AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 229 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1052 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Sam 11 Fév - 20:39

Ne pose pas de questions.

- J. Faucett — Tristan Allister -


I need you now, just, don't ask if you don't want to hear lies.

La semaine avait recommencé, et avec cela les cours, les élèves, les copies à corriger. Mais Tristan n’avait pas réellement l’envie, ni la concentration pour mener correctement toutes les activités qu’il avait à faire. Depuis quelques jours, il avait l’impression d’être totalement au ralenti, perdu mais également attristé. Il ne savait pas réellement où il en était, ni où il allait. C’était étrange comme sensation, il avait pourtant le métier de ses rêves, et avait enfin réussi se libérer et parler à sa famille. Mais quelque chose n’allait pas pour autant. Pour resituer le contexte, il y a quelques jours, Tristan s’était rendu dans la demeure familiale où vivait ses parents : un homme dur et strict et une mère soumise à son mari. Quand il était arrivé à la maison, il n’y avait que sa maman de présente, qui l’avait accueilli, comme d’habitude, très chaleureusement. Puis son père était arrivé. Tristan avait une idée bien en tête en leur rendant visite. Il voulait être pour une fois honnête et lui-même, il voulait assumer son attirance envers les hommes auprès de ses parents, pour être enfin libéré. Le jeune professeur avait toujours eu peur de la réaction de son paternel quand il l’apprendrait. Et c’était à cause de lui d’ailleurs qu’il avait gardé le secret aussi longtemps. Son père aimait tout ce qui rentrait dans le moule, et n’aimait vraiment pas les différences que ce soit sur son fils ou sur un inconnu. Quand le garçon avait tout avoué, sa mère avait été ordonné de quitter la pièce. Comme si cette affaire ne la regardait absolument pas et qu’ils devaient en traiter entre hommes. Elle n’avait rien dit et était juste parti. Le regard noir de ce dernier, et sa façade sans la moindre émotion, n’avait guère donné d’espoir à Tristan sur la suite de la conversation. Il pensait qu’il allait crier, l’engueuler, le convaincre d’oublier cette histoire. Mais il n’en fit rien. Il lui répondit simplement que l’histoire n’allait pas en rester là, avant de lui demander de partir.

Tristan connaissait son père et cette menace n’était pas à prendre à la légère. Il avait peur des représailles. De quoi était-il capable ? Jusqu’où pourrait-il aller pour que son fils soit comme les autres, quelqu’un de normal ? Lui l’ignorait, et cela lui faisait peur. Le weekend qui avait suivi cette discussion, Tristan s’était réfugié à Londres pour une sortie entre copains, pour boire, pour faire la fête, et oublier un peu ses ennuis. Il avait bien bu, et s’était beaucoup amusé. Il s’était même fait payé un verre par un bel étranger, avec qui il s’était lâché l’espace de quelques secondes dans cette boîte de nuit. Mais les ennuis semblaient s’accumuler pour le professeur de soins aux créatures magiques puisque quelqu’un les avait vu. Cette personne était Narcissa Black. Très loin d’être une amie, cette femme n’était pas rassurante. Elle avait le pouvoir sur lui, et allait bien s’en servir pour le faire chanter. Comme si Tristan avait besoin de ça, en plus du reste. A croire que les emmerdes arrivaient les unes après les autres. Il voyait sa vie partir en cacahuète, il voyait tout son équilibre s’envoler en fumée. Ce soir-là, il était tranquillement installé dans ses appartements. Une bonne bouteille de Whisky-Pur-Feu était dans son armoire. Il décida de la sortir, prit un verre et se servit. Il s’assit ensuite dans son fauteuil tout en sortant une photo de son portefeuille.

Et il commença à boire un verre puis un autre, tout en regardant la photographie. C’était sa femme, ses longs cheveux blonds qui virevoltaient au gré du vent, le sourire aux lèvres. Elle était magnifique. Réellement. Mais avec cette simple photo, Tristan se rendait compte de tout le mal qu’il avait fait autour de lui avec ses mensonges, avec sa lâcheté. Cette magnifique fille avait perdu la vie, elle n’aurait plus jamais ce sourire sur les lèvres … A cause de lui. Quel gâchis. Quelques verres dans le sang, et il se leva. Il avait besoin de se relever, et de se sentir vivant pour une fois. Il ne pouvait plus attendre à voir sa vie partir en fumée comme ça. Bon bien sûr, il n’avait pas une idée de génie, au contraire, encore une connerie surement à rajouter à sa longue liste. Mais il ne pensait même aux conséquences de ses actes maintenant. Parce que de toute façon, quoi qu’il fasse, il avait des problèmes en plus, alors autant que ça en vaille la peine. Il était sorti de ses appartements. Et se baladait dans les couloirs. Il n’y avait pas grand monde dehors, pas de professeurs, peu d’élèves. Les gamins étaient surement déjà dans leur dortoir, ou alors encore en train de travailler ou de réviser à la bibliothèque.
Il ne savait pas réellement où il allait, mais il y allait quand même. Et puis au détour d’un couloir, il vit un groupe de jeunes femmes, des étudiantes de son ancienne maison : Serdaigle. Le professeur s’avança vers elles. Il aperçut Jaylin parmi elles. Il n’eut pas réellement le temps de réfléchir que sa bouche s’ouvrit pour parler.

– Miss Adams, je peux vous voir un instant en privé, par rapport au dernier devoir que vous m’avez rendu.

Annonça-t-il d’un ton le plus neutre possible. Parce qu’il n’était clairement pas dans son état normal. Bouleversé par ses problèmes personnels, plus de l’alcool, forcément il n’allait pas pouvoir rester très sérieux et impassible pendant encore longtemps.

Tristan avança en espérant que la jeune femme le suive, et ouvrit une salle de classe un peu plus loin, il teint la porte pour laisser passer la jeune femme, puis quand elle fut dans la pièce, il entra à son tour. Il la regarda un instant, referma la porte, puis l’attira vers lui, avant de l’embrasser. Non en fait il n’avait pas l’intention de parler, il voulait simplement oublier tout ça, par une énième connerie. Jaylin allait quand même se demander ce qui était en train de se passer.

– Pose pas de questions, j’ai vraiment besoin de toi.

Souffla le jeune professeur dans un murmure.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://nevadagraphisme.tumblr.com/
J. Faucett
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 809 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 89 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Un retourneur de temps qui tourne inlassablement
Patronus: Faucon
Capacité spéciale: //

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Dim 12 Fév - 18:58

Ne pose pas de questions.
Tristan Allister & Jaylin Faucett
Beaucoup de temps avaient passé. Cela faisait plusieurs mois que les élèves étaient arrivés dans cette époque qui n'était pas la leur et dans laquelle ils seraient sans doute coincés pendant un certain temps. Des rencontres, des problèmes, la liberté ressentis par Jaylin était clair. Elle qui n'était pas une fille très populaire ni même une fille qui parlait beaucoup avec les autres, profitait d'être dans un endroit où on ne la connaissait pas. Elle y était bien, elle voyait les jeunes beaucoup plus libres de faire ce qu'ils voulaient, elle percevait que les élèves étaient bien différents de ce qu'elle avait l'habitude de voir. Au final même si on rencontre toujours les mêmes types de personnes, la manière dont on va parler avec eux varie énormément en fonction du moment où on les rencontre. Des élèves qui seraient adultes dans son époque lui semblaient bien différents que lorsqu'elle leur devait le respect. Mais plus encore elle pouvait créer des liens avec des personnes où la différence d'âge serait un problème si elle les avait rencontré alors qu'ils étaient beaucoup vieux. Jaylin essayait de ne pas trop y penser à tout ça, au voyage dans le temps, à calculer la différence qu'il y aurait si elle retournait un jour dans son époque. Car au final, la serdaigle n'était même pas sûr qu'elle rentrerait un jour. 1977 et les années qui suivront semblaient s'imposer à elle comme son présent et son futur, là où il s'agissait plutôt de son passé. Elle aurait aimé se revoir petite et lui donner des conseils, des astuces qu'elle avait appris en grandissant. Mais Jaylin n'était pas encore née. Pour le moment elle n'existait pas. Paradoxe, un jour il y aurait peut-être deux Jaylin Faucett en même temps dans ce monde. C'était différent et nouveau. Rien ne changeait vraiment, il fallait quand même étudier, apprendre et essayer de pouvoir passer dans la classe supérieure. Futilité n'est-ce pas ? De se dire que même si on y arrivait, en rentrant ce serait à nouveau la même chose. Pourquoi travailler alors ? Pourquoi tenter d'être douée dans une matière, d'avoir de bonnes notes alors que peut-être ce ne serait plus le cas dans son futur ? La serdaigle ignorait pourquoi, mais elle faisait peut-être par ennuie. Cet endroit nouveau et pourtant si familier, lui ouvrait tant de possibilité pour éviter de s'ennuyer. Des garçons tout aussi mignons, les uns que les autres, des soirées ou encore des bals qui s'organisaient, il y avait de quoi ne pas trouver l'année 1977 monotone.

Les gens évoluaient, les choses changeaient depuis qu'ils étaient là. Assise à une table dans l'une des salles de travail, elle regardait par la fenêtre la beauté des lumières de Poudlard en cette saison où la nuit tombait très rapidement, un livre sur les genoux. Il faisait sombre, de son point de vue, elle ne pouvait pas voir la lune. Il n'y avait comme éclairage que des fente de lumière aux diverses étages de l'établissement. Des filles qui auraient dû travailler plutôt que de piailler se trouvaient à ses côtés. Pourquoi traînait-elle encore avec ce genre de poules ? Jaylin se le demandait parfois, mais quand elle entendait les ragots que ces dernières racontaient, elle se souvenait. Ce genre de personne lançait de nombreuses rumeurs, parfois infondés, parfois avec un brin de vérité et même si elle obtenait une information faussées, la serdaigle pouvait quand même obtenir des secrets que les gens se donnaient du mal à cacher. Mais elle n'écoutait pas vraiment ce qui se racontait, si c'était pour parler de vêtements ou de garçons, de qui sortait avec qui, cela n'était pas nécessaire. On lui avait posé des questions par rapport à Caleb, mais la serdaigle avait été très évasive sur la question, laissant les filles délibérer, savoir si cela méritait commérage ou non. Jaylin laissait faire simplement. Regarder un lieu qu'elle connassait la rendait nostalgique, surotut quand elle pensait à la destruction que l'école pourrait subir lors de la fameuse bataille de Poudlard à laquelle Jay avait pris part. Elle s'en souvenait encore de cette angoisse, cette volonté de se battre et de ne pas se faire tuer. Peut-être que des élèves du passé deviendraient mangemort, peut-être même qu'elle en connaissait certains, mais la jeune femme n'avait pas de souvenir de visage familier dans son esprit lorsqu'elle se battait pour ses convictions. Comme si ce souvenir commençait à se dissiper, comme si ce moment n'avait jamais existé. Parce qu'ils étaient dans un passé qu'ils pouvaient modifier et que plus ils y restaient, plus leurs actes influençait l'avenir ? Un jour elle n'aurait peut-être aucun souvenir de cette bataille tout simplement parce que celle-ci n'aurait jamais eu lieux. Est-ce que pourtant elle aurait cette sensation de vide, de manque de quelque chose. Se souviendrait-elle alors que d'autres auraient oubliés ? Les ravages qu'un voyage dans le temps pouvait avoir été imprévisible. La serdaigle ferma son bouquin, le rangea dans son sac et se leva suivit rapidement des autres filles. Moutons. Elles parcoururent les couloirs pour se rendre dans leur dortoir. Elles s'arrêtèrent en voyant James Potter et Sirius Black passer, sans doute pour aller dans la salle commune des gryffondors ou faire on ne savait trop quoi. Beaucoup de filles les trouvaient mignons, les gars qui faisaient les quatre-cents coup et peut-être parce que Jay connaissaient les enfants de James, cela lui faisait ni chaud ni froid, mais elle roula des yeux et soupira. C'est alors qu'elle entendit une voix familière. Tristan. Il lui demanda d'un ton très neutre si elle voulait bien le suivre pour parler du dernier devoir rendu. Pas stupide la serdaigle savait très bien qu'il ne s'agissait pas de ça, mais bonne excuse quand même. Elle hocha la tête et sans même s'excuser auprès des filles, elle le suivit. Si ça se trouve elles ne remarqueront rien.

Elle rentra dans la pièce. Lorsqu'il eut fermé la porte, il la fixa. « Tristan qu'est-ce que ... ? » la phrase fut coupée lorsque Tristan l'attira vers lui pour l'embrasser. Jaylin se laissa faire, savourant ce baisé, même si venant de lui cela était très étrange. Même si la première fois qu'ils avaient couchés ensemble, tous les deux ne se connaissaient pas bien, lors de leur dernière rencontre qui s'était conclu par une partie de jambes en l'air, il avait été un peu perturbé par le fait qu'il soit son élève. Le professeur sentait l'alcool. Non pas que Jaylin n'avait jamais embrassé quelqu'un qui avait bu avant, mais en général elle buvait aussi avec cette personne. La sensation alcoolisée de ses lèvres était très nouveau pour elle. Et puis bon le professeur avait quand même dû boire de l'alcool en pleine semaine, probablement seul. C'était qu'il ne devait pas forcément aller bien, les cours trop difficiles ou autre. Il lui chuchota de ne pas poser de questions, de simplement être là. Elle plongea ses yeux dans les siens. « Tu sens l'alcool. » C'était un fait. Elle était curieuse et avait envie de lui demander ce qui lui arrivait, mais en même temps elle savait qu'il avait besoin d'elle pour ne penser à rien, oublier quelque chose qui avait surement un rapport avec le secret dont lui avait parlé Ayla. « Où est la bouteille ? » Peut-être qu'en buvant avec lui, déjà elle sentirait moins l'odeur d'alcool, mais en plus elle pourrait le faire parler.

electric bird.

I'm a wizzard !

FUTURE. PAST. PRESENT.
❝ Tout contact laisse une trace et tout objet, toute personne que l’on a touché, en sera d’une façon ou d’une autre transformé. Mais ces transformations ne sont jamais celles qu’on avait anticipé.❞

Spoiler:
 

Signature, merci Ayla luv :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 229 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1052 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Dim 12 Fév - 19:52

Ne pose pas de questions.

- J. Faucett — Tristan Allister -


I need you now, just, don't ask if you don't want to hear lies.

La vie n’était pas facile, pour personne d’ailleurs. C’était un long chemin semé d’embûches. Il fallait toujours continuer d’avancer en passant chaque épreuve avec force et courage. Tout le monde ne rencontrait pas les mêmes difficultés, tout le monde n’avait pas besoin de se battre pour continuer d’avancer, tout le monde n’abordait pas le futur avec horreur et peur. L’inconnu était effrayant pour ceux qui n’avaient pas confiance en l’avenir, pour ceux qui n’avaient plus réellement d’espoir, et qui étaient seulement dicté par la peur. Tristan était dans un chemin difficile, un moment de sa vie où il avait du mal à comprendre, et à appréhender son futur proche. Il y a presque deux ans, il avait perdu sa femme, et sa vie avait été une première fois complètement dévasté. Oui parce que perdre quelqu’un de sa famille n’était jamais une étape facile. Peu importe les sentiments qu’il y avait ou n’y avait pas entre le couple de jeunes mariés, Tristan avait considéré sa femme comme sa famille, elle avait été toujours là pour lui, elle l’avait accompagné dans ses rêves, dans ses désillusions. Mais il l’avait perdu, et avait de plus en plus l’impression qu’il devait payer le prix de ses mensonges. On lui avait arraché. Après quelques mois où il s’était laissé aller, Tristan avait réussi à reprendre du poil de la bête, il avait repris sa vie en main, et avait même réussi à décrocher le job de ses rêves en tant que professeur de soins aux créatures magiques. Il avait la vie parfaite, la vie rêvée qu’il s’était imaginé quand il marchait encore dans ces couloirs en tant que Préfet des Serdaigle. Après son départ de l’école, il avait toujours su qu’un jour ou l’autre, il voudrait revenir ici, pour pouvoir enseigner, pour pouvoir aider les enfants à devenir les sorciers de la société de demain.

Il avait finalement accompli son rêve puis quelques années plus tard, il était à nouveau ici. Et quand Dumbledore lui avait fait confiance en lui donnant le poste, Tristan pensait réellement qu’il allait vivre les meilleures années de sa vie. Parce qu’il réalisait enfin ses rêves, et qu’il pensait que c’était comme ça que l’on accédait au bonheur intense. C’était une erreur, il avait été bien naïf de penser de la sorte. Si ce travail était réellement plaisant, et correspondait à ses attentes, sa vie n’avançait pas aussi bien qu’il le pensait. Et Tristan se retrouvait à un carrefour, ne sachant plus quoi faire, ne sachant plus quoi avancer. Peu importe le chemin qu’il choisirait, il y aurait des conséquences que le garçon n’était pas sûr de pouvoir assumer. Pour certains faire un choix était plus facile qu’un autre. Dire la vérité ou non. Assumer la personne que l’on est ou non. Rester cacher. Vivre enfin. Il y avait tellement de choses qu’il pourrait perdre. Tristan était simplement guidé par la peur ces derniers temps. Il ne pouvait faire un pas sans vérifier ses arrières, stressant à l’idée qu’on lui tombe dessus. Il n’avait jamais été l’homme le plus courageux du monde, surement une des raisons pour laquelle il n’était pas allé dans la maison Gryffondor. Et pourtant il serait capable de tout pour protéger ses amis, et les personnes auxquelles il tenait vraiment. Mais quand il s’agissait de sa propre personne et d’assumer ce qu’il était vraiment, tout devenait nettement plus dur.

La semaine avait été longue et dure. Son père allait lui faire payer son affront. Parce que pour lui c’était surement et clairement un affront ce que venait de faire son fils. Il pensait surement qu’il aurait dû continuer à vivre dans le mensonge tant que cela convenait aux mœurs de la société. L’homosexualité, ou la bisexualité n’étaient pas bien vu par la société sorcière actuelle. C’était encore considéré contre-nature et les personnes qu’ils l’assumaient haut et fort se voyaient souvent censurés. Tristan travaillait dans une école, avec des gamins qui avaient sûrement des parents du même avis que son propre père. Et s’ils envoyaient des lettres au directeur pour exiger son renvoi. Non Tristan ne voulait réellement pas de ça, il ne voulait pas qu’on le pousse dehors pour ce qu’il était. Car en soit, pour son métier, cela ne changerait réellement rien de son point de vue. Il ne voulait pas que tout le monde le sache, et pendant longtemps, il n’avait pas voulu que son propre père le découvre jusqu’à lui dire lui-même. Les conséquences allaient arriver … Et Tristan n’était pas sûr de supporter. C’était peut-être à cause de toute cette pression qu’il avait commencé cette bouteille. Et il était allé dans les couloirs, et par chance était tombé sur Jaylin. Il trouva une excuse pour l’éloigner de son groupe de copines, avant d’entrer avec elle dans une salle de classe vide. Elle commença à parler, se doutant sans doute qu’il ne l’avait pas appelé pour un simple problème avec un de ses devoirs, mais Tristan la coupa en l’attirant vers elle, puis en l’embrassant. Il ne pouvait pas lui parler de tout ce qu’il voulait, parce qu’elle était comme la plupart des autres, elle ne connaissait pas ses secrets, et Tristan n’avait pas envie qu’elle le découvre et qu’il la dégoûte. Il avait simplement envie d’oublier cette semaine horrible avec elle, avec son aide. C’était idiot, et totalement irresponsable pour lui. Mais il semblait totalement s’en ficher sur le moment. Comme si les conséquences qu’ils devraient assumer pour une coucherie avec une élève n’étaient pas pire que sa vie qui partaient en éclat en ce moment-même. La jeune femme se laissa faire pour ce baiser.

Et finalement il rompit ce baiser pour lui demander de ne pas poser de question, il avait simplement besoin d’elle maintenant. Elle plongea ses yeux dans les siens, Tristan ne détourna pas le regard. Après tout, elle était toujours aussi magnifique que la première fois où il l’avait vu, à ce bar, à l’autre bout de la terre. Elle lui annonça qu’il sentait l’alcool. Ce n’était pas une question de sa part mais bel et bien un fait. Et elle avait raison, comment en aurait-il pu être autrement alors qu’il avait déjà bu plusieurs verres dans ses appartements. Tristan se contenta donc d’acquiescer, l’air neutre. Elle lui demanda ensuite où était la bouteille. Elle n’était pas loin, en réalité. Tristan en sortir une presque pleine d’une poche intérieure de sa veste. Il l’ouvrit et en but quelques gorgées, avant de la tendre à la jolie Serdaigle.

– Encore une chose à ajouter à ma liste de motifs de renvoie.

Annonça le jeune homme avec un sourire en coin. Si sa vie était compliquée en ce moment, en compagnie de Jaylin, il avait l’impression d’être transporté six mois auparavant dans les Caraïbes, en vacances, quand absolument rien n’avait d’importance, quand il pouvait simplement s’amuser sans prendre en compte les conséquences. A cette époque, il était encore libre, il se sentait prêt à tout affronter. Etre en compagnie de la belle brune avait quelque chose de rassurant aussi. Elle dégageait une grande force.

Il lui reprit la bouteille des mains lorsqu’elle eut pris quelques gorgées pour boire à nouveau. Il savait que ce n’était pas la solution la plus mature et la plus utile à tous ses problèmes mais s’il pouvait avoir un petit moment de répit grâce à cela, il n’allait pas s’en empêcher. Son cerveau avait besoin de prendre une pause, pour se remettre à réfléchir plus tard. Et cette pause, il voulait se l’accorder avec Jaylin.

– Je suis désolé de t’entrainer encore dans mes histoires.

Mais il l’embrassa une nouvelle fois après ces quelques mots. Il était peut-être désolé de l’entrainer dans ses histoires, mais visiblement pas au point de la laisser repartir tranquillement à ses activités sans l’entrainer avec lui dans ses conneries. Il se recula d’un pas, plongeant son regard dans celui de la demoiselle. Peu importe le fait qu’il ait appris à contrôler ses émotions par le passé, on pouvait clairement voir de la détresse dans ses yeux, comme s’il sentait vraiment qu’il était en train de perdre le contrôle et que sa vie pouvait très prochainement basculer.

– Je ne sais pas ce qui va m’arriver … C’est comme si tout était en train de me rattraper en même temps … Mais … Tu dois m’aider à oublier tout ça.

Déclara-t-il, la bouteille dans une main, et le regard rivé vers la jeune femme. Il déposait ses armes, avouait sa faiblesse, et avait par-dessus tout besoin d’elle maintenant.  


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://nevadagraphisme.tumblr.com/
J. Faucett
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 809 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 89 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Un retourneur de temps qui tourne inlassablement
Patronus: Faucon
Capacité spéciale: //

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Lun 13 Fév - 17:04

Ne pose pas de questions.
Tristan Allister & Jaylin Faucett
Des problèmes. Tout le monde en avait, c'était une vérité. Chacun avait les petits tracas du quotidiens et certains qui étaient beaucoup plus que d'autres pouvaient prendre le dessus sur notre vie, nous occuper l'esprit de sorte qu'on ne pense plus à rien du tout. On pensait alors que notre vie était fini pour un simple problème alors que beaucoup d'autres choses pouvaient arriver de bon dans nos vies. Mais on oubliait ce bonheur quand on accumulait les difficultés. Il fallait une grande force pour être capable de relever la tête. Au final tout le monde avait cette envie de vivre, cette envie de se battre, mais il fallait simplement la révéler, se rappeler qu'elle était là au fond, cacher quelque part. Parfois on avait besoin de quelqu'un pour le voir, mais la plupart du temps ce n'était pas la personne à qui on pensait en premier. Jaylin avait des problèmes, des problèmes minimes, mais si important dans la vie d'une adolescente. Car au final même si elle était très mûre dans sa tête, elle restait une jeune femme, une fille qui n'avait que 16 ans. Malgré tout Jaylin savait qu'elle ne pourrait pas avoir une vie normale. Elle avait vu des choses que peu de personnes de son âge avait vu. La mort, la tristesse, les larmes et cette volonté de se battre. Elle avait vu tout ça, elle savait qu'elle devrait peut-être subir tout ça, mais c'était très difficile d'oublier. Jaylin avait aussi subi le joug des Carrow qui leur avait demandé de s'entraîner sur des né moldu en cours, des choses contre lesquels elle s'était révolté, mais avec énormément de difficultés. Faire face à des mangemorts ce n'était pas une tâche facile. Elle était beaucoup trop jeune à l'époque et même si ces problèmes lui semblaient loin, ils faisaient parti de sa vie. Alors arrivé ici, elle avait tenté d'oublier, mais Jaylin en avait créer d'autres. Elle avait créer un paradoxe interne, cette envie de sauver les gens qu'elle aimait actuellement, qu'ils n'aient pas à subir ce qu'elle avait vécu, que les enfants de Mathéo et Ayla ne vivent pas ça, qu'ils puissent vivre heureux tous, mais en même temps en aidant à accomplir cette tâche elle se rapprochait de sa plus grande peur, comme elle l'avait vu pendant le cours de défenses contre les forces du mal : celle de partir de cette époque qu'elle aimait tant. Les gens avec qui elle avait créé des liens à cette époque, les choses qu'elle faisait qui pourrait avoir une incidence sur son avenir, mais surtout sur l'avenir de ses personnes qu'elle côtoyait. Ils auraient dû rester éloigner de tout ça, accomplir les raison de pourquoi ils avaient fait ce voyage dans le temps et ne pas se lier d'amitié avec les autres personnes. Jaylin était perdu dans ses ressentis, elle semblait distante avec tout ça, comme ailleurs, réfléchissant beaucoup trop à tout ça, n'écoutant plus ce qu'on lui disait. Elle était autre part. D'autant que depuis qu'elle avait commencé ce jeu avec Caleb, elle ne pouvait pas arrêter de penser que cette tentation à laquelle, elle avait cédé était une grave erreur de sa part. Elle lui faisait espérer, même s'ils s'étaient imposé une règle c'était comme si elle jouait avec lui. C'était mal, il fallait qu'elle en parle avec quelqu'un qui puisse comprendre son ressentis, mais pour le moment elle gardait tout ça. N'écoutant même plus les ragots qui se disaient sur les autres, que le groupe de filles de serdaigle entretenait sur différent sujet. Elle n'en avait donc rien à faire de James et Sirius qui se baladaient tardivement dans les couloirs.

Suivre Tristan n'était pas forcément une bonne idée, ni pour lui, ni pour elle, mais cela lui permettait d'être avec quelqu'un qu'elle appréciait. Même si elle ignorait pourquoi tout ce temps pour qu'il vienne la voir après leur dernière rencontre, au moins la soirée finirait de manière agréable. Jaylin avait appris des choses sur lui, enfin elle savait qu'il avait un secret, Ayla lui en avait parlé. Elle avait appris depuis qu'il s'agissait du cousin de celle qu'elle considérait comme sa meilleure amie. Jaylin appréciait sa compagnie, depuis la première fois qu'elle lui avait parlé, loin de Poudlard et même lorsqu'elle s'était rendu compte qu'il s'agissait de son professeur, elle n'avait pas pour autant ressentis moins de désir qu'avant. Elle l'avait alors convaincu de retenter l'aventure à nouveau, une fois encore, une deuxième fois et il avait fini par craquer. Distant dans un premier temps, puisqu'il ne devait pas coucher avec une élève, cela ne semblait pas le déranger aujourd'hui. Il avait besoin de compagnie, il avait envie d'elle. L'attirant à lui, l'embrassant passionnément avant même qu'elle n'ait pu finir sa phrase. Comme seule réponse elle lui annonça qu'il sentait l'alcool. Et pas qu'un peu. Ce n'était pas uniquement un verre ou deux, mais plusieurs qu'il avait dû boire. Si les parents apprenaient ce genre de choses sur lui, pas sûre qu'il garde son emploi. Même si elle ne trahirait pas leur secret, être alcoolisé en public, ne pouvait pas l'aider. Elle avait apprécié son baiser, même avec l'alcool cela lui rappelait quand ils ignoraient encore tout l'un de l'autre. Jaylin lui fit la remarque de son haleine, car même si Tristan lui avait demandé de ne pas poser de question, elle pouvait bien le lui faire remarquer. Il acquiesça, ne niant pas les faits. S'il buvait cela ne devait pas vraiment aller. Mais au moins en sa compagnie, elle pourrait peut-être arrêter de trop réfléchir. Contre toute attente, vu que Jaylin pensait pouvoir voir ses appartements s'il lui proposait de venir boire chez lui, Tristan sortit une bouteille d'une poche de sa veste. La bouteille était légèrement entamée. Okay il devait quand même avoir un gros problème s'il se baladait avec de l'alcool sur lui. Il en bu comme si c'était totalement normal et qu'il ne se trouvait pas dans l'enceinte d'un établissement scolaire et tendit la bouteille à Jaylin. Elle la prit et bu quelques gorgées. L'alcool faisait du bien dans son sang. Tristan sourit en lui disant que cela ferait une chose de plus à rajouter à sa liste pour se faire renvoyer. La serdaigle sourit. « Le fait de faire boire une mineure ? On est plus à ça près tu sais. » Leur relation était assez étrange pour que boire ensemble ne soit pas choquant. Elle bu à nouveau quelques gorgées avant se faire prendre la bouteille des mains par le professeur. C'était une chose qu'ils n'avaient jamais faite. Boire oui, boire dans une salle de classe c'était peu courant. Tristan s'excusa de l'entraîner dans ses histoires. Elle ne savait pas vraiment de quoi elle parlait. Elle pouvait refuser non ? Il ne l'entraînait pas, elle était bien consciente de ce qu'elle faisait, même si énormément de choses avait changé depuis qu'ils s'étaient retrouvés quelques mois plutôt. Beaucoup de choses oui. Tristan l'embrassa à nouveau et l'odeur d'alcool la gênait déjà un peu moins. Elle se laissait faire, Jaylin savait qu'il en avait besoin. Il avait besoin d'elle. Il rompit le baisé et recula d'un pas. La serdaigle le fixait, lui jetant son regard dans le sien. Tristan allait mal, elle le voyait très clairement dans ses yeux. Et elle voulait l'aider. Le pouvait-elle vraiment ? « Tristan ...   » Mais elle ne savait pas quoi dire. Le professeur reprit la parole, lui expliquant qu'il ne savait pas où il allait, que son passé le rattrapait. La plus grande peur de tout le monde. Mais il lui demandait de l'aider à oublier. Elle le regardait. Bouteille en main, les yeux remplis de détresse. Jaylin s'approcha de lui. La serdaigle prit la récipient d'alcool et la posa sur une table. Ce n'était pas la solution. « Je ne sais pas ce qui te tracasse, Tristan ... » commença-t-elle. Jaylin voulait savoir, mais pouvait-elle le forcer à parler ? Pouvait-elle arriver à comprendre et à l'aider ? Est-ce que coucher avec lui l'aiderait ? Etre simplement présente sans rien demander ? Même si elle pensait à Caleb et que sa relation avec lui, la tracassait énormément était-ce la solution ? Jetant son regard dans les yeux de son amant, elle eut un petit rictus. « Ne pose pas de question, hein ?! Je vais t'aider à oublier. » Et elle posa ses lèvres sur les siennes, le prenant par la même occasion dans ses bras, la serrant contre son corps de femme.

electric bird.

I'm a wizzard !

FUTURE. PAST. PRESENT.
❝ Tout contact laisse une trace et tout objet, toute personne que l’on a touché, en sera d’une façon ou d’une autre transformé. Mais ces transformations ne sont jamais celles qu’on avait anticipé.❞

Spoiler:
 

Signature, merci Ayla luv :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 229 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1052 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Lun 13 Fév - 21:10

Ne pose pas de questions.

- J. Faucett — Tristan Allister -


I need you now, just, don't ask if you don't want to hear lies.

Ce n’était pas la meilleure journée de Tristan, ni la bonne semaine d’ailleurs. Les problèmes commençaient à s’enchainer, et il ne savait réellement plus comment gérer tout ça. Il était un adulte maintenant, et en tant que tel il devrait savoir comment bien organiser sa vie, trouver des solutions et agir tout simplement. Mais au final il n’avait que vingt-trois ans, était-il réellement un adulte ? Il avait fini ses études à Poudlard depuis un moment déjà, ensuite il était allé à l’université, et il s’était même marié.  Il avait beaucoup voyagé. Mais la vie ne vous apprend pas toujours à réagir aux situations de crises. Tristan avait du mal en ce moment. Il ne se sentait pas forcément très heureux avant, mais au moins sa vie ressemblait à quelque chose et tenait en place. Maintenant qu’il avait suivi les conseils de certaines personnes et assumait qui il était réellement auprès de sa famille, le fait de ne pas être heureux n’était plus le seul souci. Il se retrouvait avec les menaces de son père sur la conscience, et même pris dans un chantage avec une femme de sang-pur, avec qui il était à l’école. Tout était en train de partir en vrac, et Tristan avait du mal à voir comment il pouvait faire pour arranger les choses. Il avait l’impression de n’avoir absolument plus aucun pouvoir sur sa vie. C’était comme s’il devait simplement la subir sans pouvoir faire un pas dans une direction ou dans une autre. Il se sentait réellement mal, mais s’il essayait de ne pas le montrer aux autres. Il ne voyait pas vers qui il voulait aller. Et au final, il n’était simplement pas sûr d’avoir envie de parler de cette histoire à qui que ce soit. C’était peut-être pour ça qu’il avait commencé à boire dans ses appartements en pleine semaine. C’était quelque chose qui ne lui ressemblait pas d’ordinaire. Tristan aimait sortir et faire la fête mais il savait très bien séparer sa vie professionnelle de sa vie personnelle. Et s’il travaillait le lendemain, il n’allait pas se prendre une cuite le soir.

Mais ce fameux soir, il semblait avoir totalement oublié la limite. Ou alors il s’en fichait simplement. Parce qu’il avait bien commencé à boire, un verre, puis un deuxième. Boire tout seul était réellement pathétique et il s’en rendait bien compte. Il finit par quitter ses appartements et commença à divaguer dans les couloirs. Il ne savait pas réellement ce qu’il cherchait mais quand il vit Jaylin au loin, il sut que c’était elle. Il avait trouvé une excuse bidon pour l’emmener loin de ses copines, et pour pouvoir se retrouver seul avec elle. Il ne savait pas réellement pourquoi il avait choisi la jeune femme. Peut-être parce qu’elle lui rappelait la simplicité d’une époque qui lui semblait désormais révolu. Il l’avait connu en vacances au bar d’un hôtel luxueux. Elle était magnifique, et il était simplement allé la voir. Ils avaient discuté, ils avaient rigolé, et ils avaient couché ensembles. Tout avait été tellement simple, sans la moindre prise de tête, sans besoin de réfléchir. C’était tranquille, naturel, et facile. Mais maintenant la facilité avait disparu, et les vacances avaient fait place à la vraie vie : une vie compliqués semés d’embûches où il faut être bien courageux pour continuer sans cesse d’avancer. Jaylin n’avait que dix-sept ans, elle était simplement une élève, et n’avait surement rien vécu de grandiose. Du moins, elle n’avait pas fait face à beaucoup de grosses épreuves de la vie. Tristan l’enviait d’une certaine façon. Il aurait bien aimé l’espace d’un instant retourner à cette époque où il n’avait que dix-sept ans lui aussi, quand il allait encore à l’école, qu’il faisait tout pour avoir de bonnes notes, où la vie était beaucoup plus simple. Quoi qu’en y repensant, la septième année du jeune professeur de soins aux créatures magiques n’avait pas forcément été simple, puisqu’il avait dû prendre la décision d’épouser cette jeune femme qu’il fréquentait pour contenter son père.

Jaylin était avec lui dans cette salle de classe vide. A croire que c’était désormais les seuls endroits où ils pouvaient se retrouver en privée. La demoiselle n’avait pas été stupide et avait vite compris qu’il se passait quelque chose. Tristan l’avait arrêté en l’embrassant. Il avait besoin d’elle, maintenant, mais il n’était pas sûr de pouvoir répondre à ses questions. Il sentait l’alcool et elle lui fit remarquer. Il ne cherchait pas à nier, sachant très pertinemment ce qu’il avait bu avant de la voir. Elle voulait savoir où était la bouteille, visiblement prête à boire avec lui. Tristan n’allait pas le lui refuser. Après tout, ici, dans cette pièce il n’était pas le professeur et elle n’était pas l’élève. Il sortit donc la bouteille de sa veste, et lui tendit. Voilà un nouveau motif de renvoie. La jeune femme sourit en entendant les paroles de Tristan, ils n’étaient plus à ça prêt, elle n’avait pas totalement tort. Ensemble, ils avaient plus d’un motif de renvoie.

– Je crois que je n’ai jamais bravé autant d’interdit avec une seule et même personne.

Répondit le jeune homme avec un faible sourire. Il laissa la demoiselle boire quelques gorgées avant de lui reprendre la bouteille des mains, et d’en reprendre quelques-unes. Boire n’était pas chose courante dans une salle de classe. Mais ce n’était pas la première fois que Jaylin et Tristan faisait des choses peu courantes dans une salle de classe vide. Il s’en voulait de l’entrainer dans ses histoires. Car après tout, s’il ne l’avait pas appelé et s’il l’avait laissé avec ses copines, elle ne serait pas à nouveau dans une situation plutôt cocasse avec lui. Il était surement égoïste pour le coup, mais d’un autre côté, il ne savait pas comment agir autrement.

Il l’embrassa à nouveau. Se sentir proche de la jeune femme semblait être quelque chose de facile, c’était quelque chose qu’il pouvait contrôler. Si sa vie était en train de prendre un chemin étrange et qu’il n’avait pas de pouvoir dessus, ici, il en avait. Il pouvait réellement faire un choix, et choisir ce qui lui faisait du bien. Il rompit se baiser et recula d’un pas. Ses yeux en révélaient beaucoup plus sur son état qu’il ne l’aurait voulu. Après tout, on dit souvent que le regard est le visage de l’âme, parce qu’un regard se maquille beaucoup moins facilement. La jeune femme prononça son prénom. Il savait qu’elle sentait les choses. Il avait besoin d’elle pour oublier. Elle se rapprocha de lui, et pris la bouteille pour la poser sur une table. Elle répéta qu’elle ne savait pas ce qui le tracassait. S’il avait pu lui dire, il le ferait, mais il ne saurait pas s’il en avait la force.

– Je sais pas si je vais pouvoir rester encore très longtemps ici …

Commença-t-il à dire. Mais ce n’était pas si facile que ça. Elle le regardait dans les yeux, et lui confia qu’elle allait l’aider à oublier. Elle s’était rapproché de lui, et posa ses lèvres sur les siennes tout en le prenant dans ses bras. Son ton et son rictus montrait bien que ça devait être dur pour elle de ne pas poser de questions. Le jeune homme lui rendit son baiser. Une main dans sa nuque. Etre proche d’elle lui réchauffer un peu le cœur, lui donnant l’impression que ses problèmes pouvaient partir en un claquement de doigts. Bien sûr, ils étaient toujours là, et le seront toujours après mais si quelques minutes d’apaisement pouvaient l’aider. Il l’embrassa dans le cou … Et finit par lui murmurer à l’oreille.

– Tu veux venir faire un tour dans mes appartements ?

La question ne laissait pas forcément beaucoup de place à l’imagination. Tristan avait fait comprendre à la jeune Jaylin, la manière dont il avait envie d’oublier tous ses problèmes. Si l’alcool était mis de côté, il ne restait plus grand-chose.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://nevadagraphisme.tumblr.com/
J. Faucett
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 809 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 89 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Un retourneur de temps qui tourne inlassablement
Patronus: Faucon
Capacité spéciale: //

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Mer 15 Fév - 17:33

Ne pose pas de questions.
Tristan Allister & Jaylin Faucett
Parfois quand tout va mal on a qu'une envie c'est de tout oublier, peu importe la manière de le faire, simplement débrancher notre cerveau pour éviter de trop penser à tout ça. Tout n'allait pas forcément bien, comme pour beaucoup de vie détruite, que ce soit à cause des mangemorts, de cette première guerre ou de la deuxième, tant de problèmes qui se liaient. Et puis il y avait aussi cette manière que certaines familles traitaient leur senfants, vous savez ces familles qui avaient une sorte de tradition d'éducation, qui forçait leur progéniture à épouser des personnes qu'ils n'aimaient pas, tout simplement pour garder leur sang entièrement pur. Les familles seules, détruites, celle qui avaient perdu des proches. Il y avait tant de souffrances dans ce monde. Mais il y avait aussi parfois des moments heureux, des moments où on oubliait tout ça, où on débranchait notre cerveau même pour quelques instants. Vous savez ces moments de purs bonheurs, où rien ne compte. Et qu'on oublie au moment où ils arrêtent d'exister. Jaylin enviait ceux qui vivaient leur vie sans problème, ceux qui n'avaient pas à se préoccuper du lendemain, qui avaient une vie plutôt paisible, sans soucis sans problème. Etait-ce seulement possible ? Est-ce que cela ne dépendait pas de chacun de nous laisser porter l'instant présent, sans s'occuper du reste ? Etions-nous forcer de tout suivre à la lettre, les lignes du destin tracées d'une telle manière que si on en prenait une on arrivait quand même là où Merlin voulait nous y amener ? Jaylin avait donc choisi de s'en préoccuper, de faire attention à ce qu'elle faisait d'être responsable et d'essayer de tout régir dans sa vie, même si cela s'annonçait compliqué. Perturbée, se sentant coupable, coupable d'agir ainsi avec les gens de 1977, de leur mentir sur sa véritable identité, tout en étant elle-même. De mentir à Ayla sur le fait qu'elle avait couché avec son cousin, deux fois, alors que son amie avait bien le droit de savoir. Mais elle ignorait comment la blonde pourrait réagir à cette nouvelle. Si elle prendrait bien cette nouvelle ou si elle lui en voudrait. Pas forcément d'avoir coucher avec lui, mais surtout de ne pas lui avoir dit quand elle en avait l'occasion. L'important serait de le lui dire non ? Bon si jamais le sujet revenait encore dans leur conversation délirante, Jaylin le lui dirait. D'autant qu'elle semblait prête à recommencer, à ne pas s'arrêter à deux fois seulement. En effet Tristan l'avait interpeller, sentant l'alcool en l'embrassant. La serdaigle l'avait suivi, sachant très bien que cela n'était uniquement pour parler. S'il avait voulu lui parler, il ne l'aurait pas pris à part. Sauf s'il avait des choses à lui avouer qu'il ne pouvait pas dire devant les autres. En le voyant ainsi, Jaylin en venait à se demander si ce n'était pas le cas. L'alcool qu'elle sentait dans son baisé était bien une chose nouvelle et un témoignage du fait que ça n'allait pas forcément mieux. Ou alors peut-être qu'il était alcoolisé après avoir fait la fête et que l'ayant vu il avait décidé d'en profiter. Jaylin avait une bonne intuition et savait qu'il y avait quelque chose d'autre. Une salle vide, deux jeunes gens, cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas retrouvée avec lui dans une pièce de ce genre. La dernière fois qu'elle avait été seule avec lui d'ailleurs. Les choses avaient bien changées depuis. Comme un sanctuaire, comme si une salle vide pouvait les protéger de tout. Après l'avoir embrassé, Jay lui avait annoncé qu'il sentait l'alcool, elle lui avait demandé où était la bouteille. La serdaigle n'avait pas pensé une seconde que le professeur se baladait avec de l'alcool dans sa veste, mais bon au moins elle pourrait boire. Même si elle était mineure comme elle le lui fit remarque, lui rappelant par la même occasion que la faire boire n'était pas forcément mieux que de coucher avec son élève. Tristan n'avait jamais braver autant d'interdit avec une seule personne. Privilégiée la petit Jay. « Braver l'interdit à quelque chose d'excitant. On ne peut pas toujours suivre les règles. » lui répondit-elle heureuse de voir un petit sourire sur les lèvres de Tristan. Oui on ne pouvait pas toujours se plier aux règles, ce n'était pas amusant. Et puis après tout on qualifiait souvent Jaylin de folle, enfin elle l'avait déjà entendu de la part de quelqu'un.

Il posa ses lèvres sur les siennes. Son baisée était agréable, sans mieux maintenant que Jay avait bu aussi. Mais il rompit le baisé et lui dit qu'il s'en voulait de l'amener avec lui dans ses histoires, dans les folles histoires dont elle ne connaissait rien. Tristan lui avait bien demandé de ne pas poser de questions, mais elle avait envie de savoir. Il parlait beaucoup trop peut-être même à cause de l'alcool, Jaylin savait simplement que ça n'allait pas. Et elle voulait l'aider. Mais comment faire s'il ne parlait pas ? Est-ce que c'était simplement avec elle ou bien avec tout ceux qui était proche de lui ? Est-ce qu'il ne voulait pas s'ouvrir et simplement oublier. Se retrouver à nouveau avec cette fille qu'il avait rencontrée des mois plus tôt au bar d'un hôtel. Cette époque où rien n'était encore vraiment arrivée, ni dans la vie de Jaylin, ni dans celle de Tristan, où tous les deux souriaient à la vie sans s'occuper du lendemain, profitant même chacun de l'autre. Aujourd'hui elle voyait cette détresse dans son regard et cela lui faisait mal au cœur. Pourquoi ceux sont toujours les bonnes personnes à qui il arrive de mauvaises choses ? Jaylin ignorait ce qui le tracassait mais peut-être qu'il pourrait quand même parler si elle le lui demandait ? Non il avait bien demandé de ne pas poser de questions, il fallait qu'elle reste fixer sur cette demande. Tristan lui annonça alors qu'il ignorait combien de temps il allait pouvoir rester ici. Quoi ? Il allait partir ? Mais genre partir de la pièce parce qu'il avait autre chose à faire ou alors vraiment partir de Poudlard. Tristan était beaucoup trop évasif. Il lui donnait des informations sans lui en dire plus, Jaylin, devait lui poser des questions pour savoir. Sa curiosité était trop titillée et elle tenta de se contrôler ne pu s'empêcher de prononcer : « Tu dois partir ? » Partir où ? Quand ? Pourquoi ? Toute la suite de questions restèrent dans sa tête. Ce ne serait pas agréable d'être bombardé de questions. Alors; elle lui dit qu'elle allait l'aider à oublier, d'une seule manière possible. Elle le prit dans ses bras et l'embrassa à on tour, comme pour lui donner son accord. Tristan lui rendit son baiser, posant sa main sur sa nuque, l'attirant encore plus à lui. Un instant dans se contact de lèvres, ils pouvaient oublier tous les deux leurs problèmes. Pendant un instant, un seul moment, qui dureraient autant que nécessaire. Sa bouche descendit dans son cou pour y déposer un baisé, avant de murmurer à l'oreille si elle souhaitait aller dans ses appartements. Oui ! Oui elle le voulait. Et pas seulement pour coucher avec lui, mais en pensant au lieu où dormait les professeurs, cela lui rappelait la discussion qu'elle avait eue avec Ayla là-dessus, quand elles s'étaient demandées à quoi ça pouvait bien ressembler. Bon, ne pas forcément montrer trop d'enthousiasme, il risquait de se poser des questions sinon. « Oui je veux. » Déposant un rapide baisé sur ses lèvres, elle se saisit de la bouteille et attendit que Tristan lui indique la direction.

electric bird.

I'm a wizzard !

FUTURE. PAST. PRESENT.
❝ Tout contact laisse une trace et tout objet, toute personne que l’on a touché, en sera d’une façon ou d’une autre transformé. Mais ces transformations ne sont jamais celles qu’on avait anticipé.❞

Spoiler:
 

Signature, merci Ayla luv :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 229 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1052 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Mer 15 Fév - 21:28

Ne pose pas de questions.

- J. Faucett — Tristan Allister -


I need you now, just, don't ask if you don't want to hear lies.


Tristan ne s’était pas imaginé sa vie comme ça. Quand on est enfant ou adolescent, on pense souvent à notre avenir. On le crée de toute pièce, en choisissant son métier, sa famille, ses activités. On a toujours quelques petites pistes que l’on voudrait réaliser. Quand Tristan était lui-même encore un gamin, il y avait beaucoup pensé. Devenir professeur faisait partie de ses envies et de ses rêves. Il y pensait déjà à l’époque, comme quoi, ce choix n’avait pas été quelque chose sur un coup de tête. Tristan avait bel et bien réalisé son rêve en venant enseigné des cours de Soins aux créatures magiques à ses élèves, ici à Poudlard. Pour ce qui était de sa vie sentimentale, les rêves et les envies de Tristan avait toujours été beaucoup plus flous. Comme s’il avait du mal, à savoir, même en bas-âge, ce qu’il recherchait vraiment avec le concept de l’amour. Il ne s’était jamais réellement imaginé forcément avec un homme ou une femme, mais avait espéré simplement une famille, des enfants, une vie tranquille entouré de personnes qui l’aimaient plus que tout. Maintenant qu’il était devenu adulte, il avait l’impression de s’éloigner de plus en plus de cette vie qu’il s’était tant imaginé. Il était loin encore d’avoir une famille. Sa femme était morte depuis plus d’un an maintenant, et il se retrouvait simplement seul, avec des angoisses, et des peurs qui dépassaient la raison. Il avait vraiment l’impression d’avoir perdu lui-même le fil de sa vie, et de ne pas savoir par quoi ou par où recommencer. Qu’est-ce qu’il devait faire désormais ? Continuer à avancer sans se soucier de tous ses problèmes ? Devait-il fuir tout et tout le monde, comme il l’avait fait après la mort tragique de sa femme ? Oui parce qu’en réalité, Tristan avait plus l’habitude de fuir devant ses problèmes personnels. Quand il avait vécu la perte de sa femme, il était parti en voyage pendant de nombreux mois, il n’avait pas supporté l’idée de devoir rester au même endroit avec une mort sur la conscience. Il avait eu besoin de faire le vide en tout quittant. Mais aujourd’hui, Tristan ne pouvait pas faire la même chose. Il ne pouvait pas balancer sa vie de côté pour se barrer. Il avait désormais des responsabilités en tant que professeur au sein de l’établissement Poudlard.

Mais ce n’était pas facile pour autant. Son poste, ici, ne l’aidait pas à voir plus clair. Il exagérait surement. Ses problèmes n’étaient peut-être pas aussi grave qu’il ne le pensait, mais pour lui, c’était déjà difficile à supporter. Cette menace de la part de son père qui planait au-dessus de sa tête lui faisait réellement peur. Celui-ci ne lui avait peut-être rien dit quand Tristan lui avait annoncé son attirance pour les hommes, mais son expression et son visage lui en avait dit bien plus. Outre la déception, et la colère, il y avait quelque chose d’autre. Son père était un homme d’action et pas de paroles, et c’était ça le plus effrayant. Il allait agir. Agir comment ? Tristan l’ignorait encore, et il avait beau retourné le problème encore et encore dans sa tête, il ne savait pas réellement comment agir contre ce genre de problème, comment son père comptait agir. Il devait subir cette menace, subir cette attente qui l’effrayait et le rongeait un peu plus de jour en jour. Ajouté à cela, une peste de Sang-Pur qui pensait que le monde lui était dû. Cette fille détestable qui pensait pouvoir lui faire du chantage, à qui il devait « obéir » pour que son secret reste un secret. C’était beaucoup de pression pour un seul homme, et Tristan commençait simplement à décrocher totalement. Il ne savait pas s’il était capable de supporter toute cette pression encore longtemps. Une petite voix dans sa tête lui disait qu’il n’avait pas le choix, et une autre lui disait qu’il avait encore le temps de tout laisser tomber.

Il avait trouvé Jaylin dans les couloirs de Poudlard. C’était comme une évidence, il ressentait le besoin d’être avec elle. Pas forcément pour parler, mais pour essayer d’oublier tous ses problèmes actuels. Après tout, elle était l’un des symboles de la simplicité et de sa vie d’avant, lorsqu’il n’y avait pas le moindre ennui dans sa vie, au moment où il était sur le point de réaliser ses rêves. Elle l’avait accompagné dans cette salle de classe vide, et devait déjà se douter que Tristan ne l’avait pas emmené ici simplement pour parler d’un stupide devoir, ni même pour parler tout court. Ses intentions semblaient plutôt claires au vu de son comportement avec la jeune femme. Il avait bravé beaucoup d’interdits avec la demoiselle : relation sexuelle, faire boire un mineur. Il semblait les accumuler avec la même personne. Mais Jaylin n’était pas une simple élève, ni même une simple adolescente. Il ne la considérait pas comme tel. Elle pensait que braver les interdits avait quelque chose d’excitant. Ils ne pouvaient pas toujours suivre les règles.

– Braver les interdits avec toi est toujours excitant. Ce soir, je n’ai pas l’intention de suivre la moindre règle de toute manière.

Répondit le jeune homme avec un faible sourire. Elle n’avait pas tout à fait tort. Il était bien plus marrant de ne pas suivre les règles en permanence. Mais pour le coup, Tristan allait bien au-delà de la ligne fixée. Ce soir, il avait également envie de continuer à braver les interdits en compagnie de la jeune femme. Mais avec tous les problèmes qu’il avait déjà, cela allait-il réellement arranger les choses ou continuait de les empirer.

Peut-être pensait-il que tout ce qu’il ferait ce soir n’avait pas d’importance, puisque finalement il posa ses lèvres sur celles de la demoiselle. Un baiser doux et sensuel, qui laissait ressentir la détresse du jeune homme. Il ne voulait pas l’entrainer dans ses histoires, ou lui causer encore plus de tort, pourtant c’était bien ce qu’il était en train de faire, en l’embrassant. Il n’allait pas bien, mais ne demandait pas de l’aide à Jaylin. Il voulait qu’elle soit présente, mais n’avait visiblement pas l’intention de lui donner plus d’informations que ça. Il ne parlait pas, et lui avait demandé de ne pas poser de questions. Il sentait qu’il ne pouvait pas assumer, pas devant elle. Et s’il lui racontait ses problèmes, il devrait lui dire toute l’histoire. Il ne voulait surement pas prendre le risque de se faire juger. Pas ce soir. Il ne s’en sentait pas la force. Ils n’étaient plus les mêmes personnes que quelques mois auparavant. Ils avaient changé autant l’un que l’autre, et leurs vies étaient, elles aussi bien différente. Tristan n’était plus tellement cet homme joueur passant ses vacances dans des hôtels de luxe. Elle n’était plus cette inconnue du bar. Il ne voulait pas parler, et pourtant il semblait qu’une force laisse échapper quelques informations. Puisqu’il venait de révéler à Jay qu’il ne savait pas combien de temps, il allait pouvoir rester ici. Trop vague, trop peu d’information pour que la Serdaigle comprenne de quoi il parle. Mais cela soulevait des questions chez elle, ce qui était normal après tout. Elle lui demanda alors s’il devait partir, ne comprenant pas à quoi il faisait allusion.

– Peut-être. Je sais pas ce qu’il va m’arriver.

Répondit le garçon. Il ne savait pas vraiment ce qu’il avait envie de dire ou de ne pas dire. Mais il ne pouvait surement pas continuer longtemps comme ça, à garder tout pour lui. Sinon il allait surement finir par exploser. Elle l’avait embrassé tout en le prenant dans ses bras, ce qui montrait qu’elle voulait être présente pour lui. Alors Tristan lui avait proposé de venir dans ses appartements. C’était comme elle le voulait. Mais rester dans cette salle de classe vide n’était pas une très bonne idée. La jeune femme accepta, attrapa la bouteille.

Tristan sortit donc en premier de la salle, regardant si la voie était libre. Personne n’était ici. Les copines de Jaylin avaient dû continuer leur chemin. Ainsi Tristan, suivit de Jay marchèrent un peu jusqu’à l’étage où se trouvait les appartements des professeurs. Ils avaient de la chance, peu de personnes se trouvaient dans les couloirs. Tristan arriva devant sa porte, l’ouvrit avec la clé, et laissa passer Jay en premier, afin de vérifier qu’il n’y avait personne autour, avant de rentrer à son tour. C’était sans doute l’une des première fois qu’une élève pouvait entrer dans les appartements d’un professeur. En règle générale, les lieux étaient totalement interdits aux adolescents. Tristan la regarda un instant. Puis se dirigea vers l’une des étagères pour prendre une bouteille et deux verres. Il les posa sur la petite table puis les remplit.

– C’est une bien meilleure bouteille.

Déclara-t-il alors qu’il lui tendit le verre. L’alcool ne l’aiderait pas forcément, même s’il en avait l’impression ce soir. Il était encore en train de dépasser les limites, et le réveil le lendemain n’en allait être que plus dur.

Il s’avança vers la jeune femme afin de l’embrasser à nouveau. Oui ça aussi, ce n’était pas la meilleure des idées, mais tant pis. Il l’embrassa dans le cou. Oui ses intentions étaient bien claires. Il n’était pas dans son état normal, et Jay qui le connaissait surement beaucoup mieux que n’importe quel élève ici à Poudlard, pourrait réellement le voir. Il suffisait d’un regard après tout. Elle était belle, réellement magnifique. C’était une femme très séduisante, et il le savait. Il avait remarqué sa beauté dès qu’il avait aperçu pour la toute première fois. Malgré les mois qui avaient passé depuis cette première rencontre, elle n’avait rien perdu à son charme.

– Si tu veux un conseil, ne révèle jamais tes secrets à personne. Quand quelqu’un connait tes secrets, il peut s’en servir pour te détruire.

Balança le jeune homme, avant de reprendre une gorgée d’alcool. Toute cette boisson allait bien finir par lui monter à la tête. Parce qu’il n’en était pas à son premier verre. Il avait déjà pris un peu d’avance. Jay était dans son uniforme. Il s’approcha encore un peu d’elle, attrapa sa main et l’attira vers lui, avant de déboutonner quelques boutons de sa chemise pour l’embrasser à nouveau. Est-ce qu’elle était aussi partante que lui pour ce qui allait se passer ce soir …


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://nevadagraphisme.tumblr.com/
J. Faucett
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 809 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 89 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Un retourneur de temps qui tourne inlassablement
Patronus: Faucon
Capacité spéciale: //

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Jeu 23 Fév - 20:37

Ne pose pas de questions.
Tristan Allister & Jaylin Faucett
Etait-ce vrai ? Est-ce que lorsqu'elle avait acquiescer comme une adolescente pour le suivre dans cette salle de clase, elle s'était sentit prête à remettre ça avec lui ? Vraiment ? Elle y avait pensé dès qu'il lui avait parlé, sachant très bien qu'il ne voulait pas la voir pour une devoir quelconque, même si ses devoirs n'étaient au maximum de ses capacités, il avait souhaité autre chose à ce moment. En le suivant elle avait approuvé cette demande, mais ne s'attendait pas à le voir ainsi. Elle ne s'attendait pas vraiment à ce qu'il l'embrasse directement, vu la discussion qu'ils avaient eue quand ils s'étaient rendu compte de leur statut de professeur-élève. A ce moment-là, même si au final ils avaient couché à nouveau ensemble, Tristan avait pourtant semblé réticent à l'idée de coucher avec une fille beaucoup plus jeune que lui, de braver l'interdit. Et malgré tout il l'avait quand même fait avec l'aide de Jaylin. Car elle n'était pas pour rien dans le fait qu'ils aient couché ensemble une deuxième fois. Alors c'était étrange de le voir si enclin à avoir envie de l'embrasser, de le vouloir elle, comme ça tout d'un coup sans prévenir. Il était alcoolisé peut-être était-ce, ce qui lui avait donné tant d'ardeur. Ou tout simplement pour cacher quelque chose d'autre. Jaylin n'était pas une sainte, ce n'était pas une fille simple contrairement à ce qu'on pensait d'elle. Comme tout le monde elle avait ses inquiétudes, ses problèmes et peut-être en avait-elle trop eu pour son âge. Ses parents n'avaient pas pu l'aider à se protéger de la deuxième guerre des sorciers qui avaient explosé dans leur époque, ils avaient pris partis et elle les avait suivi. Elle avait vu des choses qu'elle préférait oublier, mais qui si elle cherchait bien resterait dans sa mémoire. Des blessures, des corps dont elle ne voulait pas se souvenir, dont elle ne pouvait parler à personne. C'était une femme forte. Venir dans cette époque avait sonné comme un nouveau départ, un nouveau commencement où elle pouvait choisir sa propre route, celle de suivre ce que ses parents avaient commencé ou tout simplement de vivre comme elle l'entendait. De ne plus avoir le poids d'une autorité quelconque sur elle ou la crainte de se faire endoctriné. C'était sans doute parce qu'elle avait décidé de recommencer une vie ici qu'elle s'était laissé aller dans les bras de Tristan sans aucun problème. Et puis cela était excitant d'enfreindre le règlement, de se dire qu'ils pourraient être découvert, même si ce n'était qu'une histoire de sexe, et qu'elle ne souhaitait pas une seconde que tout le monde le sache. Car après tout il pourrait tout perdre si jamais cela arrivait. Quand bien même ce n'était pas une histoire de sentiments, cela lui faisait du bien d'être avec quelqu'un qui ne connaissait pas le tiers de ses problèmes. Sans doute se disait-il la même chose à son sujet. Le désarrois se lisait dans ses yeux, il n'allait pas bien et là où Jay pouvait encore tenir, Tristan semblait avoir touché le fond. Le professeur devait être bien perdu dans son comportement, voulant retrouver un de l'intimité qu'ils avaient eue autrefois.

L'alcool aiderait surement comme ce jour à ce bar, où elle avait bu de l'alcool même en étant mineure et qu'ils avaient sentit l'ivresse de cette substance, cette sensation que plus rien ne compte à part l'autre. Alors, elle lui demanda la bouteille qu'il sortit de sa veste, chose totalement normal. Tout le monde se balade avec de l'alcool sur soi c'est bien connu non ? Même si c'était totalement interdit de boire dans l'enceinte de l'établissement pour une mineure, ou même de faire boire une élève, Tristan bravait cet interdit. Certes ce n'était pas respectueux du règlement de Poudlard, mais tous les deux savaient qu'ils n'étaient plus à ça près. Ils avaient quand même enfreint l'une des règles les plus fondamentales. Et ils le faisaient ensemble, ils étaient tous les deux dans le même panier. Jaylin trouvait cela excitant de ne pas respecter le règlement. Dans son époque elle le respectait plutôt bien, mais ici elle osait faire tout ce qu'elle voulait s'en s'occuper du reste. Car après tout ils n'étaient pas là pour bien longtemps de ce qu'elle avait compris, autant en profiter. Tristan avoua que braver les interdit avec Jay avait été toujours excitant et qu'il n'avait pas l'intention de suivre la moindre règle ce soir. Intéressant comme comportement. Mais il était vrai qu'avec Jaylin on s'ennuyait peu. Oui cette fille est égocentrique ne l'oubliez pas. « Si tu ne comptes pas suivre les règles ce soir, on risque de bien s'amuser. D'autant que tu me dois quelque chose, vu que j'ai réussis mon pari de la dernière fois. »dit-elle doucement. Elle s'en souvenait très bien de la dernière fois, elle avait très bien réussit à faire ce qu'il lui avait demandé. Avec quelques difficultés, mais Jaylin s'y était bien prise pour arriver à ses fins.

Ils continuèrent à boire dans cette salle de classe où ils s'étaient retrouvés. Il continua à l'embrasser, comme si c'était totalement normal et Jaylin se laissait totalement faire. Ce que lui racontait Tristan l'inquiétait un peu. Le professeur semblait l'amener à nouveau dans des histoires, dont la serdaigle ignorait tout. Mais elle pouvait faire face à toutes les situations vu qu'elle ce qu'elle avait vécu. Même si elle aurait aimé savoir de quoi il en retournait exactement, elle ne lui posa pas de question, mais Tristan reprit. Il lui annonça qu'il ne savait pas combien de temps il resterait ici. Elle ne comprenait pas vraiment ce qu'il voulait dire par là. Partir où ? Pour combien de temps ? Jaylin lui avait promis de ne pas poser de questions, mais sa curiosité était tellement titillée que c'était difficile de simplement ne rien faire et d'attendre qu'il en dise plus. Elle lui aurait posé pleins de questions si elle avait pu et sans doute que Tristan le savait parfaitement. La serdaigle n'en posa qu'une. Et comme réponse le professeur lui répondit qu'il ne savait pas. Que tout pouvait arriver. Pourquoi elle ne pouvait pas poser de questions ? Il ne pouvait pas lui faire ça, lui dire des choses de ce style et finalement ne rien dire de plus. Devait-elle continuer à lui poser des questions même s'il ne voulait pas qu'elle sache ou bien faire comme si de rien n'était et simplement l'aider à oublier. Elle le fixait, elle ne savait pas trop comment réagir. Peut-être qu'elle pourrait lui demander après. Jaylin décida de ne pas chercher à en savoir plus pour le moment. Et puis il lui proposa de venir dans ses appartements pour continuer leur conversation, si on pouvait appeler ça comme ça. La serdaigle accepta avec plaisir. Elle qui s'était posé la question quelques mois plus tôt, elle pourrait voir enfin à quoi cela ressemblait un appartement de professeur. Après avoir regardé que personne n'était dans les couloirs, ils se dirigèrent vers l'endroit où il vivait. Personne dans les couloirs, surement beaucoup trop tard pour que les élèves soient dehors. Jay entra. Ce n'était pas commun d'amener une élève dans ses appartements, Tristan devait le savoir. Elle sourit en regardant la pièce. L'endroit était rangé, bien ordonné. Le professeur ne semblait pas avoir customisé l'endroit, pas de couleur atypique, un grand lit, une table avec des copies dessus, une bibliothèque. « Encore un interdit que nous accomplissons. C'est joli chez toi. » lui dit-elle une fois qu'il fut rentré à son tour. Elle se dirigea vers la bibliothèque et remarqua des livres sur l'étagère, qui étaient tous en lien avec les créatures magiques. Pas étonnant pour un professeur de soin aux créatures magiques. Il prit l'une des bouteilles sur l'étagère pour remplir deux verres. Tristan en tendit un à Jaylin en lui disant que c'était une meilleure bouteille que ce qu'ils avaient bu tout à l'heure. A l'odeur, elle n'en doutait pas. « Tu veux me rendre ivre avec tout cet alcool, Tristan ? Mais c'est vrai qu'elle est bien meilleure. » dit-elle après quelques gorgées.

Il s'approcha d'elle et l'embrassa à nouveau. Elle posa la main qui ne tenait pas son verre, sur sa nuque. Un baisé ce n'était rien. Cela faisait du bien de ne pas réfléchir et de se laisser faire. Il descendit ses lèvres pour l'embrasser dans le cou. C'était quelque chose que Jaylin adorait. Tristan était un bel homme on ne pouvait pas le nier, la plupart des filles qu'elles connaissaient le disait et Jaylin l'avait pensé avant même que les autres élèves le rencontrent. Quand il l'avait abordé la première fois, elle l'avait trouver mignon avec ses petites bouclettes blondes. Tristan lui balança alors qu'elle ne devrait jamais révéler ses secrets à personne, car si quelqu'un les connaissait il pouvait te détruire avec. Parlait-il d'elle ou bien de cette chose qui occupait ses pensées à l'instant même. Tristan reprit une gorgée d'alcool et pendant qu'il buvait, Jaylin lui répondit. « Sauf quand tu le dis aux bonnes personnes. Des personnes à qui tu fais confiance, qui ne te jugerons pas quoiqu'il se passe. » La serdaigle avait de la chance d'avoir ce genre de personne auprès d'elle, mais peut-être que Tristan ne les avait pas ou avait fait confiance à la mauvaise personne. Que se passait-il dans son esprit ? Que lui arrivait-il ? Tristan s'approcha encore plus, puis l'attira à lui et commença à déboutonner sa chemise, puis à l'embrasser. Il semblait attendre comme un accord de sa part pour aller plus loin. Devait-elle le lui donner ? N'était-ce tout simplement pas risquer de dire oui ? Après avoir réussit à poser son verre sur le bureau à côté duquel elle se trouvait, Jay lui rendit son baisé de plus belle, se collant encore plus près de lui, déboutonna la chemise de Tristan avant de l'enlever et de la jeter sur le sol. Elle passa la main dans ses cheveux et descendit ses lèvres vers son cou. Elle ne l'avait pas suivis pour qu'il ne se passe rien, après tout.

electric bird.

I'm a wizzard !

FUTURE. PAST. PRESENT.
❝ Tout contact laisse une trace et tout objet, toute personne que l’on a touché, en sera d’une façon ou d’une autre transformé. Mais ces transformations ne sont jamais celles qu’on avait anticipé.❞

Spoiler:
 

Signature, merci Ayla luv :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 229 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1052 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Dim 26 Fév - 21:28

Ne pose pas de questions.

- J. Faucett — Tristan Allister -


I need you now, just, don't ask if you don't want to hear lies.

Il avait attiré la jeune femme dans une salle de classe avec une unique idée en tête. Elle le savait. Tristan ne l’aurait pas fait venir seulement pour un devoir, sachant qu’elle était plutôt douée dans son cours. Il avait besoin d’elle, et de se proximité. Il avait besoin de quelqu’un ce soir. Il aurait pu aller voir un ami. Pourquoi ne s’était-il pas dirigé naturellement vers Destiny Rosier, qui était sa meilleure amie depuis l’école. Pourquoi avoir choisi une simple élève ? Mais le problème était que Jaylin n’avait jamais été qu’une élève. Elle était bien plus que cela, et à cause de tout ce qu’il s’était passé entre eux, le professeur de soins aux créatures magiques ne la voyait plus réellement comme telle. Il se souvenait de cette première fois ensemble à l’autre bout du monde, quand il pensait réellement que tout cela n’avait pas la moindre importance, elle avait voulu cette relation autant que lui à ce moment-là. Mais les choses avaient tellement changé depuis, ils s’étaient revus ici à Poudlard, et Tristan avait fait face à la vérité : il avait couché avec l’une de ses élèves. C’était répréhensible, et c’était mal. Mais cette histoire aurait pu s’arrêter à une erreur de jugement. Mais ils avaient eu une seconde aventure, cette fois-ci dans une salle de classe vide de l’école de sorcellerie. C’était une erreur. Et il ne se rendait pas compte à quel point cette histoire pouvait foutre toute sa vie en l’air. Ces derniers mois, il n’avait rien fait de plus, il n’avait pas tenté à nouveau de se retrouver seul avec la jeune femme dans une pièce, il l’avait seulement vu en cours, rien de plus. Jusqu’à aujourd’hui. C’était de sa faute, c’était lui qui était allé la chercher. Il l’avait vu, et l’avait entrainé avec lui, comme si c’était une évidence. Il savait exactement ce qu’il attendait d’elle. Encore une fois, ce n’était pas quelque chose à faire. Il devrait s’abstenir et remettre ses idées en place au lieu de continuer ses bêtises. Mais sa vie semble partir en vrille en ce moment. Il ne sait plus quoi faire pour réussir à garder le cap, sans se noyer. Il avait besoin de faire disparaître ses problèmes l’espace d’un instant pour pouvoir enfin respirer, et prendre une bonne bouffée d’air frais. C’était avec la Serdaigle qu’il essayait de trouver une paix intérieure, au moins l’espace d’une soirée. Elle ne devait pas réellement comprendre tout ce qui se passait, et pourquoi Tristan agissait de la sorte avec elle. Il ne pouvait rien lui dire. Il ne s’en sentait pas capable, pas la force d’assumer encore une fois et de se prendre les conséquences en pleine figure. C’était pourquoi il lui avait demandé de ne pas poser de questions dès le début. Un moment intime voilà ce que c’était, seulement du sexe. Mais personne ne devait savoir.

Il avait bu de l’alcool avant de venir voir la jeune femme, et avait même pris la bouteille avec lui. Il ne semblait que prendre des mauvaises décisions ce soir. Des décisions qu’il devrait sans doute assumer le lendemain. Pour le moment, il ne réfléchissait pas à cela, cherchant simplement un moyen efficace d’arrêter de penser. Un moyen pour s’évader de tous ses problèmes qui commençaient à l’étouffer. Il avait besoin d’air. La jeune femme semblait tout de même réceptive. Elle voulait boire de l’alcool elle aussi. Tristan n’allait pas lui refuser cette faveur. Il n’était pas son père, et depuis un moment il ne jouait plus le rôle de professeur avec elle. Alors il lui avait tendu la bouteille. Encore une entorse au règlement pour ce soir. Ce n’était certes pas la première fois, mais ce n’était pas forcément un bon point à rajouter dans son dossier. Faire boire une mineure n’allait surement pas être beaucoup apprécié. Il mettait toutes ses peurs de côtés, et avait annoncé à la jeune femme que braver les interdits avec elle avait toujours été excitant, et qu’il ne comptait pas respecter la moindre règle ce soir. Après tout, il était déjà mal, autant continuer sur la leçon, ce qu’il ferait ne pourrait sans doute pas empirer l’état dans lequel il se trouvait déjà. S’amuser allait peut-être le faire sentir mieux pour ce soir. Jaylin pensait que s’il ne comptait pas suivre les règles ce soir, ils risquaient de bien s’amuser. Elle lui rappela qu’il lui devait quelque chose, vu qu’elle avait réussi son pari de la dernière fois. Elle avait raison. La demoiselle s’y était très bien prise la dernière fois pour réussir le défi qui lui avait été lancé, et Tristan était bien placé pour s’en souvenir d’ailleurs.

– Dis-moi ce que tu veux.

Annonça le jeune homme avec un sourire au coin des lèvres. Parler avec la demoiselle rendait les choses plus simples, plus légères. Il était sûr qu’elle était la bonne personne avec qui passer une soirée pour aller mieux. D’ailleurs les deux continuèrent de boire tranquillement dans cette salle de classe vide. Tristan se montrait plus entreprenant en embrassant la demoiselle qui se laissait faire. Au moins ça ne la dérangeait pas, et elle semblait être sur la même longueur que lui, ce qui était une très bonne chose. Mais sans le vouloir, il parlait un peu trop … Ou peut-être pas assez. Il laissait filer quelques bribes de phrases, avec trop peu d’informations pour comprendre réellement où il voulait en venir, mais assez pour s’inquiéter et se voir confirmer qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Il lui avait dit qu’il ne savait pas combien de temps il allait encore rester ici. Peut-être qu’il allait partir, c’était une possibilité. Il ne savait pas ce qui pouvait se passer pour lui. Narcissa Malefoy allait-elle garder le silence ? Qu’est-ce que son père allait finalement décider pour lui. Il était dans l’attente et dans la peur. Mais il nepouvait pas tout avouer à la Serdaigle. Car s’il le voulait, il devrait lui raconter son histoire dans son intégralité, et c’était quelque chose dont il ne se sentait absolument pas prêt pour, surtout après les mauvaises expériences de ces derniers jours.

Tristan lui avait finalement proposé de venir avec lui dans ses appartements L’endroit serait plus sur qu’une salle de classe où tout le monde pouvait venir à n’importe quel moment. Le chemin s’était fait sans encombres, et bien vite, les deux amants s’étaient retrouvés dans l’endroit où Tristan vivait. Peu d’élève n’avait du voir cette partie du château, et bien évidemment avant Jaylin, aucun élève n’avait jamais pénétré dans sa chambre à lui. Pour le professeur de soins aux créatures magique, il n’y avait pas grand-chose à voir dans sa chambre. Il n’avait pas réellement aménagé cet endroit, pour en faire un réel chez-lui. Pas de décoration, pas de customisation. Les couleurs, et les meubles étaient exactement les mêmes qu’avant. Il y avait mis très peu d’effet personnel. En fait, d’un point de vue extérieur, cet appartement ne donnait pas réellement beaucoup d’information sur son propriétaire. Evidemment d’un point de vue professionnel, les dizaines de bouquins sur les créatures donnaient un indice. Mais pour ce qui était de personnel, il n’y avait rien … ou presque. Une bonne bouteille de whisky sur une étagère, qui prouvait que la personne était adepte des bonnes choses, quelques cahiers, des copies … Seulement une seule chose de personnel : une photo. C’était la seule photographe qu’il possédait, et elle le suivait partout. C’était une photo de sa femme, la jeune blonde riant aux éclats, ses cheveux virevoltant à cause du vent. Elle était réellement magnifique. Et le professeur l’avait toujours avec lui. Finalement Jaylin lui fit remarquer que c’était encore un interdit qu’ils étaient en train d’accomplir. Tristan sourit en entendant ces mots, et acquiesce d’un signe de tête. Elle venait également de lui dire que c’était joli chez lui. C’était simple et inexpressif, mais jolie, il ne pensait pas réellement.

– C’est simple, mais j’aime cet endroit.

Répondit simplement le jeune homme. Tandis que la demoiselle continuait son observation des lieux, Tristan s’était dirigé vers l’une des étagères, et attrapa une bouteille. Il servit donc deux verres avant d’en tendre un à Jaylin. Il lui fit remarquer que c’était une bien meilleure bouteille. La Serdaigle lui demanda instinctivement s’il cherchait à la rendre ivre avec tout cet alcool. Elle reconnut quand même que l’alcool était bien meilleur, après quelques gorgées. Tristan en but à son tour avant de répondre à la question de la demoiselle.

– Te rendre ivre n’est pas le but ultime de cette soirée.

Répondit-il. Et finalement il s’approcha d’elle encore, et l’embrassa à nouveau. Oui la faire boire n’était pas réellement ce qu’il voulait. Il s’attendait à une activité beaucoup plus physique, et intéressante entre eux. La chaleur montait quelques peu tandis qu’il embrassait le cou de la jeune femme. Elle était réellement belle et désirable. Tristan l’avait toujours pensé, depuis la première fois qu’il l’avait vu, à ce bar, seule et sûre d’elle. Elle dégageait quelque chose d’impressionnant et d’envoutant. Et quelques mois plus tard, c’était quand même toujours le cas.

Il lui avait dit qu’elle ne devrait jamais balancer ses secrets à qui que ce soit, car les gens qui les détiennent peuvent tout simplement vous détruire. Il disait cela pour lui évidemment, mais c’était également un conseil qu’il donnait à Jaylin, elle était jeune et ne se rendait surement pas compte de tout ça. Il avait repris une gorgée d’alcool, comme si tout cela pouvait l’aider à aller mieux. Jaylin en profita pour lui répondre. Sauf s’il le disait aux bonnes personnes, les personnes à qui il faisaient confiance ne le jugeront pas. C’était ce qu’elle lui avait dit, c’était ce qu’elle pensait. Tristan ne pouvait pas acquiescer. Parce comment pouvait-on réellement savoir qui étaient les bonnes personnes. Sa famille n’était pas censée en faire partie ? Et pourtant … Après tout la demoiselle n’était encore qu’une adolescente. A cet âge, on croit encore en la bonté des gens, on pense surement que les amis qu’on a à l’école, on les gardera toute sa vie.

– Comment tu peux savoir que ce sont vraiment les bonnes personnes …

Ce n’était pas tout à fait une question. Il n’attendait pas forcément de réponses de la part de la jeune femme. Il n’y avait pas de réponse à apporter de toute manière. On ne pouvait pas réellement savoir si l’on avait raison de placer sa confiance en une personne. Car tout le monde pouvait vous trahir à n’importe quel moment.

La demoiselle finit par lui rendre son baiser, en se collant encore plus près de lui. C’est agréable, et Tristan savoure ce moment. Finalement la jeune fille était en train de déboutonner sa chemise, une fois le travail fait, elle la jeta au sol. Tristan l’embrasa plus fougueusement, il l’attira vers elle pour l’emmener vers son lit. Son haut et sa jupe avait été assez vite retirés, par l’homme. Elle était belle, magnifique. Son corps était toujours aussi parfait. Il l’embrassa dans le cou, avant de descendre vers sa poitrine. Il la poussa finalement délicatement sur le lit, avant de continuer. Tout s’est accéléré, mais ça faisait du bien.

– Première fois que ma chambre est utilisé pour ce genre d’activité, félicitations.

Murmura-t-il dans l’oreille de la jeune femme avec un sourire. Et oui finalement elle avait la chance d’être la première fille qu’il ramène dans ses appartements à Poudlard. Evidemment, elle ne pourra quand même pas s’en vanter.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://nevadagraphisme.tumblr.com/
J. Faucett
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 809 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 89 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Un retourneur de temps qui tourne inlassablement
Patronus: Faucon
Capacité spéciale: //

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Dim 12 Mar - 21:57

Ne pose pas de questions.
Tristan Allister & Jaylin Faucett
Tristan avait changé depuis la dernière fois qu'elle l'avait croisé. Il n'était plus aussi distant. Lorsqu'ils s'étaient rendu compte de la situation, le jeune homme avait bien fait comprendre à la serdaigle que c'était une erreur, que toute cette histoire pourrait foutre sa vie en l'air, qu'il perdrait tout si jamais cela venait à être appris par des personnes mal intentionnées. Jaylin ne voulait pas en parler à d'autres personnes, non seulement pour protéger Tristan mais également parce qu'elle savait aussi ce qui se dirait sur elle par la suite. Et aujourd'hui, le professeur venait la voir après des mois sans contact autre que formel, pour une invitation très claire. Un soudain changement pqui pourrait en perturber plus d'un, mais ce n'était pas comme s'ils s'étaient réellement engagé dans quelque chose de sérieux tous les deux. Depuis le début, ils n'avaient pas eu de sentiment l'un envers l'autre, ils cherchaient simplement à profiter de l'autre, c'était tout ce qu'il se passait. Ils ne parlaient pas vraiment de ce qu'il se passait dans leur vie, même si autrefois ils avaient parlé de leur vie sans soucis aujourd'hui tout semblait différent pour le coup. Et puis Jaylin avait également changé, elle était sortit avec un garçon dont elle était très attachée, mais avait rompu pour éviter de trop souffrir. Pour elle c'était la bonne solution, cherchant à l'éviter, à s'éloigner de lui, ne cherchant plus de rapport autre qu'amical avec Caleb Carlton, mais au fond d'elle, c'était comme une souffrance. Il est difficile de s'éloigner de quelqu'un quand on y est attaché, quand on la voit couramment. Surtout quand on sait qu'on pouvait sans doute éprouver des sentiments pour cette personne et qu'à cause d'une fatalité, il valait mieux ne pas se laisser avoir par tout ça. Et même si elle avait rompu avec lui et qu'elle se montrait forte aux yeux de tous, montrant qu'elle avait fait son choix, ne le regrettant pas, Jaylin avait beaucoup réfléchit sur la question. Seul l'avenir pourrait savoir ce qu'il se passerait. Etre avec Tristan en ce moment pourrait lui éviter de trop penser à tout ce qui la tracassait et elle voyait en lui qu'il avait besoin d'elle, non pas pour parler, mais simplement pour oublier tout ça. Alcool, tristesse dans ses yeux, le jeune professeur n'était pas heureux. Mais Jaylin n'avait pas le droit de lui demander ce qu'il se passait dans sa vie, il lui avait demandé de ne pas poser de questions et même si c'était difficile, elle respecterait cette demande. Et puis qui était-elle pour lui demander ? Elle n'était pas simplement que son élève, elle ne le serait jamais comme il en serait jamais son professeur, mais ils ne se connaissaient pas depuis suffisamment longtemps pour qu'elle puisse avoir le droit de lui poser autant de questions. Tristan lui tendit la bouteille qu'il avait caché dans sa veste, car après tout s'il n'était pas dans son état normal, autant qu'elle le rejoigne. Et elle but, même en étant mineure, cela ne la gênait pas le moins du monde, d'ailleurs la plupart des jeunes à Poudlard avait déjà bu avant l'âge. Une nouvelle infraction commise entre elle et lui. Jaylin avoua que tout ça était quand même très excitant, Tristan ne lui donna pas tord. Aucun des deux n'avaient l'intention de suivre des règles ce soir, Jaylin se rappelait d'ailleurs qu'il lui devait toujours quelque chose. Il lui avait lancé un défi la dernière fois, qu'elle avait réussit à accomplir la dernière fois qu'il avait couché ensemble. Et honnêtement elle avait été très fière de tout ça. Tristan lui demanda alors ce qu'elle souhaitait. Il eut un petit sourire pour le coup, ce qui changeait de son air triste. Au moins elle arrivait à le faire sourire. Que lui demander maintenant en échange ? Elle n'avait pas réfléchis en lui disant qu'il lui devait toujours quelque chose. Jaylin aurait pu lui demander ce qui le tracassait, cela lui aurait permis d'être au courant de ce qu'il lui préoccupait. Mais si elle lui posait la question, sans doute qu'il ne répondrait pas. « Montre-moi  le meilleur de tes capacités. »

Ils étaient dans cette salle de classe, vide, dans laquelle Tristan avait amené Jay comme la dernière fois quand il s'était rendu compte qu'elle était à Poudlard. Cela allait devenir une habitude, mais cette fois ils avaient de l'alcool. Et puis Tristan l'embrassant, montrant son envie de faire des choses avec elle. Elle le savait. Même s'il n'était pas dans son état normal, elle ne pouvait pas lui refuser une partie de jambes en l'air. Cependant, le professeur commençait à parler, il sortait des phrases qui n'avaient pas de sens pour Jaylin, des informations qui isolées ne servaient à rien, car elle ne comprenait pas où il voulait en venir, il ne parlait pas plus que ça, Tristan ne lui disait rien. Il parlait trop, beaucoup trop. S'inquiétant pour des choses dont la serdaigle ignorait tout, sans doute devrait-elle lui demander quand même. Elle avait le droit de savoir non pourquoi il était soudain si entreprenant avec elle. Pourquoi un tel changement de comportement par rapport à ce qui s'était passé des mois plus tôt. A chacun ses secrets n'est-ce pas ? Tristan lui proposa alors de le suivre dans ses appartements. Un endroit interdit pour les élèves, elle était une privilégié pour le coup. C'était intéressant d'y aller, car même si les dortoir des élèves se ressemblaient tous, les appartements des professeurs devaient être particuliers, décorés selon les goûts de chacun. Celle de Tristan n'était pas personnalisé bien au contraire, comme s'il était prêt à partir à tout moment, ou alors était-ce seulement parce qu'il était arrivé très récemment et n'avait pas eu le temps de faire la décoration de son espace. Ou alors cela pouvait être dû au fait que ce soit un homme, on disait souvent d'ailleurs que les femmes étaient plus douées pour la décoration. Surement que les appartements de Destiny Rosier ou de Minerva McGonagall devaient être plus à leur image. On pouvait apprendre beaucoup de choses d'une personne en voyant où elle vivait. Tristan avait un appartement bien rangé, tout en ordre, des copies prêtes à être corrigé ou déjà faites, qui attendaient d'être donné à des élèves. Mais sinon on n'apprenait pas grand-chose sur lui. Jaylin n'avait pas vu la photo, sans doute aurait-elle poser des questions dessus si elle l'avait vu, mais elle avait simplement regardé les livres sur les créatures magiques que Tristan possédait. Bien sûr les animaux fantastiques de Norbert Dragonneau s'y trouvait. C'était quand même très agréable comme endroit toutefois. Simple oui, mais le professeur semblait apprécier cet endroit. « Au moins tu n'as pas à le partager avec d'autres personnes. » Elle vivait dans un dortoir avec des personnes qu'elle aimait bien et même lorsqu'ils étaient en vacances elle vivait encore avec ceux de 1998. Sa chambre chez ses parents lui manquait un peu, même si elle devait parfois subir l'intrusion dans son espace privé de la part de son petit frère qui voulait l'embêter ou de sa sœur qui venait se plaindre. Jaylin continuait à observer la pièce, lorsque Tristan lui donna un verre de Whisky, beaucoup plus délicieux que celui qu'il lui avait fait goûtée avant. Elle plaisanta en lui demandant s'il voulait la rendre ivre. Bien sûr que ce n'était pas le but de cette soirée. Pour seule réponse, elle lui donna un sourire.

Et il l'embrassa à nouveau. Elle se laissa entièrement faire, lui rendant son baisé par la même occasion. Se sentir enlacé à nouveau était plaisant. Depuis qu'elle avait rompu avec Caleb, niveau sexe et garçons rien ne s'était passé. Elle ne souhaitait pas s'attacher à nouveau. Mais avec Tristan c'était différent, ils avaient une histoire depuis ce moment où ils s'étaient rencontrés, sans sentiments, purement physique, il n'y avait aucun risque. Jaylin se laissait aller avec lui lorsque soudain, il rompit leur baisé pour lui balancer de ne jamais dévoiler ses secrets à personnes. Pourquoi d'un coup il lui disait ça ? Tristan avait-il l'intention de parler de ce qui le tracassait. Il commençait vraiment à en dire beaucoup trop, sans en donner plus pour que Jaylin le comprenne. Et ce n'était pas supportable, curiosité titillé, surtout qu'elle n'était pas d'accord avec lui. On pouvait dévoiler ses secrets aux bonnes personnes, des personnes en qui on avait confiance. Comment le savoir ? Car au fond de nous une petite voix nous disait qu'on pouvait le faire et si jamais la personne nous trahissait, nous savions alors. Il ne fallait pas dévoiler un grand secret dans un premier temps, mais voir si la personne ne disait rien sur quelque chose de minime. Il y avait peu de personnes en qui Jaylin avait confiance pour garder ses secrets, pour parler de tout ce qu'elle ressentait et malheureusement pour elle la plupart ne venait pas de son époque. Elle les perdrait un jour ou l'autre. Tristan ne savait pas comment il pouvait savoir, il n'avait pas posé la question, mais Jaylin ne voulait pas qu'il perde confiance envers les personnes qui étaient proche de lui. « Tu peux le savoir quand tu as partagé des souffrances, des joies. Quand tu sais que la personne te confie elle aussi des secrets, qu'elle n'hésite pas à venir te voir, si tu en as besoin, simplement pour t'écouter. Ce genre de personnes toujours là pour toi. » Elle avait beau être jeune, ce n'était pas pour cette raison qu'elle pouvait voir le monde de manière trop belle. Elle avait vu des choses horribles et savait que rien n'était parfait, mais si on ne se battait pas pour notre bonheur, pourquoi se battre alors ?

Mais oublions tout ça un instant. Elle se colla à nouveau à lui, l'embrassant puis déboutonna sa chemise pour la jeter sur le sol. Inutile de parler plus longtemps, ils en auraient le temps après, ou peut-être pas. Tristan attira vers lui pour l'emmener près du lit. Voilà un point positif à ne pas le faire dans une salle de classe, un lit était beaucoup plus confortable que le sol. Puis il retira sa jupe et son haut, sans plus de cérémonie avant de continuer à l'embrasser. Mais uniquement sur ses lèvres ou dans le coup, il descendit sa bouche le long de son buste jusqu'à sa poitrine. Elle se laissait faire, sentant son corps devenir de plus en plus chaud, envahis d'une chaleur intense, très agréable. Tristan l'allongea sur le lit. Elle ne faisait pas grand-chose pour le moment, passant uniquement parfois sa main dans ses cheveux. Continuant ses baisés, il lui murmura à l'oreille qu'elle était la première avec qui il allait faire des choses dans cette chambre. Vraiment aucune autres filles n'étaient passée par là avant elle ? « Je suis flattée d'être la première... » Elle ne pourrait jamais s'en vanter à moins de dévoiler leur secret à quelqu'un d'autre.

electric bird.

I'm a wizzard !

FUTURE. PAST. PRESENT.
❝ Tout contact laisse une trace et tout objet, toute personne que l’on a touché, en sera d’une façon ou d’une autre transformé. Mais ces transformations ne sont jamais celles qu’on avait anticipé.❞

Spoiler:
 

Signature, merci Ayla luv :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 229 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1052 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Mer 26 Avr - 20:32

Ne pose pas de questions.

- J. Faucett — Tristan Allister -


I need you now, just, don't ask if you don't want to hear lies.

Au fil du temps, les choses changeaient. Et après tout, c’était tout à fait normal. Le temps ne se figeait jamais. Les personnes continuaient d’évoluaient chaque mois, chaque semaine, chaque jour. Tristan et Jaylin s’était connu il y a quelques semaines, pendant des vacances scolaires, sur une belle île, aux Bahamas, loin de la pluvieuse Angleterre. Une rencontre pleine de simplicité. Deux personnes se plaisant, flirtant et finissant une nuit ensemble. C’était un souvenir pour Tristan, un bon souvenir. Mais en y repensant aujourd’hui, il avait l’impression d’avoir vécu cela il y a des années. C’était très loin dans son esprit. Tant de choses s’étaient passés depuis. Il avait changé, sa vie avait changé. Il était maintenant professeur de soins aux créatures magiques, ce job dont il avait tant rêvé. Mais ce n’était pas ça le plus grand changement. Les deux s’étaient d’ailleurs revus ici à Poudlard et avaient remis le couvert. Une action stupide si l’on prenait en compte le fait qu’ils étaient élèves et professeurs, et que donc cette relation n’avait pas lieu d’être. Ce souvenir semblait très lointain aussi. Ce soir, Tristan n’était pas dans son assiette. Il n’était pas aussi enjoué ou optimiste qu’à l’ordinaire. Il n’avait pas envie de passer une nuit calme et seul dans ses appartements. Tout allait de travers pour lui, et il avait même commencé la soirée avec quelques verres alcoolisés, avant de s’en aller à la recherche de quelque chose. Il avait trouvé la Serdaigle sur son chemin, et l’avait entrainé dans cette salle de classe vide. Sur l’instant, l’idée de passer encore une nuit avec elle, lui semblait être une bonne idée. Dans les faits, ça ne l’était évidemment pas. Mais il n’était surement pas en état de réellement réfléchir au bien ou au mal. Il avait seulement besoin de se vider la tête, d’oublier tout le temps d’une soirée, de penser à rien d’autre qu’à lui et à ses envies.

Rien n’était simple. Maintenant que son père était au courant de son attirance pour les hommes, Tristan avait une perpétuelle boule au ventre. Il avait peur d’une réaction différée. Car il connaissait réellement bien l’homme qui l’avait élevé et il savait qu’il n’allait pas en rester là. Lui qui avait presque poussé son fils à se marier avec une femme ne pouvait pas accepter un tel aveu et ne rien dire ou ne rien faire. Si Tristan avait eu une forte dose de courage pour aller avouer toute la vérité à son père, il se demandait maintenant si cela avait été réellement une bonne idée. Pourquoi avait-il fait cela ? En sachant pertinemment que ça allait lui causer plus d’ennuis que de bonnes choses. Et si son père n’acceptait pas cela, et le reniait. Il y avait tellement d’histoires, tellement de films dans sa tête qu’il s’y perdait lui-même. Et pourtant, il était encore loin de s’imaginer de quoi son père était capable, il ne se doutait pas qu’il avait déjà tout prévu, qu’il avait un plan pour contrer l’aveu de son fils. Il n’aurait jamais pu deviner, ce qui l’attendait, après tout c’était surréaliste. Ajouté à cela, Tristan avait croisé Narcissa le week-end dernier, cette dernière lui avait bien fait comprendre que maintenant qu’elle détenait son petit secret, elle n’allait certainement pas le laisser tranquille. Cela était aussi très effrayant en un sens. Elle avait le pouvoir de le faire chanter, et elle était très proche du mouvement des mangemorts. Rien de bon s’annonçait. Tout cela accumulé, Tristan avait besoin de faire le vide, et il allait le faire avec Jaylin.

*Reprend tes esprits, et rend toi enfin compte que tu es un véritable crétin pour le coup.*


Ils étaient tous les deux dans cette salle de classe vide, et Tristan n’avait laissé que très peu de place à l’imagination de la Serdaigle. Elle comprendrait très vite pourquoi il lui avait demandé de le suivre. Pas pour parler, pas pour discuter d’un cours, mais bien pour un moment sauvage et sexuel entre les deux. Elle n’avait pas l’air contre cette idée. Alors le jeune homme l’avait finalement emmené dans ses appartements. Car rester dans cette salle de classe, alors qu’ils pouvaient être à l’abris des regards et des oreilles dans sa chambre n’avait aucun intérêt. C’était sans doute la première fois qu’elle venait dans le couloir des professeurs. La chambre de Tristan n’avait rien de grandiose. Pour être totalement honnête, les murs étaient assez vides. Il n’avait pas réellement entrepris de décorer l’endroit, comme s’il avait peur de ne pas rester assez longtemps pour réellement prendre ses aises. Il avait tout de même une grande bibliothèque avec de nombreux ouvrages se rapportant pour la plupart aux créatures fantastiques. Assez logique pour un professeur qui enseignait cette matière. Tristan aimait bien cet endroit, c’était le sien, son cocon. Rien de personnel dans cette pièce, à part une photo posé sur une petite table, la photo de sa femme qui avait perdu la vie dans un accident de voiture. Le professeur attrapa une bouteille d’alcool et servit deux verres. Il en tendit un à la Serdaigle. Après tout, ils n’étaient plus à ça près.

Et finalement Tristan s’approcha encore plus dangereusement d’elle et l’embrassa à nouveau. Il ne perdait pas de vue la raison pour laquelle il l’avait emmené ici. Leur histoire était purement physique, il ne fallait pas se méprendre. Le professeur n’était pas amoureux de son élève et ne voulait rien de plus. C’était juste agréable d’avoir quelqu’un pour cela, encore plus ce soir, vu dans l’état dans lequel il était. Il voulait se vider la tête, se concentrer simplement sur la demoiselle, et passer un bon moment. Mais étrangement il n’arrivait pas réellement à vider totalement son esprit, c’était comme si quelque chose l’en empêchait, et l’obligeait, de ce fait, à parler. Il venait de confier à la Serdaigle de ne jamais dévoiler ses secrets à qui que ce soit. Lui avait appris la leçon, et ne referait sans doute pas la même erreur de sitôt. Une fois que les personnes connaissaient vos faiblesses, ils pouvaient en jouer, et les retourner contre vous, et cela n’était jamais bon. Jaylin n’était visiblement pas réellement de l’avis de son professeur. Pour elle, il existait des personnes à qui l’on pouvait réellement se confier, des personnes qui étaient toujours là, toujours présentes, des personnes de confiance. Tristan eut un petit sourire. Elle disait surement cela parce qu’elle était jeune, encore insouciante. Elle voyait encore le bon en chaque personne. Elle avait ses petites illusions, et c’était normal, Tristan avait les mêmes à son âge.

– L’insouciance de la jeunesse … C’est mignon. Le monde est beaucoup moins beau que tu ne te l’imagines.

Répondit-il comme s’il voulait balayer cette discussion. Il s’approcha à nouveau d’elle pour l’embrasser, mais cette fois-ci prit l’initiative de déboutonner son chemisier pour le jeter au sol. Les paroles étaient maintenant inutiles, et il voulait rentrer dans le vif du sujet. Il l’attira vers le lit, ce serait sans doute beaucoup plus confortable que le sol. Il continua à l’embrasser d’abord sur ses lèvres, sur son cou et finalement sur sa poitrine. La chaleur de la chambre avait monté d’un cran. Il avoua à la demoiselle qu’elle était d’ailleurs la première à voir son lit. Chose qui n’était pas forcément étonnante puisqu’il n’avait jamais ramené personne au château. Quand il avait des relations sexuelles, il était souvent à Londres, et pas ici. Inutile de faire tout ce chemin pour une nuit d’amour. Elle lui avoua qu’elle était flattée. Très bonne chose. Jaylin se retrouvait en sous-vêtement devant lui, tandis qu’il avait fait tombé sa chemise.

Tandis qu’il continuait à l’embrasser, il dégrafa son soutien-gorge. Allait à l’essentiel, c’était sans doute la meilleure des choses. Il descendit ses mains, parcourant son corps pour arriver vers sa petite culotte. Laissant voyager ses doigts, la respiration devenant plus haletante, il faisait maintenant beaucoup plus chaud ici.

– Pas le droit de crier trop fort, on a des voisins.

Lança le jeune homme avec un clin d’œil, tandis qu’il continuait ses mouvements.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://nevadagraphisme.tumblr.com/
J. Faucett
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 809 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 89 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Un retourneur de temps qui tourne inlassablement
Patronus: Faucon
Capacité spéciale: //

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Dim 10 Sep - 20:19

Ne pose pas de questions.
Tristan Allister & Jaylin Faucett
Le futur, ou le passé pour Jaylin lui semblait bien loin. Même si cela ne remontait à seulement quelques mois, elle avait cette sensation que c’était bien loin. D’une certaine manière ce n’était pas encore arrivé et elle avait une chance de pouvoir vivre une autre vie à cette époque. Une chance, cela n’en était pas une, ce n’était pas réel, ce n’était pas vrai. Tout ce qu’elle faisait ici, bien qu’ayant une importance dans le futur, ne comptait pas vraiment. Se mentait-elle à elle-même en pensant ainsi ? N’évait-elle pas une sensation de liberté, mais accompagné d’un sentiment négatif, celui de la tristesse qui l’envahissait lorsqu’elle commençait à s’attacher à ceux qu’elle ne reverrait jamais, qui l’oublierait, qui ne penserait plus à elle.  Après tout qui était-elle pour que les gens se souviennent d’elle ? Une simple jeune fille qui passait du bon temps, une fille parmi tant d’autres, qu’on oublierait sans même s’en rendre compte. Oui sans doute qu’on l’oublierait lorsqu’elle reviendrait dans son époque et au fond d’elle, Jaylin espérait que ce serait le cas pour ceux qu’elle aimait. C’était une erreur de s’attacher ainsi, même si elle l’avait su dès le début qu’il ne fallait pas, dans les faits c’était beaucoup plus compliqué qu’elle ne l’avait imaginé. Une nouvelle vie, une renaissance, la possibilité de recommencer ce qu'elle avait loupé auparavant, de se laisser aller, de ne pas penser aux circonstances ou simplement un peu afin de profiter de l'instant présent. Arrêter de penser à l'avenir, à son futur qu'elle devrait rejoindre. Vivre. Des souvenirs qu'elle emporterait avec elle, qui l'attristerait sans doute beaucoup plus qu'elle ne voulait bien le croire. Ce n'était pas qu'une question de se rappeler ses bons moments, mais de savoir qu'elle avait influencé l'avenir de personnes qui n'auraient jamais dû la rencontrer. Peut-être que sa présence avait eu du positif, mais pour d'autres ce ne serait pas la même histoire. Parfois elle aurait aimé savoir ce qu'il se serait passé si elle n'avait pas été là. Pour Tristan par exemple, que lui serait-il arrivé si jamais ils ne s'étaient pas rencontrés pendant les dernières vacances, s'ils n'avaient pas couché ensemble par deux fois même en sachant qu'ils étaient élève et professeur. Que se passerait-il si elle disait non à ce regard qu'il lui lancé, ce regard remplis de tristesse, ses lèvres aux goûts d'alcool, cette envie d'elle malgré tout ce que cela pouvait entraîner.

Une salle de classe à nouveau, deux êtres se connaissant bien plus qu'ils ne l'auraient dû et un serment silencieux. Il avait besoin d'elle, pour oublier sans doute ce qu'il avait voulu oublier dans l'alcool, mais qu'il préférait oublier avec quelqu'un. Et Jaylin avait accepté. Il ne lui avait pas laissé le temps de dire non, ou peut-être que si, mais il avait clairement dévoilé ses intentions. L'embrassant, la prenant dans ses bras. Cela n'avait pas d'importance, ils n'étaient que deux jeunes gens qui pouvaient profiter l'une de l'autre, mais dont leur geste pouvait déclencher une montagne de problème. Malgré cette menace sur leur tête, les deux adultes avaient décidé de continuer leurs affaires dans un lieu plus approprié, les appartements du monsieur. Des appartements qu'aucun élève n'avait jamais vu auparavant, mais vu toutes les règles qu'ils enfreignaient, tous les deux n'étaient pas à ça près. Alors que la serdaigle observait les lieux, Tristan lui tendit un verre de Whisky, car si lui avait déjà bien entamé, elle était encore sobre pour une fois. Elle en bu un peu avant que le professeur ne pose à nouveau ses lèvres sur celle de son élève. Un cours instant où ils se partagèrent se baisé, avant qu'il ne le rompe. Tristan semblait vouloir discuter, mais Jaylin avait la sensation que ce qui le tracassait n'avait pas le droit d'être dévoilé ainsi à une simple élève, pas à elle en tout cas. Alors qu'il lui conseillait de ne pas parler de ses secrets à n'importe qui, la serdaigle plus pessimiste tenta de lui faire comprendre que certaines personnes pouvaient se montrer être de bon confident. Et même si ceux-là étaient compliqués à trouver. D'une certaine manière en lui disant ses paroles, elle voulait lui faire comprendre que s'il avait besoin de se confier, il pouvait parler avec elle. Même si Jaylin sentait qu'il ne le ferait pas, on pouvait toujours lui montrer que le monde bien qu'ignoble pouvait être bon parfois. Il l'accusa d'être jeune, d'être innocente, et de ne pas connaitre le véritable monde. Le cœur de la demoiselle se serra, mais afin d'éviter que sa voix ne se torde, elle but un peu de son Whisky. Elle ne pouvait pas le lui dire, il ne pouvait pas savoir. Reprenant une voix calme, Jay lui expliqua : « Je suis bien consciente que le monde n'est pas beau, qu'il peut être terrible et destructeur. Je sais. » Tu n'as pas vu tout ce que j'ai vu, tu n'as pas subi tout ce que j'ai subis, je ne suis pas naïve, je connais la souffrance, je connais la peine, la joie, la tristesse. Elle aurait sans doute aimé le lui dire, parler ce qu'elle avait vu, de ses cadavres s'entassant dans un coin, des morts qu'elle avait pu voir, qu'elle avait pu connaitre, mais ce n'était pas encore arrivé et s'il était là n'était-ce pas pour éviter que les évènements arrivent.

Il coupa court à la conversation, en l'embrassant à nouveau. Passer aux choses sérieuses rapidement, s'oublier l'un dans l'autre. Déboutonnant le chemisier de la demoiselle, Tristan l'amena vers le lit. Il continua à l'embrasser descendant lentement dans son cou, sur sa poitrine et Jaylin ne put que se laisser aller à ses baisés. Comment dire non, comment dire non lorsqu'on connait la personne. Elle sentait la chaleur monter en elle, sans même pouvoir contrôler son désir. Se retrouvant en sous-vêtement, Tristan lui avoua alors qu'elle était la première à venir dans ses appartements, surtout pour faire ce genre de choses et la serdaigle se sentait très flatté. Au moins à part elle, il ne couchait pas avec d'autres élèves. Même si leur relation n'était pas dans la romance, se sentir unique, faisait toujours du bien à la demoiselle. Le torse du jeune homme s'offrait à elle et tandis qu'ils s'échangeaient des baisé, elle l'amena contre lui afin de le serrer fort dans ses bras. Les mains descendirent, enlevant le dernier vêtement qui couvrait le corps de la jeune femme. Sa respiration se faisait plus haletante, moins régulière, alors qu'il lui faisait plaisir. Interdiction de crier trop fort. Oui ils avaient des voisins, surement les appartements d'autres professeurs et cela n'avait pas effleuré l'esprit de Jaylin lorsqu'elle avait rejoint la chambre de Tristan. C'était compliqué de demander ce genre de choses à une femme. « Je … ferais mon possible, mais … tout dépend de toi » souffla-t-elle alors qu'il continuait. Leurs corps retrouvèrent rapidement le chemin qui menait au plaisir de l'autre, se connaissait se retrouvant, les deux adultes savourant la présence de l'autre, oubliant tout ce qui se trouvait autour, oubliant les problèmes, les conséquences. Tantôt l'un, tantôt l'autres, ils reprenaient le contrôle sur leur ébats. Jaylin eu bien du mal à ne pas faire trop de bruit. C'était agréable, elle avait oublié cette sensation leur dernières retrouvailles lui paraissait bien loin, alors que ce n'était pas il y a si longtemps. Etre contre lui, le serrer fort dans ses bras lui rappelait ce souvenir, aux Bahamas, où rien ne pouvait les toucher, où ils étaient libres d'agir comme ils le souhaitaient. Jaylin avait simplement l'impression d'être transporté.

Après leur ébats, respirant rapidement, ils se retrouvèrent l'un à côté de l'autre, allongé sur le lit. La serdaigle tentait de reprendre son souffle, souriant. Mais au fond d'elle, Jaylin se souvenait très bien du regard que lui avait lancé son amant avant de la conduire ici. Ce regard de détresse qui l'avait suppliée de l'aider, ce regard à qui elle avait dit oui sans prononcer un mot. Que s'était-il passé pour qu'il ait envie de s'oublier avec elle ? Lui qui avait pourtant été si clair dans le fait que leur histoire, même si cela n'avait eu lieu qu'un soir, pouvait lui coûter toutes sa carrière, son avenir en tant que professeur que ce soit à Poudlard ou ailleurs. Pourtant, il avait eu besoin d'elle, envie d'elle, mais une fois l'acte passé, la curiosité de Jaylin reprenait le dessus. Elle voulait savoir, elle ne voulait pas rester ainsi, alors qu'elle n'avait qu'à lui poser la question. Après tout même s'il lui avait demandé de ne rien faire, si on y réfléchissait bien, il s'était servi d'elle. Jaylin s'était dit en acceptant que cela pourrait lui faire du bien également, mais n'était-ce pas qu'un faux prétexte pour dire oui ? Allongée sur le lit, nue regardant le plafond d'un blanc délavé par les années, elle le questionna : « Pourquoi Tristan ? ». Une simple question, une simple demande qui cherchait à savoir la vérité. Peut-être ne voudrait-il pas la lui donner, peut-être n'avait-il pas envie d'en parler comme il le lui avait dit. Surement gâchait-elle tout ce moment qu'ils avaient créé tous les deux, pourtant Jaylin avait bel et bien posé cette question à son amant. Pourquoi en avoir envie, alors que c'était si dangereux ? Pourquoi ce regard de détresse qui en disait long, mais pourtant si peu ? Pourquoi cette odeur d'alcool, qui laissait présager une cuite en solitaire ? Pourquoi maintenant ?

electric bird.

I'm a wizzard !

FUTURE. PAST. PRESENT.
❝ Tout contact laisse une trace et tout objet, toute personne que l’on a touché, en sera d’une façon ou d’une autre transformé. Mais ces transformations ne sont jamais celles qu’on avait anticipé.❞

Spoiler:
 

Signature, merci Ayla luv :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 229 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1052 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Mer 13 Sep - 0:12

Ne pose pas de questions.

- J. Faucett — Tristan Allister -


I need you now, just, don't ask if you don't want to hear lies.

Tout semblait tellement loin et sans importance. Tristan avait cette étrange impression que tout devenait abstrait et qu’il n’avait même plus le contrôle de sa propre vie. La limite entre le bien et le mal était en train de devenir plus floue que jamais. Cela lui semblait une éternité ces vacances où il avait rencontré Jaylin pour la première fois, comme si c’était une autre époque, aujourd’hui très lointaine. Et d’un côté, ça l’était. Quand il était parti aux Bahamas, il était un tout autre homme. Il essayait encore d’avancer après la perte brutale de sa femme. Même son mariage lui semblait atrocement loin maintenant, comme s’il avait vécu toutes ses choses dans une autre vie. Il pensait encore à elle parfois, se demandant comment les choses auraient tournés s’il n’y avait jamais eu cet accident, si elle était toujours en vie à ses côtés. Est-ce qu’il serait toujours marié ? Est-ce qu’il aurait maintenant un enfant ? Sa vie aurait pu prendre une toute autre perspective. Lui qui ne se sentait pas complètement heureux et épanoui à l’époque … Aujourd’hui ce n’était pas mieux pourtant. Il était coincé dans une vie qui n’était toujours pas la sienne. Assumer ses penchants envers les hommes n’avaient en rien simplifié sa vie, au contraire elle s’était compliquée dramatiquement. Après ces quelques jours, il ne comprenait toujours pas pourquoi il avait fait ça. Peut-être la fatigue de vivre dans un monde de mensonge. Son père n’avait pas été compréhensif. Ce qui était une réaction qu’il avait anticipé. Mais ce regard qu’il lui avait lancé lui avait glacé le sang. Et surtout l’avait terrorisé. Ce regard était une promesse. La promesse que cette histoire ne s’arrêterait pas là. Qu’il y aurait des conséquences après un tel affront. Mais quelles seraient les conséquences ? C’était surement l’ignorance qui était en train de consumer le jeune homme à petit feu. Vivre dans la peur de ne pas savoir ce qui allait arriver. Car son père était un homme d’action, quelqu’un qui préférait l’acte aux paroles. Et en général, il allait toujours au bout de ses actions. Tristan attendait donc, obligé de se montrer patient, avant de recevoir cette sentence inévitable.

Il avait retrouvé Jaylin. Cette fille qui était passé dans son lit des mois plus tôt. Il savait que c’était mal, que ce n’était pas quelque chose à faire. Et pourtant quand il avait croisé son regard dans le couloir, il avait eu l’impression que c’était le remède à tous ses problèmes. Une fois encore, les deux s’étaient retrouvés dans une salle de classe vide. Elle n’ignorait pas qu’il n’était pas forcément dans son état normal. Les yeux de Tristan laissaient transparaître la détresse du jeune homme. Et la bouteille d’alcool qu’il avait emporté avec lui, montrait encore plus que quelque chose n’allait pas vraiment. Il avait besoin d’une certaine proximité avec la demoiselle. Et encore une fois, tout avait recommencé. Des baisers, des caresses, agréable sur le moment, qui aideraient surement le jeune adulte à oublier l’espace d’un moment. Bien sûr les problèmes n’allaient pas s’envoler d’un claquement de doigts. Mais tout ce qu’il pensait à ce moment précis, était de se vider la tête. Et en général l’alcool et les bêtises aidaient fortement. Ils n’étaient pas sans ignorer l’un comme l’autre qu’ils faisaient quelque chose d’interdit. Pourtant dans cette salle, ils n’étaient plus une élève et un professeur, seulement deux êtres qui profitaient d’un moment intime. Tristan aurait aimé parler à quelqu’un, il aurait aimé se libérer de ce qui lui torturait l’esprit. Mais il ne pouvait pas dévoiler ses pensées à la demoiselle. Il était obligé de garder cela pour lui, et de faire de son mieux pour ne pas exploser. Il laissa tout de même échapper quelques phrases plus pessimistes les unes que les autres. Il l’accusait d’être jeune, et de ne pas avoir pleinement conscience de ce que la vie réelle était. Pourtant ils n’avaient que six ans de différence, et Jaylin avait elle aussi vécu des choses difficiles. Mais ça il ne le savait pas. La demoiselle lui assura tout de même avoir pleinement conscience du monde qui l’entourait.

Le jeune homme stoppa cette conversation par un baiser. Il ne pouvait pas se laisser divaguer dans une conversation. Parce qu’il était à deux doigt de craquer et de parler, et il savait pertinemment qu’il ne pouvait pas faire une telle chose. Il passa donc aux choses sérieuses, en accélérant la cadence. Il déboutonna la chemise de la demoiselle tout en la couvrant de baiser à différents endroits du corps. Maintenant dans ses propres appartements, ils pouvaient se laisser aller sans avoir peur que quelqu’un n’entre dans cette pièce. Les choses allaient un peu plus vite. La réunion de deux corps attirés l’un par l’autre. Les sensations étaient agréables, tout comme dans les souvenirs que Tristan avait de cette première soirée qu’ils avaient passée ensemble. Cette communion, sans paroles, simplement quelques bruits, quelques respirations haletantes. Etrangement, Tristan avait réussi à se vider totalement l’esprit. Il n’était plus concentré que sur une seule chose : le corps de la demoiselle dans son lit. Et que c’était bon. Il aurait voulu que ce moment dure encore et encore. Mais pourtant toutes les bonnes choses avaient une fin.

Et quand tout fut finit, la réalité revint en plein visage. Non tous ses problèmes n’avaient pas disparus. Ils étaient toujours là. Et ajouté à cela, il devait maintenant ajouter cette culpabilité d’entrainer une élève dans une relation malsaine qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Le jeune homme resta allongé dans ce lit, dénudé. Le regard perdu dans le vague, ses problèmes lui revenant en pleine face. Pourquoi la vie était-elle si compliqué ? Pourquoi n’arrivait-il pas à trouver une solution rationnelle à ses problèmes ? Et pourquoi en rajoutait-il encore plus qu’il n’en avait déjà ? Une multitude de questions auquel il n’avait pas la moindre réponse. Tristan attrapa son verre, et but une nouvelle gorgée. Le liquide qui lui brûlait la gorge ne faisait qu’accentuer son mal-être au lieu de l’en débarrasser. Totalement perdu dans ses pensées, ce fut finalement la voix de la jeune demoiselle qui l’en sortit. Elle lui posait une question très simple : pourquoi. Elle voulait savoir ce qui s’était passé dans sa tête pour qu’il la veuille immédiatement, ce qu’il lui arrivait pour semblait être aussi mal. En parler lui aurait sans doute fait du bien. Mais pourtant les mots restaient coincés dans sa gorge, l’obligeant à se terrer dans son silence. Ce silence de mort qui régnait, qui le dérangeait aussi. Il voulait parler, il voulait crier, il voulait s’exprimer. Mais il avait l’impression d’en être incapable. Comme s’il ne pouvait pas partager ce qui était en train de lui arriver, qu’il devait gérer ses problèmes tout seul même s’ils finissaient par le consumer entièrement.

– Je … Je suis désolé, mais je pense que tu devrais partir maintenant. Pour ne pas avoir de problèmes tu comprends.

Avait-il dit, absent. Il s’était levé de son lit, mettant un terme à ce moment d’intimité. Il se rhabillait tranquillement avant de s’installer dans l’une des chaises, prêt d cette table où se trouver encore une bouteille. Il en profita pour se resservir et boire une nouvelle fois. La photo de sa femme était posée à côté. Un regard sur elle, puis le jeune homme retourna cette photo. Il ne supportait pas cette idée abstraite qu’elle puisse le voir dans un état aussi pitoyable …


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://nevadagraphisme.tumblr.com/
J. Faucett
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Serdaigle J'ai posté : 809 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 89 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1998 . Je suis un aventurier : on peut me blesser

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Un retourneur de temps qui tourne inlassablement
Patronus: Faucon
Capacité spéciale: //

MessageSujet: Re: Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.  Dim 1 Oct - 21:55

Ne pose pas de questions.
Tristan Allister & Jaylin Faucett
Le destin, le contrôle, tout ça n'était que foutaise. Est-ce qu'on était réellement contraint de faire des choix ? Est-ce qu'on était réellement obligé de suivre aveuglement une main invisible qui nous aurait poussé à être ce que nous étions ? Est-ce qu'on avait le choix ? Le contrôle ? Ou n'étions-nous que des patins à la merci de n'importe qui. Non Jaylin en avait marre de se poser ce genre de question. Elle commençait à haïr le destin de lui avoir fait éprouver des sentiments pour une personne envers qui elle ne pouvait en avoir. Elle avait marre qu'on lui dise ce qu'elle devait et pouvait faire, elle voulait simplement vivre. Cela ne faisait pas longtemps qu'elle avait rompu avec Caleb, et ce regard que lui lançait la plupart des filles était très étrange pour elle. Jaylin sentait dans les yeux une sorte de satisfaction malaisante qui montraient clairement qu'elles étaient heureuses qu'il soit enfin disponible. N'était-ce pas pour rien qu'il était sortit avec elle alors qu'il aurait pu prendre n'importe laquelle dans le tas qui s'entassait devant sa porte. Celle qui a la base n'avait pas souhaité s'attacher, qui n'avait pas été si facile à avoir. Ce hasard qui l'avait amené ici précisément. Etrange destinée, étrange et folle. Jaylin en était tracassé n'écoutant qu'à moitié ce que les filles qui traînaient parfois avec elle lui disait. Elle avait d'autres choses à penser, non seulement cet attachement indescriptible qu'elle avait envers Caleb, mais également ce foutu voyage. Ne pouvait-on pas la laisser tranquille dans sa solitude ? LE destin ne pouvait-il pas la lâcher ou ne souhaitait-il qu’une chose : qu’elle touche au bonheur pour finalement le perdre ? Elle avait eu besoin de quelqu’un à ce moment-là et Tristan était apparu. Encore un coup du roi des démons ça. Une certaine tentation, une interrogation, mais une hésitation trop brève pour lui apporter de l’attention. Elle l’avait suivi, d’abord dans une salle de classe et voyant son regard désemparé, Jaylin s’était bien rendu compte qu’il n’allait pas bien. Il avait besoin d’elle, de quelqu’un lui aussi. Alors que la jeune fille ne voulait tout simplement qu’arrêter de penser, Tristan lui semblait vouloir oublier. Il n’avait rien dit, tout comme elle ne l’avait pas embêter avec ses tracas. D’un commun accord, ils avaient filés dans la chambre du professeur, pour passer à des choses beaucoup plus sérieuses.

Tout semblait loin, la dernière fois qu'ils s'étaient vus et avaient couchés ensemble, la première fois était encore plus éloigné même si c'était proche d'un certain côté. Ils avaient besoin l'un de l'autre, se servant de leur attraction sexuelle pour passer un bon moment. Malgré cette phrase, de ne poser aucune question, Jaylin n'avait pas pu résister et fait la conversation, comme s'ils n'étaient que deux amis se retrouvant pour boire un peu. Parler des banalités, telle la décoration de la chambre de Tristan. Ce dernier cependant n'arrivait pas à chasser ses démons, réfléchissant à ce qui l'avait poussé à boire ce soir, il ne pouvait s'en empêcher. Alors qu'il lui parlait de secrets, qu'elle lui répondait par la confiance, il l'insulta presque en lui disant qu'elle était trop jeune. Ce qu'il ignorait c'est qu'elle avait sans doute vu plus de choses que lui. C'était bien lui l'ignorant, de connaitre non pas une guerre, mais deux. De voir des cœurs déchirés par la douleur, de sentir la peine envahir nos cœurs et nos esprits, de ressentir l'angoisse d'être le prochain. Il n'avait pas le droit de la traiter ainsi. Mais elle n'eut pas le temps d'en dire plus, car Tristan s'approcha d'elle pour l'embrasser. Oublier, n'est-ce pas ce qu'on avait dit ? Taire les pensées qu'on n'aime pas écouter ? C'était là le but de leurs retrouvailles. Ils auraient pu en discuter plus amplement, mais ils se laissèrent aller dans les bras de l'autre au lieu de continuer leur conversation. C’était tout simplement bon, réconfortant, comme ils l’avaient souhaité. Pendant le temps que cela dura, se laissant tout simplement faire, ils avaient oublié leur tracas. Ses bras qui la serrent si forts, comme si elle allait mourir étouffé, mais le plaisir que cela procure. Comme la première fois dans cette chambre d’hôtel, les deux amants n’en avaient rien à faire du monde extérieur, rien ne pourrait les déranger à part une chose. La fin.

Leur ébat terminé, tout semblait revenir a galop. Il aurait sans doute fallu continuer éternellement pour pouvoir tout oublier. Mais Jaylin se rendait alors compte que pour oublier, il fallait affronter les choses, c'était la seule solution. Il attrapa son verre, avala une gorgée, ne semblant pas forcément au meilleur de sa forme. Lui non plus, cela ne l'avait pas aidé, tout était revenu. Il ne pouvait rien y faire à part d'en parler. Alors, elle posa une question. Une question qui regroupait toutes ses interrogations. Elle était là allongé sur le lit et lui demanda pourquoi. Tournant la tête vers son amant, elle l'observa. Tristan n'allait pas bien, même si elle le connaissait peu, elle pouvait le voir sur son visage. Il réfléchissait, pensait et une tempête frappait dans son cerveau. Mais elle voulait une réponse, elle voulait savoir. Allait-il lui répondre ou la laisser en plan ? Aurait-il un peu de considération pour elle ? Même si elle n'était qu'une élève, lui parler montrerait bien que tout ça n'était pas qu'une histoire de sexe, que même si c'était le cas, il l'appréciait, lui faisait confiance. Le silence se faisait long alors que la jeune femme attendait qu'il daigne lui dire quelque chose. En réponse, il s'excusa, lui balança qu'elle ferait mieux de partir. Pardon ? Pour ne pas avoir de problèmes. Mais il se moquait d'elle ou quoi ? Il se leva comme si c'était normal de lui balancer ça, s'habilla tranquillement avant de s'asseoir. Jaylin se leva à son tour, s'habilla à son tour, ne disant rien. Un instant elle resta là à le regarder lamentablement avec sa bouteille. « Tu es un crétin ! »Un peu énervée la serdaigle, elle aurait bien aimé lui donner une baffe pour qu'il se réveille. « Tu es un crétin stupide, Tristan. Mais tu n'es pas seul. Des gens tiennent à toi, mais tu ne t'en rends même pas compte. Si ce n'est pas à moi que tu veux en parle, trouves quelqu'un d'autre, mais dis-le au lieu de trouver une excuse bidon. » Elle tourna les talons pour se diriger vers la porte avant finalement de se retourner, prendre la bouteille d'alcool et de lui balancer à nouveau : « Et arrêtes de boire, ça ne résout rien. » Elle quitta la pièce la bouteille dans les mains et se dirigea vers sa salle commune. Non seulement tout ceci n'avait pas résolu ses problèmes, même si c'était très agréables, elle devait le reconnaitre, mais en plus elle allait s'inquiéter pour Tristan qu'il ne fasse une bêtises. Et après c'était elle qui était trop jeune.

electric bird.

I'm a wizzard !

FUTURE. PAST. PRESENT.
❝ Tout contact laisse une trace et tout objet, toute personne que l’on a touché, en sera d’une façon ou d’une autre transformé. Mais ces transformations ne sont jamais celles qu’on avait anticipé.❞

Spoiler:
 

Signature, merci Ayla luv :
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jay ▬ Ne pose pas de questions, si tu ne veux pas connaître les réponses.
» Questions pour apprendre à mieux se connaître
» ❧ « Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions » [PV : Ljota Bloodseeker]
» Questions des écrivains
» Five Questions About Haiti and the Coup Attempt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques :: Poudlard-
Sauter vers: