AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Break the Rules - Allison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Diamond (ancien serdaigle) J'ai posté : 261 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 184 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser sans problème

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa mère avec un autre homme
Patronus: Basset Hunt (race de chien)
Capacité spéciale: aucune

MessageSujet: Break the Rules - Allison  Ven 24 Nov - 22:43

Break The Rules
Spencer D. Madley & Allison Carter
Spencer tournait en rond dans le manoir. Il avait beau être grand, le jeune homme avait l’impression d’être enfermé dans une cage. Daphné venait le voir tous les soirs pour qu’il soit certain qu’elle était bien vivante, soucieux de sa sécurité. Depuis leur dernière discussion, ils avaient convenu de ça. Le lendemain elle retournait à l’Université et Spencer continuait à tourner en rond. Il avait lu des livres, fais des recherches, il écoutait ce que lui racontait Daphné du monde extérieur, mais à part avoir envie de casser des fenêtres pour fuir, le jeune homme n’avait pas vraiment d’autres envie. Il n’aimait pas ça, se sentir impuissant, ne rien pouvoir faire et attendre sans savoir quand il pourrait agir. On n’enfermait pas un homme de cette manière. Mais il savait aussi que c’était pour sa sécurité. Il n’était qu’un né-moldu qu’on aurait sûrement torturer à nouveau, envoyé à la prison des sorciers et il était beaucoup plus sûre pour lui d’être ici, tout seul sans avoir de compagnie. Il ne sortait pas dehors de peur qu’on le reconnaisse et le dénonce, il se nourrissait comme il le souhaitait, mangeant, grignotant. Spencer fixait régulièrement le plafond, lançant une balle devant lui pour réfléchir. Récemment il avait décidé de faire du volley tout seul dans le manoir et avait rapidement compris que c’était une mauvaise idée quand l’une des étagères de la bibliothèque était tombée sous son poids. Il avait passé l’après-midi a tout remettre en ordre, mais cela l’avait occupé au moins. Spencer avait tenté de contacter Allison, uniquement pour savoir si tout allait bien. Il avait besoin d’avoir de ses nouvelles et vu que Poudlard était en quarantaine, il se doutait bien que l’hiboux de retour n’arriverait pas rapidement. Pourtant il en avait reçu un. Et le jeune homme avait eu un choc en apprenant qu’Allison avait effectivement était victime de la bataille à Pré-au-lard. Cela n’avait pas amélioré l’état psychologique de Spencer, se disant qu’il aurait dû mieux chercher, tout faire pour la trouver. Mais cela le rassurait de savoir qu’elle lui écrivait, qu’elle allait bien. A la suite de la lettre il y avait quelques écrits griffonnés. Allison n’était pas stupide, elle avait surement voulu lui transmettre un message crypté, mais Spencer ne reconnaissait pas le langage. Ne pas se faire choper c’était une chose, mais elle aurait pu mettre quelque chose de simple. Il passa une matinée à chercher la solution pour finalement atteindre le message final : Retrouve moi à la cabane hurlante, jeudi dans la journée. Arriverait-elle à sortir ? Spencer parviendrait-il à arriver jusqu’à là-bas ? Ce n’était pas le genre d’Allison de priver les règles, mais tout les deux savaient qu’ils avaient besoin de se voir. Il préféra ne pas répondre de peur que le hiboux n’arrive pas à temps, envoyant plutôt son patronus, un basset hunt, pour la prévenir qu’il essayerait de venir. Le soir lorsque Daphné arriva, Spencer ne lui parla pas du hiboux qu’il avait reçu. Il avait peur de l’inquiéter. Elle allait le retenir de faire ça, ou alors viendrait-elle avec lui ? Spencer ignorait la réaction de l’ex-serpentarde et préféra uniquement lui laisser un message en partant le jeudi matin. Allison n’avait pas donné d’heure, il ignorait si c’était le matin, le midi ou l’après-midi et Spencer avait donc prévu le coup en se disant qu’il allait venir dès le matin. Au moins il tournerait en rond dans un nouvel endroit. Un sandwich prêt, le jeune homme laissa Daphné dormir et découvrir sa connerie en se réveillant. Il transplana pour arriver dans la forêt interdite. Heureusement que l’école était protégée par Dumbledore, il n’aurait pas pu faire cela autrement. Les arbres lui donnaient une certaine protection, lui permettait d’être loin de tout, mais en même temps c’était quand même inquiétant. Spencer lança un sortilège pour qu’un fil magique se dessine. Il ne voulait pas se perdre en allant à la cabane hurlante, Allison lui en voudrait sinon. Courant le long de la forêt, le jeune homme du coupé le sortilège plus d’une fois, se cacher pour éviter de mauvaise rencontre. Mais il arriva rapidement à la cabane où il monta les marches pour atteindre la grande pièce qui ne contenait qu’un piano cassé et une grande armoire. La porte était cassée elle aussi, mais cela n'inquiétait pas Spencer. Tenant sa baguette fermement dans sa main, il s’assit au bord de la fenêtre faisant attention à ne pas être trop visible. La journée continua, Spencer était arrivée beaucoup trop tôt, il le savait. Soudain il entendit des pas venir des escaliers. Le jeune homme se leva rapidement prêt à attaquer, avant de voir Allison dans l’encadrement de la porte. L’ancien serdaigle eu un instant sans mouvement avant de se jeter vers celle qu’il considérait comme sa sœur et de la prendre dans ses bras. Elle lui avait manqué. Il avait oublié à quel point elle comptait pour lui, Spencer s’en était souvenu après s’être fait torturer, après avoir décider de sauver sa vie. « Allison ! Je suis tellement heureux de te revoir. Tu vas bien ? Tu n’es pas blessé ? J’aurais dû mieux chercher à Pré-au-lard. Bordel ! » Spencer était énervée contre lui-même, mais il avait besoin de savoir comment allait son amie. Il ne l’avait pas vu depuis qu’il avait été torturé, il n’avait même pas eu l’occasion de le lui dire. Spencer se sentait mal de ne pas avoir osé, mais à l’époque il ne voulait pas l’inquiéter, il voulait qu’elle profite. Il voulait la protéger. Mais peut-être qu’aujourd’hui serait le bon moment pour rattraper le temps perdu.

electric bird.


I'm a wizzard !

ANYTHING COULD HAPPENS
❝ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais. ❞
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : anciennement Ravenclaw, et Diamond (université) J'ai posté : 354 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 190 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977. . Je suis un aventurier : Oui. A savoir sur toi : « Superficielle moi ? Non. Pas du tout. Bon d’accord mais en tout cas pas autant que les autres filles de ma maison. D’ailleurs c’est surement ce qui fait mon charme (oui oui, j’en ai un, Cab me l’a dit … ou du moins il l’a pensé.)
Bon je suis petite pour mon âge et j’ai tout d’une petite fille modèle : j’aime le rose et les nœuds …
Voilà maintenant que vous me connaissez un peu mieux, j’aimerais vous informer que je ne tolérerais aucun écart de tenue dans MA maison. La vulgarité sera bannie, je déteste les jupes ras la culotte et les décolletés qui arrivent au nombril. »

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Dim 26 Nov - 21:54

Because friends can be part of family.

- Allison Carter -


Je voulais que tu me prouves que tu tenais à moi, je voulais que tu me dises que j’étais la seule fille qui te plaisait et que tu préférais passer le reste de ta vie tout seul, plutôt qu’avec une autre fille que moi.


Ces dernières semaines avaient été compliqué. Depuis que l’attaque à Pré-au-Lard avait eu lieu, les élèves de l’école de sorcellerie Poudlard était en quarantaine. Personne n’avait le droit de rentrer, ni de sortir tant qu’il n’y avait pas une amélioration dans la société extérieur. Les mangemorts avaient pris le pouvoir, instaurant la peur, et la méfiance. Allison n’avait jamais craint réellement pour sa sécurité ou pour celle de ses amis, avant qu’elle ne se retrouve en plein milieu d’une bataille à quelques kilomètres de son école. Elle revoyait encore ces images choquantes parfois la nuit. Elle ressentait cette peur immense qui l’avait traversé lorsqu’elle avait pensé brûlé vive par l’un des disciples du seigneur des ténèbres. Elle avait assisté à la torture d’une ancienne de ses camarades, et à la victoire des mangemorts. Tout cela était effrayant. Encore plus parce que la jeune préfète ne s’y attendait pas le moins du monde. A Poudlard, ils vivaient tous dans une bulle, à l’abri des accidents et de questions extérieures. Avant de le voir de ses propres yeux, Alli n’avait aucune idée de ce qu’il se passait réellement dans le monde extérieur. Et maintenant qu’elle en avait pleinement conscience, elle vivait dans la peur que quelque chose de pire arrive. Poudlard était la sécurité pour le moment, mais combien de temps cela allait-il durer ? Ajouté à cela qu’on ne leur disait pas grand-chose, les traitant comme des bébés, pensant que moins ils n’en savaient, mieux ils se portaient. Allison n’était pas d’accord avec ça.

Ces dernières semaines, elle avait envoyé des hiboux à ses parents. Elle s’inquiétait énormément pour eux, étant donné que son pauvre père n’était rien d’autre qu’un moldu. Elle ne voulait réellement pas qu’il lui arrive quelque chose. Elle était inquiète pour Spencer aussi. Elle n’avait pas eu de nouvelles de lui pendant des semaines, jusqu’à qu’un jour ce hibou n’arrive. Elle avait soufflé, tellement soulagé de le savoir en vie. Mais pourtant elle était très inquiète. Pour lui, pour elle, pour le monde extérieur. Le garçon avait toujours été comme son grand frère, la personne capable de lui remonter le moral, de la rassurer, de lui redonner confiance en elle. Mais il était loin d’elle, et elle n’avait pas moyen de quitter cette fichue école pour le retrouver. Elle devait répondre à cette lettre, et instinctivement, elle lui proposa un rendez-vous. Elle avait pris le temps de codé son message pour qu’il ne soit facilement identifiable. Allison savait que c’était risqué, et le directeur de l’école leur avait formellement interdit d’essayer de sortir de l’école, mais Allison ne pouvait plus. Elle ne tenait plus. Elle avait comme un besoin vitale de voir son ami.

Le jeudi du rendez-vous était arrivé, et Allison était évidemment plus stressé qu’à l’origine. Elle savait pertinemment qu’elle s’apprêtait à enfreindre le règlement. Elle essaya de passer pour quelqu’un de normal pendant ses cours de la matinée. Capu, sa meilleure amie, avait bien compris que quelque chose tracassait la préfète. Mais étant donné qu’Alli ne disait rien, elle avait finalement lâché l’affaire. Après le déjeuner, la demoiselle sema ses petits camarades. C’était le moment ou jamais de se lancer. Et que ce fut compliqué. Stressant. Lorsque la jeune fille arriva devant la cabane hurlante, son cœur battait la chamade, menaçant de sortir de son propre corps. Mais elle l’avait fait. Elle avait réussi à sortir sans se faire prendre. Du moins pour l’instant. Allison poussa la porte grinçante de la cabane. Elle ne voulait pas faire trop de bruit, de peur qu’elle tombe sur quelqu’un d’autre que Spencer. D’ailleurs la demoiselle tenait bien fermement sa baguette dans sa main gauche, prête à l’utiliser. Elle monta prudemment les escaliers. Elle apparut dans l’encadrement de la porte, et vit le jeune homme. L’un comme l’autre restèrent figer pendant une seconde à peine perceptible. Et finalement, Allison se jeta presque dans les bras de son ami. Elle le serrait fort comme s’il n’était qu’un mirage et qu’il pouvait lui échapper l’instant d’après. Il lui avait tellement manqué, il avait eu tellement peur pour lui. Mon dieu que cela faisait du bien d’être dans ses bras.

– Je vais bien, je crois. Je n’ai pas été blessé à Pré-Au-Lard, j’ai eu beaucoup de chance, et j’ai reçu beaucoup d’aide. Je ne savais même pas que tu étais là aussi ce jour-là, je te croyais à l’université.


Annonça le jeune femme. Non elle n’avait pas pensé à la probabilité que Spencer soit sur les mêmes lieux que lui, sinon elle aurait surement cherchés avant de s’enfuir du village pour retourner à Poudlard. Mais au final l’important était qu’ils soient maintenant tous les deux réunis, même si ce n’était que pour quelques heures.

– Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? Où est-ce que tu vis ? Je … Tu crois qu’ils vont réellement faire une chasse aux né-moldu ? J’ai besoin de savoir ce qui se passe dehors, personne ne nous dit rien à l’intérieur …

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

I just want to be loved for who I am. ALLISON CARTER;
I don’t know. That’s my answer. Now, I’m just trying to figure out shit. And that’s hard. Because I like you and hate you in the same. How’s that even possible ? × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Diamond (ancien serdaigle) J'ai posté : 261 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 184 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser sans problème

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa mère avec un autre homme
Patronus: Basset Hunt (race de chien)
Capacité spéciale: aucune

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Dim 26 Nov - 23:40

Break The Rules
Spencer D. Madley & Allison Carter
Spencer pensait qu’il allait se faire tuer en rentrant le soir. Il avait enfreint l’une des règles de ne pas sortir du manoir. Il n’était pas en captivité, loin de là. Cependant Daphné avait réussi à lui trouver un endroit sûr pour lui, un endroit où il pouvait continuer à exister sans la crainte qu’on ne le retrouve et qu’on le tue. Les mangemorts avaient prit le pouvoir depuis peu mais déjà de nombreux né-moldu étaient la cible de leur cruauté. Spencer avait déjà trop souffert pour se retrouver face à eux, c’était pour cette raison qu’il avait fuit Pré-au-lard après l’annonce de la prise de pouvoir. Cela ne devait pas recommencer, la torture, les questions, la douleur, le jeune homme en frémissait encore la nuit. Son corps n’était plus innocent, il portait une longue cicatrice le long de son bras, celle que lui avait infligé le mangemort. Son bras lui faisait toujours un mal de chient après sa rencontre avec le mur lors de la bataille et de nombreuses entailles restaient visible sur son visage. Non il n’était pas au meilleur de sa forme. Et ce soit il allait mourir d’avoir uniquement laisser un message à Daphné. En même temps elle, à qui il avait demandé de faire attention à elle à cause de lui, revenait tous les soirs pour lui montrer qu’il ne lui était rien arrivé. Et lui avait décidé de partir, se mettre en danger pour retrouver une amie qui était comme ça sœur. Il ne l’avait pas revu depuis un bon moment déjà et elle n’était au courant de rien. Spencer avait tenté de voir si elle n’était pas à pré-au-lard pendant l’attaque, mais ne l’ayant pas vu, il avait prié pour que ce ne soit pas le cas. Mais le jeune homme était rapidement redescendu sur terre en lisant la lettre qu’Allison avait écrite. Elle avait bien assisté à tout ça, elle avait perdu une part d’innocence, elle avait vu des horreurs et en lisant ça Spencer avait regretté de ne pas avoir chercher plus longuement. Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Il s’en serait énormément voulu, surtout en sachant qu’elle était à côté. Mais il l’avait appelé, il l’avait cherché du regard sans pouvoir la décerner dans la fumée qui s’échappait des maisons. Daphné comprendrait sûrement qu’il ait choisit d’aller la retrouver. Spencer savait que Poudlard était en quarantaine et les mangemorts ne devaient pas vraiment chercher des né-moldu aux alentours, mais sans doute qu’un élève sortant de l’établissement se verrait arrêter. Il mettait Allison en danger aussi, il l’avait mit en danger en lui envoyant une lettre, mais Spencer ne lui avait demander que des nouvelles. Cela lui ferait du bien toutefois d’aller la voir. Elle allait enfreindre les règles pour ça, pour qu’ils puissent discuter, pour qu’il l’informe de tout ce qui s’était passé dans sa vie.

Assit sur le sol de la cabane hurlante, attendant depuis le matin, Spencer n’avait pas pensé à tout ce qu’il devrait raconter à Allison. Elle ignorait qu’il s’était fait torturer, il ne voulait pas qu’elle s’inquiète pour lui, il voulait qu’elle continue à vivre comme elle le faisait si bien, souriante, ne se souciant uniquement que de savoir ce qu’on pourrait porter demain, comment serait la dernière soirée et sur quel garçon craqué. Mais depuis l’attaque, elle ne devait plus penser à ça. Elle avait dû vivre un enfer et il n’avait pas été là pour l’aider. Au moins à Poudlard elle était en sécurité. Elle n’avait pas à s’occuper de ce qu’il se passait à l’extérieur. Spencer espérait que tout ça ne l’ait pas trop atteint, il espérait qu’elle aille bien et ne lui en voudrait pas si elle ne venait pas. Elle était préfète après tout, on n’enfreignait pas le règlement. Peut-être qu’elle s’était rétractée sur le rendez-vous, n’avait plus l’intention de venir, il ne savait pas, mais il attendrait jusqu’à ce qu’elle arrive. Et si elle en venait pas ? S’il lui arrivait quelque chose ? Spencer ne préféra pas y penser, secouant la tête pour s’enlever ce genre de pensée. Le grincement de l’escalier le fit se relever. Elle était là devant lui, vivante et entière. Après un moment tout deux se retrouvèrent dans les bras l’un de l’autre. Elle était toujours aussi petite, toujours aussi mignonne et il avait l’impression que cela faisait une éternité qu’il ne l’avait pas prise dans ses bras. Sans aucun lien du sang, ils avaient établies une réelle connexion fraternelle, les deux jeunes étant enfants unique. Mais il avait tant de chose à lui dire, tant de chose à parler, que la première question fut de savoir si elle allait bien après l’attaque. Elle avait l’air entière sans trop de blessure, mais les plus profondes blessures étaient celles qu’on ne voyait pas, Spencer le savait. Il n’en avait rien à faire que lui-même se sente coupable ou instable psychologiquement, pour le moment la santé d’Allison était bien plus importante. Elle ignorait bien évidemment que Spencer était à Pré-au-lard. « J’étais à l’université, mais j’ai réussi à fuir avec Daphné. On avait peur qu’il soit arrivé quelque chose à Poudlard. On a transplaner et c’était vraiment affreux. Le village était en flamme. J’ai essayé de t’appeler de te trouver, mais je n’entendais rien, j’ai prié pour que tu sois à Poudlard, enfermé à boire du thé sans te soucier de ça. Si j’avais su je crois que j’aurais combattu tout les mangemorts pour être sûr que tu étais en sécurité. » Elle l’était maintenant, il ne devait pas paniqué plus. Allison s’inquiéta à son tour de savoir si Spencer était en sécurité. « Je vis dans un manoir. Je suis un peu seul, mais je n’ai pas envie de me faire prendre. Enfin je suis seul, Daphné vient me voir parfois, c’est elle qui a trouvé l’endroit. » Depuis l’attaque Allison semblait changé, inquiète de ce qu’il se passait à l’extérieur. Spencer n’en savait pas plus qu’elle au final, il préférait ne pas savoir, mais il savait que la chasse au né-moldu était ouverte. En dehors de Poudlard ces derniers étaient interrogés, torturer, parce qu’on les considérait comme indigne d’être sorciers. Spencer afficha une mine triste, se rappelant de ce qu’il avait vécu et souleva son pull lentement pour montrer la cicatrice à Allison. « Oui malheureusement ils la font vraiment. Il la faisait bien avant de prendre le pouvoir … je l’ai déjà vécu. » Il devait le lui dire, il ne pouvait plus garder ça pour lui, elle l’aurait sut tôt ou tard de toute façon.


electric bird.


I'm a wizzard !

ANYTHING COULD HAPPENS
❝ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais. ❞
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : anciennement Ravenclaw, et Diamond (université) J'ai posté : 354 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 190 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977. . Je suis un aventurier : Oui. A savoir sur toi : « Superficielle moi ? Non. Pas du tout. Bon d’accord mais en tout cas pas autant que les autres filles de ma maison. D’ailleurs c’est surement ce qui fait mon charme (oui oui, j’en ai un, Cab me l’a dit … ou du moins il l’a pensé.)
Bon je suis petite pour mon âge et j’ai tout d’une petite fille modèle : j’aime le rose et les nœuds …
Voilà maintenant que vous me connaissez un peu mieux, j’aimerais vous informer que je ne tolérerais aucun écart de tenue dans MA maison. La vulgarité sera bannie, je déteste les jupes ras la culotte et les décolletés qui arrivent au nombril. »

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Sam 2 Déc - 20:07

Because friends can be part of family.

- Allison Carter -


Je voulais que tu me prouves que tu tenais à moi, je voulais que tu me dises que j’étais la seule fille qui te plaisait et que tu préférais passer le reste de ta vie tout seul, plutôt qu’avec une autre fille que moi.


Allison avait attendu ce jour avec impatience, malgré tous les risques qu’elle prenait. Tout était arrivé trop vite et elle avait besoin de voir Spencer, au moins pour s’assurer en personne qu’il allait bien et qu’il était toujours en vie. Quitter Poudlard était défendu. Dumbledore leur avait donné des instructions très claires. Personne ne devait rentrer, et personne ne devait sortir. Pourtant à cheval sur le règlement en temps normal, Allison avait décidé d’y faire une entorse ce jour-ci. Elle avait réellement besoin de voir son ami. Ce n’était pas un caprice d’adolescence mais un besoin pour son propre bien. Le stress, la peur et la détresse avait pris le contrôle de son esprit depuis les terribles évènements d’octobre, depuis que le monde magique avait été submergé par l’ascension des mangemorts. Les hautes fonctions du gouvernement désormais sous le contrôle de la suprématie du sang, avait banni les né-moldu. Chaque sorcier qui ne pouvait prouver la pureté de son sang était pourchassé pour être enfermé, ou pire exécuté. Malgré tout ce qui se passait, les informations se faisaient rares à Poudlard. Enfermé dans une bulle, les élèves ne savaient pas entièrement ce qui se passait à l’extérieur. Les rumeurs faisaient bon train, et il était désormais compliqué de séparé le vrai du faux. Allison devait en avoir le cœur net.

Elle était arrivée en milieu d’après-midi devant la cabane hurlante. Si elle s’était écouté, elle serait venu à la première heure, mais elle avait fait preuve de patience pour limites les risques de se faire prendre. Elle avait néanmoins réussi à se frayer un chemin sans être vu. Et n’avait jamais été aussi près du but. Submergé par l’émotion, elle s’accorda une seconde de répit devant les portes en sale état de la cabane. Elle était à deux doigts de voir son meilleur ami, son frère … Pas une seconde le pire scénario ne lui était passé par la tête. Pas une seconde, elle n’avait pensé aux risques qu’il courrait à venir ici. Sa volonté de le voir était au dessus de tout, lui ayant fait oublier les dommages collatéraux qu’elle pouvait causer. Elle pénétra dans l’endroit, et monta les escaliers. Elle faisait du bruit à cause du bois qui grinçait. Elle apparut dans l’encadrement de la porte et vu Spencer non loin d’elle. L’émotion était au rendez-vous et la demoiselle avait du mal à retenir ses larmes qui avaient désormais remplis ses yeux. Elle sauta dans ses bras, le serrant fort de peur qu’il ne lui échappe encore une fois. Il lui avait tellement manqué, elle avait eu tellement peur pour lui. Mais il était là bien vivant devant elle. Elle ne voulait pas le lâché, comme si elle avait peur que ce moment n’était qu’un mirage. Et pourtant c’était bien lui, en chair et en os devant elle.

Après ce moment tendre de retrouvailles, les questions commencèrent à fuser. Spencer lui demanda si elle allait bien. Oui elle était entière, et avait survécu à la bataille à Pré-au-Lard, pourtant elle était surprise de savoir que son ami s’était trouvé au même endroit, sans qu’elle n’en ait eu la moindre idée. Il lui expliqua alors qu’il était à l’université mais qu’il avait réussi à fuir avec Daphné. Il semblait avoir été profondément affecté par ces évènements, Allison s’en rendait compte au ton de sa voix. Tous avaient sans doute été traumatisés.

– J’étais au trois balais, tout s’est passé tellement vite. Il y au les flammes, et j’étais coincé. J’ai vraiment cru que c’était la fin et que je n’avais que le choix entre bruler vivante ou me faire tuer de la main d’un mangemort. Je … J’étais incapable de faire quoi que ce soit.

Avoua finalement la jeune femme honteuse. Elle n’avait pas réussi à combattre habilement. Elle qui se pensait la meilleure des élèves ne valait absolument rien dans le monde extérieure. Cette période l’avait totalement remise en question. A quoi cela servait d’être la meilleure si elle était incapable d’appliquer ce qu’elle avait appris dans le monde réel. Tout était tellement compliqué dans le monde en ce moment.

Allison s’inquiétait beaucoup pour son ami. Car désormais il n’était plus à Poudlard avec lui, elle ne pouvait plus s’assurer qu’il allait bien chaque jour, devant attendre un hibou de sa part pour s’assurer qu’il était en vie. C’était horrible, cette attente, ce doute, le fait de devoir se demander chaque jour s’il n’était pas tombé dans un piège. La peur de recevoir une annonce tragique. La jeune femme chassa ces pensées de sa tête, avant de se reconcentrer sur son ami. Elle lui posa beaucoup de questions en même temps. Parce qu’elle avait peur, parce qu’elle avait besoin de savoir, et surtout parce qu’elle ne pouvait plus vivre dans une petite bulle la protégeant du monde extérieur. Il lui avoua qu’il vivait dans un manoir, qu’il se sentait seul. Mais c’était la meilleure solution pour qu’il ne se fasse pas prendre, pour qu’il soit en sécurité. Allison était rassurée en entendant qu’il ne faisait rien de fou et qu’il ne jouait pas les héros. Elle voulait sa protection rien de plus. Il lui parla de Daphné, cette fille qui était chez les Serpentard l’année précédente.

– Tu ne dois rien faire de stupide, d’accord ? N’essaie pas de te battre ou de te rebeller. Je sais que c’est compliqué, mais rester cacher est la meilleure solution pour que tu sois sain et sauf. Je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose, j’ai besoin de toi.

Répondit-elle. Elle fit une petite pause mais on pouvait très clairement voir à sa mine qu’elle avait quelque chose sur le cœur. Des doutes qu’elle ne pouvait pas garder pour elle, et qu’elle devait partager avec Spencer.

– Spencer … Cette fille, tu lui fais confiance ? Elle fait partie des familles de sang-pur, elle était à Serpentard. Écoute-moi, personne n’est fiable désormais. Tout le monde retourne sa veste, et tu ne peux pas te permettre de …

Allison était clairement inquiète pour Spencer, et se méfiait de cette fille qu’elle ne connaissait que très peu. Et si tout cela n’était qu’un plan des mangemorts pour mieux le capturer et le tuer par la suite. Et si cette fille retournait sa veste quand les choses se compliqueraient un peu. Non il ne devait pas faire confiance aussi facilement à n’importe qui. Mais la demoiselle continua dans ses questions, voulant savoir si les rumeurs qu’ils entendaient étaient vraies. Est-ce que les mangemorts torturaient les né-moldus. Spencer confirma, avant de lui dire qu’il l’avait déjà vécu, et souleva sn tee-shirt.

Le visage de la demoiselle se décomposa, et les larmes qu’elle avait réussies à contenir pour le moment tombèrent sur ses joues. Sous le choc, elle était tétanisée, pétrifié. Des images de torture apparaissent dans sa tête, s’imaginant les pires choses que son pauvre ami avait vécues. Pourquoi ? Comment ? Tout cela était trop pour la jeune femme qui se laissa tomber sur le sol. Assise, la tête dans les mains, elle essayait de cacher ses larmes, pour se montrer forte. Spencer n’avait surement pas besoin d’une telle faiblesse maintenant, mais c’était trop pour elle. Trop pour qu’elle se contrôle. Trop.

– Dis moi tout ce qu’ils t’ont fait subir.

Annonça la jeune femme. Il fallait qu’elle l’entende, il fallait qu’elle sache.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

I just want to be loved for who I am. ALLISON CARTER;
I don’t know. That’s my answer. Now, I’m just trying to figure out shit. And that’s hard. Because I like you and hate you in the same. How’s that even possible ? × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Diamond (ancien serdaigle) J'ai posté : 261 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 184 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser sans problème

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa mère avec un autre homme
Patronus: Basset Hunt (race de chien)
Capacité spéciale: aucune

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Mer 13 Déc - 0:42

Break The Rules
Spencer D. Madley & Allison Carter
Allison était comme une sœur, une amie qui avait toujours été là pour Spencer. Passer sans vie sans elle aurait été un supplice qu’il ne voulait pas vivre. Il n’aurait probablement jamais tenu le coup de voir son corps inerte sur le sol sans vie. Le jeune homme n’avait pas pu tenir le coup ne sachant pas trop si elle était en bonne santé à Poudlard ou même en sécurité, bien que son espoir de naïf le poussait à croire qu’elle allait bien. Spencer s’était imaginé qu’elle avait passé l’attaque dans sa chambre, dans sa salle commune, tout sauf à cet endroit. Toutefois, il lui avait envoyé cette lettre pour avoir des nouvelles d’elle, ne s’étant pas parlé depuis un bon moment. Le jeune homme avait caché beaucoup de chose à Allison, notamment la session de torture qu’il avait subi, mais à part Daphné et sa mère, très peu était au courant de ce qu’il lui était arrivé. Allison aurait sans doute paniqué, déboulant en trombe dans sa chambre d’hôpital pour savoir s’il allait bien. Et malgré le fait qu’il ne lui ait rien dit par rapport à tout ça depuis un bon moment, Spencer avait envoyé son hibou. Le courrier était contrôlé, mais il avait fait en sorte que personne ne puisse découvrir sa cachette et même s’il avait été torturé une fois, Spencer ne pouvait penser que les mangemorts le cherchaient, lui un être sans importance. Et il avait reçu sa réponse. Il avait reçu un hibou qui lui donnait un rendez-vous. Spencer pourrait sans doute faire un commentaire à Allison sur la manière dont elle donnait rendez-vous aux gens, mais il ne pensait pas vraiment que ce serait le sujet de conversation. Bien qu’agissant comme un frère avec sa sœur, il n’en restait pas moins le fait que le temps ne se prêtait guère à la rigolade. Au moins elle allait bien, elle était en sécurité et accepterait de rompre les règles de Poudlard pour le rejoindre. Spencer n’était pas pour, il savait à quel point être préfet pouvait être important pour lui qui l’avait été et pour Allison qui l’était aujourd’hui. Malgré tout, le jeune homme rompit l’une des règles qu’il avait établis avec Daphné. Il partit, lui laissant un simple mot, de peur qu’elle ne le retienne, qu’elle lui interdise d’y aller. Le jeune homme ignorait si Allison serait là, si elle viendrait et si c’était le cas, il espérait que ce soit parce qu’elle avait décidé de ne pas enfreindre le règlement. Assit sur le sol de la cabane hurlante après avoir fait un effort colossal pour ne pas se faire prendre, Spencer se demandait si ce n’était pas risqué pour Allison de venir. Elle pouvait très bien se faire avoir par quelqu’un en sortant, une personne mal intentionnée. En venant jusqu’ici, elle se mettait en danger, mais en rentrant à Poudlard, la demoiselle le serait aussi. Il ne pourrait pas la laisser simplement repartir. Spencer ne pensait pas vraiment à sa propre sécurité, il avait toujours été quelqu’un à s’occuper plus des autres que de sa propre personne. Mais s’il venait à mourir, Daphné le ressusciterait pour le tuer de ses propres mains pour avoir fait une telle connerie. Alors il devait faire attention. Le jeune homme attendait, tandis que le soleil continuait sa course, mais soudain des bruits de pas se firent entendre, des grincements et il vit Allison dans l’encadrement de la porte. Vivante, entière et réellement là, il mit un temps avant de s’en rendre compte pour finalement se jeter sur elle et la prendre dans ses bras. Ce n’était pas une illusion de son cerveau, ce n’était pas un mirage. A peine leur bras fut éloigné l’un de l’autre que Spencer lui posa pleins de questions notamment sur le fait qu’elle était à pré-au-lard lors de l’attaque. Le jeune homme n’arrivait pas à croire qu’ils avaient été si proches, mais qu’il n’avait pas réussit à la retrouver. Elle était là, tout près de lui dans ses flammes qui s’élevaient de pré-au-lard.

La préfète commença à lui expliquer comment elle avait vécu la bataille. Elle était dans les flammes et semblait ne pas se sentir bien de ne pas avoir pu faire quelque chose. Mais Spencer comprenait. Il avait été pareil, ne pouvant clairement pas agir avec raisons plus d’une fois. Entre l’incendie et la mangemorte, Allison n’avait pas vraiment eu l’occasion d’agir. Elle avait dû avoir si peur et lui n’avait rien fait, il n’avait rien pu faire. « Pu … tain ! J’étais si proche … j’étais à côté … je suis désolé … Mais ne t’en veux pas de n’avoir rien fait, on ne peut pas toujours agir dans ce genre de cas. On reste paralysé par la peur, elle nous tien et c’est difficile de passer outre. C’est humain, Allison. » dit-il en la regardant droit dans les yeux. Car après tout elle n’avait pas à se sentir honteuse de ce qu’elle avait fait ou pas fait. Allison n’aurait pas dû être dans ce genre de situation, ni Spencer d’ailleurs, ni personne d’autres. Lui en avait voulu à l’ordre de ne pas avoir anticipé, mais avec la torture qu’il avait subi et son aventure avec Daphné, sa vision de l’organisation avait changé, il savait que l’ordre du Phoenix faisait de son mieux. Si Spencer ne s’inquiétait pas plus pour lui, Allison le faisait. Comme toujours, elle veillerait sur lui. Depuis le début de l’année, tout les deux n’étaient plus à Poudlard, là où Spencer pouvait la soutenir dans les coups durs, la protéger comme il pouvait, lui empêcher de faire des bêtises, aujourd’hui il se sentait impuissant. Les hiboux étaient pratiques pour se tenir au courant, mais il fallait attendre que ce dernier arrive et même si autrefois les messages étaient plutôt attendrissants, ce n’était plus le cas aujourd’hui. Spencer rassura Allison en lui expliquant qu’il se trouvait dans un manoir, un endroit sûr que Daphné lui avait trouvé et que bien qu’il se sente seul, le jeune homme était en sécurité. Il ne s’attendait pas à ce que son amie lui fasse la morale toutefois en lui disant qu’il ne devait rien faire de stupide, qu’il devait rester cacher. « Je tourne en rond dans un endroit presque vide, mais je ne ferais rien de stupide, même si certain pensent que j’ai des envies suicidaires depuis que j’ai mis le feu à la salle de classe lors de la bataille. » dit-il avec un petit sourire. Elle aussi était enfermée maintenant avec la quarantaine, mais tout comme Spencer c’était pour leur sécurité. Le jeune homme observa le regard de celle qu’il aurait pu appeler sœur et remarqua une mine perturbée. Haussant un sourcil, il ne tarda pas à avoir la réponse à son interrogation. Elle avait peur de Daphné. Elle ne la voyait que comme serpentarde au sang-pur, mais elle était devenue bien plus que ça pour Spencer, il savait qu’il devait le dire à Allison. Faire confiance à Daphné, Spencer pensait qu’il pouvait, en espérant qu’il ne se trompait pas sur la question. Elle ne le vendrait pas aux mangemorts, elle ne retournerait pas sa veste, mais sous la torture, on ne pouvait pas vraiment savoir de quoi les gens sont capables. « J’ai confiance en elle. Peu importe qu’elle soit une sang-pur, elle est de notre côté. Je ne pense pas qu’elle veuille me nuire, elle ne m’aurait pas trouvé un endroit sûr si c’était pour me livrer aux mangemorts après. Et … j’ai couché avec elle. » Il l’avait dit, enfin. Spencer ne pouvait pas cacher cet évènement à Allison, il n’avait pas le droit. L’ancien serdaigle ignorait comment elle pourrait réagir.

Une autre révélation allait être faite aujourd’hui. Lui qui n’avait pas parlé de se capture, ne pouvait pas laisser ça de côté. Surtout lorsqu’Allison lui demanda ce qu’il se passait à l’extérieur de Poudlard, notamment concernant la chasse au moldu. Il afficha un air triste avant de lui répondre par l’affirmative et de lui montrer la cicatrice sur son bras. Spencer avait déjà subi tout ça, pour son sang. Peut-être que dire tout ça n’était pas la bonne chose à faire. Les larmes coulèrent sur les joues d’Allison et Spencer sentit son cœur se fendre en deux de la voir ainsi. Il ne voulait pas lui faire de peine. Elle s’effondra sur le sol, en boule la tête dans ses mains. Non elle ne devait pas pleurer pour le passé, Spencer était vivant aujourd’hui, bien que chamboulé. Il ne se lamentait pas sur son sort, pas quand il devait la protéger elle alors qu’elle pouvait encore garder un peu d’innocence. Le jeune homme s’assit à côté de sa sœur de cœur et la prit dans ses bras. « Je suis en vie Allison, ne pleure pas, je suis là. » Elle devait sécher ses larmes, il ne voulait pas la voir comme ça. Elle pouvait tout lui demander lorsqu’elle pleurait. Et elle ne tarda pas à utiliser son talent en lui demandant de tout lui expliquer. Spencer ne savait pas que dire, il ne pourrait pas parler de l’ordre, pas sachant que c’était un secret. Daphné avait été surprise qu’il le sache. Le jeune homme essaya de prendre une voix calme, au risque de pleurer à son tour. « J’ai été capturé par un mangemort, sans réelle raison. Disons qu’il voulait uniquement s’amuser. J’ai encaissé des doloris, des coupures et des questions. De nombreuses questions qui n’avait pas vraiment de sens. J’entends encore sa voix dans ma tête. Il me connaissait, il savait qui j’étais. Et il m’a posé un ultimatum. Il m’a demandé … entre toi et Daphné … qui devait vivre et qui devait mourir. » Il marqua une petit pause avant d’ébouriffer les cheveux d’Allison. « Et j’ai décidé de te sauver toi. » Spencer avait eu ce choix difficile à faire, entendant ses voix intérieures se battre et essayer de trouver une décision cohérente. Mais Allison était pour lui une sœur qu’il n’avait jamais eu, la vie sans elle ne serait plus la même.

electric bird.

I'm a wizzard !

ANYTHING COULD HAPPENS
❝ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais. ❞
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : anciennement Ravenclaw, et Diamond (université) J'ai posté : 354 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 190 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977. . Je suis un aventurier : Oui. A savoir sur toi : « Superficielle moi ? Non. Pas du tout. Bon d’accord mais en tout cas pas autant que les autres filles de ma maison. D’ailleurs c’est surement ce qui fait mon charme (oui oui, j’en ai un, Cab me l’a dit … ou du moins il l’a pensé.)
Bon je suis petite pour mon âge et j’ai tout d’une petite fille modèle : j’aime le rose et les nœuds …
Voilà maintenant que vous me connaissez un peu mieux, j’aimerais vous informer que je ne tolérerais aucun écart de tenue dans MA maison. La vulgarité sera bannie, je déteste les jupes ras la culotte et les décolletés qui arrivent au nombril. »

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Dim 24 Déc - 0:42

Because friends can be part of family.

- Allison Carter -


Je voulais que tu me prouves que tu tenais à moi, je voulais que tu me dises que j’étais la seule fille qui te plaisait et que tu préférais passer le reste de ta vie tout seul, plutôt qu’avec une autre fille que moi.


Cette bataille à Pré-au-Lard avait été plutôt éprouvante pour la jeune femme, et l’avait beaucoup atteint. Même si depuis elle essayait de faire bonne figure, et de faire comme si absolument rien ne s’était passé. Bien sûr, elle ne pouvait pas faire semblant très longtemps. Tout s’était passé tellement vite. Allison ne s’attendait pas à ce que les forces du mal aient autant de pouvoir et d’influence. Assez pour déclarer une bataille à quelques mètres d’une école remplie d’élèves innocents, remplies de jeunes, d’enfants … Elle s’était retrouvée au milieu sans être préparé. Comme la plupart des élèves, elle avait longtemps vécu dans sa bulle, ne s’inquiétant nullement de la montée en puissance des mangemorts. Elle avait été tellement stupide. Si elle avait porté attention à l’actualité, à la politique, peut-être qu’elle ne serait pas tombé de haut en découvrant ce qu’il se passait réellement en dehors de l’école. Elle avait compris et découvert le monde qui l’entourait de la pire des façons. Ces évènements l’avaient poussé à prendre un risque ce jour-là. Elle avait quitté l’école. Elle avait quitté la sécurité que leur prodiguait le château pour retrouvait Spencer. Pour une fois, les règles avaient pris un second plan pour la demoiselle. Car c’était un besoin trop important que de retrouver son ami, que de lui parler, que de partager avec lui ce qui s’était passé. Elle avait besoin de savoir qu’il allait bien, qu’il avait un plan. Elle avait besoin de lui, plus que jamais dans sa vie. Et malheureusement pour elle, il était tellement loin, tellement hors d’atteinte entre la quarantaine, entre la nouvelle politique du monde sorcier.

Tous les deux s’étaient retrouvés, et il était désormais grand temps que de commencer le récit des évènements pour la bataille du point de vue d’Allison. Elle essaya de lui raconter tout ce qu’elle se souvenait. Elle se souvenait la terreur qu’elle avait ressenti, et l’impression qu’elle n’allait pas en sortir vivante. Elle avait été coincée dans le feu du bar, avec l’incapacité d’en sortir. Elle avait été pétrifiée par la peur de brûler vive, pétrifié par la vue des mangemorts avide de sang. Elle n’avait pas été capable d’agir. Pire, elle était restée immobile face au danger, incapable de se sauver elle-même, ou quelqu’un d’autre. Comment appelait-t-on quelqu’un comme ça ? Elle était une trouillarde, une incapable. C’était bien beau de vouloir se la jouer miss-je-sais-tout et miss-parfaite, elle était tellement loin de l’être. Parce que ça ne servait absolument à rien d’être la meilleure en cours, si elle n’était pas capable d’utiliser ce qu’elle apprenait dans la vie de tous les jours. L’idée était de mettre à exécution ce que l’on apprenait. Si tout ne restait que purement théorique, ou alors utilisable simplement en cours, ça ne servait strictement à rien. Depuis que la demoiselle s’était rendu compte de cela, elle s’était beaucoup remise en question. Pour être totalement honnête, la petite fille si joviale, et si souriante avait doucement laissé place à une personne beaucoup plus renfermé depuis les sombres évènements. Spencer s’en voulait aussi apparemment. Il était venu sur les lieux, et apparemment était proche d’elle. Il voulait qu’elle ne s’en veuille pas de ne pas avoir bougé. Mais peu importe les paroles réconfortantes du garçon, elle ne pouvait pas changer d’opinion à son sujet.

– Tu ne comprends pas. A quoi ça sert d’être la meilleure de ma promotion, à quoi ça sert d’apprendre par cœur des bouquins poussiéreux, à quoi ça sert de perdre son temps à la bibliothèque si je suis incapable d’utiliser ma magie dans une vraie situation de crise. Je ne suis pas prête à affronter ce qui nous attend dehors …

Répondit la demoiselle. Elle n’attendait pas de Spencer qu’il ne lui remonte le moral, ou qu’il lui promette que tout irait bien. Elle ne voulait pas de gentillesse ou d’amabilité, elle décrivait juste ce qu’elle pensait, ce qu’elle voyait. Et peu importe ce que le garçon allait lui répondre, ça n’allait surement pas la faire changer d’avis sur ses pensées. Mais après tout, comment des gamins pouvaient être prêts à affronter des monstres comme les mangemorts. Tout cela n’aurait jamais du arriver, si le gouvernement faisait son boulot. Pourquoi personne n’avait pu anticiper ce genre de chose, pourquoi personne n’avait affronté, n’avait surveillé les personnes déviantes pour la magie noire. Comment une telle chose avait-elle pu passer inaperçu. La jeune demoiselle ressentait de l’injustice par rapport à cette situation, mais aussi de la colère. Si elle ne savait pas contre qui elle devait la diriger, elle la sentait bien vivante à l’intérieur d’elle-même.

Mais assez parlé de cette bataille, Allison avait de nombreuses questions à poser à son ami. Il était un né-moldu alors forcément il était beaucoup plus en danger qu’elle maintenant que les mangemorts étaient au pouvoir. Elle voulait savoir où il se cachait. Parce qu’elle avait bien deviné qu’il avait dû abandonner l’université. Avec tout ce qu’il se passait, il ne pouvait pas rester à visage découvert quand tout le monde voulait sa peau. Très vite, elle retrouva son rôle de préfète en conseillant à son ami de rester à l’abri et de ne rien faire de stupide. La dernière chose qu’ils avaient besoin maintenant était qu’il joue les héros en voulant confronter les bourreaux. Il était préférable qu’il reste cacher et qu’il pense à sa propre vie avant celle des autres. Il lui assura qu’il ne ferait rien de stupide. La demoiselle hocha la tête calmement. Pourtant ses interrogations ne s’arrêtaient pas là. Ayant appris que Daphné Greengrass était avec lui, lui avait évidemment fait poser plein de questions. Elle n’avait absolument pas confiance, et clairement pensait que lui ne devrait pas lui accorder sa confiance également. Elle écouta tout de même ce qu’il avait à lui dire. Rien de très convaincant, et vu l’expression sur son visage, il allait vite le comprendre par lui-même. Elle avait les bras croisés contre sa poitrine, comme si elle s’était soudainement refermé sur elle-même, et avait pris comme un espace avec le garçon.

– Tu ne peux faire confiance à personne Spencer, encore moins à une fille qui arrive dans ta vie en ce moment. Qu’est-ce que tu en sais ? Parce qu’elle t’a montré ses seins, et t’as fait des gâteries, ça y est, il faut lui donner une confiance aveugle ?

Le sarcasme dans sa voix était très clair. Son ton moqueur n’allait peut-être pas être apprécié par son ami, mais ce n’était pas cela qui l’importait en ce moment.

– On ne sait rien de cette fille, on ne sait rien de leur école qui a brûlé l’année dernière. Trop de mystère, tu comprends ? Tu dois rester sur tes gardes. Parce que clairement tu ne peux pas te payer le luxe de te faire trahir.

Répondit la demoiselle d’une voix plutôt dure. Elle avait toujours dit clairement ce qu’elle pensait à son ami. Parce qu’il était bien plus qu’une simple connaissance, il faisait parti de sa famille. Pour être totalement honnête, elle se fichait assez du fait qu’il ait couché avec une fille. Peu importe qui elle soit. Ce qui lui importait était la sécurité de son ami. Et clairement elle ne faisait absolument pas confiance à cette Daphné, et il ne devrait pas non plus.

Mais la pauvre demoiselle n’était clairement pas au bout de ses surprises aujourd’hui. Mais elle avait besoin de savoir pour avoir toutes les cartes entre les mains. Ainsi elle demanda des informations sur ce qu’il se passait à l’extérieur. Elle avait entendu beaucoup de rumeurs, mais en quarantaine, il était assez compliqué de démêler le vrai du faux. Il lui répondit par l’affirmative, tout en lui montrant ses blessures. Le fait que son meilleur ami ait été torturé fut un coup de massue pour la jeune demoiselle. Et cette fois-ci elle ne put retenir ses larmes. Pire elle s’effondra sur le sol, la tête dans ses mains, essayant de diriger cette information choquante. Il la prit dans ses bras, lui rappelant qu’il était en vie et qu’elle ne devait pas pleurer. C’était plus fort qu’elle bien évidemment. Et elle finit par lui demander de tout lui raconter. Elle voulait tout savoir. Alors le garçon décida de commencer son petit récit. Encore des pleurs, et un choc terrible.

– Quel genre de questions ?


Demanda-t-elle avant de prendre conscience de ce que venait de lui dire le garçon. Il avait eu un ultimatum pendant sa séance de torture.

– J’espère bien que tu ais décidé de me sauver.

Annonça le demoiselle avec un faible sourire, avant de reprendre un ton beaucoup plus grave.

– Tu crois qu’il va respecter ses engagements, et qu’il va vraiment la tuer ?

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

I just want to be loved for who I am. ALLISON CARTER;
I don’t know. That’s my answer. Now, I’m just trying to figure out shit. And that’s hard. Because I like you and hate you in the same. How’s that even possible ? × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Diamond (ancien serdaigle) J'ai posté : 261 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 184 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser sans problème

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa mère avec un autre homme
Patronus: Basset Hunt (race de chien)
Capacité spéciale: aucune

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Ven 29 Déc - 21:00

Break The Rules
Spencer D. Madley & Allison Carter
Spencer pouvait comprendre ce qu’avait vécu Allison à Pré-au-lard. Si lui était étudiant dans les métiers de la défense cela ne l’empêchait pas de perdre ses moyens lorsqu’il ne fallait pas. Il s’était rendu compte lorsqu’il s’était fait torturer que parfois on ne pouvait pas vraiment agir lorsqu’il nous arrivait quelque chose. Dans cette pièce, ligoté à une chaise, il s’était sentit impuissant, incapable de se défendre d’agir correctement. Spencer avait pensé à ce moment-là que n’importe qui d’autre aurait agit différemment. Tout comme Allison lorsqu’elle lui expliquait qu’elle ne pouvait pas faire ce qu’elle aurait dû à la bataille, il s’était sentit faible face au mangemort qui l’avait attaqué. Mais sans se rendre compte son kidnappeur lui avait donné une nouvelle force que Spencer gardait bien ancré au fond de lui. Le devoir de protection s’était instauré à lui comme une évidence et lors de sa propre bataille dernièrement il avait pu le mettre en pratique. Toutefois si Daphné n’avait pas été présente à lui dire tout ce qu’elle lui avait dit qui les avait conduites à coucher ensemble, peut-être que Spencer n’aurait plus été de ce monde. Il se revoyait, le visage vide face aux mangemorts dans la pièce. Il se revoyait lancer un incendio complètement stupide, mettant par la même occasion ses camarades en danger. Ce jour-là comme tout les autres qui avaient suivit la session de torture, Spencer n’avait pas été très intelligent dans ses gestes. Il se souvenait de son lit à l’infirmerie où il était resté de nombreuses semaines, le sommeil le quittant tant qu’il entendait encore et encore inlassablement la voix du mangemort lui demander de choisir. Et que sa réponse résonnait dans ses oreilles. Spencer se revoyait allonger là à voir Daphné lui rendre visite, alors que lui ne souhaitait pas la regarder en face avec tout ce qu’il avait pu faire. Pourtant après tout ça, il avait réussi à la mettre en sureté et à se réveiller un petit peu pour découvrir qu’il la désirait. Daphné lui avait même trouver un bon endroit pour se cacher, un lieu que Spencer avait quitté pour voir comment se portait Allison, sa meilleure amie, sa sœur. Ainsi il avait trahis ses propres propos envers Daphné, il avait trahis en quelque sorte la confiance que lui avait donné l’ancienne serpentarde. Mais tout comme il n’avait pas été là lorsque Daphné avait perdu la vue, Spencer n’avait pas été là lorsqu’Allison s’était retrouvé seule dans ce brasier qu’était devenue pré-au-lard. Quoiqu’elle ne fût pas seule, Spencer ne pouvait supporter l’idée que lui si près d’elle n’avait pas pu intervenir, ignorant qu’il était. Il avait été si près d’elle, il avait vu les flammes et même si tout ses muscles lui avaient fait mal comme s’il s’était pris cinquante kilos sur le corps, Spencer aurait dû continuer à la chercher plus longtemps. Au lieu de ça, il avait fui, il avait agi égoïstement. Comment ne pas s’en vouloir en voyant le visage d’Allison ? Spencer savait qu’elle n’était sans doute plus la même après tout ça, il avait vécu ce changement, même s’il espérait qu’elle n’en était pas au même point que lui. Le jeune homme tentait d’être rassurant pour son amie, car il savait ce que s’était et que se comporter ainsi d’amenait rien de bon. Pourtant la préfète n’entendait pas les mots réconfortant de son ami. Elle commençait à remettre en doute tout ce qu’elle avait appris à Poudlard. Elle n’était pas prête pour tout ça, pour la guerre et Spencer aurait tant aimé que cela ne l’atteigne pas de cette manière. Que pouvait-il dire ? Elle était suffisamment têtue pour ne pas écouter ce qu’il dirait. Mais il comprenait, il savait. « Non tu n’es pas prête. Je ne suis pas prêt, personne ne l’est jamais. Tu n’es pas la plus courageuse, Alli. Et pourtant tu es sûrement l’une des filles les plus malignes et intelligentes que je connaisse. Parfois il suffit simplement d’arrêter de réfléchir, ou de réfléchir à ce qui compte le plus pour toi. Si tu te bats pour quelque chose, pour le bonheur de quelqu’un, pour les protéger, alors tu soulèveras des montagnes. Gardes toujours à l’esprit que tu te bats pour quelqu’un. » C’était ce que lui avait appris de tout ça. Il se battait pour Daphné, il se battait pour Allison, pour sa mère, pour tout ceux qui comptait pour lui. Spencer voulait uniquement que tout ceux qu’il aimait soit en sécurité.

Tout comme Allison d’ailleurs le souhaitait pour son amie. Elle espérait qu’il soit en sécurité, conscient que son sang serait un problème pour les mangemorts qui avaient des idées bien arrêter sur la question. Oui Spencer le savait très bien, il avait trouvé un endroit sûr, mais ne donna pas plus d’indication à son amie de peur qu’on ne cherche à l’utiliser pour l’atteindre. En y pensant, venir ici la mettait en danger. Si les mangemorts avaient fait leur recherche correctement il savait très bien qu’elle pourrait être une cible pour atteindre ses amis. Mais il espérait sincèrement que l’école était assez sécurisée pour que les mangemort ne soient pas présent à l’intérieur. Spencer ignorait alors que son bourreau donnait des cours à sa meilleure amie. Sans doute que s’il l’avait su, il aurait enlevé Allison d’ici pour l’amener dans le manoir. Mais il ne pouvait pas, il ne savait pas. Comme sa mère avait fait, son amie lui demanda de rester en sécurité en ne tentant rien de bien stupide. Cela le faisait sourire, essayant de lui répondre avec une touche d’humour, mais même si Allison ne fit aucune remarque sur ses propos, une autre personne occupait les pensées de la préfète. Car si Spencer avait affirmé être en sécurité, il avait également parler de Daphné, une ancienne serpentarde qu’Allison connaissait très peu. Si Spencer lui faisait confiance ce n’était pas le cas de sa meilleure amie, suspicieuse. Et elle ne manqua pas de le lui dire, de la manière que Spencer aimait le moins. Il savait que la préfète n’allait pas se retenir de dire ce qu’elle devait dire, mais elle ne le faisait pas avec tact. Il était clair pour elle qu’il ne devait faire confiance à personne, encore moins à une fille parce qu’elle lui avait montré ses seins. Spencer soupira, roulant des yeux de la morale que lui faisait Allison. Encore une fois elle devait penser qu’il était comme tous les autres garçons à ne penser qu’à ça. « Alli … ! Non, ce n’est pas parce que j’ai couché avec elle que je dois lui faire totalement confiance. Mais est-ce qu’on fait vraiment confiance totalement à quelqu’un ? » Quelques peu agacé il essayait toutefois de se défendre face à ce que lui disait Allison, comme s’il devait se justifier. Mais loin d’être stupide, il savait aussi que sa meilleure amie s’inquiétait pour lui, sans doute beaucoup plus que Spencer ne s’inquiétait pour sa propre personne. Mais Allison avait raison, il ne connaissait pas tout le passé de Daphné. Il la connaissait uniquement par sa personnalité, mais au final est-ce que ce que l’on avait pu faire auparavant d’influençait pas sur ce qu’on était. L’école qui avait brûlé, Spencer n’avait jamais fait de recherche là-dessus. Pourtant il faisait confiance à Daphné, peu importe qu’il ne puisse pas se payer ce luxe, il avait remis son destin entre les mains de son amante. « Je connais les risques, Allison … je les connais que trop bien. Mais en dehors de toi c’est la seule personne en qui je peux avoir un peu confiance en ce moment. Je veux pouvoir croire que j’ai raison. Et oui nous ne savons pas grand-chose d’elle, mais au final les mangemorts non plus. » Si Allison était à Poudlard, lui se retrouvait bien seul dans son manoir. Sa meilleure amie n’était plus là pour lui parler, ni pour l’écouter et elle n’avait pas la possibilité de le cacher à part dans la salle-sur-demande.

Et il voulait continuer à la garder dans le secret de ce qu’il se passait à l’extérieur. Même si elle souhaitait savoir, Spencer ne souhaitait pas qu’elle revive à nouveau ce qu’elle avait pu vivre lors de la bataille de pré-au-lard. Toutefois lorsqu’elle lui demanda si c’était vrai ce qu’on disait sur la chasse au né-moldu, il trouva normal de lui en parler en lui montrant ses blessures. Ces dernières auraient pu disparaitre avec de la magie, mais il souhaitait les garder, lui rappelant ce qu’il avait vécu. Peut-être n’aurait-il pas dû le dire de cette manière à Allison car elle s’effondra sur le sol en pleur. Spencer n’aimait pas la voir pleurer, il détestait ça, préférant la voir souriante et si en plus c’était lui la cause de ses larmes, c’était pire que tout. Il s’assit à côté d’elle, la prenant dans ses bras pour essayer de calmer ses pleurs, de la rassurer sur le fait qu’il était toujours vivant malgré ça. Mais cela ne l’aider pas vraiment, Allison continuait à être triste, à pleurer. Sans doute que la révélation de sa torture n’était pas la seule chose qui avait fait couler ses larmes. Elle lui demanda alors de lui raconter ce qu’il avait vécu. Si Spencer n’était pas contre, le traumatisme était toujours présent dans son esprit. Ses nuits continuaient à être agités et il perdait ses moyens lorsque le danger s’approchait trop de lui. Il tenta toutefois d’expliquer, d’être le plus évasif, ne parlant pas de Daphné ni de l’ordre, mais plutôt de ce qu’il s’était passé dans son esprit. Mais toutes ces paroles n’arrangeaient pas Allison qui continuait à pleurer de plus belle. Spencer tenta de la bercer dans ses bras pour la rassurer alors qu’elle lui posa une autre question, qui concernait les demandes du mangemort à Spencer.« Il pensait que je pouvais avoir des informations concernant leur opposant, l’ordre du phoenix, mais de ce que j’en sais moi de tout ça. » A nouveau, il n’évoqua pas Daphné, conscient que s’il disait à Allison que c’était par le biais de l’ancienne serpentarde qu’il s’était retrouvé là, cela n’aiderait pas sa sœur de cœur à apprécier la brune. Il expliqua finalement l’ultimatum qu’on lui avait posé, ce choix de choisir entre Allison et Daphné. Pour finalement lui dire qu’il avait sauver la préfète. Si Allison semblait heureuse de cette réponse, Spencer se demandait si elle mesurait la complexité d’un tel choix. Bien que la réponse lui ait parut évidente, il ne voulait pas devoir choisir. Elle afficha un petit sourire et Spencer en afficha un a son tour, tentant de ne pas lui montrer la douleur des souvenirs qui remontait petit à petit dans son cerveau. « C’est bien normal. » Allison lui demanda s’il pensait que le mangemort tiendrait sa promesse. Si Spencer avait réfléchi à la question, il n’avait pas de véritable réponse. Son bourreau semblait capable de tout et c’était ce qui effrayait le jeune homme. Le mangemort pourrait très bien décider de tuer Allison comme Daphné, rendant la vie de Spencer aussi triste et sombre que l’enfer. « Je … je ne sais pas … J’espère pas. Tu as beau ne pas sembler avoir confiance en elle, je l’aime bien et même lorsque je lui ais avouer ce que j’avais fait, elle ne m’en a pas voulu. Alors elle ou moi, je ne sais pas qui devrait se plus se méfier de l’autre. J’espère surtout qu’il ne reviendra pas sur ta décision de ne pas te tuer. » Daphné lui avait presque pardonné son geste, ou du moins elle l’avait compris, elle ne lui en voulait pas. Mais si Spencer pouvait rester au côté de Daphné pour la protéger, c’était aussi parce qu’il espérait que le mangemort n’irait pas tuer Allison, alors loin de Spencer.

electric bird.


I'm a wizzard !

ANYTHING COULD HAPPENS
❝ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais. ❞
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : anciennement Ravenclaw, et Diamond (université) J'ai posté : 354 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 190 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977. . Je suis un aventurier : Oui. A savoir sur toi : « Superficielle moi ? Non. Pas du tout. Bon d’accord mais en tout cas pas autant que les autres filles de ma maison. D’ailleurs c’est surement ce qui fait mon charme (oui oui, j’en ai un, Cab me l’a dit … ou du moins il l’a pensé.)
Bon je suis petite pour mon âge et j’ai tout d’une petite fille modèle : j’aime le rose et les nœuds …
Voilà maintenant que vous me connaissez un peu mieux, j’aimerais vous informer que je ne tolérerais aucun écart de tenue dans MA maison. La vulgarité sera bannie, je déteste les jupes ras la culotte et les décolletés qui arrivent au nombril. »

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Mar 6 Fév - 0:15

Because friends can be part of family.

- Allison Carter -


Je voulais que tu me prouves que tu tenais à moi, je voulais que tu me dises que j’étais la seule fille qui te plaisait et que tu préférais passer le reste de ta vie tout seul, plutôt qu’avec une autre fille que moi.


Allison avait longtemps cru se connaître. Mais pourtant, elle avait vécu une épreuve auquel elle n’était pas préparée, quelque chose qu’elle n’avait pas vu venir, surement à cause de cette inconscience, et insouciance qui l’avait longtemps parcouru. Elle n’était qu’une jeune adolescente emplie de rêve et d’idées bien fixés. Elle était une jeune fille dont les choses les plus importantes étaient de respecter le règlement, d’observer les garçons, et de parler chiffon avec ses camarades de maison. Mais quelque chose s’était brisé, une lueur dans les yeux de la jeune femme s’était légèrement éteinte. Et c’était le visage fatigué, rongé par les soucis qu’elle avait rejoint Spencer sur le lieu du rendez-vous dans la cabane hurlante. La guerre les avait tous bouleversé d’une façon ou d’un autre. Vivre dans un monde ou la peur régnait les avait changé. Ils souffraient tous en silence, ne dévoilant pas réellement leurs douleurs aux autres, et pourtant elle était présente en chacun d’eux, en chaque personne qui avait vécu cette bataille, en chaque personne qui avait vu la mort de près, en chaque personne qui avait assisté impuissant à la montée en puissance d’un régime totalitaire, et dictateur. Ils vivaient désormais dans un monde de terreur, un monde qui serait à jamais changé, victime des atrocités perpétués par les partisans du seigneur des ténèbres. Ils vivaient désormais dans un monde où ils ne pouvaient faire confiance à personne, dans un monde où ils étaient seuls. Allison avait bravé les interdits pour se rendre dans la cabane hurlante. Elle en avait eu besoin. Elle ne pouvait plus rester dans l’ignorance, dans le doux cocon qu’était Poudlard, fermé et loin de la réalité. Maintenant qu’elle avait ouvert les yeux, elle avait besoin d’entendre ce qui se passait réellement dehors. Car sa famille n’était pas protégée par les grilles de Poudlard. Si sa mère était une sorcière, son père était un moldue, et on ne savait jamais ce qui pouvait se passer pour lui. Et plus que tout, il y avait Spencer. Cet ami, ce frère qui s’était imposé à elle comme une évidence. Il était sa famille, son tout, et pourtant, il était dans le monde cruel, possiblement traqué ou caché pour éviter une mort terrible.

Elle s’était rendu compte qu’elle le mettait possiblement en danger en lui demandant de la rejoindre ici. Il aurait sans doute été mieux, et à l’abri s’il était resté caché quelque part sans faire des allers-retours. C’était peut-être égoïste de sa part, mais elle avait un besoin vital de l’avoir devant ses yeux, de s’assurer que c’était bien lui qui répondait à ses lettres, et pas une imposture. De s’assurer qu’il était bien vivant et qu’il allait bien. Un besoin incontrôlable et irrationnel. Surtout que depuis que Spencer avait quitté Poudlard à la fin de l’année précédente, Allison ressentait un grand vide à l’intérieur de son cœur. C’était comme si elle avait perdu une partie d’elle-même. Elle se sentait terriblement seul sans la présence d’une figure fraternelle autour d’elle. Quand elle arriva dans cette pièce de la cabane hurlante, la demoiselle ne put s’empêcher de foncer directement dans les bras de son ami. La chaleur de son corps la fit frémir. Et elle s’abandonna complètement, relâchant enfin la pression. C’était comme si un poids s’était légèrement enlevé, l’autorisant enfin à respirer correctement. Les retrouvailles étaient douces mais la pression de ce qui se passait dans le monde magique régnait dans cette pièce. Ni l’un ni l’autre ne pouvait oublier ce qui se passait à l’extérieur, et très vite le sujet de la bataille de Pré-Au-Lard vint sur le tapis. La demoiselle apprit que Spencer était passé par là. Elle ne l’avait pas vu, étant enfermé dans un bar en feu au même moment. La demoiselle laissa finalement parler ses craintes et ses peurs. Ce que cette bataille avait révélé pour elle était qu’elle n’était définitivement pas prête pour le monde extérieur. Etre la meilleure de sa classe ne l’avait pas sauvé face à un mangemort, et une bâtisse en feu. Elle avait été figé, incapable de performer le moindre sortilège correctement. Et elle s’était beaucoup remise en question depuis. A quoi cela servait-il de passer son temps à étudier pour être la meilleure si elle n’était même pas prête à affronter ce qui l’attendait dehors. Elle ne tiendrait pas une minute sur un véritable champ de bataille, ou face à un mangemort qui ne souhaitait que sa fin. Elle ne voulait pas que Spencer lui remonte le moral, ce n’était pas son but premier. Pourtant, le jeune homme trouva des mots rassurants, comme s’il essayait encore et toujours de protéger la Serdaigle.

– Comment est-ce qu’on va faire Spenc’ ? C’est une bataille qu’on ne peut pas gagner. Comment veux-tu qu’on réussisse à mettre à mal des mangemorts entrainés pour effectuer la pire des magies. Ils vont se débarrasser de tous ceux qui sont contre eux, les uns après les autres, jusqu’à qu’il ne reste plus rien. Si je me retrouvais demain face à l’un d’entre eux, je ne serais pas capable de tenir cinq minutes. Tu crois vraiment qu’on va s’en sortir ? Tu crois réellement qu’on a assez de force contre les ténèbres ?

Le jugement de la demoiselle se voulait très pessimiste, cela était d’autant plus surprenant quand on connaissait la réelle nature de la jeune femme. La guerre l’avait amoché, et cela se reflétait dans ses paroles pour Spencer. Ils n’étaient que des gamins, et ils ne pouvaient surement pas changer le monde. Les mangemorts ne jouaient pas selon les mêmes règles que les autres. Ils tuaient, kidnappaient, torturaient. Ils n’avaient aucuns scrupules à éliminer un ennemi, ou à tuer un enfant devant les yeux de ses parents. Alors comment pouvaient-ils faire quoi que ce soit ? Comment le bon côté pouvait l’emporter cette fois-ci ? Allison était réellement effrayée pour l’avenir du monde dans lequel elle vivait, s’inquiétant sans cesse de ce qui allait finir par arriver aux gens qu’elle aimait. Dans une guerre aussi injuste, serait-il possible que tous ce qu’elle connait finissent en vie à la fin ? Elle voulait plus que tout que Spencer soit en sécurité, qu’il ait trouvé un endroit où ils ne puissent pas être atteints par la menace qui pesait au dessus de sa tête. Apparemment il l’avait trouvé, mais il ne donna pas réellement d’indications à la jeune femme, ce qu’elle comprit évidemment.

Mais ce n’était pas la seule chose que la demoiselle allait entendre. En effet, son ami était en train de lui faire une confidence sur une ancienne camarade et élève de Poudlard : Daphné. Immédiatement la Serdaigle fut sur ses gardes, ne faisant pas assez confiance au jugement de son meilleur ami. Il avait couché avec elle, et maintenant il lui faisait entièrement confiance. Allison ne pouvait pas cacher son désaccord. Elle le trouvait complètement inconscient de faire confiance à la première venue, tout simplement parce qu’elle avait été intime avec lui. Il ne comprenait donc pas la situation délicate dans laquelle il était. Surtout qu’ils ne savaient rien du passé de cette fille. Elle était arrivée d’une école étrange qui avait brûlé, et dont la Serdaigle n’avait jamais entendu parler. Pour elle, il y avait trop de mystère pour parier dessus. Elle vit son ami roulé des yeux, sans doute las d’entendre une énième leçon.

– Etre intimement lié à quelqu’un fait perdre de vue l’important. Et toi, Spencer, tu ne peux pas te permettre d’être aveuglé dans ton jugement d’autrui. Tu joues un jeu de poker, tu te rends compte ? Tu peux tout perdre à tout moment en faisant confiance à cette fille.

Lança la demoiselle. Ce n’était pas parce qu’il était son ami, ou parce qu’il était agacé par ses remontrances qu’elle allait s’empêcher de donner son point de vue. Elle le faisait pour le bien de son ami, parce qu’elle ne pourrait jamais se relever s’il lui arrivait quelque chose. Et clairement, cette Daphné n’était pas dans le cœur d’Allison. Ou du moins pas tant qu’elle serait un peu trop proche de son meilleur ami, et qu’elle le mettait possiblement en danger. Mais peu importe ce que lui disait la jeune femme, il avait semble-t-il quelque chose à répondre.

– Tu joues ta vie sur une intuition Spenc … Je … J’ai besoin d’avoir la certitude que tu sois en sécurité. Je voudrais que tu restes, que tu sois prêt de moi, que je puisse le savoir en permanence …

Evidemment qu’elle se faisait du souci pour lui, bien plus que possible. Il était sa famille. Elle regrettait tellement qu’il soit partit à l’université cette année. S’il était resté un an de plus ici, il aurait été en sécurité lui aussi, et pas dehors à devoir vivre reclus et caché pour être sûr de ne pas se faire tuer. Pourquoi Dumbledore n’avait pas fait quelque chose pour protéger ses anciens élèves né moldus ? C’était révoltant, et elle avait même dans l’idée d’aller lui en pleurer plus tard dans son bureau. Elle serait prête à tout pour son meilleur ami.

Allison avait besoin de savoir ce qui se passait à l’extérieur. A Poudlard, ils n’entendaient que des rumeurs, rien de concret. Et maintenant que la Gazette du Sorcier était contrôlée par les mangemorts, ils n’avaient que trop peu d’informations, malheureusement. Spencer était donc le seul qui pouvait lui apporter de véritables réponses. Mais Spencer lui fit une confidence, qui tomba comme une brique sur la tête de la jeune femme. Elle ne put contrôler sa réaction, et s’effondra en pleur, sur le sol. Elle aurait aimé être plus forte à ce moment précis, elle aurait voulu montrer à Spencer qu’elle n’était pas qu’une gamine faible. Mais elle ne pouvait pas. Ce qu’elle venait d’apprendre était trop choquant, pour qu’elle puisse rester dans le contrôle. Elle avait besoin de craquer, de laisser s’échapper ces sentiments. Le jeune homme vint finalement s’assoir à côté, tout en la prenant dans ses bras. Allison se laissa faire, essayant tant bien que mal de reprendre ses esprits. D’une voix plus froide, dénué d’émotion, elle lui demanda de tout lui raconter, de lui dire ce que le mangemort lui avait posé comme questions, quels étaient les raisons pour qu’il soit une cible. Pourquoi était-il en vie ? C’était une question qui avait aussi traversé l’esprit de la demoiselle, sans passer par sa bouche. Un mangemort ayant entre ses mains un né-moldu, qu’il avait laissé repartir en vie. Alors qu’il aurait pu se débarrasser de cette « race impure ». Elle ne comprenait pas, et pourtant, elle allait écouter attentivement ce que Spencer avait à lui dire.

– Pourquoi pensait-il que tu avais des informations sur l’ordre du phoenix ? On entend beaucoup de choses à Poudlard en ce moment, ce nom passe de bouche en bouche sans que personne sache réellement ce qu’ils font.

Déclara la demoiselle. Elle n’était pas non plus familière avec cette organisation secrète. Elle ne l’avait pas approché, ni même essayé d’avoir plus d’informations. Elle ne pensait pas que ça allait lui servir, et pourtant ce nom revenait encore. Le mangemort lui avait demandé de choisir entre la mort d’Allison et celle de Daphné, et il avait tout fait pour la sauver. D’un faible sourire, elle lui fit comprendre qu’il avait bien fait. Après tout, s’il avait souhaité sa mort, elle ne savait réellement pas comment elle aurait réagi. Mais est-ce que le mangemort allait tenir sa promesse ? Rien n’était moins sûr.

– Elle ne t’en veut pas ? Tu as signé son arrêt de mort, et elle ne t’en veut pas une seconde. Et toi tu ne trouves pas sa louche ? Soit elle est stupide, soit elle sait qu’elle est en sécurité.

La jeune femme s’arrêta, comprenant qu’elle avait quand même des paroles dures à l’égard de cette fille, avant de répondre.

– Je crois qu’on est tous en danger maintenant Spencer. Tu crois que s’il ne réussit pas à atteindre Daphné, il ne va pas essayer de s’en prendre à la deuxième sur la liste ?


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

I just want to be loved for who I am. ALLISON CARTER;
I don’t know. That’s my answer. Now, I’m just trying to figure out shit. And that’s hard. Because I like you and hate you in the same. How’s that even possible ? × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Diamond (ancien serdaigle) J'ai posté : 261 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 184 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser sans problème

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa mère avec un autre homme
Patronus: Basset Hunt (race de chien)
Capacité spéciale: aucune

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Jeu 15 Fév - 14:42

Break The Rules
Spencer D. Madley & Allison Carter
La guerre changeait les gens, autant sur le plan physique que mental. Certains devenaient méchants, d’autres commençaient à avoir peur, ou encore à se rendre compte de toute ce qu’ils avaient pu louper dans leur vie. On se rendait compte de ceux qu’on aimait, on souhaitait les protéger, quitte pour cela à donner notre vie. Si Spencer avait été atteint par la guerre plus tôt que son amie, il n’en restait pas moins que le temps ne guérissait pas toutes les blessures. Allison avait été touché par la bataille, non pas physiquement comme Daphné avait pu l’être mais mentalement. Elle qui était si joyeuse, aimait parler garçons, chiffons, thé et autre chose, aujourd’hui, Spencer voyait dans le regard de son amie une toute nouvelle lueur. Le jeune homme aurait aimé pouvoir savoir qu’elle était là alors que lui il était. Daphné avait eu la confirmation que Astoria était bien à Poudlard en sécurité, mais Spencer apprenait tout juste que ce n’était pas le cas d’Allison. Elle aurait pu mourir, il aurait pu lui arriver pleins de choses et il était si proche de pouvoir la mettre en sécurité. Il aurait dû, il aurait pu chercher plus loin, Spencer aurait dû faire le tour de Pré-au-lard, aller même voir dans Poudlard si nécessaire, mais tel un lâche à l’annonce de la prise de pouvoir par les mangemorts, le jeune homme avait fui. Il avait préféré protéger sa vie, plutôt que celle des autres. Et si à ce moment-là, où il avait transplaner, Allison avait été tué. S’il avait appris ça des semaines plus tard, aurait-il pu continuer à vivre, aurait-il eu ce droit là alors qu’il n'était jamais au bon endroit quand il le fallait ? Mais il se devait d’être fort, comme il l’avait toujours été pour Allison, il avait toujours été là autrefois pour la protéger et le simple fait qu’aujourd’hui elle se tienne devant lui était une chance. Bien évidemment qu’il risquait sa vie en venant ici, mais il pourrait transplaner rapidement si jamais il avait besoin, quitte pour se faire à emmener Allison avec lui. Elle était en danger également. Le revoir alors qu’il était un né-moldu, faisait d’elle une cible pour avoir des informations. Elle était en sécurité à Poudlard, mais si le mangemort venait à la retrouver, Alli pourrait se faire torturer à cause de Spencer … voire pire la tuer. L’ignorance était une plaie, autant pour Allison qui enfermé dans ce château n’était pas au courant de ce qui se passait à l’extérieur, autant pour Spencer qui ignorait tout. On le mettait à l’écart, on ne lui disait pas tout et tant que le mangemort serait en vie, le jeune homme ne pouvait savoir si les promesses allaient être respectés. Au fond de lui Spencer espérait que ce serait le cas, mais il ne pouvait pas faire confiance à un tel homme, une personne capable de torturer n’avait pas de parole. L’ancien préfet savait que si le mangemort l’avait libéré, c’était pour vivre avec ce poids, ce choix qu’il avait dû faire. Quatre mois maintenant c’était écoulé, quatre mois pendant lesquels Spencer tentait vainement d’afficher un air plus sûr de lui alors qu’il entendait la voix du mangemort toutes les nuits, qu’il se réveillait à cause de ça et qu’il souffrait de ne pouvoir protéger ceux qu’il aimait. Il avait peur pour Allison, il avait eu ce besoin de savoir qu’elle allait bien et même si Spencer s’en voulait énormément, il ne pouvait pas montrer cette crainte à son amie. Mai elle le connaissait suffisamment pour savoir qu’il se sentait coupable de l’avoir laissé dans les flammes. Elle avait tenté de le rassurer en lui disant qu’une jeune femme les avait aidé, mais cela n’empêchait pas le fait qu’une fois encore Spencer n’avait pas été là.

Allison lui expliqua ses craintes, elle lui expliqua qu’elle avait perdue tout courage face à la bataille et elle se sentait sans doute inutile, elle qui pourtant était si douée. Les paroles de la jeune femme ne rassuraient pas Spencer, il se sentait un peu coupable, mais il savait également qu’elle était une femme forte et que personne ne pouvait faire face à une guerre. Ils ne faisaient que la subir. C’était difficile de se détacher de la peur, mais pour lui le seul moyen était de continuer à se battre pour ceux qu’on aimait. Il avait confiance en ce fait, et savait que si Allison avait la peur de ne pas être à la hauteur, si elle gardait cette idée en tête, elle pourrait faire des miracles. Spencer essayait de lui montrer de quoi elle était capable, mais cela n’aidait pas, peut-être même que c’était le contraire qui se passait dans la tête d’Allison. Et elle lui demanda alors ce qu’ils pouvaient faire face à tout ça, comment survivre face aux mangemorts sans cœur qui pouvaient les tuer à tout moment. Spencer n’avait pas de réponses. Il n’était pas le plus courageux des hommes, sans être forcément être le plus intelligent non plus, il était simplement lui. Le jeune homme l’observa un instant avant de souffler et de répondre honnêtement : « Je ne sais pas Allison. Je pense qu’il faut qu’on survive, qu’on continue à se battre pour les choses auxquelles nous tenons le plus. Les mangemorts sont cruels, froid et manipulateur, ils n’hésitent pas à tuer parce que ça leur accorde du plaisir ou à torturer, mais nous pouvons quand même leur faire face. Perdre la vie, peut-être, mais je pense qu’il faut que nous restions forts face à tout ça. Je pense que tu tiendrais face à un mangemort, tu sais faire des choses que beaucoup ne savent pas faire, tu es forte et tu saurais te défendre, il ne faut pas que tu laisses tes émotions t’emporter. Oui on va s’en sortir j’en suis sûr, on y arrivera et je suis peut-être fou d’y croire, mais c’est tout ce qu’il nous reste. » Il ne voulait pas qu’elle perde espoir, il voulait qu’elle ait confiance en lui, mais surtout en elle et ses capacités. La seule chose qui leur restait à faire était de survivre, ce que lui faisait depuis quelques semaines déjà. Tant qu’ils seraient debout, il y avait toujours un espoir que les choses s’arrangent, il savait que l’ordre essayait de faire revenir les choses à la normale, mais d’un autre côté en tant que neutre, Allison comme Spence ne faisaient que subir. Devaient-ils se battre ? Pour elle, le jeune homme en serait capable. Il donnerait sans aucun doute sa vie pour Allison, comme il la donnerait pour sa mère et aujourd’hui pour Daphné. La préfète était comme sa sœur, il n’aimait pas la voir triste et surtout, il voulait la savoir vivante, joyeuse, souriante, comme elle pouvait l’être et comme elle le serait à nouveau, il s’en fit la promesse.

Spencer était à peu près en sécurité, de ce qu’il savait des protections installées autour du manoir. Il avait une chambre, il avait une Daphné et il tournait en rond sans arrêt, sans pouvoir ni bouger de trop, ni aller courir pour se changer les idées, ni pour voir à quel point les gens avaient changés à Poudlard. L’époque où il était préfet lui manquait. Non pas pour son devoir, mais l’école lui manquait, l’insouciance qui avait à cette époque lui manquait, Allison lui manquait. Il ne donna pas d’indication à son amie concernant l’endroit où il vivait, chose normale, même si lui dire, permettrait qu’en cas de torture, elle puisse survivre. Mais il savait aussi que jamais Allison ne le donnerait aux mangemorts, enfin il ne lui en voudrait pas de toute façon si elle le faisait. Spencer préférait affronter les forces des ténèbres plutôt que de voir à nouveau celle qu’il considérait comme sa sœur mourir. Il lui parla alors de Daphné, pour lui expliquer ce qui s’était passé entre eux. Le jeune homme n’allait pas cacher ce genre de chose à son amie, mais peut-être aurait-il dû le dire dans un climat de paix. Car elle se brusqua lui expliquant qu’il ne pouvait pas faire confiance à Daphné de la sorte, surtout pas à une fille qu’il connaissait si peu, sang-pure qui pouvait le livrer à tout moment. Spencer connaissait bien l’ancienne serpentarde plus qu’Allison et il pensait pouvoir lui faire confiance, mais il ne pu s’empêcher de rouler des yeux en entendant une énième leçon de la part de son amie. Pourtant il comprenait pourquoi elle agissait ainsi, par peur de le perdre, parce que lui avait plus à craindre que d’autre. Mais Daphné lui avait trouvé un logement, elle l’avait mis en sécurité et elle l’avait aidé quand il avait failli perdre tout ses moyens. Sans elle Spencer aurait sans doute pu mourir par les flammes dans cette salle de classe. « Elle m’a aidé. Je suis peut-être aveuglé mais c’est grâce à elle que j’ai un endroit pour me cacher aujourd’hui. Je peux tout perdre à tout moment, je le sais que trop bien, je peux te perdre même si tu es à Poudlard, je pourrais perdre ma mère, même si elle est en sécurité, je pourrais perdre ma vie à tout moment … Elle pourrait me livrer aux mangemorts si elle le voulait, mais pourquoi me cacherait-elle dans ce cas ? » Il connaissait suffisamment Allison pour savoir qu’elle n’allait pas changer d’avis aussi facilement. Tant que Spencer ou Daphné ne lui montreraient pas qu’elle pouvait faire confiance à l’ancienne serpentarde, la préfète resterait sur ses gardes. D’un autre côté, il se demanda si la fille n’avait pas été Daphné est-ce que cela aurait changé quelque chose ? Est-ce qu’elle n’aurait pas été aussi réticente ? Toutefois, Allison confirma ce que Spencer pensait. Son amie avait juste peur pour lui, et il comprenait pourquoi, il comprenait totalement ce qu’elle pouvait ressentir. « J’aimerais aussi. J’aimerais pouvoir te protéger parce que je sais que le monde n’est pas sûr. Je ne peux pas te dire que je suis en total sécurité, il pourrait m’arriver n’importe quoi, mais pour le moment c’est la seule solution que j’ai …  Et je pense que c’est la bonne. » Rassurant Spencer ? Pas vraiment, il savait que lui dire ça ne serait pas vraiment rassurant pour Allison, mais il ne pouvait pas mentir face à tout ça.

Après des mois à subir, c’était sans doute le moment de tout dire à Allison. Elle n’était sans aucun doute pas prête à entendre ce que venait de lui dire Spencer, mais il ne pouvait pas lui cacher ça. Il lui montra ses cicatrices, enfin celle qui était la plus visible, même si intérieurement, il suait d’angoisse. Cela finit d’achever Allison déjà atteinte émotionnellement qui s’effondra sur le sol, en pleurs. Spencer tenta de la rassurer, en lui disant qu’il était toujours en vie malgré tout, la prenant dans ses bras pour lui éviter qu’elle ne continue à pleurer. Ce n’était pas lui qui la faisait pleurer habituellement, mais c’était quand même la deuxième fois en un an. Pour la protéger, le jeune homme aurait pu ne rien dire, surtout pour ne pas la voir pleurer, mais que pouvait-il faire ? Ne pas lui dire et la laisser dans l’ignorance ? Après tout elle était comme sa sœur, elle avait le droit de tout savoir de sa vie. D’une voix plus froide, elle lui demanda des explications, pourquoi lui ? Pourquoi sans doute était-il toujours en vie ? Si Spencer avait une réponse à la dernière question, il n’en était pas sûr et c’est ce qui l’angoissait. Sans prononcé le prénom de Daphné, le jeune homme parla des questions sur l’ordre qu’on lui avait posé. Il n’avait pas de réponses à donner au mangemort et si aujourd’hui Allison lui demandait pourquoi on avait pu penser qu’il ait quelques liens avec l’ordre, Spencer ignorait si c’était le bon moment pour dire que c’était en autre la faute de Daphné. Alors il préféra expliquer ce que lui pensait au moment de sa torture. « Je l’ignore … peut-être qu’il le pensait, peut-être avait-il eu des informations me concernant. Il savait beaucoup de choses sur moi … et c’était effrayant. L’ordre se bat, ils essayent de nous débarrasser des mangemorts, c’est tout ce que je sais. » Spencer avait imaginé rejoindre l’ordre après sa torture, mais les évènements étaient survenus si vite qu’il n’avait pas pu en parler avec personne. Et d’un autre côté, il n’aimait pas cette organisation qui mettait la vie de Daphné en danger. Cette dernière d’ailleurs ne lui avait pas tenu rigueur en apprenant qu’il l’avait condamné. Peut-être un peu soupçonneux pour Allison, mais quand l’ancienne verte et argent lui avait expliqué les raisons qui faisaient que, Spencer avait compris. « J’ai été aussi surpris que toi, mais elle a compris parce qu’elle a une sœur et qu’elle la protégerait quitte à mourir. Alors elle a compris que je préfère te sauver toi plutôt qu’elle. Je ne pense pas que Daphné soit stupide, ni même qu’elle pense être en sécurité, enfin je ne sais pas ... » Allison soulevait beaucoup de questions, et lui qui pensait pouvoir faire confiance à Daphné, commençait petit à petit à douter. Spencer avait sauvé Allison, il avait fait ce choix, car elle était la personne qui comptait le plus pour lui. D’un coup la préfète lui posa une question à laquelle le jeune homme ne s’attendait pas. L’angoisse ressurgit en lui. Il ne voulait pas penser à ça, pas à cette possibilité, même si c’était faisable. Spencer fixa attentivement le sol de la cabane hurlante, tandis que la peur l’envahissait à nouveau, ce sentiment d’impuissance face à ça occupant ses pensées. Il se détacha d’Allison, et comme un idiot peut-être ou un lâche, il ramena ses genoux à lui. « Non … ne dis pas ça … je ne veux pas … ce n’est pas possible. Ce mangemort est un fou … il serait capable de tout. Je ne veux pas qu’il s’en prenne à toi. ! Il est hors de question que cela arrive !  » dit-il la gorge serré, les mots s’étouffant dans sa bouche. Spencer tenta de se calmer, mais c’était difficile, cela ne faisait que quatre mois et à chaque fois qu’il en parlait, la peur, l’angoisse, la folie revenait. Il revivait se moment encore et encore dans son esprit sans pouvoir s’en détacher.

electric bird.

I'm a wizzard !

ANYTHING COULD HAPPENS
❝ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais. ❞
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : anciennement Ravenclaw, et Diamond (université) J'ai posté : 354 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 190 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977. . Je suis un aventurier : Oui. A savoir sur toi : « Superficielle moi ? Non. Pas du tout. Bon d’accord mais en tout cas pas autant que les autres filles de ma maison. D’ailleurs c’est surement ce qui fait mon charme (oui oui, j’en ai un, Cab me l’a dit … ou du moins il l’a pensé.)
Bon je suis petite pour mon âge et j’ai tout d’une petite fille modèle : j’aime le rose et les nœuds …
Voilà maintenant que vous me connaissez un peu mieux, j’aimerais vous informer que je ne tolérerais aucun écart de tenue dans MA maison. La vulgarité sera bannie, je déteste les jupes ras la culotte et les décolletés qui arrivent au nombril. »

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Ven 2 Mar - 23:13

Because friends can be part of family.

- Allison Carter -


Je voulais que tu me prouves que tu tenais à moi, je voulais que tu me dises que j’étais la seule fille qui te plaisait et que tu préférais passer le reste de ta vie tout seul, plutôt qu’avec une autre fille que moi.


Défaitiste. C’était ce qu’elle avait l’impression de devenir après les terribles évènements de ces derniers temps. La jeune femme se posait sérieusement des questions, se demandant comment ils allaient bien pouvoir faire pour gagner. C’était une bataille perdue de son point de vue, puisqu’ils avaient en face des mangemorts entrainés qui n’avaient pas peur d’utiliser des sortilèges impardonnables pour arriver à leur fin. Allison n’essayait pas de se dénigrer avec ses paroles. Elle ne cherchait pas des paroles réconfortantes de la part de son ami. Elle était simplement en train de statuer une réalité. Si demain elle se retrouvait face à un adepte de la magie noire, elle ne tiendra pas cinq minutes. Déjà parce qu’elle était une simple élève, certes brillante, mais la pratique en cours n’avait rien à voir avec celle sur le terrain. Mais aussi parce qu’elle était le genre de personne à complètement paniquer pendant un moment de crise. Elle l’avait bien vu la dernière fois : elle avait été tétanisé, incapable de bouger face à la menace imminente. Mais même si elle arrivait à attaquer. Qu’allait-elle lancer ? Un stupéfix ? Comment survivre alors que l’ennemi pouvait la tuer d’un simple sortilège, sans même cligner des yeux ? Des questions emplissaient l’esprit de la jeune femme. Et elle savait que personne ne pouvait lui apporter de réponses concrètes. Cette guerre allait être dévastatrice, et plus d’un allait perdre la vie en essayant d’arrêter la montée en puissance des ténèbres. Spencer lui répondit honnêtement, laissant sortir les mots de sa bouche comme elle venait dans son esprit. Elle sentait la différence de ton, elle sentait qu’il avait quelque chose pour se battre. Et c’était sans doute ce qui faisait toute la différence. La demoiselle n’avait pas pensé à cela. Mais se battre pour quelqu’un allait-il réellement l’aider face à un sorcier puissant. Elle en doutait certainement.

– Ils se nourrissent de la terreur et de la colère des gens. Ils sont puissants parce qu’ils n’ont aucune limite. Si j’en avais un devant moi, je serais incapable de prendre la décision de le tuer pour le bien du monde magique. Tu sais, j’ai peur que cette guerre change chacun d’entre nous, et nous transforme en les pires versions de nous-mêmes.


C’était l’une de ses peurs, et elle ignorait si son meilleur ami avait déjà pensé à cela. Allison n’était pas stupide, elle savait que le monde n’était pas beau et parfait. Et elle se doutait que pour battre des pourritures, certains allaient devoir user les grands moyens, et peut-être même tuer pour le bien du plus grand nombre. La demoiselle ne pouvait pas accepter cette idée. Elle ne pouvait pas comprendre le meurtre d’une personne, aussi terrible soit-elle. Parce que dans ce cas-là, il n’y avait plus de gentils et de méchants, et la guerre pour le bien perdait tout son sens. Certains pouvaient penser qu’elle avait tort. Certains pouvaient penser que tous les moyens étaient bons pour repousser Voldemort et ses adeptes. Elle ne faisait simplement pas partie de ceux-là. Elle ne voulait pas qu’un monde meilleur soit reconstruit sur les cendres d’être-humains. Mais les paroles étaient bien belles, pourtant Allison ne faisait que subir cette règle sans s’engager, sans prendre les armes pour se battre. Devrait-elle le faire ? Peut-être. Pour être totalement honnête, la demoiselle était perdu entre ses idéaux et la mort imminente. Parce que se révolter ouvertement contre les mangemorts était comme signer son arrêt de mort.

La demoiselle avait tellement eu peur pour son meilleur ami pendant ces longs mois qu’elle voulait être sûre de sa sécurité. Il se fichait qu’il ne lui dise pas exactement l’endroit de sa cachette, elle avait simplement besoin d’être rassuré. Mais le garçon aborda finalement un tout autre sujet : celui de Daphné. Allison ignorait ce que Spencer attendait de cette conversation, elle ne savait pas ce qu’était ses expectations avant de lui en parler, si il avait pensé qu’elle serait compréhensible et qu’elle le soutiendrait. Parce que du coup c’était loin d’être le cas. Au lieu de se montrer contente pour son frère de cœur, la jeune femme avait directement attaqué sur la défensive. Elle se montrait très méfiante face à cette fille dont il ne connaissait rien. Une fille qui était arrivé à Poudlard l’année dernière, arrivée de nulle part. Et maintenant qu’elle lui avait montré ses seins, son meilleur ami était devenu complètement aveugle, se mettant en danger à faire confiance à n’importe qui. Non cette situation ne lui plaisait pas, et elle lui faisait clairement savoir. Elle ne le ménageait pas, peu importe si cela lui plaisait ou non, il devait entendre la vérité. Elle le vit rouler des yeux, ce qui la contraria encore plus sur le sujet.

– Je sais que je t’énerve parce que c’est clairement pas ce que tu as envie d’entendre. Mais je ne vais pas te donner ma bénédiction pour ne pas froisser tes sentiments Spencer. Oui on peut tout perdre à tout moment, j’en suis bien consciente, mais ça ne justifie pas ne se jeter dans les bras de la première fille qui bat des sourcils.

La dernière question de Spencer énerva un peu plus la jeune femme. Elle avait l’impression qu’il n’entendait pas ce qu’elle essayait de lui dire, cherchant simplement des portes de sortie. Alors d’un air sarcastique, elle lui répondit :

– Ecoute tu as raison. Elle te cache, alors forcément elle est blanche comme neige. Je n’ai vraiment pas envie de me disputer avec toi maintenant, alors tant pis.

Finit-elle par dire las. Non elle n’avait clairement pas envie de se disputer sur ce sujet. Parce qu’elle savait qu’elle pourrait continuer pendant des heures à camper fermement sur ses positions. Déjà qu’ils n’auraient sans doute pas beaucoup de temps ensemble, Allison ne voulait pas le gâcher à parler de cette fille. C’était la sécurité du jeune homme qui lui importait le plus. Et si elle le pouvait, elle le garderait avec lui. Elle était même prête à aller supplier Dumbledore de le laisser rester au château si cela était nécessaire. Spencer n’était pas réellement rassurant, mais il était honnête avec elle.

Mais la suite arriva, et la jeune femme fut dévasté d’apprendre que son ami avait été victime d’un mangemort. Il avait subi des tortures encore et encore, et elle n’en avait rien su. Elle ne put s’empêcher de s’effondrer. Une réponse émotionnelle à un trop plein psychologique. Ou était parti le monde ? Dire qu’il y a à peine un an, ils étaient tous les deux à Poudlard, riant, ne se doutant pas le moins du monde à quel point la politique allait vriller. Mais la demoiselle avait besoin d’entendre cette vérité. Elle avait besoin de se relever, d’être forte, pas seulement pour elle, mais pour Spencer aussi. Son côté serdaigle ressortit légèrement quand elle posa des questions au garçon. Clairement, elle voulait comprendre la logique derrière cet épisode. Elle ne comprenait pas pourquoi le mangemort avait relâché Spencer et pourquoi il avait pensé qu’il avait une quelconque relation avec l’ordre du phœnix. Il ne savait rien, ou du moins rien de concret. Allison ne comprenait pas. Il n’avait pas non plus beaucoup d’information pour le coup.

– Ils ont forcément dû te trouver un lien avec l’ordre si on t’a interrogé là-dessus Spenc …

Elle ne savait juste pas ce que c’était pour l’instant. Allison laissa échapper encore plus d’incompréhension en entendant la réaction de Daphné après l’aveu de Spencer. Comment elle ne pouvait pas lui en vouloir ? Il avait mis sa vie en danger. Pour elle c’était encore plus suspicieux, encore plus étrange.

– Miss Parfaite à ce que je vois.

*Met ta méchanceté au placard.*

Mais elle n’avait pas envie d’aller plus loin sur le sujet, énervé que Spencer prenne toujours sa défense aveuglement. Elle avait l’impression qu’il la prenait pour une folle à accuser cette fille. C’était le chapeau. Allison posa ensuite une question au jeune homme, une question qui lui avait traversé l’esprit, mais qui mit le garçon dans tous ses états. Elle ne voulait pas de ça. Ce n’était évidemment pas son intention, mais elle avait sans doute était maladroite dans sa formulation. Le jeune homme s’était assis, ramenant ses genoux à lui, comme pour se protéger. Il commença à parler, clairement angoissé. Alors la jeune femme s’approcha un peu plus de lui, et retrouva une voix douce, presque maternelle, tandis qu’elle le prenait dans ses bras pour lui caresser doucement les cheveux.

– Tout va bien se passer Spencer. Il ne s’en prendra pas à moi, je te le promet.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

I just want to be loved for who I am. ALLISON CARTER;
I don’t know. That’s my answer. Now, I’m just trying to figure out shit. And that’s hard. Because I like you and hate you in the same. How’s that even possible ? × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Diamond (ancien serdaigle) J'ai posté : 261 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 184 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser sans problème

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa mère avec un autre homme
Patronus: Basset Hunt (race de chien)
Capacité spéciale: aucune

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Ven 16 Mar - 18:16

Break The Rules
Spencer D. Madley & Allison Carter
Spencer comprenait ce que vivait Allison, parce que lui-même l’avait vécu des mois plus tôt. L’attaque à pré-au-lard lui semblait quelque chose de courant, moins traumatisant qu’une session de torture entre les mains d’un psychopathe. Mais la pureté d’Allison avait été anéantis ce jour-là, lui montrant une facette du monde que Spencer aurait aimé lui cacher à jamais. Il aurait aimé être là pour elle, il aurait aimé pouvoir la protéger et lui montrer qu’elle n’avait rien à craindre tant qu’il sera là, mais Spencer se sentait impuissant face à tout ça, ne sachant trop comment réagir. La jeune femme allait devoir grandir vite, elle avait affronté ses peurs et ses angoisses dans cet incendie qui avait failli la tuer. En apprenant cette nouvelle Spencer ne pouvait pas nier que cela le touchait en plein cœur. Que ferait-il sans elle ? Comment pourrait-il vivre sans voir le magnifique sourire d’Allison quand il le souhaitait. Elle était un rayon de soleil, une personne essentielle à sa vie et si un jour elle devait mourir, Spencer ne pourrait jamais survivre à ça. Allison le savait sans doute d’ailleurs, mais l’idée d’être incapable de la protéger traînait dans l’esprit du jeune homme. Il ne voulait pas qu’elle disparaisse, il voulait qu’elle vive éternellement, un bel ange sur cette terre. Même si le monde était en feu et en sang, Allison devait continuer à vivre, à être pour le bonheur de chaque personne. Car elle l’ignorait encore, elle ne le savait pas, mais elle avait une force en elle, une puissance et si elle pourrait l’utiliser pour se battre. Alli ne pensait pas vraiment que c’était le cas, qu’elle n’était pas une combattante et serait incapable de tuer. Spencer ne pourrait pas tuer non plus c’était un vrai crime en soit même si la cible était un mangemort. Eux ne se gêneraient pas pour tuer, alors forcément c’était inquiétant. La jeune femme n’avait sans doute pas envie que Spencer la réconforte, mais il ne pouvait s’en empêcher, elle était comme une sœur pour lui après tout, ce qui incluait des mots qu’on ne voulait pas entendre, des disputes et des actes qu’aucune autre personne dans ce monde n'aurait pu accomplir.  « Personne ne t’oblige à les tuer, Allison. L’essentiel c’est que tu sois capable de te protéger et de protéger ceux à qui tu tiens. Tu ne le sais pas encore, mais tu possèdes cette force en toi. Cette guerre ne nous transformera pas en la pire version de nous-même, elle nous permettra de devenir plus fort et surtout de savoir à quel point on aime ceux qui nous entoure et qu’on devrait le leur dire dès qu’on en a l’occasion. »  Il s’en était rendu compte. Dire à la personne qu’on les aimait et qu’on ferait tout pour eux était important. Il ne s’agissait pas d’être égoïste pour combattre les mangemorts, leur plus grande force était d’être ensemble et de se battre pour toujours l’être après la bataille, après la guerre.

Mais elle avait raison, la guerre pouvait nous faire devenir des personnes horribles, des meurtriers sans cœur capable de tuer. Des êtres ignobles. Spencer était déjà passé par là. Il avait passé un mois dans un lit à se remettre de ses blessures en pensant à tout ça, en réfléchissant à ce qu’il fallait faire ou non et puis il avait pensé traquer ce mangemort qui lui avait fait ça. Et il s’était rendu compte que ce n’était pas utile, il ne savait rien de la personne qui lui avait fait ça et ne voulait pas devenir comme lui. Spencer voulait être fort, pour Allison, pour Daphné et pour sa mère, mais la peur prenait trop souvent le dessus dans ses rêves pour qu’il puisse l’être. Il ne pouvait pas protéger ceux qu’il aimait, il ne tuerait pas parce qu’il en était incapable. Allison allait devoir se montrer forte et ne pas se laisser sombrer, ne pas devenir ce qu’elle craignait le plus au monde. Et en la voyant, Spencer savait qu’elle y arriverait. Elle avait toujours montré une certaine face aux autres, mais le jeune homme la connaissait si bien qu’il savait que derrière ce joli minois, il y avait bien d’autre chose. Le moment avait peut-être été mal choisit pour parler de Daphné à Allison, après tout les deux amis c’était retrouvés et ils parlaient du monde qui les effrayait. Mais dans cet univers de chaos, Spencer avait trouvé quelqu’un en qui il avait confiance, quelqu’un qui se montrait fort pour eux deux et qui le protégeait des mangemorts qui pourraient décidés de l’enfermer à Azkaban. Ou pire. Alors il l’avait avoué à Allison, mais ne s’attendait pas à ce qu’elle réagisse de cette manière. Elle ne voyait pas ça d’un bon œil, comme si Spencer avait simplement décidé de sauter sur Daphné en ne réfléchissant pas à la question. Comme à son habitude, Allison parlait franchement de ce qu’elle pensait, elle l’avait toujours fait et c’était pour cette raison sans doute qu’ils avaient créer ce lien si fort qu’on pourrait qualifier de fraternel. Elle ne le ménageait pas, jouant sur les mots comme quoi, tel un homme en manque il avait décidé de sauter sur la première paire de seins qu’il voyait. Spencer avait beau essayer de lui faire comprendre, elle n’en démordait pas. Et il savait pourquoi elle faisait ça. « Alli, je sais que tu essayes de me protéger et que le fait que Daphné soit dans ma vie ne te plait pas du tout.  » Alors qu’elle ne voulait pas continuer cette discussion par peur de s’engueuler avec lui, Spencer la regarda attentivement et lui dit d’une voix très calme : « Je vais te poser une question, une seule à laquelle tu es la seule à pouvoir répondre : est-ce que j’ai déjà fait quelque chose sans réfléchir ? » Allison était sans doute la personne qui le connaissait le mieux, après sa mère, alors elle pourrait répondre à cette question. Spencer ne fonçait jamais tête baissée, il pouvait agir sur le moment, mais ce qu’il faisait n’était pas fait sans qu’il y ait pensé avant. Spencer n’était pas un homme qui sautait sur toutes les femmes, il les aimait certes, mais jamais il n’irait avec quelqu’un sans avoir réfléchis sur la question. Ses choix étaient fait consciemment.

Même si le temps leur était compté, Spencer avait beaucoup de chose à dire à Allison, notamment sa capture par le mangemort. Il lui avait montré ses cicatrices, en lui expliquant ce qui s’était passé. Mais avec l’attaque récente qu’avait subit son amie, l’annonce de cette nouvelle l’avait achevé, la faisant s’écrouler sur le sol, les larmes commençant à inonder ses yeux. Le temps avait passé trop vite pour eux, un an auparavant ils faisaient la fête et Spencer s’occupait d’une demoiselle qui avait trop bu. Ils riaient et ne s’occupaient pas de ce qui se passait à l’extérieur. Mais tout avait changé.  Spencer n’osait pas avouer à Allison que c’était sans doute à cause de Daphné qu’il s’était retrouvé meurtris et torturé, car vu sa réaction à la simple évocation qu’ils aient couchés ensemble cela n’aiderait en rien. Mais elle posait des questions, elle voulait savoir. « J’ai pensé à les rejoindre après ça … mais je les déteste aussi en même temps, donc j’ignore si me battre pour éviter qu’il n’arrive quelque chose à ceux que j’aime, quitte à risquer ma vie est une bonne chose à faire. » Il doutait énormément là-dessus, ne sachant pas si c’était la bonne solution. Après tout ça, Spencer avoua alors le choix qu’il avait dû faire, entre Allison et Daphné qui devaient vivre et qui devait mourir. Et il expliqua comment avait réagis l’ancienne serpentarde ce qui sembla un peu perturbé la jeune femme. Spencer ne releva pas la petite pique que lança Allison, se faisant simplement la réflexion que pour que son amie apprécie Daphné il allait devoir faire du chemin. Il n’eut pas vraiment le temps de répondre à Allison qu’elle lui posa une nouvelle question à laquelle il en voulait pas répondre. Cette pensée qu’elle puisse mourir à la place de Daphné lui avait traversé l’esprit de nombreuses fois et à chaque fois Spencer s’était rendu compte de l’importance qu’Allison avait dans sa vie. Il eut un comportement que jamais il n’avait eu en présence de la préfète. Il paniqua complètement se rappelant le souvenir de cette journée où il avait dû faire ce choix. Il ne pouvait pas imaginer qu’elle ne soit plus là … c’était impossible. Allison s’approcha de Spencer et le prit dans ses bras lui caressant doucement les cheveux. Un instant il eu l’impression de retomber en enfance, comme quand sa mère le réconfortait après un cauchemar, mais c’était bien la réalité qui s’exposait à lui. « Je ne peux pas savoir, Alli … j’ai peur … J’ai peur qu’il t’arrive un truc et que je ne puisse rien faire … il s’est passé trop de choses à ceux que j’aime sans que je puisse faire quelque chose … j’ai peur de ne pouvoir te protéger. » Sans s’en rendre compte, les larmes coulèrent des yeux du jeune homme. Il était impuissant, incapable face à la fatalité et ne voulait pas vivre dans le monde qui s’ouvrait à lui.

electric bird.

I'm a wizzard !

ANYTHING COULD HAPPENS
❝ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais. ❞
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : anciennement Ravenclaw, et Diamond (université) J'ai posté : 354 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 190 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977. . Je suis un aventurier : Oui. A savoir sur toi : « Superficielle moi ? Non. Pas du tout. Bon d’accord mais en tout cas pas autant que les autres filles de ma maison. D’ailleurs c’est surement ce qui fait mon charme (oui oui, j’en ai un, Cab me l’a dit … ou du moins il l’a pensé.)
Bon je suis petite pour mon âge et j’ai tout d’une petite fille modèle : j’aime le rose et les nœuds …
Voilà maintenant que vous me connaissez un peu mieux, j’aimerais vous informer que je ne tolérerais aucun écart de tenue dans MA maison. La vulgarité sera bannie, je déteste les jupes ras la culotte et les décolletés qui arrivent au nombril. »

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Sam 24 Mar - 20:34

Because friends can be part of family.

- Allison Carter -


Je voulais que tu me prouves que tu tenais à moi, je voulais que tu me dises que j’étais la seule fille qui te plaisait et que tu préférais passer le reste de ta vie tout seul, plutôt qu’avec une autre fille que moi.


Devoir possiblement se retrouver à nouveau un jour devant un mangemort faisait extrêmement peur à la jeune demoiselle. Parce qu’elle avait beaucoup étudié, beaucoup observer les techniques de ce camps ces derniers mois, et elle comprenait qu’eux avaient difficilement une chance contre des gens qui utilisaient tous les moyens pour arriver à leur fin. Allison ne serait jamais capable de tuer quelqu’un, peu importe les actes ou crimes commis par cette dite personne. Elle ne voulait pas que la guerre la transforme en quelqu’un de monstrueux, sans cœur, qui n’avait aucune notion de valeur pour les vies humaines. Cette guerre l’avait déjà fait grandir en un sens. Elle avait tellement changé, loin d’être cette gamine naïve qui ne pensait qu’aux garçons. Elle avait de nouvelles vues sur cette société, et avait quand même revue ses priorités. Maintenant, elle avait peur dans ce monde qui était en train de se construire autour d’eux. Peur pour Spencer évidemment, à cause de son statut de sang, peur qu’on ne lui fasse du mal, mais elle avait aussi peur pour elle, peur pour le monde qui l’entourait et qui gagnait en noirceur semaines après semaines. Comment allaient-ils faire pour arrêter tout ça, et ramener un peu de lumière dans le monde sorcier. Elle n’était qu’une gamine. Peu importe qu’elle soit première de sa promotion, là, dans le monde réel, elle n’avait absolument aucun pouvoir, aucun moyen de changer le monde, aucun moyen de mettre en application ce qu’elle avait appris. Elle était coincée, tout simplement. Et cela était très frustrant pour une jeune femme qui pensait tout savoir il y a quelques mois. Malgré les paroles graves et pessimistes de la demoiselle, son meilleur ami essayait encore et toujours de la rassurer. Il voulait qu’elle soit capable de se protéger rien de plus. La jeune femme se contenta d’acquiescer, comprenant très vite qu’elle pouvait réellement fondre en larme si elle continuait cette conversation. Cette guerre était en train de tous les détruire à petit feu. Et cela n’allait pas s’arranger avec cette conversation, puisque Spencer pensa que c’était le bon moment pour lui faire part de la fille avec qui il couchait en ce moment. Il s’attendait peut-être à du soutien de la part de sa meilleure amie.

Pourtant, ce ne fut pas comme cela que la demoiselle allait réagir. Au lieu de le soutenir, elle semblait trouver de nombreux reproches. Elle ne comprenait réellement pas comment le garçon pouvait prendre de tels risques, à croire une fille dont il ne connaissait rien. Une fille qui était arrivé sans crier gare l’année dernière dans leur école. C’était n’importe quoi, et pour elle, il était simplement influencer par l’intimité qu’il partageait avec Daphné. Allison avait beaucoup trop d’apriori, et trouvait trop de raisons de douter de cette fille sur le moment. Elle parlait comme elle pensait. Un peu trop franchement peut-être. Mais elle était comme ça, et elle ne cacherait jamais son opinion à Spenc’ simplement pour lui faire plaisir. Il le savait. Au bout d’un moment, elle avait l’unique impression de tourner en rond, comme s’il ne comprenait définitivement pas ce qu’elle essayait de lui dire. Elle ne voulait pas continuer cette conversation. Parce que ça ne servait à rien de gâcher leur temps à se disputer. Pas maintenant. Elle écouta quand même ce qu’il avait à lui dire, et entendit sa question.

– Non. Mais la guerre nous fait prendre des décisions stupides.

Répondit la jeune femme d’une faible voix, puis balaya cette conversation d’un revers de main. Non c’était terminé, elle ne voulait plus en parler. Peut-être la prochaine fois, il pourrait trouver un moment de revenir calmement sur le sujet. Mais pour l’instant tout cela était bien trop frais dans l’esprit de la jeune femme. Et l’énervement prenait part sur la raison. Leur temps était compté, il fallait aller droit au but, et partager des informations importantes. Alors les deux jeunes continuèrent leur discussion. Allison encaissa les paroles du garçon, se rendant compte qu’il avait été torturé par le camp des mangemorts. Encaisser était dur, et ce ne fut pas sans larmes. Mais elle devait se montrer forte pour son meilleur ami. Il n’avait pas besoin d’une personne faible autour de lui, surtout pas après tout ce qu’il venait de subir. La demoiselle posait beaucoup de questions pour essayer de comprendre ce qui avait pu se passer : pourquoi avait-il été pris pour cible ? Pourquoi était-il en vie et libre, et pas en prison ou mort ? Rien ne faisait sens. Mais en même temps, les mangemorts n’étaient pas connus pour être des personnes très rationnels, elle devait s’en souvenir. Il lui avait parlé brièvement de l’ordre. Une association dont elle avait peu entendu parlé, simplement par des rumeurs qui circulaient dans poudlard. Le jeune homme lui confia qu’il avait pensé les rejoindre après cela, mais qu’il les détestait aussi. Allison leva un sourcil interrogateur, ne comprenant pas réellement pourquoi son ami venait de lui dire cela. Avait-elle manqué un épisode, ou ne s’était-elle pas montré assez attentive au cours de cette discussion ?

– Attend Spenc’, pourquoi tu les détestes ? Je ne suis pas sûre de comprendre. Il faudrait qu’on puisse se renseigner sur l’ordre, si tu songes à les rejoindre. Trouver des informations sur leurs missions, sur leurs techniques, si c’est possible pour qu’on puisse prendre une décision en toute connaissance de cause.

Elle avait dit « on », pas « lui », mais eux. Parce qu’Allison suivrait son meilleur ami dans sa décision les yeux fermés. Parce qu’il était l’une des personnes les plus importantes dans sa vie, l’une des seuls pour qui elle était prête à prendre tous les risques. Et en entendant le choix cornélien qu’il avait dû faire, la demoiselle compris qu’il ressentait la même chose à son égard. Il l’avait choisi pour vivre contre une jeune femme avec qui il partageait une intimité, cela touchait réellement la demoiselle au cœur. De toute façon, s’il ne l’avait pas choisi, il l’aurait surement entendu pendant des siècles tellement elle lui aurait hurlé dessus. Mais Allison était quand même du genre à s’interroger. Plus elle en apprenait, plus elle doutait du mangemort. Elle fit part de ses pensées aux garçons, et se montra peut être un peu trop franche sur la question. Clairement Spencer n’était pas prêt à entendre de telles choses. Elle se sentit tout de suite mal, et regretta ce qu’elle venait de lui dire. Elle ne voulait pas lui faire du mal intentionnellement, c’était sa dernière envie. Mais elle l’avait fait, et le garçon était désormais dans un sale état. Alors calmement, la demoiselle se rapprocha de lui, et commença à lui caresser doucement les cheveux pour le rassurer. Elle lui promit que tout allait bien se passer, et qu’il ne s’en prendrait pas à elle. Bien sûr, elle ne pouvait pas savoir, mais le jeune homme avait besoin d’entendre qu’Allison avait foi. Elle devait désormais se montrer forte et sûre d’elle pour deux, pour le bien de son frère. Allison sentit les larmes lui monter aux yeux tandis qu’elle entendait la voix déchirante de son meilleur ami. Etre fort était compliqué en de pareilles circonstances.

– La peur est toujours constante, mais l’accepter nous rend plus fort. On doit faire peur de courage. Et on va se battre Spenc’. On les laissera pas nous prendre plus que ce qu’ils nous ont déjà pris, d’accord ?

Annonça la jeune femme d’une voix pleine d’espoir. Elle était loin la gamine qui courrait après Caleb à peine six mois auparavant.

– Je veux pouvoir te protéger aussi. Tu es ma famille.

Et ces derniers mots s’évadèrent autour d’elle, tandis qu’elle serrait le jeune homme encore plus fort dans ses bras. Elle aurait tellement aimé que le temps s’arrête, et que Spencer n’ait pas à repartir, qu’il ne la laisse pas seul encore une fois.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

I just want to be loved for who I am. ALLISON CARTER;
I don’t know. That’s my answer. Now, I’m just trying to figure out shit. And that’s hard. Because I like you and hate you in the same. How’s that even possible ? × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Diamond (ancien serdaigle) J'ai posté : 261 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 184 pour une aventure ! Je suis de la génération : maraudeurs . Je suis un aventurier : on peut me blesser sans problème

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa mère avec un autre homme
Patronus: Basset Hunt (race de chien)
Capacité spéciale: aucune

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  Mer 18 Avr - 18:11

Break The Rules
Spencer D. Madley & Allison Carter
Malgré tous les interdits qui leur demandaient de rester sagement caché que ce soit dans un manoir ou dans le château de Poudlard, ils avaient décidés de les braver pour être certains que l’un comme l’autre étaient en sécurités. Spencer en avait besoin et les lettres n’étaient sans doute pas suffisantes pour vérifier ce genre de chose. N’importe qui pouvait en écrire, elles étaient surveillées, mais quelqu’un qui ne connaissait pas Allison ou du moins aussi bien que Spencer, n’aurait pas pu déchiffrer ce message coder qu’elle lui avait écrit. Il avait compris que tout comme lui, elle avait besoin d’être sûr qu’il soit en vie. Et depuis le moment où il était partis à l’université, les rencontre entre eux avaient été beaucoup trop peu nombreuses à son goût. Pourtant s’il savait que c’était compliqué pour elle de devoir continuer à Poudlard, c’était les derniers évènements qui étaient le plus important. Savoir qu’elle avait été pris dans le feu de l’action, le rendait fou, sentant qu’il aurait dû fouiller, il n’aurait pas dû faire sa mauviette et partir dès qu’il avait sut que les mangemorts étaient au pouvoir. Elle semblait aller bien, mais il la connaissait suffisamment pour savoir que cette histoire la perturbait. Elle avait été mêlé à tout ça alors que cela n’aurait jamais dû être le cas. Comme lui l’avait été quelques mois plus tôt. Les deux jeunes gens auraient dû pouvoir choisir, ne pas être pris à parti et simplement continuer leur existence sans être toucher par la guerre. Mais le destin en avait décidé autrement. La revoir ici faisait du bien, mais pendant combien de temps pourrait-il rester ? combien de temps avant qu’ils ne doivent se séparer sans savoir quand ils pourraient à nouveau se revoir. Car Spenser savait que là où il allait, elle ne pouvait venir, elle ne pourrait pas venir le voir. Non seulement à cause du huis clos qu’elle bravait aujourd’hui, mais tout comme lui le savait Allison avait conscience que connaitre le lieu de la cachette de Spencer le mettrait en danger. C’était pour cette raison qu’il ne dirait rien là-dessus, lui affirmant simplement qu’il était en sécurité. Allison avait peur. Non pas seulement de mourir, mais de changer à cause de tout ça. La guerre les poussait parfois à faire des choix, à devoir commettre des actes irréparables et si Spencer avait toujours foi dans les gens, elle ne semblait plus en avoir. Elle avait peur de devenir une autre version d’elle-même plus sombre, plus mauvaise que ce qu’elle était aujourd’hui. Mais ce n’était pas possible selon lui. Pas elle du moins. Lui en serait sans doute capable, vu ce qu’il avait vécu, mais dans son esprit il gardait espoir que les gens qu’on aimait était notre salut. Savoir qu’elle était là, vivante pouvait être sa source de combat. Vouloir la protéger comme une envie de protéger Daphné, serait ce qui empêcherait Spencer de sombrer complètement. Mais qui pouvait savoir ce que les autres nous forcerait à faire ? Après tout le mangemorts qui l’avait torturé rôdait encore et librement cette fois, pouvant à tout moment agir contre lui. Tel un grand-frère pour la jeune préfète, il avait tenté de la rassurer, de trouver les mots pour lui montrer qu’elle devait avoir confiance non seulement en lui, mais en elle également. Elle semblait sourde à ses propos, ne souhaitant pas les entendre ou les croire, la question restait entière.

Spencer avait énormément de choses à dire à Allison, beaucoup trop en si peu de temps, car si lui avait ses problèmes il aurait aimé connaître plus sur la vie de sa meilleure amie en ce moment. Cela aurait sans doute pu lui faire oublier ce qui se passait. Le sujet de la conversation restait grave et pour essayer de détendre l’atmosphère, Spencer avait parlé de Daphné. Il lui avait dit qu’il avait couché avec elle et qu’aujourd’hui c’était grâce à la brune qu’il avait un endroit pour se cacher. Allison ne semblait pas ravie, sans qu’il comprenne vraiment pourquoi d’ailleurs … en fait si, il savait car lui-même en ces temps sombre aurait sans doute pu réagir de la même façon. Bon d’un autre côté époque pourris ou pas, il serait assez réticent si elle venait à lui parler d’un garçon. Déjà qu’il n’avait pas aimé Caleb, mais si ça devenait sérieux avec n’importe qui, il deviendrait un grand frère insupportable. Alors il comprenait pourquoi elle agissait comme ça, il essayait simplement de lui faire comprendre qu’elle pouvait avoir confiance en Daphné que peu importe les choses qu’ils ignoraient d’elle, c’était le présent qui comptait, ce qu’elle avait fait pour Spencer. Et le jeune homme devait bien se l’avouer à lui-même, coucher avec l’ancienne serpentarde n’avait pas été pour lui un choix pris à la légère, cela lui était simplement paru comme une évidence. Spencer avait beau essayé de trouver des arguments cela ne fonctionnait pas. Le seul moyen peut-être était qu’elle puisse finalement rencontrer Daphné et apprendre à la connaitre. Toutefois comme pour terminer la conversation, il lui posa une question. Celle de savoir s’il avait déjà pris une décision sans réfléchir. Et la réponse ne se fit pas attendre. C’était bel et bien un non qui vint en premier, avant qu’elle ne lui fasse remarquer que la guerre pouvait parfois nous faire faire des choses stupides. Comme mettre le feu à une salle de classe, oui Spencer en était bien conscient. Il la fixa attentivement, avant finalement de la voir balayer cette conversation d’un revers de main. A cet instant précis, il aurait pu soupirer, mais ils avaient d’autres problèmes. Spencer se fit néanmoins la promesse de mettre cette histoire au clair, un jour quand la domination serait passée.

D’autres choses à réglés, d’autres choses à avouer, comme cette fameuse journée où il avait été torturé. Ce n’était pas une facile à dire ou à entendre et en lui montrant les cicatrices, Spencer avait pris sur lui pour ne pas craquer. C’était encore tout frais dans son esprit, il entendait encore la voix de son agresseur dans son esprit. Et ce ne fut pas le jeune homme qui craqua en premier, mais Allison, qui s’effondra en pleur sur le sol. Elle ne comprenait pas pourquoi lui avait été attaqué alors qu’il n’avait rien fait. Spencer lui avoua pour l’ordre, sans parler de Daphné, sans expliquer toutes l’histoire afin de ne pas créer encore plus de rancœur envers celle qui partageait ses nuits aujourd’hui. Il doutait sur l’ordre, ne sachant pas si c’était une bonne idée de les rejoindre après tout ce qui s’était passé. Le fait que Daphné ait perdu la vue à cause d’eux, que lui se soit fait torturé et qu’au final le monde sorcier soit aux mains des mangemorts aujourd’hui. Et c’était la première fois qu’il parlait sérieusement de ce joindre au mouvement contre les forces du seigneur des ténèbres. Allison continuait à poser des questions, mais ce qui le surpris plus ce fut ce qu’elle lui demanda après. Elle voulait qu’ils se renseignent sur l’ordre, qu’ils en apprennent plus, mais il était bien question d’une possibilité pour les rejoindre. « Parce que les mangemorts sont au pouvoir. Si je les rejoins, tu comptes les rejoindre avec moi ? C’est bien ce que je comprends ? » demanda-t-il surpris. Il avait déjà plus d’informations sur l’ordre qu’Allison en avait, enfin il en avait parlé avec Daphné donc il pouvait mieux les comprendre, mais le simple fait que sa meilleure amie propose de rejoindre l’ordre avec lui, le surprenait. Pourquoi ? Spencer ne voulait pas qu’elle mette encore plus sa vie en danger, mais s’il y avait bien une chose dont il était sûr c’était que si Allison choisissait de le suivre, il ne pourrait rien dire ou faire contre. Spencer avait fait en sorte de garder une contenance, mais les interrogations de sa sœur ne l’aidèrent en rien. C’était trop tôt, beaucoup trop pour qu’il puisse passer à autre chose. Il avait l’impression d’être un petit garçon qui allait se faire punir, triste et lamentable, sentant au fond de lui se déchirer au fur et à mesure des mots que prononçaient Allison. Il ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose et peu importe ce qu’elle lui dirait, le rassurerait, pour le moment il était incapable de garder un esprit raisonnable face à tout ça. Pas maintenant, pas en y pensant. Elle tenta de l’apaiser, caressant ses cheveux et lui disant d’utiliser cette peur comme une nouvelle force. « … c’est dur Allison … cela fait déjà des mois que je vis avec ça. Je ne peux pas oublier … je n’arrête pas d’y penser … » Sa vois restait brisée dans sa gorge. Il devait se reprendre, ne pas se montrer aussi faible devant sa meilleure amie. Elle avait autant besoin de lui qu’il avait besoin d’elle. Et finalement quand elle avoua qu’il était sa famille, Spencer sentit faire un bon dans sa poitrine, comme une nouvelle force. Pour elle, il devait faire en sorte de se relever de tout ça. Le jeune homme se redressa, déposa un baisé sur le front de sa sœur. « Tu es de ma famille aussi Alli. Promets-moi que tu seras prudente. Promets-moi que tu garderas toujours ce sourire et cette force en toi, que peu importe cette guerre, tu seras toujours égale à toi-même. Promets-moi de survivre, peu importe ce qui se passe, de toujours courir si c’est ce qu’il faut faire. Je sais que tu te sens seule à Poudlard, mais tu es en sécurité là-bas pour le moment. Et si tu me promets tout ça, je te promets d’en faire autant. » Il regrettait qu’elle ne soit sa véritable sœur, il aurait pu la protéger dune meilleure manière que simplement la laisser rentrer à Poudlard. Et ainsi briser tous les espoirs au mangemort de toucher aux gens qu’il aimait.

electric bird.

I'm a wizzard !

ANYTHING COULD HAPPENS
❝ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais. ❞
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Break the Rules - Allison  
Revenir en haut Aller en bas
 
Break the Rules - Allison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tywin ϟ why don't we break the rules already?
» [ Terminé ]Sometimes it’s good to break the rules ! ⊱ KEEGAN
» If you wanna rock, you gotta break the rules ▬ Basile
» i just wanna break the rules.
» « Break the rules, make them yours. » Carlyle J. Ashbury

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques :: Pré-au-lard-
Sauter vers: