AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Séche tes larmes princesse et souris à la vie" - avec Mary Pierce.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: "Séche tes larmes princesse et souris à la vie" - avec Mary Pierce.  Ven 17 Fév - 10:06
Ce matin-là, Hermione avait décidé d'aller se promener dans le parc. L'extérieur de Poudlard était pour elle une sorte de rappel de leur passé, d'où ils venaient parce peu de choses avaient changé en vingt ans. C'était donc rassurant, réconfortant pour elle d'y passer quelques instants en dépit du froid glacial qu'il faisait. Parce qu'il fallait bien se l'avouer, l'hiver durait un peu plus longtemps qu'en temps normal. Tant pis, la jeune femme s'était bien couverte et était prête à affronter ce qui l'attendrait dehors. Son écharpe était de couleur verte et argent. Cela aurait pu surprendre n'importe quel élève de 1998 tout simplement parce qu'elle aurait du être à l'origine rouge et or. Toutefois, Mione savait que ce ne serait pas le cas, après tout, maintenant elle était à Serpentard et même si elle savait que c'était par infiltration, la quasi totalité de ses camarades n'en avaient aucune idée. Ils devaient tout de même bien se doute de quelque chose, il était vrai que la situation était louche. Ils devaient se douter mais ils n'avaient aucune preuve.

Quand elle franchit les portes du château la menant ainsi tout droit vers l'extérieur de celui-ci, elle sourit sincèrement avant de faire quelques pas, levée la tête au ciel et respirer l'air frais. Il y avait un peu partout autour d'elle du verglas mais elle n'avait pas peur de glisser, elle était courageuse et ce n'était pas une plaque d'eau glacée qui allait la tuer. Elle avait vécu et vivrait très certainement pire que ça. D'autant plus que, à son plus grand bonheur, le soleil était présent et la réchauffait jusque dans le cœur.

Après un long moment passé dehors à se revigorer, Hermione décida qu'il était l'heure de rentrer. Ainsi, elle fit demi-tour et se dirigea vers le château. Une fois à l'intérieur elle ne pu qu'avouer que la température était agréable. Plus qu'agréable même et elle retourna dans les sous-sols, là où l'attendait la salle commune des Serpentards et son dortoir où elle pourrait y déposer ses affaires. Echarpe et pull rangés, elle attrapa quelques livres qu'elle mit dans son sac de cours ainsi que les parchemins qui lui seraient nécessaires, vierges où déjà écrits, et sa plume. Par la suite, elle soupira à l'idée de devoir à nouveau utiliser les escaliers. En vérité, elle était presque sûre de faire en une journée plus de sport que les joueurs de Quidditch en un entrainement. A cette pensée elle sourit et les monta tout de même en direction du quatrième étage où se trouvait la bibliothèque. Néanmoins, lorsqu'elle montait les marches du deuxième menant au troisième, elle croisa deux fantômes qui parlait. De ce qu'Hermione pouvait comprendre dans le bref extrait de conversation qu'elle avait pu entendre, une jeune fille pleurait dans les toilettes de Mimi Geignarde. On s'était moquait d'elle.

Mione aurait pu continuer son chemin jusqu'à son objectif et oublier tout simplement ce passage. Elle aurait pu mais ce n'était pas dans sa nature, ce n'était pas son caractère elle-même ayant vécu trop de moqueries pour laisser les autres. Elle aurait aimé, à l'époque de ses premières années dans le château que quelqu'un vienne la voir, la rassurer, lui sèche les larmes et l'aide à avancer. Malheureusement, ce n'était jamais arrivé et elle avait apprit à ne plus rien ressentir à de telles insultes. Après tout, elle n'était même pas réellement une née-moldue même si elle se sentait ainsi. De cette manière, Hermione, arrivée au troisième étage, se retrouva à se rendre dans les toilettes de Mimi Geignarde sans même s'en rendre compte. Elle entendit avant même d'y rentrer les pleurs et quand elle vit le fantôme hantant les lieux, elle ne pu que soupirer un peu d'exaspération. Même si elle avait de la peine pour l'histoire de cette pauvre Mimi, c'était très loin d'être l'amour fou entre elles deux. En tout cas à l'époque où Mione avait étudié. Peut-être cela serait différent ici. Quoique difficilement possible tout de même...

Hermione s'approcha lentement de la seule et unique fermée, entendant les pleurs redoubler. C'était en effet ceux d'une fille. Elle ne savait pas trop comment s'y prendre, mais elle tenta tout de même.

- Ca ne sert à rien de pleurer tu sais. Ca amuse ceux qui te font du mal et ça attriste tes amis.

Expliqua-t-elle doucement et chaleureusement à travers la porte qui séparaient les deux jeunes femmes. Dans sa tête, la pauvre petite était dans ses premières années voir ses premiers mois dans l'enceinte de l'école de sorcellerie.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: "Séche tes larmes princesse et souris à la vie" - avec Mary Pierce.  Ven 17 Fév - 20:21
Mary s'était levée comme d'habitude de bonne heure et avait pris ses affaires de dessins. Ces derniers temps, elle était un peu plus fatiguée que la normale. Sûrement une petite baisse de tension, rien de grave. Elle enfila un pantalon, un t-shirt et un gros pull histoire d'avoir bien chaud, car la température avait un peu chuté. Elle mit sa veste en cuir par dessus, enroula son écharpe autour du cou et passa des gants à ses petites mimines. Son sac sous le bras, elle sorti des murs du château et se cala dans un coin, à la lisière de la forêt. Elle se saisit de son petit carnet et et de ses crayons et laissa son imagination faire le travail. De temps en temps, elle relevait la tête pour admirer le paysage alentour. Des gens sortaient et rentraient, mais personne n'aurait pu la voir. Le silence la faisait se sentir comme un cocon. Elle aurait aimé pouvoir prendre de la musique avec elle, et l'écouter quand elle en avait envie. Peut-être que le futur leur apporterait une solution. Elle resta encore un moment, là, seule, puis quand le froid devint plus mordant, elle se leva et retourna à l'intérieur.  

Elle se dirigeait vers la Salle Commune des Pouffsouffle, perdue dans ses pensées. Elle ne vit pas le petit groupe de garçons vêtus de vert qui fonçait droit sur elle. Un lui donna un coup d'épaule ce qui l'a déstabilisa. Un autre lui fit tomber son sac et donna un coup de pied dedans. Le dernier la poussa et elle se retrouva les fesses par-terre.
- Les Sang-de-Bourbes ne devraient pas exister. Ils polluent le monde de leur respiration. On devrait tous vous faire brûler. En commençant par toi et ta famille, en plus vous êtes roux. Ça fera d'une pierre deux coups.

D'habitude les insultes ne la touchaient pas. En tout cas, c'est ce qu'elle faisait croire. Mais là, la fatigue accumulée et cette pseudo humiliation, furent les gouttes qui firent déborder la coupe. Elle ramassa ses affaires, se remerciant d'avoir laissé Hamlet en sûreté dans sa chambre, puis monta les escaliers en courant. Les larmes coulaient déjà sur ses joues. Elle baissa la tête, pour que ses cheveux lui cachent le visage Mary serra son sac contre elle, ne sachant où aller. Elle ne voulait pas affronter le regard des autres dans un moment pareil et se décida donc pour les toilettes des filles, situées au deuxième étage. Elle y serait tranquille au moins. Elle en franchit le seuil et se réfugia dans une petite cabine. Elle verrouilla la porte de l'intérieur, rabattit l'abattant et s'assit dessus. Elel se mit à sangloter de tout son saoul, quand elle entendit une voix nasillarde, qu'elle aurait reconnu entre mille. Il ne manquait plus que ça.

- Qui es-tu ? D'où viens-tu pleurer dans mes toilettes ?
- S'il-te-plaît Mimi, laisse-moi tranquille.
- Ohh mais c'est toujours comme ça. Tout le monde se moque de la pauvre Mimi. Tout le monde est bien content qu'elle soit morte.
- Arrête, s'il-te-plaît. Je ne me moquerais jamais de toi, tu le sais bien. Je suis née-moldue également.
- Ça ne t'en rend pas plus gentille à mes yeux. De toute manière, tu te ris de moi dans mon dos, avec tes amis, j'en suis sûre.
- Je n'ai pas d'amis et je suis seule. Tellement seule !


Ses larmes redoublèrent et son chagrin ne faisait qu'empirer. Mimi resta dans les toilettes et continua de geindre, sans arrêt. Son surnom lui allait tellement bien. Le fantôme se tut un instant, et elle pu entendre des pas. Elle releva ses jambes contre elle. Espérant que ce n'était pas des Serpentard, elle essaya de ne plus faire de bruit. Puis elle se dit que de toute manière des gens l'avait sûrement vu, alors il ne servait à rien de se cacher. Elle ne pu retenir ses sanglots. Elle entendit les pas se rapprochés de la porte, puis une voix douce.

- Ça ne sert à rien de pleurer tu sais. Ça amuse ceux qui te font du mal et ça attriste tes amis.

Elle s'essuya le nez avec un petit mouchoir et tamponna ses yeux. Elle devait avoir une mine affreuse. Une chose était sûre, elle connaissait cette voix, mais ne savait plus vraiment à qui elle appartenait. Elle ne savait pas trop comment réagir. La voix était pleine de gentillesse et son « tu sais », lui laissait entendre qu'elle avait connu ça. Peut-être était-elle comme elle ? Une née-moldue. En tout cas, elle avait dû connaître les insultes et l'humiliation. Elle se décida enfin à sortir et à remercier la personne de son soutien. Elle poussa la porte et reconnue Hermione Bennet, une Serpentard. Mary eut un petit mouvement de recul, comme si elle se méfiait. Après tout c'était une verte, elle était peut-être de leur côté. Cependant, tout en elle, laissait penser qu'elle n'avait rien des verts et argent. Il émanait d'elle de la bonté et une intelligence hors du commun. Elle aurait dû être à Serdaigle ou bien à Gryffondor, mais rien en elle ne laissait paraître qu'elle aurait pû être une Serpentard. Elle inclina la tête poliment.
- C'est gentil. Je sais que je ne devrais pas y faire attention, en plus j'en ai l'habitude, et j'espère qu'un jour tout cela cessera.

Elle fit une petite pause et leva un regard interrogateur vers Hermione.

- Tu es une Serpentard et pourtant tu t'inquiètes pour une jeune fille qui pleure dans les toilettes. Tu es un peu hors-norme, lui dit-elle en souriant.


Dernière édition par Mary E. Pierce le Mer 22 Fév - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: "Séche tes larmes princesse et souris à la vie" - avec Mary Pierce.  Sam 18 Fév - 8:26
Les insultes, les qualifications de « sang de bourbe », de « impure » elle les connaissait par cœur. Elle était habituée à ce qu’on lui dise qu’elle méritait de mourir, qu’elle n’aurait pas du naitre, qu’elle était une abomination. Tout ça, elle le côtoyait depuis son entrée à Poudlard, à ses onze ans. Comment un enfant d’un si petit âge pouvait affronter une telle cruauté sans en sortir inchangé ? C’était impossible, elle l’avait vu sur elle mais également sur d’autres élèves qui comme Hermione avant eux ou comme l’inconnue à ce moment, se réfugiaient des les toilettes, ironiquement presque instinctivement dans celle de Mimi Geignarde, pour pleurer et verser leurs larmes de colère, de honte, d’humiliation, de tristesse. Le  pire dans tout cela pour la verte et argent c’était qu’elle n’était pas une née-moldue. C’était simplement ce qu’elle faisait croire depuis son entrée dans l’école de sorcellerie. Elle le faisait pour respecter le choix de ses parents, elle le faisait pour se protéger et c’était là toute la satire de l’histoire.

Mais actuellement, sa vie à elle n’importait pas. Ayant entendue qu’une fille pleurait, moquée par d’autres, Hermione n’avait pas pu s’empêcher de se rendre dans les toilettes du deuxième étage dans l’unique but d’apporter un peu de réconfort à la concernée. En entrant dans l’étrange pièce et en croisant le fantôme qui ne cessait de pleurer et de geindre, elle avait soupiré d’agacement avant de se rappeler son but et de s’approcher de la porte où elle avait tenté de réconforter la jeune femme à travers la porte. Porte qui ne tarda heureusement pas de trop à s’ouvrir sur une jolie petite rouquine aux cheveux courts. « Si elle est née-moldue et rousse, la pauvre, elle n’a pas fini d’en baver » pensa Mione avec tristesse et compassion. En la voyant, la Poufsouffle recula un peu et quoiqu’un peu vexée, l’ancienne rouge et or savait parfaitement pourquoi. Il était vrai qu’arborer les couleurs de Serpentard n’était pas chose facile tous les jours mais on finissait par s’y faire et sincèrement, comme elle l’avait dit un jour à Caleb Carlton, c’étaient des couleurs qui rendaient plus sexy. Malheureusement, elles pouvaient aussi avoir pour effet d’effrayer comme à l’heure actuelle.

Cette jeune femme, Hermione ne la connaissait pas mais savait que c’était une élève de cette époque. Elle avait l’air amusante mais aussi fragile et sensible. Un brin de naïveté et d’innocence, une amoureuse de la vie un peu trop candide que la vie s’amusera à détruire lentement et à briser. Mais à quoi bon parler du futur quand on a déjà le présent à régler ?

-      Oh ne t’inquiètes pas ce n’est rien. Je n’aime pas savoir des gens tristes c’est comme ça alors forcément, je ne peux pas me retenir de tenter au moins de les aider.

Elle afficha un petit sourire triste à la suite de ses paroles. Mione n’était pas un ange et sa conversation avec Mathéo lorsqu’elle était sous l’emprise de la pilule magique le lui avait prouvé mais elle s’en rapprochait quand même pas mal.

-      Je ne pense pas te rassurer en te disant cela mais les insultes et les moqueries ne cesseront que quand tu auras réussi à les ignorer si fort que tu ne les remarqueras même plus. Ca prend du temps mais on finit par y arriver. Et à partir de ce moment, tout va beaucoup mieux.

Afin de réconforter la rouquine, Hermione lui fit un magnifique sourire chaleureux avant d’éclater doucement de rire quand elle lui fit remarquer que son comportement était étrange vu qu’elle était à Serpentard, qu’elle devait par conséquent être hors-norme. Cette inconnue avait l’air tout simplement adorable.

-      Oh hum, je suis également d’origine moldue alors tout ça je connais plutôt bien. Et pour mon caractère, mes meilleurs amis ont tous été envoyé à Gryffondor ou éventuellement Serdaigle alors je suppose qu’ils ont une bonne influence sur moi.

Harry et Ron, une bonne influence sur Hermione ? « Bah tiens, et puis quoi encore ! » pensa-t-elle en se disant que si un jour ils apprenaient ce qu’elle venait de dire, elle était foutue, plus jamais ils ne le lâcheraient avec ça et cela deviendrait leur sujet de taquinerie préféré pour remplacer celui du poil du chat de Milicent au lieu de son cheveu qu’Harry appréciait apparemment remettre sur le tapi.

-      Enfin bref, tout ça pour te dire que tu ne devrais pas pleurer. Surtout que tu es tellement plus belle quand tu souris, ce serait dommage hein de gâcher ça.

Elle s’approcha de la jeune femme et essuya d’un geste délicat de la main les quelques dernières larmes qui avaient coulé.

-      Ne laisse jamais la satisfaction à un ennemi de te faire pleurer. Leur but est de t’atteindre, ne leur donne jamais la victoire, d’accord ?

Mione se recula et s’assit sur le rebord des lavabos de la pièce tout en se rappelant, avec l’apparition d’horribles frissons, qu’une bête vivait à l’intérieur de la chambre des secrets, et qu’elle étaient proches de l’entrée.

-      Hermione Bennet, septième année, à Serpentard, et tu es ? demanda-t-elle avec une magnifique sourire.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: "Séche tes larmes princesse et souris à la vie" - avec Mary Pierce.  Lun 13 Mar - 20:39
Alors que Mary avait reculé sans le vouloir en voyant les couleurs que portait Hermione, la jeune fille parut, presque blessée, ce qui fut plutôt étrange. En tout cas, cela surpris énormément Mary.

- Oh ne t’inquiètes pas ce n’est rien. Je n’aime pas savoir des gens tristes c’est comme ça alors forcément, je ne peux pas me retenir de tenter au moins de les aider.

Hermione était vraiment quelqu'un de particulier et cela plu immédiatement à la jeune rousse. D'une, car la Serpentard était gentille, en tout cas, il n'émanait d'elle que de la bonté. Ce qui était plutôt agréable. Mary la vit sourire, mais remarqua que c'était plus un sourire triste, comme si elle pouvait la comprendre. Pourtant, les verts et argents étaient souvent réputés pour être des Sang Purs, mais peut-être seulement que Hermione avait connu quelqu'un dans la même situation, où alors elle était réellement une née-moldue et cela donna lui un peu de baume au cœur. Comme quoi, tout était possible.

- Je ne pense pas te rassurer en te disant cela mais les insultes et les moqueries ne cesseront que quand tu auras réussi à les ignorer si fort que tu ne les remarqueras même plus. Ça prend du temps mais on finit par y arriver. Et à partir de ce moment, tout va beaucoup mieux.

Elle fut un peu déçu d'entendre cela, mais en même temps, elle s'en doutait. Elle suivra donc ce précieux conseil, comme une devise. Lorsque la jeune rousse, lui dit gentiment qu'elle était hors-norme, Hermione lui fit un grand sourire puis rit doucement.

- Oh hum, je suis également d’origine moldue alors tout ça je connais plutôt bien. Et pour mon caractère, mes meilleurs amis ont tous été envoyé à Gryffondor ou éventuellement Serdaigle alors je suppose qu’ils ont une bonne influence sur moi.

Elle venait donc de confirmer ce que Mary pensait depuis le début. Elle était aussi d'origine moldue. Ce nom lui sonnait toujours bizarre aux oreilles, malgré les 6 années écoulées depuis la première fois où elle l'avait entendu. Ses amis étaient répartis dans un peu toutes les maisons, mais sa phrase sonnait tellement comme si elle connaissait déjà ses amis d'avant Pouddlard. Ça devait être génial, d'avoir des gens qui vous avaient suivis jusqu'ici.

- Enfin bref, tout ça pour te dire que tu ne devrais pas pleurer. Surtout que tu es tellement plus belle quand tu souris, ce serait dommage hein de gâcher ça.

Cette simple petite phrase eut pour effet de déstabiliser Mary. Personne, en dehors de ses parents, ne lui avait fait un pareil compliment, elle fut heureuse et gênée, et aussi terriblement reconnaissante. Elle sursauta légèrement quand Hermione essuya les dernières larmes qui avaient coulé. Ce geste était doux et réconfortant.

- Ne laisse jamais la satisfaction à un ennemi de te faire pleurer. Leur but est de t’atteindre, ne leur donne jamais la victoire, d’accord ?

La jeune fille regarda la Serpentarde, allée s'asseoir sur le lavabo, où elle frissonna légèrement. Il était vrai, que la température n'était pas très élevée en cette saison. Peut-être qu'il y avait de petits courants d'air.

- Hermione Bennet, septième année, à Serpentard, et tu es ?

Hermione souriait tout le temps et c'était sincère. Ça changeait de la jeune Rebecca, qui en faisait voir de toutes les couleurs à la petite rousse. Mary sourit à son tour de toutes ses dents.

- Mary Pierce, sixième année à Poufsouffle, enchantée.

Il était vrai, qu'elle ne s'était pas présentée, mais en même temps, les circonstances faisaient que ce n'avait pas été la première chose à laquelle elle avait pensé. Mais elle était aussi contente que Hermione fasse le premier pas. Ça la rassurait en quelque sorte. Elle se dit que pour une fois, elle n'était pas trop mal tombée, en tout cas mieux qu'avec Rebecca. D'ailleurs, elle commençait à avoir peur de la suite de l'histoire. Mais passons, en ce moment, elle était en compagnie bien plus agréable. Elle sourit doucement.

- Merci pour tes précieux conseils. En tout cas, tu sais parler aux gens et leur remonter le moral. D'habitude, je ne me laisse pas toucher, mais là ce fut plus fort que moi. En tout cas merci encore pour ton réconfort.

Mary se tordait les mains pour éviter de dire n'importe quoi. Elle ne connaissait pas beaucoup de monde, mais le voulait vraiment. Hermione ayant l'air gentille, elle se dit que discuter avec elle, serait déjà un bon début.

- Je m'excuse si c'est une question indiscrète, mais il me semble que tu es arrivée en cours de scolarité, si je ne me trompe pas. De quel endroit viens-tu ?

Mary commença à s'imaginer ce qu'aurait pu être la vie de Hermione avant. Elle pouvait venir d'un pays étranger, exotique, lointain. Elle avait pu y vivre d'incroyables aventures avec ses amis, des aventures palpitantes, dangereuses, que personne n'oserait imaginer. Elle était peut être une princesse, qui était venue chercher refuge à Poudlard, car des forces maléfiques étaient à ses trousses. Ou alors elle protégeait quelqu'un d'important et elle était en mission ? Mary secoua nerveusement la tête. Il fallait qu'elle arrête de partir dans ses délires. Hermione était simplement une nouvelle élève qui avait été transférée ici, car ses parents avaient dû déménager. Mary savait que tout un groupe était arrivé il y avait déjà quelques temps, groupe dont faisait partie Hermione et ses amis. Le directeur Dumbledore leur avait annoncé leur venue, leur apprenant que leur école avait brûlée. Inconsciemment, Mary n'y avait jamais cru. Elle ne savait pas pourquoi, mais c'était ainsi. Elle préférait peut-être les histoires qu'elle lisait dans les livres. Surtout celles que sa mère lui lisait avant d'aller dormir, quand elle était enfant. Il y avait souvent une princesse à sauver et un prince charmant qui lui était lié. La rouquine chercha un petit endroit où s'asseoir. Elle passa ses mains sur sa jupe pour pouvoir se poser sans la froisser. Elle était curieuse et en même temps, un peu gênée, après tout il est vrai qu'elles ne se connaissaient pas. Mais Mary avait essayer de lancer la conversation. Dans ce cas là, autant lui demander ce qu'elle avait mangé au petit-déjeuner. C'était moins personnel. Elle espérait que Hermione ne serait pas blessée par cette question.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: "Séche tes larmes princesse et souris à la vie" - avec Mary Pierce.  Mer 5 Avr - 9:44
Parfois, Hermione oubliait un peu qu’elle affichait les couleurs de sa « nouvelle » maison, qu’elle affichait le vert et l’argent, qu’elle était à Serpentard et non plus à Gryffondor et que par conséquent, les élèves de cette époque ne pouvait absolument pas savoir qu’elle était de base une rouge et or. Ils étaient donc surpris quand elle était telle quelle, une femme de bonté qui n’aimait absolument pas voir les gens pleurer. Mione pouvait comprendre la belle inconnue parce que même si elle ne l’était pas réellement, tout le monde la considérait comme une née-moldue parce que c’est ce qu’elle et ses parents faisaient croire. Et ça n’avait pas toujours été simple. De cette manière, la brunette pu conseiller la rouquine pour faire face aux rumeurs et lui confirma qu’effectivement, elle avait vécu sa situation. Hermione avait pu remarquer l’étonnement que les autres, que ce soit professeurs ou élèves, avaient ressentis lorsqu’ils avaient remarqué avec quelle facilité elle avait adopté leur langage. Il est vrai que les enfants d’origine moldu qui découvraient leur véritable nature juste avant l’entrée à Poudlard mettaient de nombreuses années avant de considérer ces mots différents comme normaux. En réalité, Mione dirait même qu’ils ne commençaient à se familiariser réellement avec les termes à la fin de leurs études à Poudlard. Pas avant. La jeune femme connaissait ses amis depuis sa première année dans l’établissement, depuis le premier jour et cela faisait sept ans et demi qu’ils étaient inséparables. Il était normal qu’elle parle d’eux avec amour quoiqu’un peu d’exaspération parfois. Chaleureuse de nature, notre belle brune ne faisait pas attention à la timidité des gens : elles faisaient tout pour les mettre à l’aise et face à elle, peu restaient renfermés. Elle était bien trop sincère et douce pour cela. Puis, Hermione se présenta. Après tout, quitte à converser, il valait mieux que les deux adolescentes connaissent leur prénom respectif. Alors donc l’inconnue se nommait Mary Pierce, était en sixième et appartenait donc à la maison Poufsouffle. Un maison où Hermione était sûre qu’elle ne se plairait pas mais pour laquelle elle avait un profond respect. Les élèves de sa maison savaient s’amuser, profiter, étaient loyaux, fidèles entre eux et toujours soudés. Ils n’étaient certes pas les plus intelligents mais contrairement à ce qu’on pensait aux premiers abords, ils n’étaient pas non plus les plus idiots.

-      Il parait que les élèves sont très loyaux et soudés dans ta maison, tu t’y plais ?

Parler des maisons était, la plupart du temps du moins, un sujet de conversation assez intéressant. Mary la remercia et ça lui fondit droit au cœur.

-      Oh merci ! Il parait oui que j’ai cet effet sur les gens. De rien, si ça a pu te faire du bien, c’est le principal.

Mary, pas forcément parce qu’elle était de nature curieuse mais peut-être simplement parce que ça avait paru étrange lui posa des questions quant à son arrivée à Poudlard et Hermione lui répondit avec un joli sourire mais des paroles contrôlées et pesées.

-      Hum non pas tout à fait, on est arrivés en début d’année, moi et une partie des élèves de notre école de sorcellerie. En fait, il y a eu un accident en fin d’année, début d’été et l’école est en travaux, totalement inaccessible pour un temps indéterminé. Cela peut être en mois comme en années. Du coup on a un peu été dispachés dans différents endroits et boum, nous voilà ! Donc voilà d’où je viens, d’une école qui n’est pas ici. Mystérieuse ma réponse n’est-ce pas ? Mais le mystère, c’est bien.

Mione n’était pas idiote, elle savait que beaucoup d’élèves étaient dubitatif quant à leur arrivée soudaine et leurs explications floues mais elle ne pouvait rien faire ou plutôt dire d’autre que ce qui avait été convenu. C’était pour leur bien, à eux, élèves du futur mais aussi à eux, élèves du présent qui ne devaient surtout pas avoir connaissances de ce qui les attendait. Ce serait une catastrophe si tout venait à être révélé. Dieu, certains d’entre eux côtoyaient depuis leur arrivée leurs parents ! Quelle serait la réaction de ces derniers ? Non, il y avait trop de risques. Les élèves de 98 devaient changer ce présent là, qui était leur passé, pour améliorer le futur sans pour autant trop le changer et éviter des conséquences trop graves, irréversibles. Toute une histoire bien trop complexe dont beaucoup de choses reposaient sur ses épaules, à elle, Hermione Jean Granger Rubys, parce que c’était elle qui avait lancé le sort, parce que c’était leur dernier espoir. Le passé était la dernière chance d’une futur meilleure et d’éviter l’enfer élitiste avec la domination des sangs-purs, des mangemorts en cas de victoire de Voldemort.
Revenir en haut Aller en bas
 
"Séche tes larmes princesse et souris à la vie" - avec Mary Pierce.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un oeil de chauve-souris, des larmes de crapaud, un peu de sang de licorne, et le tour est joué ! (Pv : Aaron)
» crotti et mimi les p'tites souris
» Les broderies au point compté de la souris
» Une souris verte !
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques :: Poudlard-
Sauter vers: