AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 245 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Sam 4 Mar - 18:43

Le bal de la Saint Valentin

- Les collègues — Tristan Allister -


Après le départ des enfants, on se retrouve entre adultes.

En se retrouvant au bal avec tous ses collègues, Tristan se rendait réellement compte du temps qui avait passé. Il avait pression que la veille encore il foulait les couloirs en tant qu’élève de dernière année, préfet en chef, promis à de grandes études. Il était encore tellement plein d’espoir à cette époque, il était insouciant et voulait croquer la vie à pleine dent. Et maintenant presque six ans plus tard, il se trouvait en compagnie d’adultes. Il n’était plus qu’un gamin dans une école de sorcellerie, mais bel et bien professeur de Soins aux créatures magiques à Poudlard. Et il était heureux dans sa vie professionnelle. Enseigner était quelque chose qu’il avait toujours voulu faire. Il voulait forger la jeunesse de demain, les aider dans leur projet de vie, leur apprendre de nouvelles choses, et les accompagner pour qu’à leurs tours, ils trouvent enfin leur chemin et puissent exaucer leurs rêves, comme lui avait réussi à le faire. Tristan se rendait compte à quel point il avait de la chance d’avoir pu décrocher un poste à l’école aussi jeune. Tout le monde ne donnait pas sa confiance en un gamin qui avait simplement fini ses études quelques mois plus tôt. Mais Dumbledore l’avait fait. Parce qu’il le connaissait, et qu’il croyait en lui. Pour cela, Tristan lui serait sans doute redevable pendant très longtemps. C’était grâce à cet homme sage qu’il pouvait mener sa vie. Alors certes, cette soirée n’était pas la meilleure à laquelle il avait pu assister. Mais y rester, en profiter, et faire plaisir à son directeur, était quand même le moins qu’il puisse faire pour lui, après tout ce que l’homme avait fait pour le gamin qu’il était.

Ainsi après un long moment passé près du buffet pour goûter tous les petits fours, qui étaient réellement délicieux, Tristan s’était décidé à aller voir le professeur McGonagall qui se trouvait très proche de lui. Il avait cru la voir vouloir partir mais finalement elle était toujours là. C’était très étrange de se retrouver en sa compagnie. Et même si l’adulte était sa collègue à présent, Tristan ne pouvait pas réellement la considérer comme telle. Il y aurait toujours cette ligne de respect entre eux. Elle était son professeur il y a quelques années. Elle lui enseignait la Métamorphose, cours qu’il aimait tout particulièrement d’ailleurs. Il l’avait vu rassurante, conseillère, et stricte. Cette femme était tout de même un exemple pour lui. Mais il ne pouvait décemment pas la traiter comme son égale, elle était bien plus haut que lui. Elle avait une carrière que tout professeur envierait réellement. Et puis surtout rien qu’à sa tenue et à sa prestance, elle imposait le respect. Une chose aussi stupide et facile que de l’appeler par son prénom semblait extrêmement compliqué pour le jeune homme. C’était comme s’il franchissait une limite sans y avoir été autorisé. Mais ils avaient tout de même réussi à commencer une conversation, ce qui était un bon signe. Tristan était intéressé par qui était la personne derrière ce professeur stricte qu’il avait eu en cours. Peut-être était-elle une femme tout à fait différente. C’était le genre de chose surement très intéressante à découvrir. Ainsi elle lui avait dit, qu’il aurait peut-être la chance d’avoir ses anciens élèves comme collègues dans quelques années. Tristan n’était pas sûr de cela. Mais Minerva se montra très rassurante avec lui. Elle pensait qu’il n’avait pas d’inquiétudes à se faire, puisqu’elle avait eu des retours très positifs sur ses cours. Il aura donc surement cette chance dans quelques années.

– Je suis ravi d’apprendre que vous avez eu de bons retours. J’essaie de faire du mieux que je peux, en apprenant chaque jour un peu plus.

Répondit le jeune homme. Car après tout, c’était son tout premier poste en tant que professeur. Il n’était sans doute ni parfait ni le meilleur, mais en tout cas, il essayait réellement de faire de son mieux. Car les créatures magiques étaient une réelle passion pour lui, qu’il avait envie de partager avec ses élèves. Il avait encore plein de choses à apprendre sur l’enseignement, mais ça allait surement venir avec l’expérience, il ne devait simplement pas abandonner et tout irait bien pour lui. Il était promis à un avenir prometteur.

Ce qui était marrant d’ailleurs, c’était que la Sous-Directrice de l’école l’avait appelé par son nom de famille, alors qu’elle l’avait autorisé à l’appeler par son prénom. Au moins Tristan était rassuré de voir qu’elle était assez mal-à-l’aise pour le moment à l’appeler par son prénom aussi. C’était normal, ils n’étaient pas encore habitués. Qui sait, peut-être que dans quelques années, ils allaient réussir à s’appeler par leurs prénoms, et pourront même rire ensembles. Minerva n’avait pas de collègue pour danser. Tristan était dans le même cas. Le jeune homme avait donc demandé à sa collègue si elle voulait danser. Celle-ci lui répondit qu’elle n’y tenait pas particulièrement, mais que si lui le souhaitait, elle pouvait lui en accorder une. Tristan lui sourit.

– Une danse alors, pour célébrer le fait que vous soyez ma collègue et non plus mon professeur.

Répondit-il avec un grand sourire, avant d’attraper la main de la dame, et de l’emmener sur la piste de danse. Après tout, ils pouvaient bien profiter de cette soirée au maximum. Et puis Minerva était quelqu’un de symptaique au fond, et Tristan aimait bien sa compagnie. Il espérait apprendre à la connaître en dehors de ce cadre trop formel. Il était sûr qu’elle était réellement quelqu’un de bien au fond. Ils n’étaient d’ailleurs pas les seuls sur la piste de danse, puisque le couple Selwyn y était, ainsi que Destiny en compagnie du nouveau professeur de Botanique.

Tristan se sentait quand même mal à l’aise par rapport à l’épisode des Trois-Balais. En effet, il avait un peu abusé de boisson alcoolisée, et se retrouvé saoul devant Minerva était la dernière chose qu’il avait eu envie. Il se sentait honteux. Bon elle ne semblait pas réellement en colère contre lui, s’il avait compris la leçon, elle lui affirma que l’accident était oublié. Elle lui fit quand même une petite morale en lui expliquant qu’il devait montrer l’exemple aux étudiantes, et qu’un tel écart pouvait lui faire perdre tout autorité sur les gamins.

– Je comprends professeur. Et je tâcherais de m’en souvenir à l’avenir.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Sortilège J'ai posté : 264 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 973 pour une aventure ! Je suis de la génération : Non étudiante . Je suis un aventurier : Oui, légères A savoir sur toi :
Destiny est métamorphomage et de sang-pur. ♠️ Son père et son frère, Evan, sont des mangemorts. ♠️ A dix-sept ans elle dit ne pas croire en la supériorité des sang-pur, son père la fait violer en représailles, pourvu qu'elle reste pure en vu d'un mariage. ♠️ Rentrant en septième année, elle parle à Dumbledore. ♠️ Elle est alors placée sous la protection de l'ordre du Phénix, dont elle devient membre. ♠️ En 1979 une mission tourne mal et elle est tuée par son frère Evan.


Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard:
Patronus:
Capacité spéciale: Métamorphomage

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Jeu 9 Mar - 0:36
«- Oh je vois. Je m’en doutais un peu que le taux de bêtise était élevé mais je ne pensais pas qu’il puisse être si haut. Je suppose que certaines familles élèvent leurs enfant moins durement que d’autres, ce qui laisse place à ce genre de dérives. » indique la sorcière comme ils entretiennent une conversation sur l’ancien métier du professeur Callaghan, alors que Destiny lui pose des questions à ce sujet, étant fortement intéressée par tout ceci.

La brigade des briseurs de sorts a évidemment pas mal de choses en commun avec une professeur de sortilèges et enchantements, qui ont toujours eut la préférence de la sorcière pendant ses cours. Son père aurait voulu que la ravissante blonde fasse des merveilles en potions, mais malgré son appartenance à la maison des aiglons cela n’avait pas été le cas et la sorcière était restée d’avantage accroché à l’enseignement de son directeur de maison qu’à celui du professeur Slughorn, qu’elle avait trouvé beaucoup trop subjectif. Son père partageait cette opinion sur le professeur amis aurait tout de même aimé de meilleurs résultats de la part de son enfant, que ces acceptables qu’elle lui ramenait, parfois saupoudrés d’efforts exceptionnels.

La jeune femme écoute l’homme parler, trouvant la mention de son emploi fort intéressant et elle frissonne quand il parle de ces lieux qu’il a put voir et qui étaient si dangereux, si risqués, si plein d’une magie qu’elle aurait aimé voir, par curiosité, quand bien-même ce serait mal, quand bien même ce ne serait pas bien de s’y intéresser. La sorcière aime la découverte, elle aime les nouvelles choses, elle aime apprendre, elle ressemble à tout ses aiglons, elle ressemble à tout ses élèves. Pour peut que l’on pique sa curiosité, la pauvre ne sait plus où donner de la tête et elle tourne, elle vire, elle cherche, pour trouver de quoi se mettre sous la dent, quand elle trouve qu’elle n’emmagasine plus assez de connaissance et de savoir.

«- Oui, les chercheurs ont malheureusement le problème de ne jamais pouvoir être sûrs de ce qu’ils vont cherchés et j’ai souffert moi-même parfois d’essayer d’inventer des sortilèges. J’y suis parvenu quelques fois. Mais j’ai échoué souvent je l’admet et parfois c’est assez douloureux, pas tant pour l’ego que pour la partie du corps, le membre, que l’on aura torturé soit-même sans le vouloir.» explique la sorcière.

Alors qu’ils se disputent sur les emplois du temps, ne sachant définir qui de l’administration ou des professeurs ont le plus tord, alors que l’une admet que les tords soient partagés tandis que l’autre réfute la responsabilité du corps enseignant, la jeune femme par sagesse se décide à abandonner la partie, à lâcher du terrain. Cela ne l’intéresse pas de se disputer de la sorte, ce que préfère Destiny dans ce genre de cas, ce sont les solutions, tout simplement. Mais pour le moment il n’y en a pas et ce n’est pas à eux de la trouver alors qu’ils sont sensé s’amuser lors d’un bal. Ou d’une soirée dansante, la question se pose clairement, alors que peu de monde danse, trop peu pour appeler cette soirée un bal en tout cas. Alors elle ne répond rien à ses dires, préférant le laisser parler, même si elle songe qu’en soit, si l’administratoion agit, ils réduiront les cours de cinq minutes pour les terminer à 55 et les reprendre à l’heure pile, ce qui reviendra au même finalement, qu’ils auront perdu cinq minutes de temps. Mais soit, s’il pense que cela serait moins dramatique dans ce sens, elle ne va pas le contredire.

«- L’ennuie monsieur, c’est qu’il n’y a que deux hommes ici qui répondent à ces critères, Dumbledore étant exclu du fait qu’il est lui-même plus vieux que vous. Hors, l’un se trouve être mon meilleur ami, en grande conversation avec le professeur McGonagall vous voyez ? Quand au second, il se trouve qu’il est fort occupé avec sa charmante épouse et je ne crois pas que je pourrai aller demander une danse. D’une part, il ne me l’accorderait probablement pas et, d’une seconde, je ne tiens pas ç m’attirer les foudres du professeur Selwyn. Apprenons à nous méfier des femmes enceintes monsieur Callaghan, elle sont une humeur qui m’indispose. » répond la sorcière en continuant de danser alors que la musique se calme. « Voyez, ce n’est plus si difficile ! »

I'm a wizzard !

Underco
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Briseur de sorts, puis chef de la brigade des Briseurs de sorts, vient d’être assigné en tant que professeur à l’école de Poudlard. J'ai posté : 174 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 500 . Je suis un aventurier : Oui.

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Jeu 9 Mar - 2:36

Le bal de la Saint-Valentin

- Silivus Callaghan — les collègues -


Je suis occupé. En fait comme vous le voyez je ne suis pas occupé, c’est une façon polie de vous dire de dégager.

Parler de son métier avait toujours été un véritable plaisir pour le vieil aigri. A vrai dire, il n’y avait que dans ses rares moments qu’on pouvait apercevoir un sourire sur son visage marqué par le temps. Dans ce travail, il se savait doué, il savait que sa voix comptait, et il avait beaucoup d’influence. Il avait mis du temps à monter les marches, et petit à petit, il s’était fait un nom au sein de sa brigade, et du Ministère. Aujourd’hui il était très fier de sa carrière. Etre professeur de botanique dans une école pour des gamins attardés n’avait jamais réellement fait partis de ses plans. Et il ne voulait pas réellement y rester longtemps. Dans tous les cas, il était satisfait que Destiny lui ait parlé des sortilèges, ce qui avait permis de partager un peu son expérience sur le sujet. Comme sa collègue l’avait si bien deviné, sa brigade était beaucoup intervenue pour des idioties, pour des gamins que leurs parents n’avaient pas bien éduqués. Car bon nombre de leurs interventions étaient dû à des gosses. Heureusement qu’il ne consistait pas qu’en cela, sinon Callaghan n’aurait surement pas supporté de faire cela toute sa vie. Non les gosses ce n’était pas forcément son truc. Encore moins quand ils étaient petits et chialeurs. Il y avait néanmoins beaucoup d’interventions qui furent très intéressantes. Ses préférés restaient celles qu’il avait mené en Egypte, lors d’interventions internationales. C’était l’un de ses meilleurs souvenirs, une vraie aventure.

Destiny avait de l’esprit, et la conversation sur ce sujet avec elle était plutôt agréable. En même temps, en tant que professeur de sortilège, elle ne pouvait que comprendre, et être intéressé par tout ce qui se rapprochait de son domaine d’étude. Au moins Callaghan savait qu’il ne parlait pas à une totale ignorante.

– En effet, certains parents ne savent visiblement pas élever leur progéniture, certaines interventions relevaient réellement de la bêtise humaine, et d’un manque d’éducation flagrant. Heureusement, j’ai eu ma dose d’aventure en dehors de ceci.

Déclara l’homme avec un sourire étrange. Oui il n’avait pas réellement l’habitude de sourire, alors quand il le faisait, ça devenait forcément un peu bizarre pour le coup. Callaghan lui racontait donc quelques histoires sur ses interventions, sur les lieux maudits ou bien chargés de magie offensive. De tellement bons souvenirs. Mais comme il le disait si bien, tout le monde n’était pas totalement idiot. Certaines interventions étaient nécessaires, en particulier celles qu’ils faisaient sur les chercheurs. Ils travaillaient étroitement avec eux, sachant qu’un sortilège pouvait à tout moment faire d’important dégât. Mais ce n’était évidemment pas lié à la bêtise. Après tous, c’était leur métier d’inventer de nouveaux sortilèges, et ils ne pouvaient pas toujours prévoir les effets négatifs.

Destiny avait raison, les chercheurs ne pouvaient pas être sûr de ce qu’ils cherchaient. Elle lui apprit d’ailleurs qu’elle avait elle-même souffert en essayant d’inventer quelques sortilèges. Apparemment elle avait réussi quelques fois, mais elle avait également échoué. Callaghan était subitement intéressé par ce qu’elle racontait. Il pensait qu’elle n’était qu’un simple professeur de sortilège, mais ne se doutait pas qu’elle avait peut-être de plus grandes ambitions. Ainsi il l’écoute attentivement, et attend qu’elle ait fini pour lui poser quelques questions.

– C’est très intéressant, je n’aurais jamais douté que vous vous lanciez également dans des recherches. Ont-elles abouti ? Avez-vous réussi à créer, à trouver de nouveaux sortilèges ? J’imagine que cela doit être plus excitant qu’enseigner toujours les mêmes sorts basiques à vos élèves.

Déclara-t-il. Il faisait une supposition. Il ne savait pas encore quel genre de femme elle était. Si cette vie de professeur lui convenait réellement ou si elle aspirait à plus. Il serait sans doute fixé quand elle lui répondrait.

Finalement ils en viennent à parler des emplois du temps, le fait que les gosses soient tout le temps en retard et n’aient pas le temps de faire le trajet entre la fin d’un cours et le début du suivant. Callaghan est catégorique sur la question, ce n’est pas son problème, mais celui de l’administration, et ils devraient faire quelque chose pour en venir à bout. Miss Rosier était quand même beaucoup plus nuancé que lui. Elle pensait qu’il était aux professeurs de faire des efforts. Callaghan respectait ses horaires de boulot. Au Ministère c’était important, visiblement ici tout le monde s’en fichait. Il fallait habituer les gamins dès Poudlard, sinon ils allaient être vite paumés dans le monde réel. Mais finalement les voilà très vite sur la piste de danse. Lui fait pâle figure, et son assurance disparait au profit de la gêne et de mouvements très mécaniques.

– Monsieur Selwyn n’est pas l’homme le plus amical du château, je veux bien vous l’accorder. Et comme vous le dites, il n’y a rien de pire qu’une femme enceinte … Vous pouvez vous prendre une tasse de café en plein visage simplement pour avoir dit bonjour.

Bon il ne parlait pas de leur collègue commune, mais bien d’une femme qui travaillait au Ministère et qui lui avait fait ce coup un jour.

– Serait-ce donc votre façon de dire que vous appréciez ce moment privilégié en ma compagnie, Miss Rosier ?

Oui bien sûr, il en joue, il sait qu’elle ne pense surement pas une telle chose, mais ce n’est pas important. Ses pas de danses sont loin d’être parfait, mais peut-être un peu moins crispé qu’au début, il essaie simplement de suivre du mieux qu’il peut la jeune femme.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Je me disais que j’allais écouter vos théories, les rejeter, puis ne garder que la mienne. Comme d’habitude..©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Gryffondor J'ai posté : 230 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1073 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : qu'on peut blesser

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Sam 11 Mar - 1:02
Il semblerait qu’Albus ait donné la chance à Tristan de réaliser le métier de ses rêves, c’est-à-dire, enseignant, mais ce tout nouveau professeur dans l’équipe enseignante n’était pas le premier qui avait eu la chance de bénéficier de la gentillesse du vieux directeur de Poudlard pour intégrer les rangs des professeurs. Depuis que Minerva enseignait dans cette école de sorcellerie, elle avait connu plusieurs cas comme cela pendant ses vingt et un ans d’enseignement, elle ne pensait même pas avoir assez de doigts avec ses deux mains pour en compter le nombre. Même elle, elle avait bénéficié de la générosité de celui qui était devenu son ami après plusieurs années d’enseignement dans son école. Elle s’en souvenait comme si cela était hier. Elle avait simplement envoyé un hibou pour demander s’il y avait un poste d’enseignant de libre, elle n’avait même pas précisé dans quel domaine, pour montrer à quel point elle voulait enseigner, mais aussi à quel point, elle voulait quitter son travail au Ministère qui l’ennuyait plus que tout. Et à peine une heure après, elle reçut une lettre du nouvel directeur, Albus Dumbledore, pour lui apprendre la bonne nouvelle, qu’elle était prise comme professeure de Métamorphose, sa matière de prédilection lors de sa scolarité à Poudlard, sous sa direction. Elle fut étonnée qu’il n’y ait même pas d’entretien d’embauche, de demande de CV ou autre. Une fois qu’une relation de confiance, créées sur les bases des larmes et des confidences, la sorcière avait appris l’étonnement de son embauche au grand sorcier. Il lui avait simplement répondu qu’ayant été son professeur dans le passé, il connaissait ses aptitudes dans cette discipline. Il avait même rajouté en riant, et en la taquinant, qu’elle pensait vraiment qu’avec un CV comme le sien en Métamorphose, c’est-à-dire devenir Animagus, alors qu’elle était encore élève, devenir le lauréat du meilleur espoir en Métamorphose dans le Mensuel de la Métamorphose, obtenir un Optimal dans cette matière, mais aussi à d’autres à ses ASPIC un directeur allait vraiment refuser de la prendre si le poste était libre. Ainsi, elle comprenait ce que pouvait ressentir son ancien élève qui était Tristan Allistair.
Minerva savait parfaitement qu’avec le masque qu’elle portait tous les jours, afin de laisser paraître aucune émotion qu’elle pouvait ressentir, pouvait créer de la curiosité chez certaines personnes, qui souhaitaient parfois savoir ce qui se cachait sous ses lunettes carrées. Car il fallait être clair, la sorcière n’affichait peut-être pas les différentes émotions, afin de ne pas montrer une faiblesse, que ses ennemis pourraient prendre comme arme contre elle ou ses proches pour les attaquer, mais elle ressentait quand même des sentiments, simplement, elle ne les montrait pas. Elle n’avait pas un cœur de pierre. Parfois même quand ses émotions étaient trop fortes, elle explosait et se mettait à pleurer, à sa plus grande honte, même si Albus disait que c’était humain. Certains suicidaires, elle ne voyait pas quel autre nom leur donner, essayait donc de découvrir le mystère qui entourait cette femme, mais à part Albus, et Elphinstone, personne n’avait réussi à ce jour.
En tout cas, Minerva essaya de rassurer Tristan sur ses cours, car elle ne voulait pas le voir partir, découragé, car elle l’appréciait bien, même si elle n’en montrait pas grand-chose, de plus il semblait être un professeur pas trop mauvais, et puis c’était de plus en plus compliqué de trouver des nouveaux enseignants, alors parfois, malheureusement, il ne fallait pas faire la fine bouche. Elle fit donc quelque chose de très rare, elle fit un discret sourire, pour réconforter son ancien élève, qui était maintenant devenu un collègue.
 
Professeur Allistair, c’est normal. Vous débutez. La première année est toujours la plus compliquée, car nous n’avons pas encore de point de repère, mais je pense qu’après une année, il y a beaucoup moins de soucis à se faire. Mais c’est normal de faire des erreurs au début. Personne n’est parfait, et puis la perfection, de toute façon, n’existe pas. Comme dans chaque métier, l’expérience vient à force de faire la chose, il n’existe pas de cours pour devenir de bons professeurs. Et si vous faîtes ce qu’il vous plait, cela se verra facilement et les élèves ne pourront qu’être plus intéressés. Vous ne pouvez que vous améliorer si vous ne vous reposez pas sur vos lauriers.
 
Une chose que Minerva détestait parmi les menteurs et les lâches, c’était aussi ceux qui, une fois un premier succès, pensait le mérite assuré. La perfection n’existant pas, on ne pouvait que s’améliorer.
Tristan décida donc de danser avec la femme qui avait été sa professeure de Métamorphose dans le passé, justement pour montrer que leur relation élève/professeur, qu’ils avaient appliqués précédemment n’existait plus, et de fêter ce qu’on pourrait appeler un nouveau stade dans leur relation. Ainsi, Minerva, guidé par le professeur de Soins aux Créatures Magiques, entra sur la piste de danse, pas très remplie. On ne pouvait y voir que le couple Selwyn, le professeur Rosier, professeure de Sortilèges et Enchantements, au bras du professeur Callaghan, le dernier ajout dans l’équipe enseignante, et professeur de Botanique, qui lui, au contraire de Tristan, était moins aimé par ses élèves. La vieille sorcière attendit que son partenaire de danse, la guide lors de la danse. Elle était parfois encore de la vieille école, et elle pensait que dans une danse, c’était l’homme qui devait guider la femme, sauf exception, comme, par exemple, si l’homme ne sait pas danser. Elle espérait simplement que Tristan connaitrait les pas de la danse, elle ne souhaitait pas vraiment se réveiller avec des ampoules le lendemain matin. Car sinon, une journée d’enseignement, debout, risquait d’être longue, horrible et dans la souffrance.
 
D’accord, une danse pour marquer ce nouveau stade. J’espère que vous savez danser.
 
En tout cas, il semblait que Tristan avait compris la leçon sur le fait de se trouver ivre en lieu public, et Minerva ne voyait donc rien d’autre à ajouter. On pouvait dire que c’était désormais de la vieille histoire, n’est-ce pas ? Tant qu’il ne répétait pas ses erreurs, la vieille professeure n’avait rien d’autre à dire. L’erreur est humaine, mais aussi, le but d’une erreur, c’est de la retenir, afin d’éviter de la répéter dans le futur.
 

Ainsi, nous pouvons dire que l’accident est clos. 

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : de Serpentard à une époque J'ai posté : 182 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 858 pour une aventure ! Je suis de la génération : de 77. . Je suis un aventurier : on peut me blesser A savoir sur toi : Ancien Mangemort ♠️ Assassin de plus de 10 victimes. ♠️ Perdu, frôle la folie et a besoin d'un Psychomage. ♠️ S'appelait Hadès É. Selwyn, mais a fait croire à sa mort en brûlant son manoir et a changé son apparance grâce à sa grande maitrise de la métamorphomagie. Il habite maintenant en campagne avec sa "fiancée" enceinte. ♠️ A réussit à avoir un poste d'enseignant à l'université en métamorphose. ♠️ Il a kidnappé Élizabeth Fawley, lui a effacé la mémoire et l'a fait passer pour sa femme, Calypso Selwyn. Il souhaite s'en racheter. Son ancien patronus, l'ours, est devenu celui de sa belle et sa plus grande peur d'être la cause de la mort de sa seule famille. ♠️ Aujourud'hui, il fuit les Mangemorts, ses anciens amis et sa vie de meurtrier.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: lui couvert de sang devant le cadavre de sa belle et de leur enfant
Patronus: le même qu'Élizabeth Fawley
Capacité spéciale: Métamorphomage

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Dim 12 Mar - 15:45
Il ne sait pas pourquoi il est aussi protecteur. Ce n'était pas arrivé depuis si longtemps... Il avait perdu l'habitude d'avoir peur pour quelqu'un d'autre que lui-même après s'être forgé un coeur de plomb. Sur le moment, il songea que se devait être que le bébé. Qui d'autre pourrait-il vouloir protéger à part sa chaire et son sang? Il ne comprenait pas que doucement, il perdait au petit jeu de Calypso: Qui tomberais amoureux en premier? Un jeu dont ils n'avaient pas conscience de toutes les conséquences que cela apportait petit à petit.

Comme il lui confie avoir une surprise pour la Saint-Valentin, il a un sourire en coin. Sourire qu'on pouvait prendre pour confiant au premier abord, mais qui exprimait surtout une certaine nostalgie comme il se souvenait de sa dernière Saint-Valentin. L'homme avait tout prévu... Restaurant, bouquet de roses, des chocolats et un bon vin pour avant le reste de la nuit, mais le plus important. La bague de fiançailles qu'il voulait lui donner de retour chez lui, mais tout vira au cauchemars, lorsqu'on l'appela à la cuisine et qu'il découvrit celle qu'il aimait près de son père adoptif qui lui annonçait avoir demander sa main aux parents de cette dernière et qu'ils avaient accepté. Depuis, il détestait la Saint-Valentin. Pourtant, s'il voulait qu'elle se montre plus obéissante, il devait évidemment faire des sacrifices dont cette nuit de Saint-Valentin.

- Rentrer? Hum... Je suis ravis de votre proposition, chère Calypso... J'ai pleins de choses à vous montrer...

Ainsi, il partent de la petite soirée pour rentrer au manoir.

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Sortilège J'ai posté : 264 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 973 pour une aventure ! Je suis de la génération : Non étudiante . Je suis un aventurier : Oui, légères A savoir sur toi :
Destiny est métamorphomage et de sang-pur. ♠️ Son père et son frère, Evan, sont des mangemorts. ♠️ A dix-sept ans elle dit ne pas croire en la supériorité des sang-pur, son père la fait violer en représailles, pourvu qu'elle reste pure en vu d'un mariage. ♠️ Rentrant en septième année, elle parle à Dumbledore. ♠️ Elle est alors placée sous la protection de l'ordre du Phénix, dont elle devient membre. ♠️ En 1979 une mission tourne mal et elle est tuée par son frère Evan.


Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard:
Patronus:
Capacité spéciale: Métamorphomage

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Dim 19 Mar - 20:14
La jeune femme hoche la tête aux dires de son interlocuteur. Il est vrai qu’elle n’est pas enseignante depuis longtemps mais déjà, dans sa courte carrière, elle a put repérer certains manquements éducatifs de certains parents. Et c’est agaçant parce que c’est aux professeurs de payer les pots cassés par la suite, à eux de refaire toute l’éducation de ces gamins. Même si la jolie blonde aux yeux bleu éprouve un certain plaisir à être enseignante, elle doit bien reconnaître qu’avoir à materner des étudiants pour remplacer un manquement de la part des parents a parfois le don de l’agacer et encore, elle se sait gentille, si bien qu’elle n’ose pas imaginer ce que d’autres professeurs, ou professionnels, moins agréables qu’elle peuvent ressentir dans un cas pareil. Elle soupire un coup, non ça ne doit pas être évident et du peu qu’elle a put voir de la part de son interlocuteur, il doit être ce genre de personne qui s’agace assez vite et qui ne supportera pas vraiment d’avoir à rééduquer quelques étudiants, une tâche que les parents devraient normalement prendre à leur charge donc.

«- J’ai pu le constater moi-même en étant enseignante malheureusement. Il arrive que nous soyons obligés de reprendre une éducation à zéro, simplement parce que les parents ont eut la flemme de le faire ou qu’ils n’ont pas sut le faire, parce que pour certain il faut dire aussi que leurs enfants sont leurs petits trésors et qu’il ne faut pas y toucher. D’autres manquent simplement d’autorité malheureusement et se laisse marcher sur les pieds par leurs enfants. Et cela est vrai que l’on parle de sang-purs comme de nés-moldus, quoique l’on en dise. Certains serpentard bien qu’ils se pensent supérieur de par leur statut ne sont parfois pas plus éduqués que les étudiants d’autres maisons, mais il est encore plus compliqué de leur faire entendre raison parce que, justement, ils pensent ne pas avoir à se coupler à notre autorité. Remarquez, tout enfant qui n’a pas connu l’autorité pense qu’il peu y échapper. Je vous souhaite bien du plaisir dans votre rôle de père par substitution, vous en aurez besoin je puis vous l’assurer.» répond la jeune femme avec un soupir, en portant son verre à ses lèvres.

Discutant de sortilèges, sa matière de prédilection et des accidents qui peuvent découdre de ces recherches, la jeune femme surprend son interlocuteur, qui semble particulièrement intéressé, d’un coup, par ce qu’elle a à lui apprendre à ce sujet et Destiny sourit de remarquer cet intérêt pour ce qu’elle a à dire, pour ses recherches.

«- Je ne suis pas loin de ma première réussite, je pense. C’est très compliqué, plus qu’on ne le croit. Les étudiants s’imaginent que nous pouvons inventer des sortilèges à la pelle mais c’est loin d’être le cas. Il faut le temps de trouver la formule, le geste et bien entendu il faut une connaissance en runes, parce que ça peu vraiment nous aider pour, au moins, retrouver d’anciens sortilèges que nous aurions oubliés, faute d’usage. Nos ancêtres nous ont laissé un tas de choses que nous n’avons malheureusement pas su conserver. La recherche est effectivement plus excitante que d’enseigner mais je me sens bien à Poudlard, alors j’y reste et puis… Je ne dépend pas de mes résultats, en procédant de la sorte.»

Sur la piste de danse, comme elle fait une remarque sur les hommes présents, auxquels le sorcier souhaite l’abandonner, elle mentionne le couple Selwyn, le seul qui a prit la peine d’utiliser la piste de danse, avant eux et qui dansent encore par ailleurs, yeux dans les yeux. Et Destiny rit sous cape de la remarque de son interlocuteur alors qu’elle imagine Calypso Selwyn devenir une championne du lancer de tasse à café. La prochaine discipline olympique spéciale baby boom ! Elle rit franchement, attirant sur eux un regard de la femme concernée par de tels propos, loin de se douter que c’est elle qui, d’une certaine manière, provoque cette hilarité.

«- Je ne fais qu’énumérer mes possibilités de partenaires et elles sont malheureusement trop maigre à mon goût, alors je me contente de ce que je peut avoir. » répond la sorcière un brin taquine comme elle est interrogée par le sorcier.

I'm a wizzard !

Underco
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Briseur de sorts, puis chef de la brigade des Briseurs de sorts, vient d’être assigné en tant que professeur à l’école de Poudlard. J'ai posté : 174 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 500 . Je suis un aventurier : Oui.

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Mer 5 Avr - 0:30

Le bal de la Saint-Valentin

- Silivus Callaghan — les collègues -


Je suis occupé. En fait comme vous le voyez je ne suis pas occupé, c’est une façon polie de vous dire de dégager.


Parler des élèves relevait de nombreuses questions, notamment la question de l’éducation faite par les parents. Callaghan trouvait réellement incroyable le comportement que certains de ces gamins avaient ici. Très clairement certains parents avaient failli dans leur devoir d’élever leurs gosses correctement. Avoir négliger leurs mioches était une chose, mais maintenant c’était bien les professeurs qui en payaient les pots cassés. Car c’était eux qui devaient supporter les têtes de turcs toute l’années. Les autres étaient tranquilles, ne supportant leurs enfants que pendant les vacances scolaires. Callaghan n’avait pas payé pour leur donner une éducation, mais en même temps il n’avait pas trop le choix. Il n’allait pas se faire marcher dessus par des idiots écervelés qui pensaient être les rois du monde. Non ça ne marchait pas comme cela avec lui. Surtout qu’il avait de l’âge maintenant, et qu’il avait été élevé dans l’optique qu’on respectait au moins ses ainés et ses supérieurs. C’était le minimum syndical. Minimum que les mioches n’avaient pas encore intégré.

Destiny avait elle aussi pu le constater en étant enseignante tout comme lui. Comme elle disait si bien, certaines fois il fallait presque reprendre l’éducation du début, parce que les parents avaient eu la flemme de faire leur boulot. On ne faisait pas de gosses si on avait pas envie de les élever tout simplement. C’était bien pour ça que Callaghan n’avait jamais pris la peine de faire un gamin. Non ces petites choses pleines de morves qui crient et qui pleurent, très peu pour lui. Malheureusement après des décennies de bons et loyaux services au Ministère, il se retrouvait à élever les gosses des autres à l’école de sorcellerie Poudlard. Pas de chance pour le vieil aigri. Callaghan était intéressé par l’avis de sa collègue qui était très juste selon lui. Oui certains se sentaient supérieur à cause de leur statut, mais étaient tout aussi mal élevé que les autres.

– Si je n’ai pas eu de gamins, ce n’est pas pour me retrouver à mon âge à élever ceux des autres. Vous pouvez avoir votre avis sur mes méthodes d’enseignement, Miss Rosier, mais au moins, ils sont matés dans ma classe et pour certains ça ne leur fait vraiment pas de mal. Sang-pur ou pas, cette tare qu’il faut éliminer c’est cette médiocrité et cette mauvaise éducation.

Répondit l’homme. Bien sûr comme elle lui dit si bien, il aura surement besoin de beaucoup de courage dans son rôle de « père de substitution », mais il n’avait clairement pas l’intention de se faire marcher dessus. Non, ses élèves allaient filer droit qu’ils le veulent ou non. Au bout d’un moment, ils allaient bien finir par comprendre quand même.

Finalement ils continuèrent de discuter sur un tout autre sujet : les sortilèges. Les deux s’y connaissaient plutôt bien sur le sujet, et pouvaient donc converser intelligemment. Visiblement sa collègue était intéressée par la recherche. Elle lui apprit d’ailleurs qu’elle n’était pas loin de sa première réussite. C’était plus compliqué qu’il n’y paraissait d’en inventer, et Silvius voulait bien la croire. Elle lui confia donc son point de vue, très intéressant pour le coup. Callaghan écoutait attentivement, passionné par le sujet.

– Oui les sortilèges sont tout un art, qui n’est surtout pas à prendre à la légère. J’en connais les difficultés pour avoir pu observer les résultats d’une infime erreur. Beaucoup de sortilèges se sont perdus avec le temps, et je serais très intéressé par l’idée de retrouver des manuels, des écrits qui nous en apprennent plus sur le passé. Si la recherche vous plait, prenez quelques risques, vous vous amuserez beaucoup plus, soyez-en sûre.

Mais voilà qu’ils étaient désormais tous les deux sur la piste de danse. Franchement, Callaghan ne faisait pas le moment quand était venu le temps de danser. Il n’était pas réellement doué, terriblement raide et coincé, la danse n’avait jamais fait partie de ses activités favorites. Il n’avait jamais appris à danser. Visiblement Miss Rosier n’avait pas beaucoup de partenaires de danse à se mettre sous la dent après lui, tous semblaient bien occupés. Elle se contentait de ce qu’elle pouvait avoir. Elle le taquinait, le remettant gentiment à sa place après une petite blague.

– Et bien, je vais essayer d’en profiter au mieux. Il est rare pour moi de pouvoir danser avec une jeune femme aussi ravissante, sans devoir débourser un seul galion.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Je me disais que j’allais écouter vos théories, les rejeter, puis ne garder que la mienne. Comme d’habitude..©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 245 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Mer 5 Avr - 1:02

Le bal de la Saint Valentin

- Les collègues — Tristan Allister -


Après le départ des enfants, on se retrouve entre adultes.

Se retrouver en compagnie de Minerva McGonagall avait quelque chose d’un peu étrange. Pourquoi ? Parce qu’il n’y avait pas si longtemps que cela, il avait été son élève. Il avait grandi pendant qu’elle lui enseignait tout ce qu’elle savait sur la métamorphose. Mais le temps avait passé. L’enfant peu sûr de lui avait fait place à un homme, assez confiant pour obtenir un poste de professeur tout juste après avoir fini ses études. Enseigner avait toujours été le rêve de Tristan. C’était un métier qu’il avait toujours voulu faire, et il s’était donné les moyens pour réussir. Aujourd’hui, il y avait atteint son but, professionnellement parlant, et il n’en était pas peu fier. A cause de son jeune âge, il devait néanmoins prouver ses aptitudes, tout d’abord auprès de ses élèves, mais également de ses collègues, qui, pour certains devaient se demander pourquoi Albus Dumbledore avait placé sa confiance en un gamin tout droit sorti des études. Le garçon avait bien l’intention de montrer à tout le monde qu’il avait les qualifications requises pour ce poste, et qu’il comptait bien rester pour partager sa passion et son savoir avec ceux qui l’avaient choisi.

Tristan redevenait quand même un enfant lorsqu’il se trouvait devant son ancienne professeure de métamorphose, et devant la sous-directrice de l’école de sorcellerie. Car elle portait l’autorité et le respect sur son visage, et qu’il était de ce fait difficile de la voir comme son égal. Elle serait toujours sa supérieure, sa professeure. Et pour cela il lui devait quand même un minimum de respect, ce qu’il lui donnerait bien évidemment. Tristan partagea tout de même quelques inquiétudes auprès de sa collègue, le fait d’avoir peur de ne pas être un bon professeur, la peur d’échouer entre autres, et de ne pas pouvoir réaliser son rêve et le continuer. Heureusement pour lui, Minerva était quand même là pour le réconforter et elle lui donna même un sourire, ce qui était très rare venant de sa part. En quelques années à l’école en tant qu’élève, Tristan ne se souvenait pas réellement de l’avoir vu sourire, rien qu’une fois.

*Tu n’as pas du remarquer, elle ne fait quand même pas tout le temps la gueule.*

Minerva lui expliqua donc que la première année était toujours compliquée car nous n’avions pas de point de repère, après il y a moins de soucis à se faire, on finit par prendre ses marques et l’on devient de plus en plus à l’aise. C’était normal de faire des erreurs au début, lui disait-elle. Même s’il en avait conscience, l’entendre de la bouche de sa collègue lui faisait quand même énormément de bien, ça le rassurait. Au moins il se disait qu’elle était peut-être aussi passé par là quand elle avait commencé son métier d’enseignante. Le jeune homme était content d’être finalement venu à la rencontre de la sous-directrice. En plus d’avoir une conversation fort charmante, elle lui donnait quelques précieux conseils, et lui montrait qu’elle était présente.

– Merci beaucoup professeur. Je ferais de mon mieux pour m’améliorer. J’ai toujours voulu partager mon savoir, et en même temps être au contact des jeunes. Je pense réellement que je suis fait pour ce métier, maintenant j’espère que ce métier est fait pour moi.

Lança-t-il en rigolant. Il avait essayé de faire une petite blague avec la langue française, en espérant que ce soit bien entendu ou bien compris. Il ne se faisait pas tellement de soucis pour cela, Minerva était une femme intelligente.

Alors qu’ils continuaient de discuter, Tristan emmena finalement sa collègue sur la piste de danse, pour en quelque sorte fêter dignement le fait qu’ils soient désormais des collègues et non plus élève et professeur. Quoi de mieux que de danser au son de la musique pour cela. La piste de danse n’était pas réellement remplie au final. Il y avait le couple Selwyn, avec le beau mâle bien viril dont Tristan appréciait beaucoup la vue. Destiny était aussi actuellement en train de danser avec sa meilleure amie Destiny. Il se demandait bien ce que les deux avaient à se raconter. Tristan irait sans doute aux nouvelles plus tard quand il se retrouverait seul avec son amie. Pas besoin de lui demander tous les détails en public. Ils dansèrent donc. Tristan savait dansé, sa mère lui avait appris quand il était plus jeune, et aujourd’hui il se rendait compte que ses bases lui servaient beaucoup. Au moins, ça n’avait pas été du temps de perdu puisqu’il semblerait que le monde adulte aimait bien danser.

– Bien sûr, j’ai appris il y a quelques années. Mais il y a bien longtemps que je n’ai dansé sur ce genre de musique. Généralement l’ambiance est plus remuante.

Oui sortir dans les clubs de la capitale n’avait absolument rien à voir avec la soirée entre professeurs de ce soir. Mais bon, il n’allait pas se plaindre, il pourrait toujours s’amuser plus tard avec ses amis. Ce soir était l’occasion de nouer des relations avec ses collègues, ce qui pouvait être intéressant. Pour ce qui était de son erreur de jugement lors d’une réunion entre collègues aux trois balais, Minerva avait décidé de passer l’éponge et avait déclaré que l’incident était clos. Parfait, Tristan se sentait mieux en entendant ça, et il s’était immédiatement détendu un peu.

– Merci beaucoup.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Sortilège J'ai posté : 264 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 973 pour une aventure ! Je suis de la génération : Non étudiante . Je suis un aventurier : Oui, légères A savoir sur toi :
Destiny est métamorphomage et de sang-pur. ♠️ Son père et son frère, Evan, sont des mangemorts. ♠️ A dix-sept ans elle dit ne pas croire en la supériorité des sang-pur, son père la fait violer en représailles, pourvu qu'elle reste pure en vu d'un mariage. ♠️ Rentrant en septième année, elle parle à Dumbledore. ♠️ Elle est alors placée sous la protection de l'ordre du Phénix, dont elle devient membre. ♠️ En 1979 une mission tourne mal et elle est tuée par son frère Evan.


Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard:
Patronus:
Capacité spéciale: Métamorphomage

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Mer 5 Avr - 15:09
La jeune femme hoche la tête. Certes ils ne veulent pas forcément avoir à éduquer les enfants des autres mais c’est un fait, les professeurs ont un travail d’accompagnement de leurs élèves. Il leur incombe de rectifier le tir, de suppléer à ce que les parents auraient mal faits. C’est un soucis de taille parce que cela fait perdre pas mal de temps en cours, du temps précieux qui serait mieux utilisé par les professeurs si, au lieu de corriger leurs élèves et leur réapprendre la discipline, ils pouvaient faire leur cours normalement. Mais c’est un fait, et malheureusement l’on n’y peu rien changer. Les professeurs doivent assumer un rôle semi-parental auprès des étudiants. Destiny n’avait pas été élevée comme cela, mais en devant étudiante à Poudlard elle avait vite compris que ses congénères étaient, pour beaucoup, encore très dépendant d’une figure d’autorité. Elle en avait été surprise à l’époque, ne comprenant pas que cela soit possible mais les années avaient adoucies cette impression. Devenue professeur, elle avait alors pris à bras le corps ce fléau. Elle ne pouvait pas lutter contre celui-ci, elle se devait de faire avec, d’être parfois une maman de substitution, pour guider ses élèves sur le bon chemin. Ce qui l’avait amenée à demander la direction des Serdaigles, suite au départ de l’ancien directeur de la maison.

Se détournant de cette conversation sur les étudiants et sur leurs méthodes d’enseignement, les deux professeurs en arrivent à discuter d’une passion commune, celle des sortilèges. C’est probablement même la seule chose que tout deux partagent dans la vie, alors que sur tout le reste, tout les différencie. Il est des mangemorts et elle est de l’ordre. Il est aussi cynique qu’elle est douce avec ses étudiants, aussi strict qu’elle-même se montre compréhensive. Et pourtant, elle ne souffre pas de manque de discipline dans sa classe, elle ne saurait dire pourquoi. Peut-être que les professeurs sont respectés par leurs élèves, naturellement, quand ils ne les considèrent pas comme des idiots, ne les font pas sentir comme tel et les encourage, au contraire. Peut-être que, parce qu’elle leur donne leur chance, ils se montrent correct, elle ne saurait le dire. Et il est aussi froid qu’elle-même est sympathique. En d’autres termes, ils n’ont que peu d’intérêts communs, si bien que parler des sortilèges est plutôt positif. Voire même nécessaire pour qu’ils continuent de converser ensemble.

«- C’est un art en effet mais souvent on ne se rend pas compte des efforts que cela demande. Oubliez cependant les manuels et tout ce que vous pouvez imaginer. Nos ancêtres ont taillés leurs secrets dans la pierre et pour un sortilège il ne reste parfois que quelques fragments à déchiffrer puis à compléter pour réussir quelque chose de concret. » répond la jeune femme passionnée par son sujet. «Mais c’est en effet follement intéressant d’avoir entre ces mains des stèles de ce genre, d’une telle rareté, si vieille et pleines de savoir !»

Elle lui adresse un sourire alors qu’elle demande à danser et il consent à l’emmener sur la piste de danse, alors que la musique change. A mesure que les notes passe il semble plus à l’aise. Elle l’encourage, comme elle n’aura que peu d’occasions de danser ce soir et finit par lui expliquer pourquoi elle le voit comme le seul partenaire possible pour elle ce soir, à moins qu’elle n’aille perturber Tristan. Ce n’est pas forcément très flatteur mais il semble bien le prendre et alors que le couple Selwyn quitte la soirée, la danse s’achevant, Destiny cesse aussi de danser, en attendant une prochaine musique.

«- Je crois que la soirée n’est pas loin de se terminer. Je ne vois plus Dumbledore, il a dût partir.» remarque la jeune femme alors qu’il ne reste que les professeurs McGonagall et Allister, hormis Silvius et Destiny elle-même. «Merci de m’avoir fait danser, en tout cas, alors que vous n’en aviez pas l’intention et que vous ne sembliez de prime abord pas très à l’aise. » elle sourit. «Je crois que vous voilà débarrassé de moi ? Ou tout du moins de cette ennuyeuse réunion à laquelle vous n’aviez pas l’intention de rester.»

I'm a wizzard !

Underco
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Briseur de sorts, puis chef de la brigade des Briseurs de sorts, vient d’être assigné en tant que professeur à l’école de Poudlard. J'ai posté : 174 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 500 . Je suis un aventurier : Oui.

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Jeu 6 Avr - 1:03

Le bal de la Saint-Valentin

- Silivus Callaghan — les collègues -


Je suis occupé. En fait comme vous le voyez je ne suis pas occupé, c’est une façon polie de vous dire de dégager.


Callaghan était donc toujours en compagnie de la jolie professeur de sortilèges. Elle était très attractive, il ne pouvait que le reconnaitre, et tout à fait son style en plus de cela. Mais il n’était pas le genre d’homme très dragueur. Il ne l’avait jamais été, et pour être totalement honnête il n’était pas très doué avec les femmes. Draguer, flirter, ce n’était pas son truc, il ne savait pas comment s’y prendre, et faisait toujours tout de travers. Cela faisait donc un moment qu’il ne prenait plus la peine d’y mettre les formes. Pour des besoins purement physiques, il avait toutefois le bordel dans l’allées des embrumes qui l’accueillait toujours les bras grands ouverts. Voilà au moins c’était plus simple, et il n’avait pas besoin d’avoir à attendre une réponse, ou de devoir s’essuyer un refus, tout était moins compliqué de cette façon. En attendant il était bien avec la jolie blonde à qui il essayait de faire la conversation tant bien que mal. Elle avait beaucoup de caractère, ce qui était fort agréable, mais elle était aussi semble-t-il assez souvent en désaccord avec lui. Cela pouvait l’agaçait un peu mais heureusement pour lui, il avait quand même pas mal de réparti. Et même si elle était très belle, il ne s’empêcherait pas de lui dire ce qu’il pensait, que ça lui plaise ou non.

La discussion sur les méthodes d’enseignements n’allait définitivement nulle part. Chacun semblait camper sur ses positions, et incapable d’écouter le point de vue de l’autre. Très têtu, Callaghan ne voulait pas lâcher, il pensait vraiment avoir raison pour le coup. Ces gamins devaient réellement être mis sur le droit chemin, et pour cela ils avaient besoin d’autorité et de règles bien strictes. Si on leur laissait tout faire, ils allaient continuer d’agir comme des gamins pourri-gâtés. Ce n’était ni bon pour eux, ni bon pour la société sorcière. Callaghan trouvait cela incroyable que personne ne réagisse, surtout dans un endroit qui formait la jeunesse de demain. En plus de cela, personne ne semblait déranger par le problème de ponctualité. Mais bon, ce n’était surement ni le lien ni le moment pour en parler, et finalement ce sujet fut laissé de côté au profit d’une conversation qui intéressait les deux protagonistes : les sortilèges. De par son métier de professeur, et par la formation en tant que briseur de sorts de Callaghan, les deux avaient de quoi débattre sur le sujet. Ils étaient assez d’accord sur le sujet. Les sortilèges étaient un véritable art bien souvent peu accepté comme tel. Elle parlait avec envie et passion, tout comme lui, ce qui faisait plaisir à voir. Les différents étaient mis de côtés au profit d’une passion commune.

– Vous vous êtes trompé de métier ma chère.

Dit-il d’une voix calme. Ce n’était pas un reproche, mais plutôt une constatation, après avoir passé cette soirée à observer la jeune femme. Si elle prétend se plaire dans son travail, son visage s’illumine beaucoup plus lorsqu’elle parle de recherche ou de découverte. Elle ne devrait pas être le genre de personne à former la jeunesse de demain, mais bien la personne en train de faire des découvertes majeures pour les sortilèges. Peut-être qu’au final elle avait peur du risque, mais parfois il était très bon d’en prendre. Après tout, c’était bien la prise de risque qui nous faisait sentir vivant. Et Callaghan s’en était souvent rendu compte sur le terrain, beaucoup moins maintenant qu’il faisait le travail d’un professeur, bien tranquille sur son fauteuil.

Les discussions sont finalement mises de côté au profit de la danse. Callaghan n’a jamais été un bon danseur. C’était surement à cela qu’on se rendait compte qu’il n’était pas un sang-pur. Mais il avait accepté de faire danser la demoiselle. Raide, et peu à l’aise sur la piste, elle avait toutefois essayé de la mettre en confiance. Elle y était plus ou moins bien arrivé, mais il avait quand même besoin de beaucoup de leçon pour avoir l’air un peu moins raide comme un piquet. La chanson s’achève doucement, et Callaghan lui propose de se trouver un autre cavalier. Il ne pourra surement pas danser pendant très longtemps le pauvre. Elle lui annonçait par la suite que la soirée était en train de se terminer. Le vieil homme regarde autour de lui et se rend compte qu’elle a raison. Il n’y avait plus beaucoup de monde présent dans la pièce avec eux. Ainsi elle le remercia de l’avoir fait dansé, en lui faisant quand même un petit compliment.

– Je ne peux être heureux d’être « débarrassé » d’une aussi jolie femme. Mais je vous rends votre liberté. Je vous remercie pour votre patience à mes côtés, et je vous souhaite une excellente nuit, Miss Rosier.

Annonça l’homme avant de faire un semi-sourire à la demoiselle et de prendre congé de cette soirée. Il était grand temps pour lui de retrouver ses appartements, de se relaxer dans son fauteuil avec un bon verre de whisky.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Je me disais que j’allais écouter vos théories, les rejeter, puis ne garder que la mienne. Comme d’habitude..©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Gryffondor J'ai posté : 230 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1073 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : qu'on peut blesser

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Lun 8 Mai - 2:03
(Désolée pour le temps que j'ai mis et le manque total d'inspiration :/ ) 

Tristan trouvait bizarre de passer du temps avec la femme, qui, dans le passé, avait été sa professeure de Métamorphose, mais cette dernière avait aussi du mal à se faire à cette singularité aussi. Et pourtant, pour elle, ce n’était pas la première fois. Elle n’était pas encore un vétéran à Poudlard et n’était pas prête d’être la doyenne de l’équipe enseignante de l’école de sorcellerie mais elle avait déjà vu d’anciens élèves les rejoindre, un an, parfois deux, mais malheureusement rarement très longtemps. En ce moment même, elle avait quand même plus de cinq collègues qu’elle avait eu comme élèves dans le passé : Destiny Rosier, la professeure de Sortilèges et Enchantements, Hadès Selwyn, son maudit assistant qu’elle souhaitait plus que tout tuer, Kathelyn Black, professeure de cette branche nébuleuse qu’était la Divination, Éden Nott, le nouvel assistant en Sortilèges et enfin Tristan Allistair, le professeur de Soins Aux Créatures Magiques à qui elle parlait en ce moment même. Ce n’était pas ces statistiques qui allaient fait rajeunir Minerva. Une bonne partie de ses collègues étaient d’anciens élèves, alors qu’elle-même n’avait que deux professeurs encore dans l’équipe enseignante : Albus Dumbledore, l’ancien professeur de la matière qu’elle enseignait et le nouveau directeur et Horace Slughorn, le professeur de Potions. La sorcière écossaise se prit ce qu’on pourrait appeler un beau coup de vieux.
 
Minerva n’avait pas eu autant de mal pour accepter le choix de Tristan comme professeur. Certes, il était jeune, et pour le moment, sans aucune expérience professionnelle, mais tout le monde commence par là. Et pour avoir connu son nouveau collègue alors qu’il n’était encore qu’un élève de Poudlard, parmi tant d’autres, elle savait que c’était un homme sérieux dans son travail. Elle avait donc donné sa chance à ce dernier. Il faudrait juste qu’il la saisisse au vol car son ancienne professeure n’en donnerait pas d’autres. Elle ne s’appelait pas Albus Dumbledore.
 
Tristan était encore tout intimidé par son imposante professeure de Métamorphose, qui créait le respect là où elle allait, alors que devait dire Minerva ? Car au fond, elle, elle n’était qu’une simple femme qui avait juste gravi les échelons à force d’un nombre années d’importants de loyaux services dans son école, passant d’une simple professeure de Métamorphose, à la directrice des Gryffondors, pour finir directrice-adjointe, ne souhaitant pas devenir directrice de l’école de sorcellerie tout de suite. Mais au fond, elle n’était qu’une sorcière, pas une héroïne. Alors qu’Albus… Il avait parcouru le même chemin qu’elle à Poudlard et était même allé plus loin en étant l’actuel directeur de Poudlard, mais hors de l’école, il était aussi un grand homme. Il combattit Grindelwald, découvrit les douze propriétés du sang de dragon et tant d’autres choses.  Alors quand il lui avait demandé, avec un sourire « comme si c’était naturel et normal » de le tutoyer et de l’appeler par son prénom, l’Écossaise eut du mal. Il avait quand même été son professeur et son mentor…
 
Et Minerva souriait parfois, même si cela pouvait paraître étrange. Comme le pensait Tristan, elle ne tirait pas toujours la gueule. Certes, elle ne souriait que trop peu en cours. Cela n’arrivait que lorsqu’un élève l’avait rendu fière après avoir réussi ce qu’elle avait demandé de faire. Mais elle souriait aussi pour rendre confiant une personne, car il est plus facile de s’ouvrir à une personne qui a un visage ouvert.
 
Finalement, son élève finit par la remercier mais d’un geste de la main, Minerva indiqua que ce n’était pas la peine de la remercier. Elle faisait simplement son travail. En tant que collègue, elle se devait de bien accueillir les nouveaux arrivants et faire en sorte qu’ils se plaisent dans leur travail afin qu’ils restent. Elle devait encore plus montrer l’exemple, étant donné qu’elle était la directrice-adjointe. Il n’y avait qu’avec Hadès Selwyn, son assistant en Métamorphose qu’elle avait dérogée à la règle. Et puis… Elle aimait proposer son aide. Faire le bonheur autour d’elle lui faisait plaisir.
 
Monsieur Allistair, aucun  besoin de me remercier, je ne fais que mon devoir. Et je suis certaine que tout se passera bien.
 
Accrochez vous Tristan, car Minerva vous fait un autre sourire. Allez-vous en survivre ou la surprise est-elle trop grande ? Elle fut même amusée par la blague, que l’écrivain n’a pas comprise, qu’il plaça et seul un très léger ronronnement le montra. Être Animagus avait des avantages mais aussi des inconvénients… Et ronronner faisait partie de cette catégorie. Mais il y avait cette habitude qu’elle avait de jouer avec une pelote de laine quand elle avait besoin de s’occuper les mains, ou de se sentir apaisée à la seule odeur de l’herbe à chat.
 
Mais elle n’eut pas le temps de réfléchir plus longtemps à la question car son collègue l’emmena sur la piste de danse, en grande partie vide. Son collègue l’assura qu’il savait danser, elle n’avait donc aucun souci à se faire… normalement. Il était juste plus habitué à des danses d’un tout autre genre, que Minerva qualifierait de plus échevelée, elle qui était habituée à avoir ses cheveux impeccablement tirés en un chignon sévère. Elle était plus habituée aux danses lentes, comme la valse.
 
Je ne crains pouvoir faire votre bonheur ici. Je ne suis pas certain que les autres professeurs aimeraient se retrouver dans une ambiance de… club ?
 
Tristan la remercia, mais encore une fois, Minerva avait du mal avec les remerciements. Elle faisait ce qu’elle jugeait normal. Cependant, elle venait d’indiquer que cet accident était de l’histoire ancienne et fit donc croire qu’elle ne voyait aucunement de quoi il parlait.
 
De quoi monsieur Allistair ? De cette danse ? Cela me fait autant plaisir qu’à vous…
 

Elle lui fit un plus franc sourire, qui contrastait avec son habituel visage sévère, et qui lui enlevait soudain quelques années. Mais bien vite, elle fut absorbée par sa danse et son sourire devint juste un peu plus détendu qu’à l’accoutumée. 

I'm a wizzard !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour ! J'appartiens à la maison : Professeur de Soins aux Créatures Magiques. J'ai posté : 245 hiboux. Grâce à moi ma maison a gagné : 1100 pour une aventure ! Je suis de la génération : 1977 . Je suis un aventurier : Oui.

Ma carte de chocogrenouille
Epouvantard: Sa famille qui le renie.
Patronus: Porc-épic
Capacité spéciale:

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  Lun 8 Mai - 19:45

Le bal de la Saint Valentin

- Les collègues — Tristan Allister -


Après le départ des enfants, on se retrouve entre adultes.

C’était plutôt étrange de se retrouver avec son ancienne professeure de métamorphose, maintenant qu’il était en quelque sorte son égal. Bon bien sûr, il savait qu’il ne le serait jamais réellement. Elle était bien plus importante et influente que lui dans cette école. Elle faisait presque parti des meubles. Poudlard serait tellement difficile à imaginer sans elle. Elle était l’une des figures emblématiques du château. Alors oui forcément, pour Tristan, petit nouveau, fraichement sorti de l’université, c’était impressionnant. Il était professeur, mais tout de même jeune, et entouré de professionnel, cela pouvait avoir un côté assez impressionnant. Il allait surement s’habituer au fur et à mesure. Après tout, c’était normal, cela ne faisait que quelques mois qu’il était ici, il avait encore ses habitudes et ses marques à prendre. Et puis pour Minerva, ce n’était sans doute pas la première fois qu’elle avait des anciens élèves en collègues. Certains défilaient puis revenaient ici. C’était le cas de plusieurs professeurs de l’école. Bon certainement pas le cas du vieillard aigri de Botanique, mais de certains autres comme Destiny, sa meilleure amie par exemple. Tous les deux avaient finis leur dernière année depuis six ans à peu près.

Tristan avait toujours été un élève sérieux. Premier de sa classe, et préfet, il avait toujours su démontrer ses aptitudes. Ses professeurs, pour la plupart, l’appréciait fortement, et l’avait beaucoup encouragé dans cette voie. Il était entré à l’université et avait fini major de sa promotion en Soins aux créatures magiques. Mais tout ne s’apprenait pas dans les livres, et le garçon s’en était vite rendu compte en commençant à donner des cours à Poudlard. Tous les élèves n’étaient pas comme lui, et certains pouvaient lui mener la vie dure. Pour autant, il n’avait pas envie de quitter son job. Non c’était une vraie passion. Et si ces élèves récalcitrants étaient un obstacle, il trouverait une solution pour les canaliser et apprendre à les gérer. Ce n’était qu’une question de temps. Toujours intimidé par Minerva, Tristan se montrait très poli, et obéissant. Il ne réussissait pas réellement à l’appeler autrement que professeur.

*Allez courage tu n’es plus un gamin quand même.*

Elle avait même souri, ce qui était en soit incroyable. Il ne l’avait pas vu sourire pendant toute sa scolarité à l’école. Au moins, il était peut-être en train de gagner quelques points. Il s’était d’ailleurs confié sur son job. Et elle s’était montré très rassurante et bienveillante à son égard. Avec un mentor comme cela, Tristan était sûr de réussir. Ainsi la soirée continua tranquillement, ils eurent quelques petites conversations simples et agréables. Puis ils s’en allèrent tous les deux danser, et remplir un peu la piste de danse. D’autres couples y étaient déjà et remuaient au son de la musique. C’était plutôt agréable, même si loin du style de musique dont le garçon avait l’habitude quand il s’en allait en weekend à Londres. Minerva était très gentille avec lui, et danser en sa compagnie semblait lui faire grandement plaisir aussi. Cette soirée était bien meilleure qu’il n’y avait pensé au début. Finalement il avait été bien surpris.

La soirée avait bien avancé et maintenant touchait à sa fin. Il était bientôt l’heure pour tout le monde de retourner dans ses appartements et d’aller se reposer avant une nouvelle journée de cours le lendemain. Tristan allait surement filer directement au lit pour ne pas être trop fatigué pour son premier cours.

– Je pense qu’il est temps pour moi de filer dans mes appartements. Je vous remercie pour cette charmante soirée professeur. Je vous souhaite une très bonne nuit.

Lança le jeune homme, avec un petit signe de la tête avant de quitter cette soirée pour regagner ses appartements.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


I'm a wizzard !

Mets la musique, lève toi, et danse. Dis à ceux que tu aimes qu'ils sont importants. Souris. Ne te plains pas, surtout, arrêtes de te plaindre ! Fais ce que tu aimes, reprends-toi. Rattrapes tout, tous les moments gâchés, loupés, trop vite passés. Enfin, vis. Pour une fois fais-le vraiment, vis, ne laisse personne te voler ton bonheur et ta joie de vivre. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel  
Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT n°6 ♣ It's time to love - Personnel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» EVENT n°6 ♣ It's time to love
» EVENT n°6 ♣ It's time to love - second tour
» MINI-EVENT 9 ⊹ wrong place, wrong time
» This is the time and place feat.Maxie [Event Eclipse]
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Always Lives  :: Un coin de paix... :: Le ministère du patrimoine :: Archives des RPS classiques :: Poudlard-
Sauter vers: