AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nathan - "C'est une blague ? "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 290 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 296 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Nathan - "C'est une blague ? "  Jeu 11 Jan - 2:19

C'est une blague ?
Leroy Odgen
En tenue de Quidditch dans les vestiaires, Leroy attendait patiemment que l’entraînement commence. Ayant été élevé par des moldus, le jeune homme n’avait jamais entendu parler de ce sport avant sa première année à Poudlard et même si on trouvait le Quidditch barbare, cela lui avait bien plu. On aurait sans doute pu lui attribuer le poste de batteur pour pouvoir frapper librement les autres, mais être un poursuiveur lui donnait un défi. Si toute la gloire revenait à Allioth, son capitaine et attrapeur de l’équipe, marquer le plus de points avant lui était un véritable challenge. Cent cinquante points que leur équipe pouvait remporter avec le vif d’or, l’objectif de Leroy avait toujours été d’atteindre ses points avant la fin du match. Peut-être était-ce un défi totalement infantile, mais très passionnant qui rendait le Quidditch attrayant. Parce que bon pourquoi jouer si ce n’était pas pour gagner ? Les serpentards avaient beaux s’entraîner durement ils ne remportaient pas souvent la victoire, enfin ils gagnaient des matchs, mais comme c’était un tournois il y avait toujours quelque chose qui cafouillait à un moment. Les choses allaient changer, même si Leroy ne faisait pas partie de l’équipe depuis longtemps. Il avait dû attendre sa cinquième année avant de pouvoir y rentrer. Cinq ans de sa vie perdu a regarder les matchs des gradins. La maison serpentard était devenu sa nouvelle famille, mais il voyait comment on regardait les membres de l’équipe et lui aussi avait eu envie d’avoir cet honneur, ce talent. On le regarderait différemment à présent. Alors Leroy attendait patiemment que l’entraînement commence même si l’enjeu n’était pas très grand. Il fallait bien quand même, vu qu’ils jouaient sous tous les temps, que les balais pouvaient être capricieux. Comme au football, ce sport moldu, tout était dans l’esquive, la passe. Lassait d’attendre, Leroy chopa son balai et se dirigea vers le stade qui était bien vide. Bah alors quoi il était arrivé beaucoup trop tôt ou bien est-ce que l’entraînement avait été annulé ? Non on l’aurait prévenu quand même. A moins que tout ça n’était qu’une blague, que ses coéquipiers allaient sortir d’un trou et lui foutre une trouille bleue. Leroy regarda le ciel, dégagé aujourd’hui. S’il y avait un moment où l’orage grondé, le jeune homme faisait tout pour ne pas participer au match quitte à se casser une jambe pour un bon mois, mais jusqu’alors ce genre de temps ne l’avait pas empêché de jouer. Il enfourcha son balai avant de taper sur le sol pour pouvoir s’envoler.

Leroy effectua plusieurs tours autour du stade avant finalement de s’installer au niveau des trois anneaux, observant le sol pour voir si quelqu’un de son équipe venait. Que dalle ! Il commençait sérieusement à s’inquiété que l’horaire n’ait pas changé ou que l’entraînement n’ait plus lieu. Si c’était le cas, au moins il avait volé aujourd’hui et ce n’était pas tous les jours comme ça. Franchement c’était une sensation tellement agréable qu’il se demanda même s’il ne pourrait pas faire le tour du château en balai. Bon s’il se faisait choper, les retenus seraient nombreuses et il serait peut-être renvoyer, ce qui serait très embêtant sachant que c’était sa dernière année. Leroy tapa dans ses mains, lâchant par la même occasion son balais, mais il avait l’habitude, l’équilibre faisait tout. Assit sur son balai, il observa le château tout en resserrant ses gants. Sa véritable maison, son chez lui. Si seulement il savait que son père était actuellement son prof cela le conforterait dans cet idée. Son pied glissa légèrement sur ce qui l’aidait à rester stable et il sentit tout son équilibre disparaitre. Son buste commença a basculer vers la droite, Leroy paniqua alors reposant ses mains sur le manche de son balai, mais bien trop tard. Son corps bascula dans le vide et seuls ses mains restèrent fixées au manche. Hé merde, comment en était-il arrivé à se balancer dans le vide, à plusieurs mètres d’altitudes. Sans savoir comment il s’y prit le balai bougea légèrement, la main droite glissa. Est-ce qu’il transpirait tant que ça pour être aussi glissant aujourd’hui. Regardant le sol, il s’aperçut que sa vue se brouillait rapidement, mais personne ne semblait venir du terrain, pour se moquer ou même l’aider. Leroy soupira, sûr de lui et bien qu’il eût failli tomber de haut, poussa de ses petits bras maigrichons pour se remonter sur le balai. Avec quelques difficultés, il réussit à se maintenir en place. Leroy soupira, laissant échapper sa peur d’avoir cru mourir. Un rire éclata alors dans les stades. Un rire faible vu la hauteur dont se situé le serpentard, mais il y avait bien quelqu’un en bas sur le terrain. Leroy agacé qu’on l’ai vu galéré sur un balai alors qu’il était attrapeur fonça vers la dite personne et à peine avait-il posé un pied sur le sol qu’il s’écria : « Ho ça te fait rire ? J’ai failli y laisser ma vie.  »  On ne rigolait pas de lui sans sa permission, c’était hors de question.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE
« Je vogue au fil de l'eau, comme une algue entraînée, et j'écoute, pensif. Respirer sans souffrir, rêver puis disparaître, je m'endors dans l'obscurité, mais l'espoir est comme le ciel des nuits, il n'est pas de coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile. »

©️ FRIMELDA



Dernière édition par Leroy M. Odgen le Mar 16 Jan - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Mar 16 Jan - 0:04

Etre trop persistant, parfois ça paye et parfois non.

- Nathan Davis -


"Each day of my life, I think that I made one of the biggest mistake of my life by letting you go."


C’est seulement à midi et demi que Nathan se réveilla, les yeux grands ouverts et la mine décomposée. Il venait d’échapper à son chat, Grizzli, qui avait subi un amplificatum monstrueux et était devenu une sorte de chat tigre géant avec une gueule immense et des crocs acérés. Des gouttes de sueurs perlaient encore sur son front et il se releva, assis sur son lit. Putain il avait vraiment des potes de dortoir en carton pour lui faire une telle erreur à peine sorti de son lit. Mais il trouverait bien une super idée pour se venger et pour leur faire regretter cette blague ultra débile. Finalement quand il vit le dénommé Grizzli, allongé au pied de son lit, le Poufsouffle bondit littéralement de sa paillasse, pas du tout près à se battre contre son animal domestique une nouvelle fois.

– Vilain chat ! pesta-t-il pas tout à fait remit de ses émotions, en l’observant d’un air mauvais et pas effrayé du tout, non.

Flintch n’avait même pas eu la décence et la gentillesse de le réveiller à temps pour le déjeuner. Quel boulet, lui aussi. La prochaine fois, il ne risquait pas d’ordonner à son chat de recracher la boule sur patte qui faisait office de rat à son camarade de chambre, tant pis pour lui. Le jeune homme enfila en hâte un pantalon et un sweater, ne prenant pas la même de se laver. Il fit tout de même attention à sa coupe de cheveux avec un rapide passage éclair dans la salle de bain, avant de quitter sa salle commune du sous-sol en direction la grande salle : hors de question de louper un autre repas de la journée. Les elfes commençaient à en avoir ras la casquette de le voir débarquer tous les jours pour leur piquer de la nourriture. Installé à sa able respective, et alors qu’il mangeait pour quatre, une bonne centaine d’oiseaux en papiers entrèrent dans la grande salle et défilèrent comme si un spectacle allait début. Il s’en prit un en plein sur l’arrière du crâne et jura juste avant de l’attraper : « Nous sommes prêts ». Euh, ouais de quoi ça voulait parler, au juste ?

– Et la trempe que j’vais vous mettre, elle est prête aussi ? grommela-t-il dans sa barbe.


Comment osaient-ils interrompre son repas ? Ciel il fallait vraiment être ignorant pour faire ce genre de chose. Et c’était bien l’un des rares trucs qui le mettait de mauvais poil : ne pas pouvoir manger – ou finir de manger – tranquillou. Mais finalement le déjeuner toucha à sa fin. Et Nathan avait quand même eu le temps d’avaler trois assiettes différentes, ce qui normalement devrait le rassasier pour quelques heures. Nathan décida de profiter de ce début d’après-midi en se rendant au terrain de Quidditch, l’un de ses endroits préférés. Il n’y avait pas d’entrainement prévu pour aujourd’hui, mais il savait quand même que les Serpentard avaient prévus d’aller voler un peu. Et en bon poufsouffle batteur qui voulait niquer les autres équipes, Nate pensa que c’était plutôt une bonne idée d’aller les observer. Il allait prendre des notes, et prier pour que son capitaine à lui pardonne ses conneries de l’ancien entrainement avec ça.

Le garçon arriva donc dans les gradins et vit les verts et argent faire des tours de balais. Il observa l’un des mecs sur son balai. Au bon moment visiblement. Le gars glissa et perdu tout son équilibre. Il était maintenant suspendu dans les airs, en se retenant qu’avec ses mains. Il allait tomber ce con s’il ne se bougeait pas vite le cul.

– HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA.

Nathan ne put se retenir de pouffer et d’éclater de rire bruyamment. L’un de ses camarades était possiblement en danger (bien qu’il pouvait se démerder) et lui ça le faisait rire. Il faut dire que le poufsouffle était plutôt bon public. Et quand il voyait les serpents être des boulets sur des balais, c’était hilarant. Ca le rassurait également sur leurs chances de gagner le prochain match contre ces mecs. Quand le jeune homme releva la tête, le garçon était de nouveau sur son balai. Et Nathan continua de rire de plus belle. Avant que le Serpentard ne fonça finalement sur lui. Visiblement se faire moquer comme ça ne lui avait pas bien plus. Mais Nathan ne pouvait réellement pas se contrôler, et en voyant la colère de son camarade, son rire incontrôlable continua. Finalement il lui fallut deux bonnes minutes pour se calmer et réussir à aligner plus de trois mots sans repartir dans un fou rire.

– Oh pardon mec. Mais franchement vu d’en bas, c’était hilarant. T’aurais du voir ta tête de désespéré. HAHAHAHA.


*Calme toi, il va te buter.*

– Je savais que tu n’allais pas crever. Après tout, t’es pas une merde en quidditch, hein ?

*C’est censé être flatteur ça ?*



code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 290 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 296 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Mar 16 Jan - 15:14

C'est une blague ?
Leroy Odgen
Ce n’était pas sa journée. Non seulement il se retrouvait seul sur le terrain, mais en plus de ça il avait presque failli risque sa vie. Et il remerciait le ciel que personne n’ait pu voir, enfin personne de son équipe en tout cas. Si Alioth l’avait vu sans doute que son capitaine ne se serait pas gêné pour lui faire une remarque glaciale et cela peu importe ce qu’ils avaient pu vivre ensemble. Leroy le savait très bien qu’il n’aurait jamais dû glisser de cette manière de son balai, mais il avait été distrait quelques secondes. Cela avait suffi. Pourtant il avait toujours pensé être un bon joueur, il se débrouillait très bien en vol, pour faire les virages corsés et surtout pour marquer des points. Non il n’était pas forcément le meilleur de son équipe car après tout le qualificatif de ce sport était bien que c’était à plusieurs, pas comme le tennis moldu ou même les duels sorciers qui se faisaient en solo. Alors il n’avait pas le droit de tomber, d’être en déséquilibre sur son balai au risque de non seulement se faire renvoyer de l’équipe mais en plus de faire perdre les serpentard. Les autres maisons avaient eu aussi des joueurs très performants, mais Leroy aimait a penser que la sienne était la meilleure. Comme tout le monde d’ailleurs, c’était quelque chose de normal, non ? Imaginer un gryffondor qui pense que les serpentard sont meilleurs qu’eux, ce serait le monde à l’envers. Surtout quand on voyait la guerre que se livraient les deux maisons. Leroy n’avait jamais vraiment pris part, mais aimait bien la compétition. Quidditch, coupe des maisons, tout était mis en place pour se détester et tenter d’être les meilleurs. Il ignorait cependant s’il préférait que les serpentards gagnent la coupe des maisons en fin d’année ou gagne la coupe de Quidditch. Les deux ce serait super top, mais il avait toutefois promis à Melody que si son ancienne maison gagnait, il applaudirait pour elle. Peut-être était-ce à cause d’elle qu’il avait perdu l’équilibre, il devait bien trouver une raison à part son manque d’équilibre du jour. Oui elle en était peut-être la cause. Penser aux autres c’était dangereux, il ne cesserait de le répéter. Pourquoi alors le faisait-il ? Pourquoi depuis quelques mois parlait-il avec elle ? Et pourquoi attendit-il avec impatience ses lettres sans se l’avouer ? Leroy n’avait pas de réponses à la question, il ne comprenait pas comment tout ça pouvait arriver, les relations avec les autres. Comment il avait pu briser sa propre règle de ne pas s’accrocher aux autres ? Comment avait-il pu sortir avec Alioth, devenir si proche de Kayla et entretenir cette correspondance avec Mélody ? Leroy n’avait aucune réponse, mais toutes ses pensées n’étaient vraiment pas bonnes, elle avait failli le tuer. Un rire grossier et tonitruant retenti dans le stade normalement vide de monde. Ainsi quelqu’un l’avait vu glisser. Vraiment ? Et ce bonhomme tout petit du point de vue de Leroy se permettait de rire de lui. Comment osait-il sans que le serpentard lui ait donner la permission ? Il n’en avait tout simplement pas le droit et le pire dans tout ça c’est qu’il ne s’arrêtait pas de rire. Enervé et mécontent, Leroy se dirigea vers la personne qui se moquait de lui. Le serpentard posa un pied sur le sol et agressa le poufsouffle qui lui faisait face. En général le jeune homme était quelqu’un de calme et posé, mais pas aujourd’hui. Leroy reconnu celui qui se moquait comme étant batteur dans l’équipe de Poufsouffle. Nathan Davis c’était son foutu nom et il n’y avait pas de quoi rire. Risquer sa vie n’était pas une blague. Et puis pourquoi l’autre riait alors que Leroy avait réussi plus d’une fois à marquer des points avec lui sans que le batteur n’ait le temps de le toucher. Un peu prétentieux comme pensée.  Il attendit que le poufsouffle lui réponde, l’énervement était prêt à traverser ses lèvres, prêt à l’agresser de nouveau, mais Nathan trouvait tout ça très drôle comme situation. « Hilarant vraiment ? Espèce de crétin … » Leroy pensa sérieusement que c’était dommage de ne pas avoir sa baguette, mais en y repensant ce genre de comportement auquel il pensait était tout ce qu’il n’aimait pas chez la plupart des serpentards au sang chaud. Cependant l’envie de frapper Nathant tout de suite ne lui manquait pas. Il ne fit rien, voyant que le poufsouffle essayait de rattraper son comportement. Leroy croisa les bras et haussa un sourcil. « C’est censé être un compliment, Davis ? Non je ne suis pas une merde en quidditch, mais j’en viens à me demander si tu ne m’as pas lancé un sort pour que je tombe de mon balai. Après tout qu’est-ce que tu ferais là sinon ?  Je suis trop fort pour que l’équipe de poufsouffle ait besoin d’envoyer un joueur afin de m’emmener à l’infirmerie ? » Un peu dramatique sur les bords, Leroy ne voulait pas accepté le fait que cela puisse être de sa faute s’il avait perdu l’équilibre. Fixant toujours Davis, le serpentard rajouta : « Une mauvaise chute et je mourrais. Et tu aurais eu ma mort sur la conscience. » On rajoute un peu de drama, on fait culpabilisé l’autre, généralement ça s’appelle de la manipulation, mais c’était une manière comme une autre de réagir face aux moqueries.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE
« Je vogue au fil de l'eau, comme une algue entraînée, et j'écoute, pensif. Respirer sans souffrir, rêver puis disparaître, je m'endors dans l'obscurité, mais l'espoir est comme le ciel des nuits, il n'est pas de coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile. »

©️ FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Sam 3 Fév - 19:15
[quote="Nathan Davis"]
Etre trop persistant, parfois ça paye et parfois non.

- Nathan Davis -


"Each day of my life, I think that I made one of the biggest mistake of my life by letting you go."


Nathan ne pouvait définitivement pas s’empêcher de rire après le petit accident dont il avait été témoin. L’un de ses camarades de l’école avait faillit tomber de son balai en plein entrainement. Bon c’était peut être un peu mauvais de sa part de se moquer d’une telle chose étant donné qu’il aurait pu se faire réellement mal, mais dans un autre sens, se rendre compte que les Serpentard étaient aussi mauvais l’amusait au plus haut point. La pression pour leur prochaine rencontre en match officiel venait de redescendre de quelques crans. Après tout, il n’avait rien à craindre d’un garçon qui ne savait pas utilisé son balai correctement. Le Poufsouffle avait tout de même était très peu discret. Son rire aurait pu s’entendre des centaines de mètres aux alentours, et il n’avait aucune chance pour que Odgen ne l’ait pas entendu non plus. D’ailleurs ça ne lui avait pas réellement plus, puisqu’il avait foncé sur lui quelques minutes après, comme pour lui donner une petite leçon. Cette arrivée éclair n’avait pas réussi à calmer le garçon qui riait toujours et encore de plus belle. Il avait même du mal à aligner plusieurs phrases sans pouffer de nouveau. Si son camarade le prenait mal, Nate se doutait que si les rôles avaient été inversés, il se serait surement aussi allégrement moqué de lui. Donc bon, ce n’était pas la fin du monde non plus. Après tout il n’y avait pas mort d’homme, c’était le cas de le dire.

Nathan et Leroy étaient les deux opposés. L’un était maintenant jovial et hilare, tandis que l’autre était énervé avec un visage très fermé qui montrait clairement son mécontentement. Les Serpentard de cette génération semblaient tout aussi coincé que sa génération à lui. Pourquoi étaient-ils tous obligés d’être de mauvais poil en permanence. Ca ne leur ferait sans doute pas de mal de se dérider un peu et de rigoler de temps en temps. Son camarade commença donc pas l’insulter. Typique. Mais ce n’était pas le genre de truc qui atteignait Nate. Au contraire, il s’en fichait pas mal tandis qu’il continuait à rire, ne prenant clairement pas les paroles du garçon au sérieux. Mais le Serpentard changea vite de registre et l’accusa par la suite d’avoir essayé de le faire tomber de son balai.

*WTF*

Voilà qu’il devenait parano maintenant. N’importe quoi. Comme si Nathan n’avait que ça à foutre d’essayer de lui faire du mal. Ajouté à la paranoïa maintenant : « je suis tellement fort ». Nathan repartit dans un fou rire incontrôlable tellement les paroles de son interlocuteur étaient ridicules. S’il continuait à rire comme ça du Serpentard, celui-ci risquait bien de perdre son calme. Même s’il n’était pas une grande baraque, Nathan n’était pas réellement fan des conflits physiques. Il ne faudrait pas que quelqu’un abime son visage après tout. Mais même cette pensée n’arrivait pas à calmer ses rires. La situation était simplement hilarante, et il était bien trop compliqué de résister et de reprendre son sérieux.

– C’est vrai que tentative de meurtre de serpents, c’est le passe-temps favori de ma maison, tu n’imagines même pas tous les plans qu’on prépare en secret dans la salle co pour vous faire la misère. Notre but : qu’il ne reste pas un seul Serpentard à la fin de l’année.

Répondit le jeune homme encore une fois sur un ton décalé. Il voulait montrer à son camarade qu’il était réellement en train de virer parano.

– Vu ton talent sur un balai, mon équipe n’a pas de quoi flipper pour le prochain match, de toute façon.


*Pan. Petite pique bien placé.*

Nathan n’avait rien en soit contre les Serpentard, mais les élèves de cette maison avaient la fâcheuse tendance de se croire au dessus du reste, et ça Nate n’aimait pas. Il détestait l’injustice, et la suprématie des sang-pur, étant lui-même un né moldu. Mais Leroy n’en avait définitivement pas fini avec le Poufsouffle, et voilà qu’il se la jouait dramatique, en parlant de sa probable mort dû à cette chute qui n’était jamais arrivé.

– Drama Queen du calme. T’es en vie à ce que je sache.

Il ne fallait pas non plus exagérer. Il n’avait même pas une égratignure. Puis le garçon s’approcha du Serpy, lui attrapa le visage, et posa ses lèvres contre les siennes. Un baiser furtif qui le fit rigoler encore plus.

– Allez maintenant arrête de bouder, et fais moi un beau sourire princesse.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 290 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 296 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Jeu 15 Fév - 18:32

C'est une blague ?
Leroy Odgen & Nathan Davis
Crétin ! Imbécile ! Leroy ne savait même plus si c’était lui-même qu’il devait insulter ou si c’était le garçon qui se trouvait devant lui. Ce foutu Nathan qui osait simplement et sans problème se moquer de lui parce que Leroy aviat faillit tomber de son balai. Certes c’était une situation comique d’un point de vue extérieur, mais le serpentard avait eu très peur. S’il n’avait pas eu un peu d’habilité, adieu Leroy Odgen, un cadavre sur la pelouse du stade de Quidditch et une veillée funèbre en son honneur où très peu de personne viendrait. Oui Leroy aurait pu se faire très mal, il aurait pu mourir et l’autre il riait de ça ? Sérieusement c’était sans doute un idiot couplé à un imbécile de première qui ne connaissait pas les responsabilités. Le serpentard avait même penser pendant un temps que le poufsouffle avait fait exprès, lui avait lancé un sort, puisqu’après tout pourquoi serait-il là dans ce cas-là ? Leroy détestait qu’on se moque de lui, il ne trouvait ça aucunement légitime que ce poussin de Nathan puisse pouvoir rire de lui. Ils étaient sans aucun doute opposés et plus d’une fois déjà le serpentard avait évité les cognard que le batteur lui envoyait. Il n’était pas nul au Quidditch, malgré l’incident d’aujourd’hui, même plutôt doué, vu qu’il se lançait à lui-même des défis pour être le meilleur. Alors cet insignifiant petit connard qui était devant lui ne méritait sans doute pas l’agacement que Leroy éprouvait pour lui. Mais que pouvait-il faire d’autre à part être énervé. Après tout il ne lui devait rien, il ne l’aimait pas et ce n’était pas comme s’il faisait face à Alioth ou à Kayla, là où le serpentard aurait été un peu moins violent dans ses propos. Pourtant il faisait attention à ce qu’il disait cherchant à garder une certaine contenance face à Nathan, mais c’était difficile quand on écoutait ce que l’autre racontait. Leroy lui expliqua le fond de sa pensée, en se demandant si la faute n’était pas à remettre sur le poufsouffle pour l’accident survenu. Il fallait bien trouver une excuse. Et lorsque le serpentard l’accusa, Nathan repartis dans son fou rire. Si les yeux avaient pu tuer, le poussin jaune serait sans doute. Leroy dû conserver son calme pour éviter de le frapper, lui qui n’était pas quelqu’un de violent de base, cela le démangeait de mettre son poing dans la figure de son vis-à-vis. A la place il écouta la défense que lui donna Nathan, défense qui n’était pas bien fameuse, ainsi les poufsouffle essayaient donc de nuire aux serpentard, comme un passe-temps, dans le but qu’il ne reste plus aucun vert et argent à la fin de l’année. Leroy croisa les bras sur sa poitrine, en mode Je le savais et entreprit de répondre : « C’est vil, mais vous n’avez pas assez d’intelligence pour mettre en place ce genre de plan. Nous n’avons rien à craindre de vous. » Aller un peu d’arrogance qui faisait tant la fierté de certains serpentard. Leroy n’agirait pas comme ça de cette manière, mais il ne pouvait s’empêcher de vouloir clouer le bec à cet imbécile de poufsouffle. Son poing se serra contre sa poitrine lorsque Nathan se permit d’insulter ses capacités en Quidditch. Et encore une raison qui pousserait Leroy a lui mettre son poing dans la tronche, mais il continuait à se contenir, les mots pouvaient avoir plus d’impact que les actes et surtout, cela montrerait que les paroles de Nathan l’atteignait. A la place de devenir violent Leroy reprit, telle une menace : « Tu devrais faire attention à tes propos, Davis. Après tout, vous pouvez toujours vous reposer sur vos lauriers cela n’empêchera pas Serpentard de vous mettre la misère lors du prochain match. » Il était assez confiant là-dessus, connaissant les talents de son équipe et surtout ce qui les attendait si jamais ils perdaient. Ce n’était pas des paroles en l’air, mais le simple de fait de menacer Nathan pousserait sans aucun doute Leroy a se dépasser la prochaine fois. Question de fierté pour lui montrer de quoi il était capable. Le serpentard essaya de faire comprendre l’état critique sur sa situation et le fait que tomber de son balai à cette hauteur aurait pu lui coûter la vie. Peut-être était-ce un peu se la jouer drama de le dire de cette façon, mais Nathan devait se rendre compte des enjeux. « Pour le moment oui je suis en vie. » répondit Leroy devenant un peu boudeur pour le coup. Non pas qu’il tenait plus que ça à sa vie, après tout elle n’avait rien de spécial, mais savoir que le seul spectateur de sa mort serait se poufsouffle c’était cruel. Avant que Leroy ne put l’éviter, Nathan attrapa son visage et déposer un baisé sur ses lèvres. Puis l’autre se mit à rire. Un instant le serpentard ne savait pas trop ce qu’il devait répondre à ça, c’était soudain et très étrange de la part de son adversaire. Agréable ? Peut-être, mais cela n’en restait pas moins bizarre. Nate l’appela princesse, mais Leroy ne releva même pas, ce n’était pas franchement nécessaire et pour le coup, sa colère semble s’être un peu calmé après ça. Le poufsouffle pouvait bien l’appeler Princesse, darling, poussin ou autre, rien à faire. Affichant une petite moue, sans forcément sourire, ça ferait trop plaisir à Nathan, Leroy lui sortit : « Alors comme ça je te fais de l’effet, Davis ? » A moins que ce soit un défi stupide, mais personne ne lui aurait demandé de faire ça, ou peut-être simplement qu’embrasser quelqu’un permettait de le calmer.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE
« Je vogue au fil de l'eau, comme une algue entraînée, et j'écoute, pensif. Respirer sans souffrir, rêver puis disparaître, je m'endors dans l'obscurité, mais l'espoir est comme le ciel des nuits, il n'est pas de coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile. »

©️ FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Ven 16 Fév - 3:59

Etre trop persistant, parfois ça paye et parfois non.

- Nathan Davis -


"Each day of my life, I think that I made one of the biggest mistake of my life by letting you go."


Bon d’accord, ce n’était peut-être pas cool de la part de Nathan de rire de la sorte de l’un de ses camarades, mais il fallait avouer que la situation était plutôt drôle. Et même si le Serpentard se la jouait dramatique, il était en vie, donc bon autant passer à autre chose et rire de la situation plutôt que de faire la tête. Nate trainait souvent sur le terrain de quiditch, c’était l’un de ses endroits favoris à Poudlard, et il n’était jamais à l’abri d’une petite séance d’entrainement improvisé. Les Serpentard devaient s’entrainer ce jour là, mais ça n’avait pas empêché le jaune et noir de bouger ses fesses jusqu’au terrain. Et il avait eu bien raison, puisqu’il avait pu apprécier un spectacle hilarant. Du moins pour lui, parce que vu le bruit qu’il faisait, il n’arrivait même pas à se contrôler assez pour s’arrêter. Et ça, son camarade ne l’appréciait pas du tout. Compréhensif, lui aussi l’aurait peut-être mal pris si un Serpy venait se foutre de sa gueule sur son terrain. Les matchs étaient toujours sous haute tension. Car pour chaque équipe, pour chaque joueur, la victoire était le graal. La victoire était la seule chose visée. Nathan aimait ce sport, et il voulait à tout prix gagner. Surtout qu’il était aussi mauvais joueur. En tant que batteur, il usait et abusait de son statut pour donner de grands avantages à son équipe. Son but était de toucher et de faire tomber du balai, les poursuiveurs de l’équipe adverse, et s’il arrivait à toucher l’attrapeur, c’était une grande fierté. Après tout, tous les coups étaient permis. Et puis de toute façon, il ne faisait même pas parti de cette époque, alors il pouvait bien tricher à sa guise, ce n’était pas comme si ça allait lui coller à la peau à vie du coup.

Mais même si Nathan se moquait de son camarade sur l’instant, il savait qu’il n’était pas complètement nul pour l’avoir affronté l’année précédente sur le terrai. Il était plutôt bon sur un balai, avait des mouvements fluides et une certaine technique. Mais ça il ne risquait pas de l’avouer à voix haute, encore moins de le dire à son camarade. Il préférait de loin le taquiner sur sa prétendu nullité. Il fallait bien profiter des petits plaisirs de la vie après tout. Et faire enrager les Serpentard en faisait bien parti. Odgen était complètement taré, maintenant il l’accusait de l’avoir fait tomber de son balai. Toujours plus, comme si Nate n’avait que ça à foutre. Il rentra donc dans son jeu, et lui répondit sur un ton très ironique, en espérant qu’il comprenne à quel point son accusation était stupide.

– Oh non, tu fais parti de ce groupe de personne arrogant et ignorant qui pense que les Poufsouffle sont tous des idiots, sans connaissances, ça me brise le cœur si tu savais.
– dit-il toujours sur un ton ironique, se moquant clairement de Leroy – on a surtout pas besoin de ça pour vous mettre une bonne raclée sur le terrain.

Finit le jeune homme avec un sourire au coin des lèvres. Oui il avait bien compris que son camarade cherchait à avoir le dernier mot, cherchait à lui faire fermer sa bouche. Mais dans un esprit de contradiction, le garçon avait envie de lui montrer qu’il pouvait continuer longtemps ce petit jeu, parce que lui aussi avait de la répartie. Il ne fallait pas croire que parce qu’il était dans la maison Poufsouffle il n’était pas doué.

Puis Nathan était réellement le genre de garçon avec un bon fond. Il taquinait beaucoup mais c’était réellement pour s’amuser, pour passer le temps, plus que pour blesser la personne qu’il avait en face de lui. Et même si le Serpentard ne semblait pas trop l’apprécier, lui, n’avait absolument rien contre lui. Mais bon, comme Nate voyait que le garçon s’énervait rapidement, il aurait été dommage de passer à côté d’une telle opportunité, et de ne pas en profiter pour s’amuser un peu. Il allait quand même finir par se prendre un point dans la figure s’il continuait comme ça. Mais il ne semblait pas avoir peur. Surtout qu’il venait d’insulter les talents de joueur du Serpy pas content.

– Sous-estimer son adversaire est le premier pas vers la défaite Odgen, surtout que tu n’as pas vu le remaniement de notre nouvelle équipe. Je crois qu’on aurait des choses à t’apprendre.


*Allez continue de lui envoyer son accident de balai en pleine face, tu as raison.*

Au fond Nathan aimait bien ce genre de confrontation où il fallait avoir pas mal de repartie pour survivre. Heureusement que Dame Nature lui avait donné une grande bouche. Il continua d’ailleurs à se moquer gentiment des tendances dramatiques de son camarade. Ca va, il avait failli mourir, il avait compris après la centième fois, pas besoin d’en rajouter encore et encore. Surtout qu’il était en vie, et c’était ça le plus important de toute façon. Avec des si, on pouvait refaire le monde, alors autant ne pas se prendre la tête. Nathan eut un comportement surprenant. Alors que Leroy était toujours en train de l’engueuler et de faire la gueule, le garçon s’avança vers lui et l’embrassa. Au moins ça avait eu de l’effet puisque son camarade avait baissé d’un ton, et semblait tout de suite beaucoup moins énervé.

*Alléluia.*

– On m’a appris qu’un bon baiser arrêtait net dans son élan les hurlements de quelqu’un. Juste un petit test, qui visiblement marche pas mal à ce que je vois. Tu es certes pas dégueu à regarder, mais quelqu’un qui tire la tronche en permanence, très peu pour moi.


Il avait dit la dernière phrase avec un sourire, suivi d’un petit clin d’œil, pour lui faire comprendre que ce n’était qu’une blague, et que cela n’avait pas pour but de l’insulter encore une fois.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 290 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 296 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Ven 16 Fév - 17:35

C’est une blague ?
Leroy Odgen & Nathan Davis
Leroy n’était pas quelqu’un de violent habituellement mais ça continuait à le démanger de frapper Nathan en ce moment même. En plus avec son rire de crétin, un rire ignoble et sans aucune beauté, franchement il aurait dû se la fermer plutôt que de continuer à rire de cette manière. Leroy ne s’était jamais intéressé de près ou de loin à Nathan, c’était un adversaire et un poufsouffle donc ils avaient franchement peu de contacts positifs. En tant que batteur le but de Nate était de faire tomber Leroy de son balai et si aujourd’hui selon le serpentard il avait préféré tenter d’utiliser un sort pour le rendre inapte à jouer, ou pire à le tuer, puisque vu la chute cela aurait pu être le cas, en match Nathan utilisait les techniques traditionnelles. Bien qu’il visait bien, Leroy arrivait sans trop de mal à éviter les cognards. En même temps il risquait sa vie à chaque match et même en finissant à l’infirmerie, déjà d’une s’il perdait à cause de ça, il s’en voudrait, mais en plus son équipe ne serait sans doute pas heureuse de perdre un joueur. Alors il fallait qu’il se débrouille pour rester en vie et en équilibre sur son balai, continué à marquer des points jusqu’à ce qu’Alioth réussisse à attraper le vif d’or. Ho il était déjà aller voir madame Pomfresh, mais même si son état n’était pas fameux la seule chose qu’il avait demandé à son équipe était de savoir s’ils avaient gagné ou pas. L’important était de gagner selon lui et il connaissait bien ses coéquipiers, il savait qu’ils étaient tous de très bons joueurs. Bon l’année dernière certains étaient partis, ce qui avait été dommage, comme Mathéo Collins, qui d’après ce que Leroy savait était dans une école pour devenir pro maintenant. Mais malgré les départs, l’équipe avait réussit à reprendre du poil de la bête et à gérer ce début de saison.

Alors que l’équipe de Poufsouffle se vante de pouvoir les battre, Leroy n’y croyait pas vraiment. Parce que c’est bien ce que lui disait Nathan devant lui. Et puis comme le disait si bien le serpentard, si c’était une technique de le faire tomber de son balai, c’était que les poufsouffles n’avaient pas suffisamment confiances en eux et qu’ils devaient donc évincer l’un des joueurs. C’était flatteur d’un côté, cela signifiait que Leroy était tellement bon qu’on voulait sa mort pour qu’il ne joue pas. Mais honnêtement il aurait préféré qu’on l’enferme dans une pièce pour éviter qu’il ne joue, plutôt que de risquer sa vie. Il était peut-être taré d’être suspicieux de cette manière, mais l’arrogance dont faisait preuve Nathan ne lui plaisait pas du tout. Si Leroy pensait qu’il avait cloué le bec au jaune et noir, ce n’était sans doute pas le cas. Le poufsouffle devait s’aimer s’entendre parler pour débiter autan d’imbécilité. Certes le serpentard avait joué sur le fait que si les poufsouffles avaient l’envie de détruire sa maison c’était peine perdue à cause de leur intelligence, mais au final connaissant le blond, ce genre de préjugé était juste bon à dire quand la personne en face nous agaçait. Dire que les serdaigle étaient des intellos sans vie sociale, ou que les gryffondor étaient des connards arrogants, et que les poufsouffles étaient tous stupides, ce serait comme dire que tout les serpentard étaient des connards prétentieux. Leroy savait que tous ses stéréotypes étaient faux, ils étaient tous différents peu importe leur maison, lui le premier. Toutefois cela semblait touché Nathan que le serpentard puisse penser ça et pour le coup si Leroy s’énervait d’entendre les mots de son vis-à-vis, cela devenait plus intéressant. La répartie, pouvoir jouer avec les mots, il adorait ça. « Ho parce que mon avis d’intéresse ? Je te pensais au-dessus de tout ça. C’est beau d’avoir de l’espoir en tout cas, ou une peut-être est-ce de la folie de croire en vos capacités. » Aller on continue sur les piques, Leroy ne l’avouerait sans doute pas, mais il commençait à s’amuser et attendait donc patiemment que Nathan trouve une réponse, tout ça n’était qu’un jeu de ping-pong en soit, on se renvoyait la balle jusqu’à ce que quelqu’un marque un point, puis à la fin on comptait et on voyait qui avait gagné. Très amusant, mais on ne pouvait pas faire ça avec tout le monde, donc dès qu’on avait trouvé son adversaire il suffisait de le trouver.

Leroy reprit la parole avec un ton beaucoup plus agressif, jouant sur le fait qu’ils allaient s’affronter en match et que Nathan ne devrait pas être aussi sûr de lui concernant ses capacités. Même si le serpentard se retenait encore un peu de frapper le poufsouffle, il savait que les mots importaient, car c’était une règle de base de la vie : à partir du moment où on devient violent non seulement l’autre gagne, mais vous perdait toute contenance face à lui. C’était trop simple de frapper quelqu’un, trop facile, alors il valait mieux se taire. Et puis bon avec les petits bras de Leroy pas certains qu’il ferait mal à Nathan. Flatteur, le poufsouffle parla de son équipe qui semblait être capable de battre les serpentards. Leroy haussa un sourcil, curieux. Il ne sous-estimait pas ses adversaires, mais voir une personne aussi confiante était intriguant. « Le remaniement de votre équipe ? Vous étiez si mauvais qu’il fallait absolument changer les choses ? » Aller on continue les piques aussi, ça marche dans les deux sens. Les moqueries continuèrent, Leroy continuait à montrer son mécontentement, signalant qu’il aurait pu mourir, montrant un côté un peu dramatique de la situation, chose qui était vrai. Mais il aurait pu sans aucun doute et Nathan aurait rit devant un cadavre. Cependant la discussion prit une tournure étrange lorsque le poufsouffle s’approcha de Leroy pour l’embrasser. Ouais un baisé sur la bouche, comme ça gratuit, sans prévenir, surprenant et étrange. Le serpentard eu un petit moment avant de demander si finalement il faisait de l’effet au poufsouffle. Il serra son poing toutefois en entendant la réponse de Nathan qui lui disait que c’était une simple expérience pour le calmer. D’accord cela avait marché un peu. Soupirant et reprenant un air un peu plus détaché, desserrant pas la même occasion ses doigts dans sa paume, Leroy répondit : « Tu es désespérant, Davis. Il suffirait simplement d’avouer que je te plains ce ne serait pas si grave. Et je ne tire pas la tronche en permanence, mais tu ne mérites aucunement l’un de mes sourires.  » S’il pouvait pas la même occasion flatter un peu son égo, Leroy ne disait pas non.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE
« Je vogue au fil de l'eau, comme une algue entraînée, et j'écoute, pensif. Respirer sans souffrir, rêver puis disparaître, je m'endors dans l'obscurité, mais l'espoir est comme le ciel des nuits, il n'est pas de coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile. »

©️ FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Sam 17 Fév - 2:33

Etre trop persistant, parfois ça paye et parfois non.

- Nathan Davis -


"Each day of my life, I think that I made one of the biggest mistake of my life by letting you go."


– Je ne vis que pour avoir l’avis du grand Odgen, si tu savais. Ma passion pour toi s’étend bien au-delà de tes capacités sportives. Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus. Et dans ce cas-là, mon pas est vers la victoire.

Lança le jeune homme, un sourire au coin des lèvres. Répondre aux attaques de son camarade par de l’humour était son passe-temps favori. Il aimait les personnes qui avaient de la répartie, les gens qui lui répondaient en le piquant un peu, sans être seulement offensé par ce qui sortait de sa bouche. Le Serpentard était finalement un meilleur adversaire dans ce domaine qu’il ne pensait. Et cette petite joute verbale commençait à lui plaire. Car le garçon aimait bien taquiner sans arrêt ses camarades. Généralement il ne le faisait pas par pure méchanceté, mais seulement parce que c’était son mode de fonctionnement. Il aimait ne pas prendre les choses au sérieux, surtout depuis qu’il était retourné dans le temps. Il avait cette impression que tout ce qu’il faisait ici ne comptait pas réellement, puisque ce n’était, en quelque sorte, pas sa vraie vie. Pouvoir souffler faisait du bien. C’était étrange à dire d’ailleurs vu le contexte actuel. Mais le garçon avait réellement l’impression d’être moins en danger ici (malgré ce qui s’était passé avec les mangemorts) que dans le futur. Car il avait connu le danger dans sa génération. Il avait connu Poudlard sous l’emprise de Rogue, la vie dure avec les Carrow, qui plus d’une fois l’avait pris pour cible pour démontrer les sortilèges de torture. Il avait vécu reclus dans la salle sur demande quand les choses s’étaient aggravées pour lui. Il avait participé à la bataille de Poudlard où les « gentils » tombaient morts comme des pions d’échecs version secret. Il avait vu les horreurs, il avait subi les séquelles de la guerre. Et maintenant dans le passé, tout était différent. Il avait cette impression que ce n’était pas réellement sa propre vie qu’il vivait. Il avait l’impression que peu importe ce qu’il se passait, ça ne pouvait pas être plus terrible que ce qu’il avait vécu. Et il avait cette dangereuse sensation d’être invincible. Oui c’était dangereux. Car dans son esprit, il n’était pas censé exister en 78. Cela voulait donc peut-être dire qu’il ne pouvait pas mourir, dans le sens où il allait naître dans quelques années. Sa mort, si elle arrivait, n’aurait donc rien de définitif. Cette pensée était peut-être fortuite, et pourtant terriblement dangereuse dans l’esprit d’un adolescent. Avec cette pensée, Nathan pensait qu’il pouvait prendre tous les risques possibles et inimaginables. Alors contre un élève de Serpentard à qui il lançait des piques, cela n’avait franchement rien de très dangereux, mais s’il faisait quelque chose de stupide dans une vraie bataille, ou face à un adepte des forces du mal, les conséquences pourraient bien être plus dramatiques.

Revenons-en à nos moutons. Son camarade Serpentard semblait beaucoup plus agressif lorsqu’ils abordaient ensemble le prochain match qui verrait affronter les Serpents contre les Poufsouffle. Visiblement il n’acceptait pas une possible défaite. Et avec ce que Nathan lui balançait, Odgen allait surement redoubler d’effort pour être sûr de battre les blaireaux sur le terrain. Il le trouvait trop sûr de lui. Nathan l’était et ne le cachait pas. Il se savait plutôt bon à son poste de batteur. Il avait la force pour renvoyer un cognard loin de ses joueurs, et l’agilité pour tenter d’envoyer la balle sur un poursuiveur. Le jeune homme montra donc toute cette assurance à son camarade. Non les Serpentard ne devaient se croire gagnant avant même d’avoir joué le match. Il ne fallait pas les sous-estimer. Ils avaient vu une arrivée de nouveaux joueurs pour remplacer les septièmes années de l’an passé, et leur équipe était plus en forme que jamais désormais. Son camarade semblait désormais intrigué, même curieux de ce que venait de lui dire le jeune homme. Il ne perdit tout de même pas l’occasion de lui lancer un petit pique, qui forma un petit sourire sur les lèvres du Poufsouffle.

– On s’est fait une petite injection de sang frais après le départ de quelques joueurs à l’université. Grand tête vide, hein ? Ca réfléchit pas beaucoup là-dedans.

Annonça le garçon en rigolant, alors qu’il accompagnait les paroles au geste en montrant le crane de son camarade. Odgen était une bonne personne à taquiner parce qu’il répondait, et qu’il partait un peu au quart de tours, ce qui rendait l’échange toujours très intéressant au final. Piquer, ça marchait dans un sens comme dans l’autre. Nathan ne perdait pas le nord, acceptant les taquineries de son camarade pour mieux lui renvoyer la balle l’instant d’après. C’était comme un sport, mais cette fois-ci c’était le cerveau et l’art de parler qui entrait en jeu, et pas les muscles. Oui, sinon le Serpy aurait été en mauvaise posture, vu qu’il était un peu gringalet dans son genre.

Toujours dans la provocation mignonnette, Nathan avait stoppé les « hurlements » de son camarade en lui déposant un baiser sur les lèvres. Rien de mieux qu’un bon baiser pour faire fermer la bouche à une demoiselle en furie. Fier de lui, ça avait plutôt bien marché quand même, il fallait l’avouer. Maintenant que le garçon était plus calme, la conversation serait sans doute mieux menée. Mais il fallait bien compter sur Nathan pour faire une petite remarque qui allait remettre le feu aux poudres. Il n’avait réellement pas sa langue dans sa poche celui-ci. Visiblement, être le résultat d’une expérience n’était pas le mieux pour lui. Il vit le garçon soupirer avant de retrouver l’usage de la parole pour lui dire qu’il était désespérant.

*Pas totalement faux, en effet.*

– Les garçons qui savent ce qui veulent, ça me plait beaucoup. Ceux qui goûtent aux bonheurs masculins simplement pour expérimenter, ça m’attire nettement moins. Désolé Odgen, mais tu peux toujours revenir me voir le jour où tu te seras bien décidé.


Répondit le jeune homme toujours avec le sourire. Oui il avait entendu par différentes rumeurs que le garçon n’était pas forcément intéressé par les hommes, il avait juste expérimenté avec un autre Serpentard. Quand Nathan fricotait avec un garçon, il préférait que celui-ci soit sûr d’aimer la gente masculine, ça ne l’intéressait pas réellement de perdre son temps. Mais ça n’avait rien de méchant, et ce n’était en rien contre le garçon.

– Qu’est ce que je dois faire pour mériter ce sourire, princesse ?

Princesse c’était mignon, ce serait le nouveau surnom d’Odgen tiens.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 290 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 296 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Mar 20 Fév - 11:58

C’est une blague ?
Leroy Odgen & Nathan Davis
De manière général, Leroy était quelqu’un qui n’aimait pas les gens. Il évitait les problèmes. Et les gens étaient des problèmes, que ce soit en parlant de leurs bêtises à deux balles sur l’amour, ou simplement sur le sentiment de solitude qui guettait chaque être humain, du point de vue de Leroy ils étaient tous stupides et inutiles. Alors il ne comprenait pas ceux qui perdaient leur temps à essayer de les comprendre ou même à les aimer. Cependant, il y avait une chose qui permettait à quelqu’un d’avoir l’appréciation de Leroy. Si vous aviez en vous quelque chose qui arrivait à piquer sa curiosité, le serpentard devenait soudain plus intéressé. De l’autre, il fallait également supporte son caractère, qui en pouvait en agacer plus d’un. Si le serpentard gardait encore une certaine rancœur à l’égard de Nathan, cela ne l’empêchait pas d’avoir trouver en lui quelque chose d’intéressant. Quelque chose que Leroy appréciait énormément : une capacité à répondre en lançant des piques, en cherchant à mettre mal à l’aise l’autre. Pour une fois que Leroy pouvait être désagréable envers quelqu’un qui le serait en retour de la bonne manière, il n’allait pas se priver. Au fond de lui, il avait l’impression que cela amusait également Nathan de jouer à qui répondra le mieux. De toute façon depuis que Leroy était descendu de son balai, le poufsouffle qui lui faisait face semblait très clairement s’amuser de la situation. Il suffisait simplement que Leroy se lâche clairement, sans le frapper et la joute verbale n’en serait que plus palpitante. Cette conversation n’aboutirait sans doute pas à une amitié quelconque même si les deux aimaient s’envoyer des piques, et aucun ne laisserait l’autre gagner. Leroy sentait que cela pouvait aller loin entre eux. D’un autre côté, en balançant ainsi des piques, on ne pouvait pas dire que les deux élèves abordaient des sujets très sérieux, ni même très intéressant, le but étant d’être le plus agressif possible envers l’autre. Le serpentard faillit sourire lorsqu’il entendit Nathan avouer de manière ironique qu’il ne vivait que pour son avis à lui, mais il se retint ne voulant pas lui faire ce plaisir. Un sourire avait un pris, il fallait le mériter et le moins que l’on puisse dire c’était que le poufsouffle ne le méritait clairement pas, pour le moment. « Donc si je dis que tu es un connard agaçant tu ne vas pas remettre en cause mon avis et tu vas simple acquiescer comme un idiot ? Le talent t’emmènera à la victoire, pas la folie. » L’insulte était totalement gratuite, même si c’était ironique, Leroy était curieux de savoir jusqu’où Nathan irait dans sa fierté et dans ses répliques. Est-ce qu’il acquiescerait ou rouspéterait-il face à une insulte. Le serpentard ne pouvait pas vraiment savoir, imprévisible le petit poufsouffle. Leroy savait que lorsqu’on observait bien quelqu’un on pouvait apprendre beaucoup de chose sur leur réaction, mais face à Nathan, il ne pouvait pas vraiment dire ce qui allait sortir de cette bouche. Pour le moment, en tant qu’adversaire, il était question de savoir qui des poufsouffle ou des serpentards étaient les meilleurs en quidditch. Si Leroy avait confiance en ses capacités, Nathan en faisait de même. Comme ça aucun des deux n’allait aller bien louer. Cela faisait deux ans qu’ils s’affrontaient et jusqu’alors, Leroy n’avait jamais fait attention à Nathan Davis qui s’amusait à lui lancer des cognards pour tenter de le faire tomber de son balai. Ironique, le serpentard demanda si les jaunes et noirs étaient si nul qu’ils avaient eu besoin de remanier l’équipe. Sa réponse ne fut pas vraiment étonnante, les élèves étaient partis à l’université et Leroy avait perdu deux coéquipiers. Et deux très bons. Mais cela n’empêchait pas le fait que les autres étaient restés. Malgré les petites tensions sexuelles dans l’équipe, les serpentards étaient plutôt bons, du point de vue de Leroy. Le poufsouffle souriait, chose que Leroy n’appréciait pas vraiment. Trop de bonne humeur, trop de joie dans ce regard, trop de … poufsouffle. Affichant un air dédaigneux, il répondit : « C’est vrai que sans ceux partis à l’université, vous ne deviez pas être très forts, mais ça m’étonnerait que les nouveaux soient bien doués. Attendons de voir si le sang frais dont tu parles, survivra au prochain match. » Le serpentard n’avait pas réagis au fait que Nathan lui ais dit ne pas avoir réfléchis, inutile petit commentaire. Répondre lui apporterait trop d’importance. D’autant que si certains auraient réagit au quart de tour de manière agressive, Leroy n’avait sans doute aucune chance physiquement face à Nathan et il le savait, son corps n’était pas fait pour se battre. Oh il avait déjà testé face à des moldus de tester sa force, mais cela n’avait rien donné de bien concluant. Avant que Leroy ne s’en rende compte Nathan l’avait embrassé, sans crier garde, sans avertissement, apparemment pour faire taire les hurlements de son vis-à-vis. Allons bon, il pouvait être désespérant comme poufsouffle, mais Leroy joua sur cette corde, le simple fait de l’avoir embrassé qui pouvait cacher une attirance envers le serpent. Tandis qu’il prononçait ses mots, Nathan lui répondit qu’il ne voulait pas de quelqu’un qui ne savait pas ce qu’il voulait et surtout qui n’avait fait que tenter l’expérience. Le serpentard sentit un vent de rage monter en lui. S’il y avait bien une chose dont il n’aimait pas parler c’était sa relation avec Alioth, parce que d’un point de vue extérieur cela pouvait paraitre anodin pour Leroy alors que cela ne l’avait pas été. Certes c’était une expérience comme une autre, mais c’était bien plus. « Ne me dis pas que la première fois que tu as goût aux plaisir masculin comme tu dis, ce n’était pas une expérience. Quant à moi je sais ce que je veux et ma relation avec Alioth a été bien plus complexe que tu ne l’imagines. » Il ne savait même pas pourquoi il disait ça à Nathan, comme une justification au final, mais sans doute que le poufsouffle avait entendu des rumeurs et Leroy n’aimait pas qu’on parle dans son dos sans savoir de quoi il en retournait. Après tout sa relation avec son capitaine ne regardait que lui. « Arrêter d’être toi pendant quelques instants ? Non ? Peut-être dire quelque chose de drôle pour une fois. » répondit-il lorsque Nathan lui demanda ce qu’il devait faire pour mériter un sourire.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE
« Je vogue au fil de l'eau, comme une algue entraînée, et j'écoute, pensif. Respirer sans souffrir, rêver puis disparaître, je m'endors dans l'obscurité, mais l'espoir est comme le ciel des nuits, il n'est pas de coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile. »

©️ FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Mer 28 Fév - 19:51

Etre trop persistant, parfois ça paye et parfois non.

- Nathan Davis -


"Each day of my life, I think that I made one of the biggest mistake of my life by letting you go."


NOOOOOOOOOOOOON. Le jeune homme mima recevoir un poignard dans le cœur tandis qu’il entendait les paroles de son interlocuteur. Visiblement celui-ci avait décidé de rebondir sur son ironie pour s’en servir à son avantage. Nathan voyait en ce garçon un véritable joueur. Il était capable de lui lancer des piques et de répondre du tac au tac. Et Nate était un grand fan de ce genre de jeu où la spontanéité était de mise. Du coup, il n’était réellement pas pressé de partir et de lancer tranquille le poursuiveur de l’équipe adverse. Au contraire, il avait bien l’intention de rester, histoire de tester sa patience et son talent à lui renvoyer la balle. Au moins, il avait arrêté d’être mélodramatique sur sa possible mort, ce qui était un grand avancement du point de vue du Poufsouffle. Mais les choses pouvaient aller loin entre les deux, puisqu’ils semblaient être tout aussi têtu l’un que l’autre. Nathan ne voulait pas arrêter son lancement de taquinerie, tandis que le Serpentard prenait un malin plaisir à lui répondre pour poursuivre les hostilités. Le jeune homme l’avait d’ailleurs insulté gratuitement lors de sa dernière intervention. Nathan était loin de prendre mal ses paroles. Au contraire, cela n’avait pas enlevé son petit sourire, ce qui était l’une de ses grandes forces dans un sens.

– Tout à fait, puis je baiserais tes pieds pour m’avoir ouvert les yeux. Même si tu manies l’art d’insulter à merveille, je suis sûr que tu peux me trouver une petite qualité.


Lança le jeune homme avec un sourire. Il aurait pu s’énerver, ou être outré de se faire insulter comme ça sans aucunes raisons valable. Mais ce n’était pas son genre. Lui choisissait souvent la voie de l’humour face à la colère. Parce qu’il y avait déjà tellement de choses dans sa vie pour lesquels il était en colère, qu’il ne voulait pas en rajouter d’avantage, surtout pour des broutilles. Et puis dans un sens, Nathan trouvait cela très intéressant comme conversation. Après tout, ce n’était pas souvent que les gens balançaient les quatre vérités en face. Tout le monde parlait derrière le dos de tout le monde en général. Pas chiant pour un sou, il prenait donc compliments et insultes avec le sourire. Même si pour le coup le Serpentard ne lui faisait clairement pas de cadeaux.

En tant que joueur de quidditch, chacun des deux élèves défendaient sa propre maison, et sa propre équipe. Chose qui était totalement normal et logique. Nathan avait confiance en son équipe. Ils s’entrainaient très dur plusieurs fois par semaine, pour combler le manque de bons joueurs qui s’étaient envolés pour l’université. Les nouveaux arrivants étaient plutôt bons, mais ils avaient besoin d’entrainements intensifs pour se mettre clairement dans le bain. On ne pouvait pas enlever le côté travailleur acharné aux Jaunes et Noirs. Cette année, il la sentait bien. Nathan se sentait prêt à battre toutes les équipes qui se mettraient sur leur chemin. La coupe était à eux cette année, hors de question de plier. Mais évidemment en bon Serpentard, Odgen pensait que son équipe était supérieure à toutes les autres. Ils avaient beaucoup de joueurs de talent, c’était indéniable. Mais Nathan avait beaucoup trop de fierté pour avouer à voix haute qu’ils étaient meilleurs qu’eux. C’était hors de question. Plutôt mourir.

– On a perdu des bons éléments certes. Mais le travail acharné paye toujours et nos jeunes vont vous en faire voir de toutes les couleurs. Si les Serpentard ne montent pas un plan diabolique pour avoir la victoire, nos chances sont plutôt bonnes.


Lança le jeune homme, tout en faisant une petite pique au Serpentard. Les Verts et Argents étaient connus pour être des rusés, et pour être prêt à tout pour arriver à leurs fins. Ainsi, personne n’était à l’abri de l’une de leur petite tricherie. Nathan avait fait cette petite réflexion pour provoquer un peu son interlocuteur, sous-entendant qu’il ne pouvait pas gagner sans tricherie de la part de son équipe. Nathan avait eu un comportement plutôt surprenant. En effet il avait calmé le Serpentard à l’aide d’un baiser furtif. Si cela avait le mérite d’avoir marché, désormais Odgen semblait certain que Nathan avait une attirance envers lui. Evidemment c’était un beau garçon, mais il lui précisa qu’il n’aimait pas les expérimentations. Chose que visiblement le Serpentard ne prit pas très bien, se sentant insulté par cette tournure de phrase.

– Pourquoi te sens-tu obligé de te justifier ? Mes paroles t’atteignent plus que tu veux l’admettre en fait.

Lança-t-il toujours avec ce petit sourire insupportable. Il continuait de provoquer le jeune homme. Au fond, il se fichait pas mal des expériences de Leroy, il faisait ce qu’il voulait avec qui il voulait. Nate n’était personne pour porter un jugement sur ses activités sexuelles, surtout vu les siennes. Mais avec quelqu’un d’aussi sanguin que Leroy, c’était marrant de pouvoir voir jusqu’où il pouvait aller. Comme il n’était pas bien méchant au fond, il lui demanda par la suite ce qu’il pouvait faire pour mériter son sourire. Il prit cette perche pour l’insulter encore une fois. Heureusement que Nathan n’était pas sanguin sinon il lui aurait surement sauté à la gorge plus d’une fois depuis ce début de conversation.

– Arrêter d’être moi ? Tu vas vite t’ennuyer dans cette conversation si j’obéis à ta proposition. J’ai une petite blague : Un Gryffondor arrive devant deux portes, la première ouvre sur une vie merveilleuse sans problème, la deuxième ouvre sur un monde de ténèbres Laquelle choisit-il ?

*Tu vas voir si je suis pas hilarant.*

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serpentard J'ai posté : 290 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 296 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi :
« Il y a deux choses qu'on ne peut contrôler : l'amour et la mort. Le reste n'est qu'une question de choix. »

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: L'orage
Patronus: Chat Siamois
Capacité spéciale: Aucune

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Mer 14 Mar - 18:32

C’est une blague ?
Leroy Odgen & Nathan Davis
Leroy roula des yeux, soupirant un instant en observant Nathan faire son cinéma stupide. Evidemment que les propos de son vis-à-vis ne l’avait pas tué sur le coup, le poufsouffle n’était pas de ce genre-là, mais franchement était-il obligé de faire ce genre de geste. Leroy tentait de rester stoïque face à tout ça, désespéré, mais en fait il s’amusait. Nathan l’amusait et sans doute que si la discussion n’était pas aussi mal partie, les deux adversaires auraient pu être pote, enfin d’après le serpentard. Nathan ne semblait pas vraiment détester Leroy, s’amusant aussi sans doute dans la conversation qui avait lieu, tout les deux ayants les bonnes paroles pour remettre l’autre à sa place. Leroy se retint de sourire toutefois en voyant le cirque du poufsouffle, ne voulant pas lui accorder ce fait là. Le serpentard aimait ce genre de personne qui rendaient la vie beaucoup plus passionnante et moins monotone. Au moins avec des gens comme Nathan Davis, on pouvait se sentir bien, sans s’occuper des problèmes extérieurs et aimer une bonne conversation de piques et de lancés de mots qui avaient pour but de blesser. Le ton du jeune Leroy avait énormément changé, quand bien même il essayerait de se montrer non amical envers Nathan, au fond la discussion n’allait pas se terminer rapidement. Ils voulaient en profiter tout les deux, ayant trouver en l’autre quelqu’un qui jouait aussi bien à ce genre de jeu. C’était rare et très agréable. Le serpentard était quelqu’un qui avait un certain égo quand on ne le connaissait pas, on pouvait même penser de lui qu’il s’appréciait tant qu’il se serait marié avec lui-même. Mais des gens comme Kayla savait que Leroy s’amusait simplement à se moquer de ce qu’il était. Ainsi il joua avec le fait que ses propos pourraient influencer le jeune Nathan et que ce dernier ne ferait qu’acquiescer, il passa la main dans ses cheveux en entendant la réponse de son adversaire, comme si cela flattait son égo, qu’il se sentait alors supérieur à lui. « Si tu veux me baiser les pieds, je ne t’empêcherais pas. » répondit-il tout simplement. Nathan lui demanda toute fois une chose, car si Leroy avait l’art des mots, sans doute que le poufsouffle n’était pas en reste sur la question. Le serpentard acquiesça avant de s’avancer vers son adversaire et de le prendre dans ses bras, pour finalement lui mettre les mains sur les fesses et les pincer. Se détachant, il reprit la parole comme si de rien n’était : « Même si t’es agaçant, t’as l’air d’être un mec bien Davis. » Il y avait une chose que Leroy fais ait bien dans la vie : dire aux gens ce qu’il pensait d’eux.

Ce qui avait réunit les deux garçons, était le sport qu’ils pratiquaient, le quidditch. Nathan comme batteur dans son équipe et Leroy comme poursuiveur de la sienne. Tout deux s’étaient déjà affronté dans plusieurs matchs, mais à part sans doute quelques banalités aucune de leur conversation n’égalait celle-ci. Ils apprenaient à mieux se connaitre, même si c’était par des piques, chacun appréhendait l’autre, mais surtout essayait de défendre son équipe. Tricherie, plan machiavélique ou équipe d’incapables, tout pouvait y passer, ils resteraient tout les deux sur leur position. Leroy avait confiance en ses joueurs malgré tout les problèmes internes qu’il y avait et Nathan lui aussi semblait croire qu’il avait ses chances. Chacun voulait la coupe pour leur maison cette année, mais une chose était sûre pour le serpentard : si les poufsouffles gagnaient au moins Mélody serait sans doute heureuse de l’apprendre et si les serpentard gagnaient lui le serait aussi. Il allait tout faire pour en tout cas, qu’on soit fier de lui. Et il lui restait peu de temps pour réaliser son défi personnel aussi, Alioth étant un trop bon attrapeur. Même si l’équipe de Poufsouffle avait de bon élément aussi, Leroy ne pouvait dire qu’une chose, c’était qu’il attendait le prochain match pour voir ce que cela donnerait. Les mots c’était bien joli, mais le mieux restait les actes en lui-même. « Un plan n’est pas nécessaire pour vous battre, j’ai suffisamment confiance en mes joueurs pour pouvoir vous accorder une superbe défaite. On verra ça en match … j’imagine que si t’es batteur, tu ne dois pas être doué pour marquer des points ? » Si Leroy était un serpentard, censé être rusé et prêt à tout pour réussir, il n’en restait pas moins qu’en ce qui concernait le sport il préférait être flair-play. Cela évitait beaucoup d’ennuie que le jeune homme évitait comme la peste. Et puis tricher ou monter un plan ne serait bien utile vu sa confiance en lui. Il battrait Nathan Davis au prochain match, même si le fait de parler quidditch ainsi avec lui ferait de Leroy sans doute une cible parfaite pour le batteur qu’était le poufsouffle. Alors peut-être que pour s’éviter un cognard bien placé au prochain match, Leroy aurait dû arrêter de parler.

D’un autre côté Nathan avait sembler comprendre que le meilleur moyen pour le serpentard d’arrêter d’être désagréable c’était de l’embrasser tout comme ce dernier venait de peloter les fesses du poufsouffle. Mais ce baisé engendra de nouvelles piques qui partirent sur un sujet que Leroy ne souhaitait pas vraiment aborder. Sa relation avec Alioth restait compliquée, par pour le blond, mais pour le brun. Le serpentard avait semble-t-il un bon cœur car voir son ex tiraillé ainsi ne lui plaisait pas et non seulement l’agaçait mais le peinait également. Alors forcément il s’était sentit attaquer par ce que venait de lui dire Nathan et comme un idiot, Leroy avait foncé dans le piège, se justifiant d’une certaine manière de ce qu’il avait fait avec le capitaine de son équipe. Se sentant vexé et mal à l’aise, il se rendit compte de sa stupidité lorsque le poufsouffle le lui fit remarquer. Un instant Leroy resta le regard fixe sur Nathan, ne sachant trop quoi dire, ce sentant idiot et totalement désarmé. Il n’aurait pas dû réagir de cette manière, mais il n’avait pas les mots pour expliquer au poufsouffle pourquoi il s’était justifié de cette manière. Ouvrant la bouche il commença : « Je … laisse tomber. » Nathan était agaçant et Leroy ne savait pas pourquoi il tenterait d’expliquer quelque chose que lui-même avait dû mal à expliquer. D’autant que quelqu’un d’extérieur aurait sans doute du mal à comprendre tout ce qui se passait dans l’esprit du serpentard, c’était inutile d’en parler plus. Le fait était que Nathan comme Leroy faisait preuve de beaucoup de contrôle pour éviter de sauter sur l’autre pour l’étrangler, leurs mots étant assez méchant l’un envers l’autre. Leroy était repartis sur son côté bougon, mais il ne pouvait pas nier que si Nathan cessait d’être lui, l’ennuie dans cette conversation serait bien présent du côté du serpentard. Ce dernier écouta la blague que son vis-à-vis lui raconta, puis soupira. Il sentait quelque chose de stupide allait sortir après qu’il ait donner la réponse, mais il se prit au jeu. « C’est quoi cette blague ? Bon plus sérieusement le gryffondor  prendrait la vie merveilleuse je pense. Mais je sens le piège dans ce que tu racontes. » Oui Leroy n’avait aucune idée de la fin de cette blague, mais il n’était pas certain que cela le fasse rire.

electric bird.

I'm a wizzard !

WITHNESS AND ABLE
« Je vogue au fil de l'eau, comme une algue entraînée, et j'écoute, pensif. Respirer sans souffrir, rêver puis disparaître, je m'endors dans l'obscurité, mais l'espoir est comme le ciel des nuits, il n'est pas de coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile. »

©️ FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  Mar 20 Mar - 1:04

Etre trop persistant, parfois ça paye et parfois non.

- Nathan Davis -


"Each day of my life, I think that I made one of the biggest mistake of my life by letting you go."


Franchement, c’était tellement marrant pour Nathan de taquiner Leroy. Car le serpentard avait le sang chaud, et qu’il était tellement facile de le faire sortir de ses gonds. Nathan avait pleinement conscience que le garçon n’en pouvait plus de son comportement, mais c’était ce qui rendait les choses encore plus marrantes au fond. Le Poufsouffle ne détestait pas son camarade, loin de là. Il lui en fallait beaucoup pour détester quelqu’un, lui qui était plus du genre à ne pas se prendre la tête sérieusement avec d’autres adolescents de son âge. Il aimait simplement embêter et jouer avec les gens. C’était son truc, apparemment. Surtout maintenant qu’il était dans le passé, le jeune homme se prenait encore moins la tête à être sérieux, et profitait de la vie comme elle venait (en faisant beaucoup le clown oui). Aujourd’hui, il n’avait donc pas manqué l’occasion de passer le temps en piquant gentiment son adversaire pour voir jusqu’où ça pouvait aller, et tester un peu ses limites. Leroy était connu dans l’école pour avoir de l’égo, le genre de mec qui aimait se penser supérieur. Et le fait que Nate soit un poufsouffle, et un né moldu devait sans doute le placer en bas de la chaine alimentaire pour lui. Mais lui n’en avait que faire des cases, des règles de sociétés, et du statut du sang. Nathan continuait encore et toujours de jouer sur l’humour, allant presque dans l’exagération. Ce qui était drôle, c’était que Leroy prenait ses paroles comme comptant, flattant surement son égo par la même occasion. Mais même si le jeune homme aimait le détestait pour son comportement, il devait bien lui trouver une petite qualité quand même, non ? Bon évidemment Odgen lui rappela qu’il était quelqu’un d’agaçant, mais ajouta quand même qu’il avait l’air d’être un mec bien, ce qui décrocha un sourire au coin des lèvres du Jaune et Noir. Et bien voilà, ce n’était pas si compliqué que ça de lui trouver une qualité, n’est-ce pas ? En tout cas, ça lui faisait quand même plaisir. Il ne savait pas si le jeune homme le pensait réellement ou pas. Mais il choisissait de le prendre du côté optimiste, et de ne pas chercher plus loin. Après tout, c’était la première chose gentille qui sortait de sa bouche, il n’allait quand même pas cracher dessus, ce serait bête. Mais tout en disant cela, le jeune homme l’avait pris dans ses bras, tout en lui pinçant les fesses, avant de faire comme si de rien n’était. Le sourire sur le visage du garçon s’agrandit, ne s’attendant clairement pas à un tel comportement de la part du garçon. Quelle mouche l’avait-il piqué ?

– Ne me donne pas trop de gentilles attentions, Odgen, je risquerais d’y prendre goût un peu trop vite.

Lança le jeune homme avec un clin d’œil. Oui il prenait tout bien. Et très rapidement la conversation tourna autour d’une passion commune : le quidditch. Car après tout, c’était ce qui réunissait les deux jeunes hommes, qui jouaient chacun dans l’équipe de leur maison. Nathan était un réel passionné. Depuis qu’il avait découvert le monde magique, c’était surement l’une des choses qu’il appréciait le plus. Quand il était sur son balai, il avait l’impression d’être totalement libre, comme s’il pouvait s’envoler et aller où il voulait. Cette sensation de bien être quand l’air frais rentrait dans ses poumons, cette pression et excitation lorsqu’il tenait sa batte et qu’il devait faire un mouvement pour protéger son équipe. Le quidditch lui avait également permis de mieux vivre son arrivée dans le passé, et lui avait donné quelque chose auquel se raccrocher. Sans ce sport, il aurait sans doute eu beaucoup de mal.

Nathan avait beaucoup de confiance en son équipe. Cela faisait donc maintenant deux ans qu’il avait intégré cette équipe. Il l’avait vu évolué, il avait vu des anciens joueurs s’en aller, des nouveaux arriver. Et maintenant, l’équipe semblait avoir trouvé une sorte de juste milieu. Les joueurs avaient appris à jouer ensemble, et tout s’enchainait beaucoup mieux, de manière très fluide. Alors oui, il avait l’espoir qu’ils puissent battre les serpents lors de leur prochaine rencontre, quoi que puisse dire Odgen. Mais il défendait son équipe, comme lui défendait la sienne, c’était normal après tout. Nathan ne pouvait pas lui jeter la pierre pour cela. Evidemment Leroy se la jouait imbu de sa personne, comme à son habitude.

– J’imagine que si tu es poursuiveur, tu ne dois pas être doué pour taper un cognard ?

Répondit-il du tac au tac en levant un sourcil. La force de Nathan était dans ses bras. Il était agile, rapide et habile, ce qui lui permettait d’utiliser sa batte avec brio. Les équipes adverses se méfiaient beaucoup de lui pour cela, parce que les joueurs savaient que s’il le voulait, il pouvait les envoyer au sol. C’était aussi à cause de cela que Nathan était également la cible des batteurs des équipes adverses. En gros, on essayait de l’envoyer au sol, avant qu’il ne touche à l’attrapeur ou aux poursuiveurs de l’équipe adverse. Ce qui compliquait fortement la tâche de Nathan, qui n’avait pas le droit à une minute d’inattention, s’il ne voulait pas se prendre un cognard dans le ventre ou en pleine tronche.

Bon dans tous les cas, Nathan avait trouvé un superbe moyen de calmer son interlocuteur. S’il avait su qu’un baiser lui clouerait le bec, il aurait utilisé cette carte bien avant dans cette conversation. Au moins, maintenant, il était beaucoup plus simple de discuter tranquillement et calmement avec le Serpentard. Même si cela n’allait pas durer longtemps. Oui parce que Nathan avait prononcé une phrase qui n’avait pas plu à Odgen. Il avait eu le malheur de laisser entendre que le serpent faisait des expériences avec les mecs, et que c’était pour ça que Nate ne tenterait rien avec lui. Chose qui lui avait fortement déplu, et dont il avait essayé de s’en sortir juste après. Mais il n’avait pas besoin de se sentir obligé de se justifier auprès de lui. Après tout, il ne devait aucunes explications au Poufsouffle, il faisait bien ce qu’il voulait de ses lèvres, ses fesses ou son cœur. Il ouvra la bouche une nouvelle fois, mais se coupa net dans son élan, demandant au jeune homme de laisser tomber. Il était en train de l’agacer, il le sentait.

– Tu fais ce que tu veux de tes fesses de toute façon Odgen, t’inquiète.


Ajouta le jeune homme. Parce qu’il ne voulait pas vraiment piquer pour faire du mal. C’était sa façon à lui de dire que les choses étaient cool. Odgen était de nouveau bougon, et Nathan allait devoir trouver un moyen pour le dérider un peu. Alors il lui proposa une petite blague-devinette. C’était une blague stupide, mais après tout, c’était juste pour rigoler un peu. Pas sûr qu’ils aient le même humour en soit. Alors Leroy tenta de répondre. Il attendait donc la révélation de cette blague par le jeune homme.

– Nop, la porte des ténèbres. Un lion fonce toujours tête baissé pour se la jouer drama queen. Qui pourrait se rendre compte de leur supériorité si tout allait bien dans le meilleur des mondes ?

*Ca avait l’air plus marrant quand Tagel te l’avait raconté l’année dernière. T’es sûr que tu t’en souviens bien ?*

– Raconte moi une blague princesse. Je suis sûr que tu es hilarant derrière toute cette froideur.


Lança le jeune homme toujours ce sourire plaqué sur le visage. Insupportable quand on avait envie de l’étrangler.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Nathan - "C'est une blague ? "  
Revenir en haut Aller en bas
 
Nathan - "C'est une blague ? "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ici, blague de Chuck Norris, ou plutot de DIEU!
» Une blague trés raffinée ..
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Une blague très raffinée
» Nathan et Sybille (Pv : Syb' <3)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques :: Poudlard-
Sauter vers: