pleurer n'a rien d'anormal puisque si elle est surnommée geignarde, ce n'est pas pour rien. «Dis moi tu n'aurais pas eut vent d'une personne qui aurait des peines de cœur en ce moment ? On m'a dit qu'un couple s'est séparé, je voudrais aider la personne triste. » prétend la demoiselle.

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 109 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 188 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Ven 8 Juin - 5:49

Isidore était dissimulé dans le sac de la Serdaigle et il regretait déjà la poche de sa chemise. Il s’interrogea sur son orientation, n’était-il pas devenu soudainement pervers ? Il réfléchit sérieusement a la question, puis se dit que probablement non, il aimait le confort de la poitrine de la jeune fille, c’était vrai, et surtout il avait une meilleure vue sur tout ce qui l’entourait… Bon, se cacher dans son sac n’était donc pas la meilleure des idées, tant pis.
Mais le jeu en valait la chandelle, Isidore avait hâte de récupérer les larmes et de boire sa potion. S’il n’avait apprécié se retrouver si petit, il en avait désormais marre, il voulait que tout revienne a la normale.
Il écouta alors Amber interroger Mimi Geignarde et sa voie hautement désagréable lui parvint aux oreilles, lui tirant quelques grimaces.

-Moiiiii ! Moi j’ai le cœur brisé ! Personne m’aime ni ne veut de moi… Tout le monde se moque de moi et… les garçons aussi, ils me trouvent hideuuuuuuse. Houuuuuuu…


Isidore se retint de se frapper la tête dans l’encrier qui se trouvait à côté de lui, tant le fantôme l’insupportait. Quel dommage que ses larmes ne soient pas matérielles, ça leur aurait évité de perdre leur temps ainsi. Ils devaient réussir à trouver quelqu’un qui pleurait d’amour…
Heureusement pour lui, Mimi était plutôt lunatique et cessa de pleurer –enfin, c’est ce qui lui semblait puisqu’elle n’avait plus la voix qui tremblait- pour reprendre d’une voix claire.

-Hi ! Mais je le suis nettement moins que l’autre bigleuse qui est venue tout à l’heure. Elle s’est fait abandonner comme une malpropre par son copain, et je peux te dire qu’elle avait vraiiiiment une tête affreuse celle-là ! Peut-être que son ami devrait venir me rendre visite… Enfin, si cette folle ne le traumatise pas… Je crois qu’elle voulait le récupérer, en lui faisant une déclaration dans la cour, mais je lui ai dit qu’elle était vraiment trop hideuse et qu’il fuirait… Mais si tu y vas, tu pourras me raconter ? Ça risque d’être un carnage, sauf que je n’aime pas la cour, il y a trop de courants d’air..

Isidore sourit, ils tenaient probablement leurs larmes. Même si la jeune fille ne faisait pas sa déclaration, qui lui semblait être une idée absurde, elle irait probablement trainer par là, épleurée… Enfin, il n’en savait pas grand-chose, n’étant pas un adepte des relations humaines, mais Amber devait probablement avoir une idée, maintenant qu’ils avaient trouvé une piste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Bower
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 197 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui légères.

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Ven 8 Juin - 11:17
De toute évidence Mimi était la mieux placée dans ce château pour connaître les cœurs éplorés. On a tendance à souhaiter se cacher pour pleurer et ne pas être vu par les autres, qui sont si facilement moqueur face à la peine. Les toilettes sont donc un endroit absolument excellent, sauf naturellement lorsque Mimi décide de les occuper. A bien y penser ce n'était absolument pas ici que la belle Amber viendrait pleurer si elle avait à le faire, elle choisirait un endroit plus tranquille, comme la salle sur demande. Les toilettes de Mimi étaient pour leur part la pire des idées, mais le fantôme ne manquait pas de se déplacer parfois et pouvait surprendre après avoir traîné dans les canalisations.

Cependant pour une fois Amber ne savait pas si Mimi lui serait d'un grand secours, comme l'ectoplasme s'apitoyait une fois de plus sur son sort et il était heureux qu'elle ne sache pas le lien qu'entretenait Amber avec Eren Hornby, comme elle détestait ce dernier à cause de sa tante, Olive. Mais la brunette ne savait pas si elle obtiendrait les réponses qu'elle attendait, comme le fantôme pleurait sans pouvoir s'arrêter. Jusqu'à ce que finalement elle semble se souvenir de quelque chose.

Ni une ni deux, leur information à peine obtenue, la jeune femme se précipite en direction de la cours pour y trouver, en effet, une demoiselle en larmes. A en croire quelques rires qui la désignaient, elle avait fait sa déclaration et l'homme n'en avait vraisemblablement pas été bien touché. Amber a beau compatir, elle agite la baguette en sortant une fiole vide de son sac et elle lance un accio pour récupérer le liquide lacrymal, qui prend place dans son contenant.

"- Ok. Retournons voir Slughorn !" annonce la demoiselle en faisant demi-tour pour rejoindre le bureau de ce dernier et sortir enfin Isidore de sa situation et de son sac.

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 109 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 188 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Ven 8 Juin - 18:47

Isidore n´était pas du genre émotif, toutefois lorsqu´il sentit Amber se précipiter hors des toilettes, un large sourire s´installa sur son visage. Prit par l´euphorie du moment il lui sembla meme lacher un petit éclat de rire. Se hissant a la force des bras, il parvint a sortir la tête du sac afin d´observer la suite de leur aventure et c´est toujours d´excellente humeur qu´il appercu la demoiselle en pleurs. Son sourire se fana, percevant sans peine sa détresse et il se dit qu´il n´aurait pas du se réjouir de ce coeur brisé. Mais Amber ne s´attardait pas sur ces questions, et d´un coup de baguette elle fit venir a elle les larmes de la demoiselle et s´assura qu´elles tombent dans son petit flacon.
La Serdaigle semblait bien plus sereine et il sembla a Isidore qu´elle cheminait d´un pas plus léger. Il profita de cette balade, qu´il espérait étre la derniere du style, et observa la silhouette d´Amber, se demandant quelle serait leur relation lorsqu´il retrouverait sa taille normale. Et lui, que désirait-il? Il sentait son coeur se serrer a l´idée de reprendre sa vie, telle qu´elle était. Il voulait Amber, pouvoir la dessiner et essayer de mettre sur papier son surprenant caractere, ses blessures et son espérance. C´était un défi qui lui donnait envie d´attraper un crayon et de noircir feuilles, parchemins et toiles. La fievre de l´artiste. Etait-elle, pour lui ce que certains appelaient, une muse?
La question occupa son esprit jusqu´a leur arrivée dans le cachot du professeur Slughorn et le garcon fut soulagé de trouver l´enseignant penché au-dessus d´un chaudron fumant. L´homme releva la tête et une expression surprise se peint sur son visage. Il ne devait pas s´attendre a les revoir...


-Ah. Vous avez réussi.. Féliciations. Laissez-moi quelques minutes, ensuite nous pourrons incorporer les larmes a la préparation.

Toutefois, a peine penché au-dessus de son chaudron il se tourna de nouveau, cette fois-ci observant Isidore de ses petits yeux scrutateurs.


-Au fait jeune homme, cette potion annulera tous les sortileges et autres filtres qui seraient actuellement actifs sur votre personne...


Il laissa sa phrase en suspend, tandis qu´Isidore froncait les sourcils. Qu´est-ce que ca signifiait? Qu´il était le genre a prendre des potions pour être plus beau, ou inteligent, ou...?
Le Serdaigle croisa les bras sur sa poitrine et observa l´enseignant d´un air noir. Il n´aimait pas le sous-entendu, et surtout que le professeur se permette une telle remarque devant Amber. Qu´allait-elle imaginer a son propos ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Bower
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 197 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui légères.

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Mer 20 Juin - 17:16
La demoiselle avait hâte d'en finir, que son malheureux camarade retrouve enfin sa taille et qu'elle ne se sente alors plus responsable de l'état dans lequel ce dernier était. Personne ne devait apprécier d'avoir la taille d'un gnome, à vrai dire et l'homme devait vraiment avoir hâte que son calvaire prenne fin. Amber se hâte donc de regagner le bureau de son professeur de potion avec les larmes qu'elle vient tout juste de récolter, de sorte qu'Isidore puisse retrouver une taille correcte et pouvoir alors reprendre le cours de ses révisions où il les avait laissé quand la demoiselle avait renversé malencontreusement sa potion sur lui.

Elle hausse un sourcil comme le professeur se retourne, en tenant toujours les larmes dans sa main, mettant le jeune homme en garde contre le fait qu'il allait perdre tout l'effet de sorts ou potions qu'il pourrait avoir reçut avant la potion de ratatinage. Amber ne comprend pas pourquoi l'homme fait une telle mise en garde alors que le sorcier doit avoir pour seule envie de retrouver un aspect normal et une taille adéquate. Hors du sac de la demoiselle, cette dernière attend simplement. Et comme l'homme a finalement besoin d'aide, la sorcière approche pour lui donner un coup de main. Quand la potion est prête, elle taquine son collègue en bleu et bronze.

"- Attention on va revoir tes boutons !"

Mais le petit regard qu'elle lui adresse montre bien qu'elle n'en croit pas un mot. La demoiselle attend donc simplement de voir si la potion de son professeur fonctionne et rend sa taille originelle au sorcier. Maos il ne devrait pas y avoir de problèmes alors que le professeur Slughorn sait tout de même ce qu'il fait et est plutôt reconnu dans la profession en soit, ce qui diminue le risque d'erreurs.

"- Comment tu te sens ?" demande-t-elle comme Isidore finit sa fiole.

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 109 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 188 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Jeu 12 Juil - 4:09
Isidore ne sait plus comment réagir. Amber est complice avec lui et ça.. il ne sait pas comment le gérer. Tant qu’il était petit, il ne se posait pas trop de questions. Elle ne devait pas parvenir à lire sur son visage et il pouvait jouer un autre rôle, tout en blâmant la potion.
Mais maintenant qu’il était sur le point de redevenir normal, de retourner à sa vie solitaire… Que devait-il faire ? Comment agir ? Pourrait-il entretenir avec la Serdaigle une relation semblable à celle qu’il a avec son cousin ? Ça lui semble tellement improbable.. Et pourtant, quelque chose, au fond de lui, en a envie.
Mettant fin à ses préoccupations, le jeune sorcier boit sa potion. Il vide la fiole d’une traite et expire calmement. Il n’a pas la moindre idée de comment son corps comptait réagir à sa future et brusque croissance. Est-ce qu’i allait avoir mal ? Le procédé inverse avait été indolore, mais celui-ci .. ? Et puis, c’était le professeur Slughorn qui avait préparé la potion, tout devrait bien se passer, non ?

"Comment tu te sens ?"

Le Serdaigle leva les yeux vers Amber et haussa les épaules. Il était stressé, mais ne ressentait rien de particulier, rien d’inhabituel.

-Eh bien, pour l’instant…

Avant qu’il ne puisse finir sa phrase, une douleur lui poinçonna le ventre et, surpris, il se plia en deux, serrant les dents de toutes ses forces, refusant de laisser échapper le moindre cri. Il était un Hepburn, hors de question de montrer sa douleur.

-Ah oui, je voulais vous prévenir, le procédé peut s’avérer désagréable jeune homme.

Cette phrase enflamma Isidore qui se concentra sur sa colère plutôt que sur la douleur. Désagréable ? C’était ça qu’il appelait désagréable ? Il aurait aimé coller une droite à son enseignant, mais étant encore tout petit… Et il craignait d’éventuelles représailles, donc il se concentra et souffrit en silence.
Heureusement pour lui, la douleur finit par s’évanouir et il se redressa lentement, les yeux clos, guettant une réapparition de la douleur. Rien. Rassuré, il ouvrit les yeux et… la table céda.
Sa vue imprenable de par sa hauteur, lui permit de profiter brièvement de la calvitie naissante de l’enseignant, avant de se rapprocher à folle allure du sl. La table n’avait pas apprécié son redimentionnage.
S’écrasant au sol, le Serdaigle se releva lentement, avec des gestes calmes, retrouvant avec un certain plaisir ces sensations habituelles et sa taille normale. Lorsqu’il fut de nouveau sur ses pieds, il remercia le professeur de potion et hocha la tête en direction d’Amber en espérant qu’elle comprendrait son invitation à le suivre.
Le jeune homme sortit rapidement de la salle et s’appuya contre un mur humide, se remettant de cette expérience presque effrayante. Ça avait été aussi agréable que désagréable. Il avait finalement apprécié cette taille qui lui permettait d’avoir un autre regard sur son environnement, mais en retrouvant sa taille réelle, il devait avouer que ça lui avait manqué.Et maintenant que la réalité le rattrapait il allait devoir interagir avec Amber et ça lui semblait presque insurmontable.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Bower
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 197 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui légères.

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Jeu 12 Juil - 17:20
La demoiselle a l'impression d'avoir accomplit sa mission, maintenant. Elle a veillé sur Isidore pendant tout le temps où il était plus petit qu'un nain de jardin miniature et finalement il ne lui est rien arrivé, si bien que le professer de potions peut maintenant lui rendre sa taille normale alors qu'elle a trouvé les ingrédients nécessaire. Alors chacun va pouvoir reprendre le cour de son après-midi et ce n'est pas pour déplaire à la demoiselle qui a encore pas mal de choses à faire et à revoir avec l'approche des examens évidemment.

Il ne semble pas être très à l'aise et alors que le professeur dit que ce ne sera pas agréable la jolie brune a plutôt l'impression que c'est même franchement douloureux et elle en est désolé comme elle se sent responsable de cet état dans lequel l'homme se trouve être.

Alors que la table se casse sous le poids d'Isidore, Amber se retient de faire remarquer qu'il aurait sans doute été mieux de lui donner la potion par terre pour éviter cela mais en soupirant, elle se contente d'agiter la baguette en lançant un reparo pour que la table reprenne sa forme originelle et retrouve sa superbe d'antan. La demoiselle tourne la tête vers les deux autres et s'aperçoit alors que son camarade de Serdaigle leur a faussé compagnie. Levant un sourcil pour le moins surpris, la demoiselle hausse finalement les épaules en décidant de prendre congés de son professeur pour retourner vaquer à ses occupations.

En sortant, elle remarque donc Isidore dans un coin, adossé au mur et l'air perdu, ce qui lui fait lever de nouveau le sourcil dans une expression de surprise en se demandant ce que l'homme traficote.

«- Belem ? Qu'est-ce que tu fabrique ?» demande-t-elle alors en réalisant que ce n'est probablement pas son problème et qu'elle pourrait rentrer à la tour des aigles maintenant pour reprendre le cours de ses révisions là où elle l'a stoppé, plus tôt dans la journée, pour s'occuper de lui.

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 109 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 188 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Ven 13 Juil - 4:16
Isidore relève la tête, surpris par l’intervention d’une fois au milieu de ses pensées confuses et envahissantes.
Belem, oui c’était son nom. Depuis le temps qu’il le portait, il tardait toujours à réagir lorsque quelqu’un lui parlait. Probablement parce que peu de personnes lui parlaient, de manière générale. Il était du genre invisible en cours, mauvais élève, mais silencieux donc il échappait aux remarques acides même si celles-ci s’étalaient parfois sur ses copies. Et dans les couloirs, personne ne le voyait, personne ne hurlait son nom depuis l’autre bout de la grande salle lorsqu’il y entrait… Les rares personnes à lui adresser la parole l’appelaient généralement Isidore, et il s’agissait… de son cousin. Voilà. Les autres ne l’appelaient pas.
Réalisant qu’il s’était une nouvelle fois égaré dans le flot impétueux de ses pensées, Isidore secoua la tête et se redressa, essayant d’ordonner ses pensées. Résultat peu glorieux, mais il parvint à prendre la parole, ce qui était un exploit considérable pour qui le connaissait.
-Je fabrique rien. Je… réfléchissais.
Le jeune homme s’approche d’Amber et ses yeux l’évitent inconsciemment. La regarder le brûle, sans qu’il ne comprenne, il se sent troublé par sa présence. Par le regard qu’il avait eu sur elle depuis quelques heures. De leur relation naissante, et de leur potentielle amitié. De son corps et de son caractère indéchiffrable… La voir grande, comme ça… Ne sachant pas quoi dire, et tentant de calmer les battements de son cœur, il s’avança aux côtés de la jeune fille dans les sombres couloirs des cachots.

-Est-ce… Est-ce que ce qu’il s’est passé était réel ?

Le jeune homme se tait et s’arrête. Il pivote la tête et observe Amber. Il croit enfin déterminer ce qui lui arrive. Il a peur. Les symptômes sont là. Respiration difficile, pensées confuses, rythme cardiaque irrégulier, mains moites.

-Est-ce qu’on … Le jeune homme se ressaisit rapidement et change la fin de sa phrase. …se reverra ?

Il allait lui demander s’ils étaient amis, mais.. Voulait-il être son ami ? Il craignait autant sa réponse à elle que la sienne à lui. Il était bien trop perdu pour savoir comment agir et tout ce qu’il désirait en cet instant, c’était tranquilliser son corps, même s’il n’avait pas la moindre idée des mots ou de la réaction qui lui permettait d’être plus serein.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Bower
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 197 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui légères.

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  Ven 13 Juil - 10:38
La jeune femme lève un sourcil devant le comportement plus qu'étrange, selon elle, du bleu et bronze. La demoiselle le regarde sortir précipitamment de la salle et elle soupire, ce n'est pas comme s'il s'était retrouvé nu devant eux, ses habits se sont adaptés à sa taille, comme la première fois. Alors qu'a-t-il à courir comme ça, comme s'il avait le diable à ses trousses ? Peu importe, ce ne sont sûrement pas ses affaires. La jeune femme se tourne alors vers son professeur pour prendre congé de ce dernier et retourner vaquer à ses occupations, laissant ainsi l'homme à ses propres missions, avant de sortir, retrouvant ainsi Isidore dans le couloir, adossé à un mur. S'étonnant, la jeune femme demande ce qu'il fiche donc, et l'homme répond qu'il ne fabrique rien, réfléchissant simplement. Soit. La demoiselle reste un rien sceptique mais ne le montre pas, se demandant toutefois à quoi l'homme réfléchissait, avant d'en avoir une idée.

«- Bien sûr que c'est réel, pourquoi cela ne le serait pas et comment voudrais-tu que cela ne le soit pas ?» interroge la demoiselle comme si la réponse était d'une manifeste évidence.

Comment penser à un rêves après tout ? N'avait-il pas remarqué comme tout avait l'air beaucoup trop réel après tout ? S'il a quelques doutes le simple fait de se pincer le bras devrait lui montrer qu'il est loin d'être en plein rêve. Et les rêves sont généralement plus agréables pour être honnête. La jeune femme avance alors la main et pince légèrement la peau de l'homme entre ses doigts, suffisamment pour que ce dernier cependant se rende bien compte qu'il ne rêve pas.

«- Bah j'imagine que même si on ne le voulait pas on serait tout de même un peu obligé, je te rappelle quand-même que nous vivons dans la même tour du château et que nous occupons la même salle commune.» rappelle la demoiselle. «Je ne vais d'ailleurs pas tarder à y retourner, mes révisions ne vont pas se faire toutes seules !»

Et les révisions pour un bleu et bronze, c'est sacré, comme les bons résultats. Et ils sont indissociables l'un de l'autre.

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Isidore * Au pays des Liliputiens  
Revenir en haut Aller en bas
 
Isidore * Au pays des Liliputiens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Wikileaks: Les pays Arabes peu tendre envers l'Iran
» Les EUA ne pourra plus soutenir les pays dependants....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques :: Poudlard-
Sauter vers: